Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 23:25

Merveilleuse Marie Dubois

 

(Un an déjà... le 15 octobre 2015)

 

C’est avec tristesse que j’ai appris le décès de l’actrice Marie Dubois, le mercredi 15 octobre 2014 à l’âge de 77 ans.

Pour tous les cinéphiles, elle restera la révélation du film de François Truffaut, Tirez sur le pianiste, en 1960, ou bien le personnage inoubliable de « La locomotive » dans Jules et Jim du même réalisateur en 1962. Mais elle a tourné dans plus de 80 films et téléfilms (Les grandes gueules en 1964, La Grande vadrouille en 1966 ou La Menace en 1977 pour lequel elle recevra un César), et joué quelques pièces de théâtre.

Elle était atteinte de la sclérose en plaques depuis l’âge de 23 ans et c’est certainement cette terrible et insidieuse maladie qui l’a éloignée lentement des écrans à la fin des années 70.

La douce et sympathique Marie Dubois dans les années 60.
La douce et sympathique Marie Dubois dans les années 60.

La douce et sympathique Marie Dubois dans les années 60.

* * * * * * * * 

 

Je n’ai pas connu personnellement cette comédienne, mais j’ai eu le bonheur de la croiser plusieurs fois, notamment lorsque je m’occupais du Salon du Livre de l’UCTM (*). Nous l’avions accueillie au milieu des années 80 aux côtés de son amie Anny Duperey, puis lorsqu’elle était venue présenter son autobiographie J’ai pas menti, j’ai pas tout dit (éditions Plon - 2002). Et ensuite dans quelques salons du livre en province. Elle commençait alors à être très handicapée par sa maladie et se déplaçait en fauteuil roulant, toujours accompagnée par son bienveillant époux, le comédien Serge Rousseau.

J’ai le souvenir de jolies discussions sur son métier et parfois même sur sa santé. Je garderai en mémoire son beau regard si clair, la douceur de sa voix et son extrême gentillesse.

 

(*) Union Catholique du Théâtre et de la Musique. 

Marie Dubois (à gauche) et Anny Duperey au Salon de l’UCTM dans les années 80. (© François Bagnaud)

Marie Dubois (à gauche) et Anny Duperey au Salon de l’UCTM dans les années 80. (© François Bagnaud)

La première dédicace de Marie Dubois dans les années 80.

La première dédicace de Marie Dubois dans les années 80.

* * * * * * * *

 

Pour en savoir davantage sur Marie Dubois, rendez-vous sur le site suivant : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes RENCONTRES
commenter cet article
24 juin 2015 3 24 /06 /juin /2015 00:20

(Article actualisé le 23 juin 2016 : il y a un an déjà, Magali Noël nous quittait...)

Photo dédicacée par Magali Noël, le 29 juillet 2000, à Puget-Théniers.

Photo dédicacée par Magali Noël, le 29 juillet 2000, à Puget-Théniers.

* * * * * * * * 

 

Magali Noël

rencontre avec une légende du cinéma

 

 

Tous les étés, mon ami Jean-Louis Milla, cinéphile passionné par les actrices et fondateur de l’association « Souvenance de Cinéphiles », organise un festival qui rend hommage à une comédienne. En 1998, grâce à lui, j’avais déjà eu le privilège d’accompagner Annie Girardot, merveilleuse et inoubliable… Mais en juillet 2000, durant trois jours (28, 29 et 30), j’ai eu la chance de rencontrer Magali Noël. J’avoue que j’avais envisagé le déplacement depuis la région parisienne avec enthousiasme lorsque Jean-Louis m’avait révélé le nom de son invitée.

 

Ce Festival se déroule principalement à Puget-Théniers dans l’arrière-pays niçois. Les films sélectionnés sont uniquement extraits de la filmographie de la vedette invitée. Et le public peut ainsi les découvrir en sa présence. C’est également l’occasion de déjeuner et de dîner avec une grande personnalité du 7ème Art.

J’ai immédiatement sympathisé avec Magali Noël ; elle a été disponible pour ses admirateurs, elle a dédicacé ses photos avec plaisir lors de la tournée traditionnelle dans les villages alentour. Elle a parlé avec passion de sa carrière, des films présentés et de ses projets artistiques.


Je garde de ces journées inoubliables un merveilleux souvenir, un peu nostalgique désormais mais à jamais enfoui dans mon cœur d’éternel adolescent amoureux des actrices ! Ce fut tellement agréable d’être en si belle compagnie : celle d’une grande dame du cinéma et d’une personne sympathique, toujours souriante et au charme irrésistible !

Merci Madame, merci chère Magali, pour tant d'élégance et de gentillesse envers moi. 

 

Pour l’ensemble de sa carrière, Jean-Louis Milla a remis à Magali Noël le prix « Reconnaissance des cinéphiles », sur la petite place de Puget-Théniers, en présence des habitants et des admirateurs venus (comme moi) exprès pour lui rendre hommage. 

Toujours aussi ému d’être photographié aux côtés d’une légende du cinéma qui a tourné avec les plus grands réalisateurs et notamment Federico Fellini ! Ici, le 29 juillet 2000, à Puget-Théniers.

Toujours aussi ému d’être photographié aux côtés d’une légende du cinéma qui a tourné avec les plus grands réalisateurs et notamment Federico Fellini ! Ici, le 29 juillet 2000, à Puget-Théniers.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes RENCONTRES
commenter cet article
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 20:51

La joie de vivre de Babou 

 

 

C’est en préparant mes conférences dans les résidences Seniors (Les Villas Ginkgos en Vendée) que j’ai rencontré une personne si sympathique que je souhaitais vous la présenter sur mon Blog.

Il s’agit de Babou, une charmante retraitée, pleine de charme et de vitalité. 

Une sacrée personnalité qui m'a séduit dès notre première rencontre ! 

Article consacré à Babou et paru dans un magazine des Sables d’Olonne (en 2014).

Article consacré à Babou et paru dans un magazine des Sables d’Olonne (en 2014).

* * * * * * * *

 

Lorsque Babou a appris que j’étais invité à venir parler de Brigitte Bardot dans sa résidence Seniors, elle m’a abordé avec un grand sourire pour me raconter ses belles rencontres avec notre star au début des années 50…

 

La première fois, par hasard, dans un grand magasin parisien où, toutes les deux, elles faisaient leurs courses. Elles ont juste échangé quelques mots mais cette apparition de B.B. est restée gravée à jamais dans le cœur de  Babou.

La seconde rencontre est plus professionnelle. Babou a en effet maquillé Brigitte, toute jeune, lors de la célèbre séance de photos dans le mythique Studio Harcourt.

Lorsque j’ai raconté cette anecdote à Brigitte, elle a été très touchée par ces lointains souvenirs et a immédiatement dédicacé la photo (ci-dessous), que j’ai offerte à Babou à la fin de ma première conférence, le 12 mars 2015. 

Photo dédicacée par Brigitte Bardot à Babou (janvier 2015).

Photo dédicacée par Brigitte Bardot à Babou (janvier 2015).

Le 12 mars 2015, j’ai offert à Babou (vraiment très émue) la photo dédicacée par Brigitte Bardot. À nos côtés, Franck Jahan, directeur des Villas Ginkgos et organisateur de la soirée.

Le 12 mars 2015, j’ai offert à Babou (vraiment très émue) la photo dédicacée par Brigitte Bardot. À nos côtés, Franck Jahan, directeur des Villas Ginkgos et organisateur de la soirée.

* * * * * * * *

 

Babou est une personne adorable et très dynamique dont la joie de vivre est communicative.

Elle est l’une des « mascottes » de cette élégante résidence pour seniors. Je lui ai promis de venir la voir de temps en temps au Château d’Olonne. 

Article publié dans « Le Journal des Sables » daté du 19 mars 2015 (merci à Brigitte Raveleau).

Article publié dans « Le Journal des Sables » daté du 19 mars 2015 (merci à Brigitte Raveleau).

* * * * * * * *

 

Pour découvrir ma première conférence sur Brigitte Bardot, le 12 mars 2015, aux « Alisiers » (Villas Ginkgos au Château d’Olonne - Vendée), je vous invite à lire mon article avec le lien ci-dessous : 

Repost 0
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 17:08

Nouvelle rencontre autour de B.B.

aux Villas Ginkgos

 

 

Décidément, les semaines se suivent et se ressemblent… pour mon plus grand bonheur.

Après une première conférence dans une résidence Seniors au Château d’Olonne (le 12 mars), j’ai été de nouveau invité par Franck Jahan pour une nouvelle rencontre autour de Brigitte Bardot.

Ce fut pour moi, vendéen d’adoption, l’occasion de découvrir quelques villes inconnues encore… : Brem-sur-mer, Saint-Gilles-Croix-de-Vie, Brétignolles, qu’il faut traverser pour arriver à Saint-Jean-de-Monts, lieu de l’événement.

 

Au « Clos Saint-Jean », l’accueil fut très chaleureux,  ce jeudi 19 mars 2015, et j’ai été de nouveau séduit par l’élégance, le raffinement et la douceur de vivre de cette résidence Seniors idéalement située dans une rue calme, proche du centre-ville, avec tous les commerces, l’église, la mairie et la place du marché.

 

Et c’est devant des personnes un peu moins nombreuses que pour la précédente conférence mais très attentives que j’ai évoqué mon amie Brigitte Bardot. J’ai raconté de nouvelles anecdotes et j’ai même eu droit à quelques questions sur la Fondation et sur le combat de Brigitte.  

Quelques photos prises durant la soirée : les résidents et Franck Jahan qui m’interroge sur Brigitte Bardot.
Quelques photos prises durant la soirée : les résidents et Franck Jahan qui m’interroge sur Brigitte Bardot.
Quelques photos prises durant la soirée : les résidents et Franck Jahan qui m’interroge sur Brigitte Bardot.

Quelques photos prises durant la soirée : les résidents et Franck Jahan qui m’interroge sur Brigitte Bardot.

 

* * * * * * * *


Remerciements

 

Merci une fois de plus à Franck Jahan pour cette nouvelle invitation et sa confiance ; et à Stéphanie Guyon pour ses photos et sa gentillesse envers moi tout au long de la soirée.

 

Merci à la sympathique équipe de cette résidence Seniors (Nathalie, Sylvie et Véronique), ainsi qu’aux personnes qui sont venues me parler (lors de ma dédicace de livres) de Brigitte avec tellement d’émotion et de ferveur. Je pense particulièrement à Roger qui a souvent aperçu Brigitte Bardot sur les plateaux des Studios d’Épinay et de Boulogne-Billancourt. À 89 ans, il m’a avoué avoir toujours été très « amoureux » d’elle !

 

Merci également au quotidien Ouest France qui a annoncé ma venue à Saint-Jean-de-Monts (ci-dessous).

Article publié dans « Ouest France » daté du 16 mars 2015.

Article publié dans « Ouest France » daté du 16 mars 2015.

* * * * * * * *

 

Pour en savoir plus sur ces luxueuses résidences Seniors – Villas Ginkgos en Vendée –, je vous invite à découvrir leur site (lien ci-dessous). Contrairement aux maisons de retraite « classiques », les Villas Ginkgos accueillent leurs résidents avec leurs animaux de compagnie et l’établissement dispose même d’un poulailler et d’un potager !

Bravo pour ces initiatives qui offrent un joli cadre de vie à nos anciens.

Repost 0
20 mars 2015 5 20 /03 /mars /2015 20:22
Je suis interviewé par Franck Jahan, le 12 mars 2015.

Je suis interviewé par Franck Jahan, le 12 mars 2015.

* * * * * * * *

 

J’ai été très honoré de recevoir une invitation de Franck Jahan, directeur des résidences Seniors Villas Ginkgos « Les Alisiers » (Château d’Olonne en Vendée). Nous nous étions rencontrés lors d'une émission diffusée sur TV Vendée dont il est l’un des chroniqueurs.
C’est donc avec plaisir et enthousiasme que je suis arrivé le jeudi 12 mars 2015, vers 17 heures, dans cette magnifique résidence toute récente qui accueille des « seniors » qui veulent couler des jours heureux dans un cadre luxueux, entourés d’une équipe à leur écoute et aux petits soins pour eux.


Cette rencontre avec pour objectif de présenter Brigitte Bardot sous un angle moins connu : mon amitié et ma collaboration littéraire avec la plus grande star française de notre époque. J’ai également évoqué sa carrière ainsi que son combat pour les animaux et sa Fondation.

 

Ainsi pendant plus d’une heure, j’ai répondu aux questions de Franck Jahan devant des résidents (et leurs amis) qui semblaient apprécier mes petites anecdotes. J’étais très détendu et en bonne compagnie ; et tout en restant sérieux, j’ai essayé de ne pas être trop ennuyeux.

Personnellement, je pense que cette expérience a été une réussite et j’espère que les organisateurs de cette rencontre et le public auront été aussi satisfaits que je le suis. 

Quelques photos prises durant la soirée : une partie du public (les résidents et leurs amis) et Franck Jahan qui m’a reçu si chaleureusement. Quelques photos prises durant la soirée : une partie du public (les résidents et leurs amis) et Franck Jahan qui m’a reçu si chaleureusement.
Quelques photos prises durant la soirée : une partie du public (les résidents et leurs amis) et Franck Jahan qui m’a reçu si chaleureusement.
Quelques photos prises durant la soirée : une partie du public (les résidents et leurs amis) et Franck Jahan qui m’a reçu si chaleureusement. Quelques photos prises durant la soirée : une partie du public (les résidents et leurs amis) et Franck Jahan qui m’a reçu si chaleureusement.

Quelques photos prises durant la soirée : une partie du public (les résidents et leurs amis) et Franck Jahan qui m’a reçu si chaleureusement.

* * * * * * * *


Après la conférence, un cocktail dînatoire nous a été offert, puis j’ai dédicacé une dizaine de livres (Mes as de coeur et Bardot - Gainsbourg : passion fulgurante).

J’ai également fait de belles rencontres…

Guy Barrier, qui dirige la « Télé libre des Sables d’Olonne », avec lequel j’ai sympathisé et qui m’a proposé une interview exclusive pour sa télévision locale.

Également une charmante petite dame qui m’a montré une carte manuscrite de Brigitte Bardot qu’elle avait reçue en novembre 2014 suite à un don à la Fondation B.B. Elle était très émue que Brigitte ait pris la peine de lui répondre personnellement. Elle m’a annoncé qu’elle referait un autre don en 2015.

Merci, chère Raymonde L., pour votre amour des animaux et votre admiration pour Brigitte. 

Raymonde L. nous montre la jolie carte manuscrite qu’elle a reçue de la part de Brigitte Bardot.

Raymonde L. nous montre la jolie carte manuscrite qu’elle a reçue de la part de Brigitte Bardot.

* * * * * * * * 

 

Une autre belle rencontre : Babou, une résidente qui a croisé deux fois Brigitte à Paris dans les années 50. Cette adorable et pétillante dame est si sympathique que je lui vais lui consacrer un article (à suivre)…

Babou nous raconte ses rencontres avec Brigitte Bardot dans les années 50…

Babou nous raconte ses rencontres avec Brigitte Bardot dans les années 50…

* * * * * * * *

 

Remerciements

 

Merci aux trois co-fondateurs de cette belle résidence Seniors : Yvan Danet, Matthieu Leclair et Franck Jahan pour leur accueil si chaleureux et leur invitation.

Merci à Stéphanie Guon pour sa gentillesse et ses belles photos de la soirée.

Merci également à toute la formidable équipe de la résidence Seniors (Carole, Anne, Gwenolla, Christine, Laure et Jean-Michel) ainsi qu’aux nombreuses personnes qui m’ont fait le bonheur de venir écouter mes petites histoires d’amitié avec Brigitte.

 

Merci à la Société immobilière « Vivre Ici » représentée par les sympathiques Karine Besseau et Vincent Perrocheau qui ont sponsorisé cette rencontre.

 

Merci à Brigitte Raveleau, correspondante de presse pour Le Journal des Sables, qui a publié un super compte-rendu de l’ambiance de cette soirée.

Enfin, merci au Journal des Sables et à Filon Magazine qui ont annoncé cet événement local. 

Repost 0
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 11:20
Gérard Montel et Brigitte Bardot à la fin des années 70.

Gérard Montel et Brigitte Bardot à la fin des années 70.

Tristesse infinie…

et tendres pensées pour notre ami Gérard

 

 

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Gérard Montel, affectueusement surnommé « La Perruque ». Il s’est endormi pour toujours ce mercredi 11 mars 2015 dans un hôpital de Nice, des suites d’un cancer. Il savait depuis plusieurs années qu’il était condamné mais il n’en parlait jamais. Il avait 74 ans.

Gérard était l’un des meilleurs amis de Brigitte Bardot et son fidèle confident de Saint-Tropez. Elle l’avait connu en 1977 comme elle le raconte elle-même dans ses mémoires :

 

Un jour, Mirko me ramena pour déjeuner un homme charmant qui s’appelait Gérard Montel. Il me couvrit de marguerites blanches que j’affectionne, se proposa de faire la popote, fut si adorable que sa présence me sembla faire partie d’une ancienne amitié. Gérard, qui n’a de masculin que le prénom, devint et est resté mon grand ami. Je l’appelle « La Perruque » car il avait une boutique de coiffeur, dans laquelle on trouvait toutes sortes de perruques, baptisée « La Perruquière ».

La Perruque est devenu un complice, un ami fidèle des bons et surtout des mauvais moments de ma vie. Il a toutes les qualités, mais joue à la belote comme un pied ce qui avait le don de me mettre en rage contre lui. Je le traitais de tous les noms d’oiseaux qui me tombaient sous la langue et lui, au lieu de se fâcher, se mettait à rire comme un fou ce qui coupait net ma colère.

La Perruque est un bon vivant, un optimiste qui aime la bonne chère, les garçons, la joie, la fête.

Il a toujours le sourire, prend la vie du bon côté et n’est préoccupé que par ses poignées d’amour, ses kilos en trop qui alourdissent sa grande silhouette. Il est toujours à l’affût d’une nouvelle recette, d’un bon petit plat, il cuisine comme un dieu et il m’a fait découvrir tout un pan de la gastronomie provençale que j’ignorais. Le seul hic est que je suis végétarienne, alors adieu viandes, poissons, lardons et autres chairs animales. Mais personne mieux que lui ne fait les artichauts à la barigoule, les fricassées de champignons, les salades mélangées, les gratins de courgettes et d’aubergines, les pommes de terre aux truffes, la bouillabaisse d’œufs, les salades aux fruits de mer… là, je fermais les yeux et ouvrais la bouche.

 

(Le Carré de Pluton – Éditions Grasset, 1998)

Gérard (chemise rouge) avec Brigitte et le couturier Jean-Claude Jitrois, en 1984. Gérard (chemise rouge) avec Brigitte et le couturier Jean-Claude Jitrois, en 1984.

Gérard (chemise rouge) avec Brigitte et le couturier Jean-Claude Jitrois, en 1984.

* * * * * * * *

 

À chaque fois qu’il y avait un repas ou une fête, Brigitte l’appelait et il venait partager avec elle ces moments joyeux. Mais il était aussi présent lorsqu’elle n’allait pas bien moralement et qu’elle avait besoin de réconfort. Il a été l’un de ses plus proches amis ; ils se voyaient souvent et se téléphonaient régulièrement. Il était l’une des célébrités locales de Saint-Tropez.

 

J’ai rencontré Gérard pour la première fois en 1985 lorsque Brigitte avait ouvert une boutique, rue d’Aumale à Saint-Tropez, où elle vendait des souvenirs pour financer son combat pour les animaux. Gérard avait un salon de coiffure juste en face et c’est lui qui m’a accueilli lorsque je suis venu pour la première fois voir Brigitte chez elle. Nous avons tout de suite sympathisé et nous nous sommes revus de nombreuses fois avec Brigitte. Je garde le souvenir d’un homme extrêmement gentil et serviable, qui s’était occupé aussi de sa Maman. Nous étions très complices et je l’aimais beaucoup.

Sa disparition nous rend tous très tristes et nostalgiques…

Quand nos proches et nos amis s’en vont les uns après les autres, c’est forcément un peu de nos vies passées qui s’évapore dans l’éternité…

 

Repose en paix, mon cher Gérard.

Tu resteras dans nos cœurs et nos souvenirs pour toujours.

Avec Brigitte aux côtés de son mari Bernard d'Ormale et de Roger Vadim (à droite), nous assistons à une projection du film « Et Dieu… créa la femme », à Saint-Tropez, le 10 juillet 1995. Je suis entouré de Gérard Montel (à gauche) et de l’animateur Bernard Montiel (à droite). Frank (le secrétaire de B.B.) était également avec nous, évidemment. Une soirée magnifique et inoubliable.

Avec Brigitte aux côtés de son mari Bernard d'Ormale et de Roger Vadim (à droite), nous assistons à une projection du film « Et Dieu… créa la femme », à Saint-Tropez, le 10 juillet 1995. Je suis entouré de Gérard Montel (à gauche) et de l’animateur Bernard Montiel (à droite). Frank (le secrétaire de B.B.) était également avec nous, évidemment. Une soirée magnifique et inoubliable.

8 juin 2002 à Saint-Laurent-du-Var. Avec Frank Guillou et Gérard Montel, nous avions accompagné Brigitte lors d’une séance de dédicaces. Gérard (à droite avec la chemise bleue) est en train de me distraire en me chuchotant une blague à l’oreille…

8 juin 2002 à Saint-Laurent-du-Var. Avec Frank Guillou et Gérard Montel, nous avions accompagné Brigitte lors d’une séance de dédicaces. Gérard (à droite avec la chemise bleue) est en train de me distraire en me chuchotant une blague à l’oreille…

28 septembre 2013. À la Garrigue pour les 79 ans de Brigitte. C’est la dernière fois que j’ai revu Gérard (avec la chemise rouge). Il semblait heureux et détendu… Nous avions ensuite dîné avec Brigitte à L’Esquinade.

28 septembre 2013. À la Garrigue pour les 79 ans de Brigitte. C’est la dernière fois que j’ai revu Gérard (avec la chemise rouge). Il semblait heureux et détendu… Nous avions ensuite dîné avec Brigitte à L’Esquinade.

* * * * * * * *

 

À l’occasion de l’anniversaire de Brigitte Bardot, le 28 septembre 2014, Gérard avait été interviewé pour Var-matin Magazine (voir ci-dessous). 

Article publié dans « Var-matin Magazine » n° 9 de septembre 2014. (Merci à mon amie Pascale G. qui m’a offert cette revue.)

Article publié dans « Var-matin Magazine » n° 9 de septembre 2014. (Merci à mon amie Pascale G. qui m’a offert cette revue.)

(Merci à mon ami Manuel L. pour ces photos de Gérard Montel en compagnie de Brigitte Bardot.)
(Merci à mon ami Manuel L. pour ces photos de Gérard Montel en compagnie de Brigitte Bardot.)
(Merci à mon ami Manuel L. pour ces photos de Gérard Montel en compagnie de Brigitte Bardot.)
(Merci à mon ami Manuel L. pour ces photos de Gérard Montel en compagnie de Brigitte Bardot.)
(Merci à mon ami Manuel L. pour ces photos de Gérard Montel en compagnie de Brigitte Bardot.)

(Merci à mon ami Manuel L. pour ces photos de Gérard Montel en compagnie de Brigitte Bardot.)

Article paru dans « Var-Matin » en mars 2015, juste après l'annonce du décès de Gérard.

Article paru dans « Var-Matin » en mars 2015, juste après l'annonce du décès de Gérard.

Repost 0
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 21:32

Chantal Vienet

Violoniste et dame de cœur 

 

 

C’est mon amie, auteure et violoniste, Annie Batalla, donc je vous ai souvent présenté les livres sur mon Blog, qui m’a mis en relation avec une autre violoniste qu’elle connaît depuis toujours : Chantal Vienet.

Et c’est aussi grâce à Annie que j’ai eu le privilège d’assister, le samedi 5 juillet 2014, à Paris, au cinéma Le Balzac, à une présentation fort émouvante. En effet, un documentaire consacré à Chantal Vienet (Le côté gauche, réalisé par Mathilde Bayle) a été projeté.

 

Cette violoniste, soliste à l’Opéra de Paris, talentueuse et appréciée par tous les mélomanes et les professionnels (le chef d’orchestre Jean-Claude Casadesus était dans la salle), a vécu un drame : atteinte d'une tumeur cérébrale à l’oreille gauche, elle a été opérée mais a perdu l’ouïe après cette intervention. Et à force de rééducation et avec une volonté et un courage exemplaires, elle a réussi à surpasser son handicap et a pu à nouveau jouer du violon et se produire en concert.

Ce fut « une résurrection », confie-t-elle dans le documentaire.

Présentation du documentaire de Mathilde Bayle.

Présentation du documentaire de Mathilde Bayle.

Et là, quelle émotion…

Encore une belle leçon de vie !

 

Après la projection, Chantal nous a fait l'honneur d'interpréter quelques morceaux de son répertoire au violon. Elle était accompagnée au piano par sa sœur jumelle, Christine. Et de nouveau, quelle intense émotion, j’avais les larmes aux yeux, j’étais sous le charme de Chantal et de son violon !


Après ce concert, nous pouvions intervenir au micro, et je voulais le faire, mais je n’ai pas osé.

Je n’aurais pas pu tant j’étais ému. Car je voulais témoigner et remercier Chantal pour le soutien et les jolis mots écrits après le départ de ma Maman adorée. Ils sont restés gravés dans mon cœur et ont pris encore plus de « valeur » depuis que je sais quel drame la frappe… Et malgré cela, cette femme courageuse et battante est restée sensible à la détresse des autres.

 

Je vous propose de découvrir quelques photos de cette première rencontre inoubliable avec une dame de cœur. 

Chantal Vienet, au violon, était accompagnée, au piano, par sa sœur jumelle Christine.
Chantal Vienet, au violon, était accompagnée, au piano, par sa sœur jumelle Christine.
Chantal Vienet, au violon, était accompagnée, au piano, par sa sœur jumelle Christine.
Chantal Vienet, au violon, était accompagnée, au piano, par sa sœur jumelle Christine.

Chantal Vienet, au violon, était accompagnée, au piano, par sa sœur jumelle Christine.

Le célèbre chef d’orchestre, Jean-Claude Casadesus, était présent dans la salle.

Le célèbre chef d’orchestre, Jean-Claude Casadesus, était présent dans la salle.

* * * * * * * *

 

Ensuite, nous nous sommes retrouvés en petit comité dans un restaurant, rue Balzac, et ce fut alors l’occasion d’embrasser (pour la première fois) Chantal et lui dire toute mon admiration pour son talent et cette volonté extraordinaire qu’elle a. Mais elle m’a avoué que c’est l’amour qui l’a sauvée, après sa rencontre avec son mari, Patrice.

Ce fut l’occasion de faire quelques photos en souvenir d’une journée pleine d’amitié et d’émotions. 

Avec Chantal Vienet, le 5 juillet 2014 à Paris.
Avec Chantal Vienet, le 5 juillet 2014 à Paris.

Avec Chantal Vienet, le 5 juillet 2014 à Paris.

Chantal Vienet et son amie Annie Batalla (auteure).

Chantal Vienet et son amie Annie Batalla (auteure).

Chantal (à droite) et sa soeur jumelle entourent leur amie violoniste, Annie Batalla.

Chantal (à droite) et sa soeur jumelle entourent leur amie violoniste, Annie Batalla.

Chantal et Patrice : l’Amour tout simplement…

Chantal et Patrice : l’Amour tout simplement…

* * * * * * * *

 

Petit  clin d’œil pour tous ceux qui aiment Brigitte Bardot…

 

Chantal Vienet m'a confié ressentir beaucoup de tendresse pour Brigitte, qu'elle admire depuis toujour. Elle aimerait, un jour, pouvoir jouer du violon rien que pour elle…

En attendant, elle a adopté le même chignon que B.B. ! Je vous laisse juger…

Le chignon de Brigitte Bardot (à gauche, en 2006) et celui de Chantal Vienet (à droite, en 2014)... Étonnant !

Le chignon de Brigitte Bardot (à gauche, en 2006) et celui de Chantal Vienet (à droite, en 2014)... Étonnant !

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes RENCONTRES
commenter cet article
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 17:10

Polpino et « Alban Dmerlu »

vedettes de l’été en Vendée !

 

 

C’est à l’occasion de ma dernière dédicace à la Maison de la Presse des Sables d’Olonne, le 9 août 2014 (voir un de mes articles précédents), que j’ai rencontré un homme fort sympathique, connu et apprécié de tous en Vendée, l’auteur de bandes dessinées : Polpino.


Alors pourquoi ce surnom ?

Tout simplement parce que Polpino s’appelle en réalité... Paul Pineau !

Tellement évident que je n’y avais pas pensé.

 

Polpino est né en 1968 aux Sables d’Olonne et contrairement à ses frères et à ses cousins, il n’a pas choisi un métier lié à l’activité de la pêche, mais il a préféré les crayons et les couleurs ! Et c’est ainsi qu’il a créé un personnage (Alban Dmerlu – marin-pêcheur retraité et bougon) en 1995, et depuis 19 ans, il dessine pour le Journal des Sables d’Olonne en commentant l’actualité de la semaine de façon humoristique. Soit plus de 1000 dessins à ce jour...

Puis il a eu l’envie de sortir son premier album en collaboration avec un éditeur local très renommé, Les Éditions de Beaupré. Un joli coup éditorial puisque cette BD est n° 1 des ventes dans toute la région. Et c’est mérité ! Voici ce superbe album (une histoire différente par page – 48 pages) sur lequel, Polpino m’a fait une dédicace en relation (indirecte) avec… notre chère Brigitte.

 

Le premier album de Polpino (paru en juillet 2014).

Le premier album de Polpino (paru en juillet 2014).

La dédicace de Polpino à mon intention…

La dédicace de Polpino à mon intention…

* * * * * * * *

 

En effet, bien avant que Brigitte Bardot se rende sur la banquise canadienne (en mars 1977) pour défendre les bébés phoques, sur la côte sauvage de La Chaume, aux Sables d’Olonne, un phoque s’était échoué (dans les années 30). Il avait été « adopté » par la ville et baptisé « Loulou ». Il est resté célèbre et un restaurant gastronomique (installé sur les lieux) porte son nom ! 

« Loulou » est si célèbre en Vendée qu’il figure même sur des cartes postales anciennes !

« Loulou » est si célèbre en Vendée qu’il figure même sur des cartes postales anciennes !

* * * * * * * * 

 

L’album de Polpino est en vente (12 Euros) partout en Vendée et les régions alentour (de Nantes à La Rochelle), mais pas encore au niveau national. Pour vous le procurer, il suffit d’adresser un mail à l’éditeur (qui vous indiquera les conditions précises pour l’envoi avec possibilité de dédicace de l'auteur).

editionsdebeaupre@orange.fr

En compagnie de Polpino, le 9 août 2014, aux Sables d’Olonne.

En compagnie de Polpino, le 9 août 2014, aux Sables d’Olonne.

Dédicace de Polpino pour mon amie Pascale Goguelin (3 octobre 2015).

Dédicace de Polpino pour mon amie Pascale Goguelin (3 octobre 2015).

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes RENCONTRES
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 10:19

Hommage à Micheline Dax

 

 

Impossible de ne pas rendre hommage à Micheline Dax, car je n’ai jamais oublié nos quelques rencontres toujours sympathiques lors des Salons du Livre de l’UCTM où je recevais des auteurs et des comédiens célèbres. La première fois, ce fut en 1987, lorsqu’elle était venue dédicacer son livre de souvenirs (Je suis Gugusse, voilà ma gloire, paru aux éditions Plon en 1985). Nous avions beaucoup rigolé ensemble lors de cette soirée au profit des artistes en difficultés. Elle était très en forme et dialoguait aimablement avec ses futurs lecteurs. Elle avait beaucoup d’humour et une gouaille bien parisienne qui réjouissaient tous les autres auteurs qui signaient à ses côtés. Cela reste pour moi de magnifiques souvenirs.

Avec Micheline Dax, au Salon de l'UCTM, en 1987.

Avec Micheline Dax, au Salon de l'UCTM, en 1987.

* * * * * * * * 

 

Micheline Dax a surtout été une comédienne de théâtre (elle aussi participé à une quarantaine de films et à des séries télévisées), mais pour moi, elle reste liée à jamais au Manège enchanté (car elle doublait la voix de la vache Azalée) et surtout au mythique Muppet Show (elle était la voix de Miss Piggy, la cochonne). Elle a illuminé de sa présence hilarante de célèbres émissions de divertissement comme Les Jeux de 20 heures ou L’Académie des 9 que je regardais toujours chez mes parents.

Elle est de ces artistes inoubliables qui ont marqué l’histoire de la télévision française. Elle fait partie des bons souvenirs de ma jeunesse.

 

(Et aujourd'hui, lundi 28 avril 2014, c'est mon amie Pascale G. qui vient de m'apprendre qu'elle nous a quittés... Encore une belle étoile qui va rejoindre toutes celles de mes chers disparus et rester à jamais dans ma mémoire.).

Charmante Micheline, elle était toujours souriante !

Charmante Micheline, elle était toujours souriante !

Pour tout connaître sur Micheline Dax, je vous propose de consulter le lien ci-dessous :

 

Merci à mon ami Joël A. qui m'a envoyé cette si belle photo de Micheline Dax.

Merci à mon ami Joël A. qui m'a envoyé cette si belle photo de Micheline Dax.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes RENCONTRES
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 02:50

Jeanne Moreau

La plus grande actrice française


« Joyeux Anniversaire ! »


(Mettre le son)

 

J’ai découvert Jeanne Moreau grâce au film Jules et Jim de François Truffaut (1962), lorsque adolescent j’étais un jeune cinéphile passionné. Je notais dans un carnet à spirales (je l’ai encore !) tous les films que je voyais au cinéma mais surtout à la télévision. Ensuite, je me suis intéressé à la carrière de cette immense actrice et je pense avoir vu la majorité de ses films, en tout cas les plus célèbres.

Puis, en 1991, j’ai fait la connaissance de Jean-Michel, un Bordelais qui collectionnait tout sur elle, et comme moi je recherchais absolument tout sur Brigitte Bardot, nous avons d’abord correspondu pour échanger des documents, puis nous nous sommes rencontrés. J’ai découvert alors, à travers l’incroyable collection de cet admirateur, toute la brillante carrière de celle que je considère comme la plus grande actrice française.

Comme je commençais à bien la connaître, j’ai eu envie de lui écrire une longue lettre d’admiration et elle m’a renvoyé une belle photo dédicacée. Puis, je lui ai souvent réécrit, comme ça sans motif particulier, et à chaque fois, en guise de réponse, je recevais une photo avec un mot personnalisé. Ainsi, un jour (allez savoir pourquoi…), je lui ai parlé de mes problèmes amoureux et voici ce qu’elle m’a répondu (ci-dessous) :

 

Dedicace-Jeanne-Moreau-a-Francois-Bagnaud.jpg

Une des plus belles dédicaces que j’ai reçues de Jeanne Moreau.


Puis, à chaque fois que je savais que je pourrais la rencontrer en public à Paris, j’allais la saluer. C’était toujours des moments brefs mais intenses car cette femme, très élégante et si cultivée, avait un tel charisme que j’étais troublé. Elle m’intimidait. Je le lui avouais d’ailleurs et elle souriait, en me disant qu’il ne fallait surtout pas !

Et un jour, en mars 1997, j’ai appris qu’elle dédicaçait un de ses ouvrages (Les plus belles chansons d’amour - Anthologie, Éditions Albin Michel) à la Librairie Gallimard à Paris. J’y suis allé. Elle m’a reconnu, embrassé et m’a demandé si je ne voulais pas l’aider pour accueillir ses lecteurs, lui passer les livres, rendre la monnaie, etc… Et ce furent trois heures inoubliables dont j’ai gardé quelques photos en souvenir :

 

Jeanne-MOREAU--03.97--Blog-Bagnaud.jpg

Jeanne Moreau en dédicace à la Librairie Gallimard (Paris – mars 1997).


Jeanne-MOREAU--03.97--Blog-Bagnaud-1.jpg

Jeanne nous régalait avec quelques chocolats qu’un admirateur venait de lui offrir…

 

(© François Bagnaud – reproduction interdite de ces deux photos sans mon autorisation)


* * * * * * * *

 

 

Biographie de Jeanne Moreau

 

Jeanne Moreau est née à Paris, le 23 janvier 1928.

Son père était gérant d’une grande brasserie parisienne et sa mère (d’origine anglaise) avait été danseuse. Elle a passé son enfance à Vichy puis à Paris.

 

En cachette de ses parents, elle suit des cours de théâtre puis est admise au Conservatoire de Paris en 1947. En 1949, elle épouse le comédien Jean-Louis Richard et donne naissance à son unique enfant : Jérôme. Elle divorcera en 1951.

Elle entre à la Comédie-Française en 1950 et Paris Match lui consacre un grand article ; son père, qui découvre sa vocation, la met à la porte !

Après avoir joué au Festival d’Avignon aux côtés de Gérard Philipe, elle démissionne de la Comédie-Française et commence à faire du cinéma dès 1949.

Elle tournera près de 130 films avec les plus grands réalisateurs et tous les acteurs (et actrices) les plus célèbres. Parmi ses films, mes préférés sont :

 

La Reine Margot (Jean Dréville – 1954)

Ascenseur pour l’échafaud (Louis Malle – 1957)

Les amants (Louis Malle – 1958)

Moderato Cantabile (Peter Brook – 1960)

La Nuit (Michelangelo Antonioni – 1961)

Éva (Joseph Losey – 1962)

La Baie des Anges (Jacques Demy – 1963)

Le Journal d’une femme de chambre (Luis Buñuel – 1964)

Viva Maria (Louis Malle – 1965)

Mademoiselle (Tony Richardson – 1966)

La Mariée était en noir (François Truffaut – 1967)

Monsieur Klein (Joseph Losey – 1976)

La Truite (Joseph Losey – 1982)

Querelle (Rainer Werner Fassbinder – 1982)

Le Miraculé (Jean-Pierre Mocky – 1987)

La Vieille qui marchait dans la mer (Laurent Heynemann – 1991)

Cet amour-là (Josée Dayan – 2002)

Le temps qui reste (François Ozon – 2005)

 

Jeanne Moreau a une réputation de comédienne exigeante et rigoureuse, prête à mettre son talent au service d'œuvres ambitieuses et de metteurs en scène audacieux. Elle parcourt encore le monde entier pour honorer le Cinéma. Elle a été deux fois présidente du Festival de Cannes (1975 et 1995) et des Césars (1986 et 1988). Elle a reçu beaucoup de récompenses internationales et en 1998, Sharon Stone lui a remis l’hommage de l'Académie des Oscars pour l'ensemble de sa carrière. Il s'agit de la plus haute distinction délivrée par cette Académie pour une comédienne internationale, en reconnaissance de sa contribution à l'histoire du Cinéma.

 

Elle réalisera deux films (Lumière – 1976 et L’adolescente – 1979) et jouera environ 60 pièces de théâtre. 

 

Amie et égérie du couturier Pierre Cardin (leurs noms furent souvent associés par la presse…), elle avait épousé en secondes noces (dans les années 70) le réalisateur américain William Friedkin (L’Exorciste - 1973).

Désormais, Jeanne Moreau vit à Paris.

 

 

Parallèlement à sa remarquable carrière d’actrice, Jeanne Moreau a également interprété (avec beaucoup de succès) près de 100 chansons. On se souvient tous de J’ai la mémoire qui flanche et Le Tourbillon, bien sûr.

 

45-Tours-Jeanne-Moreau--Blog-Bagnaud-.jpg

Un des nombreux 45 Tours de ma collection.

(Bande Originale du film Jules et Jim de François Truffaut - 1962)

 

Mais une de mes chansons préférées de Jeanne Moreau est moins connue et elle la chante en duo avec Yves Duteil. Je vous invite à la découvrir : L’adolescente. 


 

« Ce qui est important,

c'est cette lumière intérieure qui est en nous tous. »


(Jeanne Moreau)


(à suivre : Jeanne Moreau et Brigitte Bardot)

* * * * * * * 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes RENCONTRES
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !