Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 13:06

(Article actualisé le 23 septembre 2017)

 

Le 23 septembre 1970, Bourvil nous quittait à l'âge de 53 ans seulement.

 

47 ans déjà...

 

* * * * * * * * 

« Je suis fière d’avoir joué avec Bourvil », dira B.B. quelques années après le tournage.

« Je suis fière d’avoir joué avec Bourvil », dira B.B. quelques années après le tournage.

* * * * * * * *

 

Cette année, j’ai décidé de revoir tous les films de Brigitte Bardot.

Je les ai déjà tous vus, et plusieurs fois, mais jamais dans l’ordre chronologique.

Ce sera l’occasion de vous les présenter avec de multiples détails, des anecdotes et des photos.

Voici donc le premier !

 

Fiche technique

 

Considéré comme « l'idiot de son village », Hippolyte (Bourvil) doit hériter de l’auberge « Le Trou normand » à la condition d’obtenir son certificat d’études. Mais cela ne plait pas du tout à sa tante Augustine (Jane Marken) et à sa cousine Javotte (B.B.), car en cas d’échec, c’est Augustine qui deviendrait propriétaire de l’établissement. Ainsi, à 32 ans, le brave Hippolyte reprend le chemin de l’école sous les moqueries des  deux femmes prêtes à tout pour récupérer l’héritage…

 

Distribution : Bourvil - Brigitte Bardot (Javotte Lemoine) - Jane Marken - Roger Pierre - Jeanne Fusier-Gir - Pierre Larquey - Noël Roquevert - Nadine Basile.

 

Durée : 1 h 34 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc, il a été colorisé récemment.

 

Réalisation : Jean Boyer (1901 - 1965).

Musique : Paul Misraki.

Scénario : Arlette de Pitray (arrière-petite-fille de la Comtesse de Ségur).

 

Le tournage a eu lieu dans les communes de La Vieille-Lyre, La Neuve-Lyre et Conches-en-Ouche (Eure) du 13 mai au 26 juin 1952.

 

Sortie à Paris : 7 novembre 1952.

Sortie aux U.S.A. : 25 novembre 1960 (sous le titre Crazy for love).

 

Box-office France : environ 4 millions d’entrées.

 

 

Quelques anecdotes…

 

C’est le 1er film de Brigitte Bardot alors âgée de 17 ans et demi.

 

La première réplique de B.B. au cinéma (adressée à Jane Marken) est :

« Ben oui… quoi ! Y’a le feu ? ». 

 

Bourvil interprète une chanson un peu « niaise » avec les autres petits écoliers : Les enfants, fan, fan.

Quant à Brigitte, elle déclame (par deux fois…) une tirade de Phèdre de Racine !

 

Le premier baiser de cinéma de Brigitte Bardot (donné à Roger Pierre) aura nécessité… 27 prises de vues !

 

Dans un rôle secondaire (un des journalistes), on peut découvrir Jacques Deray, futur metteur en scène de La Piscine (1969) et Borsalino (1970). Après ce film, il deviendra assistant-réalisateur jusqu’en 1960.

 

Jane Marken (qui interprète la mère de B.B. - Javotte) sera également la mère adoptive de Brigitte (Juliette Hardy) dans Et Dieu… créa la Femme (1956).

 

Quelques affiches du film.Quelques affiches du film.
Quelques affiches du film.Quelques affiches du film.

Quelques affiches du film.

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Ça ne m’enchantait guère. Une histoire “cucu la praline” qui se passait comme son nom l’indique, dans un trou de Normandie, où je devais jouer une petite paysanne pas très sympathique, Javotte. J’étais la cinquième roue du carrosse, c’est à peine si mon nom figurait au générique ! (…) Si l’enfer existe sur cette terre, ce premier film en fut un exemple. (…) Avec courage et résignation, je finis ce film comme on avale un très mauvais médicament. Puis je fis le serment de ne plus jamais recommencer. »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

 

et mon avis…

 

Une comédie un peu « datée » mais que l'on regarde avec plaisir et sans ennui.

Bourvil est toujours aussi drôle dans son rôle de benêt, Jane Marken a beaucoup de gouaille.

Quant à Brigitte, elle est ingénue, coquine et charmante !

J'aime beaucoup la version colorisée...

Brigitte Bardot et Bourvil.
Brigitte Bardot et Bourvil.

Brigitte Bardot et Bourvil.

Brigitte Bardot et Jane Marken.
Brigitte Bardot et Jane Marken. Brigitte Bardot et Jane Marken.

Brigitte Bardot et Jane Marken.

Brigitte Bardot et Roger Pierre. Brigitte Bardot et Roger Pierre. Brigitte Bardot et Roger Pierre.

Brigitte Bardot et Roger Pierre.

Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film. Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film.
Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film. Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film.

Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film.

Aux U.S.A., le film ne sortira qu'en 1960, lorsque Brigitte Bardot sera devenue une star internationale !

Aux U.S.A., le film ne sortira qu'en 1960, lorsque Brigitte Bardot sera devenue une star internationale !

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 14:52
Photo promotionnelle de Brigitte Bardot pour le film « Le Fils de Caroline chérie » en 1954.

Photo promotionnelle de Brigitte Bardot pour le film « Le Fils de Caroline chérie » en 1954.

* * * * * * * *

 

Et voici le 7ème film de Brigitte Bardot…

 

Fiche technique

 

Pendant l'occupation de l'Espagne par les troupes napoléoniennes (1808 - 1813), le beau Juan d'Aranda (Jean-Claude Pascal) se distingue par sa bravoure et aussi par ses succès féminins. Ignorant ses origines françaises, il combattra tout d'abord auprès des guérilleros espagnols, puis sous les ordres du général Gaston de Sallanches (Jacques Dacqmine) qui se révèlera être son père. Plusieurs femmes le tireront de situations critiques : Térésa, une jeune paysanne (Magali Noël), la duchesse d'Albuquerque (Sophie Desmarets), séduites par sa prestance, mais son cœur appartiendra à la mignonne Pilar (B.B.) qu'il croyait être sa sœur !

 

Distribution : Jean-Claude Pascal - Brigitte Bardot (Pilar d’Aranda) - Jacques Dacqmine - Magali Noël - Sophie Desmarets - Georges Descrières - Daniel Ceccaldi - Alfred Adam - Robert Manuel - Michel Etcheverry - Bernard Lajarrige - Marcel Pérès.

 

Durée : 1 h 45 mn.

Tourné en couleurs.

 

Réalisation : Jean Devaivre.

Musique : Georges Van Parys.

Scénario et adaptation : Cécil Saint-Laurent, d’après son propre roman.  

 

Le tournage a eu lieu du 24 juin au 5 septembre 1954, dans les studios de Saint-Maurice (94), et dans les Pyrénées-Orientales : Collioure, Port-Vendres, Argelès-sur-Mer, etc.

 

Sortie à Paris : 11 mars 1955.

 

En Angleterre, le titre du film est : Caroline and the Rebels.

 

Box-office France : environ 1 670 000 entrées.

 

Pêle-mêle chronologique du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

Pêle-mêle chronologique du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Ce film est le 3ème volet d’une trilogie consacrée au personnage « Caroline », imaginé par le romancier Cécil Saint-Laurent. Les deux premiers films avaient pour vedette principale Martine Carol : Caroline chérie (Richard Pottier, 1951) et Un caprice de Caroline chérie (Jean Devaivre, 1953).

 

Brigitte Bardot est en tête du générique féminin et apparaît dès la seconde scène aux côtés de Jean-Claude Pascal. Même si elle semble assez présente tout au long du film, elle ne participe qu’à 9 scènes.

 

Parmi les figurants, on remarquera notamment : Marcel Bozzuffi (son premier rôle – un soldat) et Pascale Roberts (son deuxième film ; elle est actuellement « Wanda » dans la série télévisée Plus belle la vie)

 

Un des assistants-réalisateurs est… Claude Sautet qui deviendra un grand metteur en scène : Les Choses de la vie (1970), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul… et les autres (1974), Un cœur en hiver (1991), etc.

Affiches françaises du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).
Affiches françaises du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

Affiches françaises du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

Le dernier DVD du film sorti en 2015.

Le dernier DVD du film sorti en 2015.

* * * * * * * *

 

Le commentaire de Brigitte Bardot

 

« Martine Carol était à l’apogée de sa carrière. Tous les producteurs se l’arrachaient. Ils ne savaient plus quoi inventer pour attirer le client par son nom magique.

On me demanda alors de tourner un petit rôle dans un film de Jean Devaivre, Le Fils de Caroline chérie. Pourquoi pas Le Cousin germain de Lola Montès ou  Le Frère de lait de Nana ? (…)

Magali Noël était superbe, elle virevoltait et riait avec les uns et les autres. Jean-Claude Pascal, lui aussi superbe et altier, avait l’air de s’amuser avec elle. Et moi, j’avais l’air de tout sauf de la starlette en vogue… (…)

Le film fut très mauvais, Jean-Claude Pascal ne prit pas la place de Martine Carol, Magali Noël non plus et moi encore moins. ».

 (Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

et mon avis…

 

Un film un peu ennuyeux qui a mal vieilli… Mais on le regarde sans déplaisir surtout pour Brigitte Bardot (en brune), jeune fille naïve, timide et amoureuse, et également pour les autres comédiens (totalement oubliés du grand public) : Jean-Claude Pascal, Magali Noël, Sophie Desmarets et quelques seconds rôles (Robert Manuel, Michel Etcheverry, Daniel Ceccaldi, etc.).

L’intrigue est sans surprises et l’on imagine très vite le dénouement…

Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.
Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot. Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.
Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot. Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.
Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot. Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.

Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.

Brigitte Bardot (aux côtés de Magali Noël et Jean-Claude Pascal) lors du tournage du film « Le Fils de Caroline chérie ».
Brigitte Bardot (aux côtés de Magali Noël et Jean-Claude Pascal) lors du tournage du film « Le Fils de Caroline chérie ».

Brigitte Bardot (aux côtés de Magali Noël et Jean-Claude Pascal) lors du tournage du film « Le Fils de Caroline chérie ».

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 23:35
L’une des rares photos de Brigitte Bardot dans le film « Si Versailles m’était conté... » en 1953.

L’une des rares photos de Brigitte Bardot dans le film « Si Versailles m’était conté... » en 1953.

* * * * * * * *

 

Et voici le 6ème film de Brigitte Bardot…

 

 

Fiche technique

 

L'histoire du château de Versailles (dont la construction débuta en 1623, sous le règne de Louis XIII), vue par Sacha Guitry (qui joue le rôle du roi Louis XIV - âgé - et assure la narration), au travers de quelques épisodes historiques et de portraits de personnalités qui y ont vécu.

 

Distribution : Jean Marais - Micheline Presle - Georges Marchal - Claudette Colbert - Gérard Philipe - Daniel Gélin - Jean Richard - Jean-Claude Pascal - Charles Vanel - Bourvil - Gaby Morlay - Orson Welles - Bourvil - Brigitte Bardot (Mademoiselle de Rosille) et de très nombreux autres comédiens français.

 

Durée : 2 h 45 mn. (Lors de ses diffusions à la télévision, il est proposé en deux parties !)

Tourné en couleurs.

 

Réalisation : Sacha Guitry (1885 - 1957).

Musique : Jean Françaix.

Scénario et dialogues : Sacha Guitry.

 

Le tournage a eu lieu dans le Domaine de Versailles et en studio, du 6 juin au 18 septembre 1953.

 

Sortie à Paris : 9 mars 1954.

 

Box-office France : environ 6 987 000 entrées.

Ce film se classe (en 2015) à la 40ème place des plus gros succès des films français en France.

 

Quelques photos du film « Si Versailles m’était conté... » avec Gérard Philipe, Georges Marchal, Jean Marais et Micheline Presle.
Quelques photos du film « Si Versailles m’était conté... » avec Gérard Philipe, Georges Marchal, Jean Marais et Micheline Presle.
Quelques photos du film « Si Versailles m’était conté... » avec Gérard Philipe, Georges Marchal, Jean Marais et Micheline Presle.

Quelques photos du film « Si Versailles m’était conté... » avec Gérard Philipe, Georges Marchal, Jean Marais et Micheline Presle.

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte Bardot n’a qu’une très courte scène face à Jean Marais (le roi Louis XV). Elle prononce juste 2 phrases et quelques mots. Mais elle fait partie de cette éblouissante distribution, ce qui est très valorisant pour la débutante qu’elle était alors…

 

On remarque quelques vedettes de la chanson : Tino Rossi (un gondolier), Annie Cordy (Madame Langlois) et Édith Piaf (une femme du peuple qui entonne le chant révolutionnaire, Ah ! ça ira, ça ira, agrippée aux grilles du château de Versailles).

Le succès de ce film a incité Guitry à réaliser l'année suivante (1955) un second long-métrage du même modèle sur l’histoire de Paris, intitulé : Si Paris nous était conté

Sacha Guitry a pris quelques libertés avec la vérité historique et l’on note donc certaines incohérences…

Une des affiches françaises du film « Si Versailles m’était conté... » (1953) avec une partie de la distribution.

Une des affiches françaises du film « Si Versailles m’était conté... » (1953) avec une partie de la distribution.

 

* * * * * * * *

 

Le commentaire de Brigitte Bardot

 

« Sacha Guitry cherchait une jeune comédienne “pas chère”. (…) Je devais toucher 5000 francs pour une journée de tournage à Versailles. J’acceptai avec joie ! (…)

Je ressemblais à une escalope viennoise avant de passer à la poêle. Avec ma poudre de riz, j’aurais aussi bien pu jouer dans la Compagnie du mime Marceau. La coiffeuse me colla une perruque poudrée sur la tête, je ressemblais à une poupée de chiffon. (…)  On m’avait habillée avec une robe “d’époque”, d’un rose des plus douteux. (…)

À minuit, un assistant vint me chercher. J’arrivai au milieu des lumières, aveuglée, dans le grand salon doré où je devais jouer ma scène avec Jean Marais. J’avais sûrement une allure incroyable, défraîchie, avachie ! On me présenta à Guitry qui dirigeait d’une petite chaise roulante poussée par son assistant. Il avait chapeau, barbe et canne, me regarda longuement et, dubitatif, me demanda à brûle-pourpoint : “Quel âge avez-vous, mon petit ?” Je répondis : “19 ans, Maître”. Avec un petit sourire complice, il me glissa : À votre âge, mon petit, on a le temps d’attendre ! ».

 (Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

et mon avis…

 

Un monument du Cinéma français. Moi qui suis passionné d’Histoire de France et aussi des petites intrigues d’alcôves qui ont souvent changé le destin de notre pays, je ne me lasse pas de regarder ce film, un peu long quand même… Mais revoir tous ces comédiens (dont la plupart sont décédés et oubliés) est un plaisir pour le cinéphile que je suis depuis mon enfance.

Par contre, comme le dit Brigitte Bardot dans ses Mémoires, il ne faut pas éternuer au moment de sa scène sinon on la rate !

 

* * * * * * * *

 

Pour découvrir cette fameuse scène du film où Brigitte Bardot apparaît (à peine 30 secondes…), je vous propose la vidéo ci-dessous : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 00:59
Portrait de Brigitte Bardot pour la promotion du film « Un acte d’amour » en 1953.

Portrait de Brigitte Bardot pour la promotion du film « Un acte d’amour » en 1953.

* * * * * * * *

 

Et voici le 5ème film de Brigitte Bardot…

 

Fiche technique

 

Quelques années après la Seconde Guerre mondiale, l'Américain Robert Teller (Kirk Douglas) se remémore l'époque de la Libération... À Paris, il avait connu Lisa (Dany Robin), une Française, orpheline et timide, sans argent ni papiers d'identité. Au début, elle n’était pas sensible aux charmes du beau soldat. Mais il avait accepté de la faire passer pour sa femme pour lui éviter des ennuis avec la police. Alors, peu à peu, un amour sincère les avait rapprochés... jusqu’au drame final.

 

Film franco-américain

Titre original : Act of Love

 

Distribution : Kirk Douglas - Dany Robin - Barbara Laage - Gabrielle Dorziat - Brigitte Bardot (Mimi) - Serge Reggiani - Fernand Ledoux.  

 

Durée : 1 h 35 mn.

Tourné en noir et blanc.

 

Réalisation : Anatole Litvak (1902 - 1974).

Musique : Michel Emer - Joe Hajos - Michel B. Rosenstein - Henri Betti.

Scénario : Joseph Kessel et Irwing Shaw.

 

Le tournage a eu lieu à Villefranche-sur-Mer (06), aux studios de Joinville et à Paris, du 5 janvier au 14 avril 1953.

 

Sortie aux U.S.A. : 17 décembre 1953.

Sortie à Paris : 7 mai 1954.

 

Box-office France : environ 1 048 000 entrées.

 Brigitte Bardot (aux côtés de Dany Robin) dans « Un acte d’amour » (1953).

Brigitte Bardot (aux côtés de Dany Robin) dans « Un acte d’amour » (1953).

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte Bardot joue le rôle d’une jeune serveuse (Mimi) et apparaît très peu à l’écran. Dans la version originale, elle a tourné en anglais… Elle n’a aucune scène avec Kirk Douglas !

 

C’est la première co-production franco-américaine. C’est donc la France vue par un metteur en scène américain. Cependant, Paris n’a pas été reconstitué en studio, mais filmé réellement.

 

Malgré le talent et le charisme de Kirk Douglas (alors âgé de 37 ans), le film n’a pas eu beaucoup de succès aux États-Unis.

 

À noter, la présence de vedettes débutantes dans des petits rôles de figuration : Dora Doll, Marthe Mercadier et deux futurs partenaires de B.B. : Jess Hahn et Jean-Pierre Cassel.

Affiches (américaine et française) du film « Un acte d’amour » (1953).
Affiches (américaine et française) du film « Un acte d’amour » (1953).

Affiches (américaine et française) du film « Un acte d’amour » (1953).

* * * * * * * *

 

Le commentaire de Brigitte Bardot

 

« Je jouais le rôle d’une soubrette française. (…) Il fallait parler anglais. Je le baragouinais faiblement, et je fus engagée ! (…) J’avais deux nattes, une blouse et un tablier, des chaussettes et des semelles de bois. (…) J’étais en admiration devant Dany Robin, si mignonne, si jolie. Elle aussi était une ancienne danseuse, je m’identifiais à elle, j’en rêvais… (…)

Kirk Douglas était l’acteur américain, le demi-dieu qu’on n’approche jamais. Moi, je l’approchais, je me jetais même contre lui dans les couloirs sombres et glacés. Il me disait “Sorry” et moi, je rougissais ! Il n’était pas très beau, je dois être plus grande que lui, mais il avait un charme extraordinaire. (…)

J’avais deux ou trois phrases à dire, mais il fallait que je les sache au rasoir. (…) Litvak était adorable sous sa couronne de cheveux blancs, et avec ses grands yeux clairs, il riait de mon émotion, de mon trac ! »

 (Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

 

et mon avis…

 

Un film américain typique des années 50… qui se laisse regarder sans ennui, grâce à de grands acteurs comme Kirk Douglas, Dany Robin et Barbara Laage.

Serge Reggiani, qui venait de tourner Casque d’Or (de Jacques Becker, en 1952), fait une prestation remarquée.

Et l’on retrouve avec plaisir des visages connus et d’autres qui le deviendront peu de temps après.

 

* * * * * * * *

 

Pour découvrir une scène du film où Brigitte Bardot apparaît (à peine 30 secondes…), je vous propose la vidéo ci-dessous : 

Quelques photos du film « Un acte d’amour » avec notamment Kirk Douglas, Dany Robin et Barbara Laage.

Quelques photos du film « Un acte d’amour » avec notamment Kirk Douglas, Dany Robin et Barbara Laage.

Couverture (dos) de la revue « Mon Film » (n° 453 du 27 avril 1955) avec Kirk Douglas, à l’occasion de la promotion de « Un acte d’amour ».

Couverture (dos) de la revue « Mon Film » (n° 453 du 27 avril 1955) avec Kirk Douglas, à l’occasion de la promotion de « Un acte d’amour ».

Brigitte Bardot et Kirk Douglas se sont retrouvés à la Mostra de Venise en 1953.

Brigitte Bardot et Kirk Douglas se sont retrouvés à la Mostra de Venise en 1953.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 21:16
Brigitte Bardot et Jean Richard sur le tournage du film « Le Portrait de son père » en 1953.

Brigitte Bardot et Jean Richard sur le tournage du film « Le Portrait de son père » en 1953.

* * * * * * * *

 

Et voici le 4ème film de Brigitte Bardot…

 

Fiche technique

 

Paul, un jeune paysan (Jean Richard), sans instruction ni bonnes manières, hérite de son père (qu'il n'a jamais connu parce qu'enfant naturel) la moitié des parts d’un grand magasin parisien. Malgré une belle-mère acariâtre (Mona Goya) et une demi-soeur existentialiste et délurée (B.B.), il réussit à remettre de l'ordre dans cette affaire et à la rendre florissante, grâce à son bon sens. Mais cette vie à Paris ne lui convient pas… Et après avoir assisté aux fiançailles de sa sœur qui s’est assagie, il lui offre sa part d’héritage et retourne dans son village. Il créera une ferme modèle et vivra heureux avec Marie-Louise (Michèle Philippe), une ex-vendeuse des « Galeries Parisiennes », intelligente et réservée.

 

Distribution : Jean Richard - Brigitte Bardot (Dominique Durand-Dupond dite Domino) - Mona Goya - Michèle Philippe - Philippe Mareuil.

 

Durée : 1 h 30 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc.

 

Réalisation et scénario : André Berthomieu (1903 - 1960).

Musique : Henri Betti.

Dialogues : Roger Pierre (qui fait une petite apparition dans le film).

 

Le tournage a eu lieu à Paris et aux studios de Boulogne-Billancourt du 15 juin au 17 juillet 1953.

 

Sortie à Paris : 13 janvier 1954.

 

Box-office France : environ 1 644 000 entrées. 

Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ». Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».
Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ». Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».
Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ». Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».

Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte Bardot apparaît dès le début du film, en jeune fille délurée et sympathique.

 

Dans des petits rôles, on peut reconnaître Daniel Cauchy et Roger Pierre.  

 

À noter, la présence dans l’équipe technique de Pierre Granier-Deferre (comme 1er assistant-réalisateur), futur grand metteur en scène : Paris au mois d’août (1965), La Horse (1970), Le Chat (1971), La Veuve Couderc (1971). 

Affiches du film « Le Portrait de son père » (1953).
Affiches du film « Le Portrait de son père » (1953).

Affiches du film « Le Portrait de son père » (1953).

« Le Portrait de son père » d’André Berthomieu  avec Jean Richard et Brigitte Bardot (1953)

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Deux mauvais films [Le Trou normand et Manina, la fille sans voiles] pour commencer ma carrière et un troisième qui ne valait pas mieux ! J’acceptai pourtant ce nouveau navet… »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

 

et mon avis…

 

Encore un petit « nanar » caractéristique des années 50…

Dès le début, l’histoire rappelle celle du film Le Trou normand  : un jeune villageois hérite d’une belle affaire familiale et s’attire les foudres de sa belle-mère dont B.B. est la fille. Jean Richard joue moins bien les benêts que Bourvil mais est tout aussi sympathique. Brigitte a pris un peu d’assurance depuis Manina, la fille sans voiles, et ce rôle lui offre plus de spontanéité, plus de scènes où elle peut être elle-même : rigolote, sexy et charmante.

De belles balades dans Paris : Pigalle, les quais de la Mégisserie, les Champs-Élysées et Saint-Germain-des-Prés (« le quartier maudit » où Domino-Brigitte va s’encanailler dans les caves).

Une ambiance déjà d’une autre époque !

Un film un peu daté mais que j’ai pris plaisir à revoir.  

Brigitte Bardot, au Festival de Cannes 1953, un mois avant le tournage du « Portrait de son père ».

Brigitte Bardot, au Festival de Cannes 1953, un mois avant le tournage du « Portrait de son père ».

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 20:34
Brigitte Bardot, jeune débutante, à l’époque du tournage du film « Les Dents longues » en 1952.

Brigitte Bardot, jeune débutante, à l’époque du tournage du film « Les Dents longues » en 1952.

* * * * * * * *

 

Voici un film qui est référencé dans la filmographie de Brigitte Bardot comme étant son 3ème !

Personnellement, je ne le compterais même pas car B.B. joue un rôle de figurante qui n’est pas crédité au générique…

 

Fiche technique

 

Louis Commandeur (Daniel Gélin), un jeune journaliste « aux dents longues » fait ses débuts professionnels à Lyon où il rencontre Éva (Danièle Delorme), dont il s'éprend et qu’il épouse. Très ambitieux, il monte à Paris. Walter (Jean Chevrier), rédacteur en chef d’un grand quotidien Paris France, favorise son ascension. Mais Louis veut prendre le poste de Walter, qu'il obtiendra en se prêtant aux manigances d'un politicien malhonnête. Son épouse hésitera à rester avec lui face à une telle attitude, mais tout finira par s’arranger…

 

Distribution : Daniel Gélin - Danièle Delorme - Jean Chevrier -  Louis Seigner - Brigitte Bardot et Roger Vadim (les témoins du mariage).

 

Durée : 1 h 40 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc.

 

Réalisation : Daniel Gélin (1921 - 2002).

Musique : Paul Misraki.

Scénario : Daniel Gélin, Michel Audiard, Marcel Camus et Jacques Robert (d’après un roman de ce dernier co-scénariste).

 

Le tournage a eu lieu à Lyon, à Paris et aux studios de Boulogne-Billancourt, du 15 septembre au 18 novembre 1952.

 

Sortie à Paris : 11 mars 1953.

 

Box-office France : environ 1 241 000 entrées. 

Le film « Les Dents longues » en images et en chronologie.

Le film « Les Dents longues » en images et en chronologie.

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte Bardot apparaît, avec Roger Vadim, dans une scène qui dure moins d’une minute.

Elle n’a aucun gros plan et aucun texte, elle est une simple figurante qu’on reconnaît à peine…

 

Dans des petits rôles, on peut découvrir Louis de Funès (dont la scène a été écrite par Daniel Gélin spécialement pour le comédien qui joue le rôle de l’employé du « labo photo » du journal), mais aussi Judith Magre et (très furtivement – c’est sa première figuration) Bruno Cremer. Alors complètement inconnus, ils deviendront les grands acteurs que nous connaissons…

 

Les deux comédiens principaux (Daniel Gélin et Danièle Delorme), mariés à l’écran, l’étaient également dans la vie (de 1945 à 1955).  

 

Ce film sera la seule et unique expérience de metteur en scène pour Daniel Gélin…

 

* * * * * * * * 

Affiches du film « Les Dents longues » (1952).
Affiches du film « Les Dents longues » (1952).

Affiches du film « Les Dents longues » (1952).

Sur les VHS et les DVD, le nom de Brigitte Bardot apparaît désormais…

Sur les VHS et les DVD, le nom de Brigitte Bardot apparaît désormais…

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Danièle Delorme et Daniel Gélin, grands amis de Vadim, nous servaient parfois d’alibi. J’allais souvent chez eux, avenue de Wagram, le retrouver. C’est ainsi que, lorsque Daniel Gélin fit sa première mise en scène, avec un film appelé Les Dents longues, il nous demanda à Vadim et moi de jouer les témoins de son mariage avec Danièle Delorme. (…)

Lorsque mes parents acceptèrent enfin, après trois ans d’attente, que j’épouse Vadim, Delorme et Gélin furent naturellement nos témoins à la mairie. »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

et mon avis…

 

Un film typique du cinéma des années 50.

Agréable à regarder, il nous permet de revoir Paris (et Lyon) dans ces années-là, et surtout de pénétrer dans les coulisses d’un grand journal parisien. À la même époque, Roger Vadim et Brigitte Bardot fréquentaient assidûment les bureaux de Paris Match. Ce qui nous donne une idée de l’ambiance…

Les acteurs principaux sont assez convaincants et c’est un plaisir de revoir Louis Seigner et Louis de Funès…

L’une des rares photos avec Brigitte Bardot, extraite du film « Les Dents longues », aux côtés de Daniel Gélin, Danièle Delorme et Roger Vadim.

L’une des rares photos avec Brigitte Bardot, extraite du film « Les Dents longues », aux côtés de Daniel Gélin, Danièle Delorme et Roger Vadim.

* * * * * * * *

 

Et voici (durée : moins d’une minute !), la scène du mariage où Brigitte et Vadim font de la figuration dans Les Dents longues : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:28
Brigitte Bardot et Jean-François Calvé dans « Manina, la fille sans voiles ».

Brigitte Bardot et Jean-François Calvé dans « Manina, la fille sans voiles ».

* * * * * * * *

 

Et voici le 2ème film de Brigitte Bardot (dont le nom figure pour la première fois en tête du générique).

 

Fiche technique

 

Gérard (Jean-François Calvé), un étudiant parisien de 25 ans, se rend près de l’île de Lavezzi (en Corse) pour tenter de retrouver le trésor des Phéniciens caché dans des amphores sous-marines. Pour obtenir facilement un bateau, il s’associe à Éric, un contrebandier malhonnête (Howard Vernon). Arrivé sur l’île, il rencontre la belle Manina (B.B.), la fille du gardien de phare, âgée de 18 ans. Ils tombent amoureux. Et après quelques péripéties, tout finira bien…

 

Distribution : Brigitte Bardot (Manina) - Jean-François Calvé - Howard Vernon - Raymond Cordy.

 

Durée : 1 h 25 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc.

 

Réalisation : Willy Rozier (1901 - 1983).

Musique : Jean Yatove et M. Bianchi.

Le tournage a eu lieu à Cannes, Nice et Golfe-Juan, à Tanger (Maroc), à Calvi et Bonifacio (Corse), à Paris, du 30 juin au 31 août 1952.

 

Sortie à Paris : 27 mars 1953.

Sortie aux U.S.A. : 24 octobre 1958 (sous le titre Manina, the girl in the bikini).

Box-office France : un peu plus d’un million d’entrées.

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte étant encore mineure (17 ans et demi) lors du tournage du film, son père lui avait accordé l’autorisation, mais il a refusé qu’au Maroc des affiches montrant sa fille très dénudée restent placardées sur les murs. Il a obtenu gain de cause et les affiches (qui entre temps avaient été lacérées) ont dû être retirées.

 

Sur toutes les affiches, le mot « voile » est écrit au pluriel alors que dans le générique du film, il est écrit au singulier…

Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».

Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Je m’attendais à l’enfer, je ne trouvai que le purgatoire ! (…) Il y avait du soleil et je gagnai à nouveau 200 000 anciens francs. »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

 

et mon avis…

 

Jusqu’à l’apparition de Brigitte Bardot en bikini à la 40ème minute seulement, le film est assez ennuyeux... 

Puis sa présence redonne à ce « nanar » un peu d’intérêt, malgré un scénario simpliste, des dialogues insignifiants. Et Brigitte « chante » en étant doublée par une voix trop mûre qui ne correspond pas à son âge. Dans ces scènes-là, on frise le ridicule !

Ce film ne vaut d’être vu que pour Brigitte qui est belle, sexy, désirable, troublée et troublante...

 

Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».

Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».

Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.
Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.
Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.

Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.

* * * * * * * *

 

L’acteur principal du film, Jean-François Calvé, est décédé en octobre 2014.

Je lui avais rendu hommage sur mon Blog (lien ci-dessous) :

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 60 livres à ce jour. En 2017, j'ai collaboré à 3 nouveaux livres sur Brigitte Bardot (voir ci-dessous).
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 60 livres à ce jour. En 2017, j'ai collaboré à 3 nouveaux livres sur Brigitte Bardot (voir ci-dessous).

Un premier livre sur Brigitte Bardot (parution le 28 septembre 2017)

Suivez Brigitte Bardot

dans quelques lieux

incontournables...

 

 

par Alain Wodrascka

 

avec la collaboration de

François Bagnaud

 

préface de 

Brigitte Bardot

 

Éditions Favre (Suisse)

 

160 pages illustrées

 

Format : 15 x 22 cm

 

17 Euros 

 

* * * * * * * * 

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un deuxième livre sur Brigitte Bardot (parution le 25 octobre 2017)

Découvrez la carrière

de chanteuse

de Brigitte Bardot

 

 

par Dominique Choulant 

et

François Bagnaud

 

en collaboration avec 

Brigitte Bardot

 

Éditions Flammarion

 

264 pages illustrées

 

Format : 19 x 24 cm

 

24,90 Euros 

 

* * * * * * * * 

Toujours disponible : mon dernier livre sur Brigitte Bardot (paru le 15 février 2017)

Les meilleures répliques

et citations

de Brigitte Bardot

 

 

par François Bagnaud

 

avec la collaboration de

Brigitte Bardot

 

Éditions L'Archipel

 

1200 citations référencées

 

255 pages

 

17 Euros 

 

* * * * * * * *