Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 18:15
Colette Renard chez elle avec l'un de ses chats.

Colette Renard chez elle avec l'un de ses chats.

* * * * * * * *

 

Mon amie Colette Renard partageait une passion avec Brigitte Bardot : celle des animaux et en particulier les chats. Elle a en eu beaucoup dans sa vie et ils étaient pour elle de merveilleux compagnons, apaisants, libres mais fidèles.


Je vous propose de la découvrir en juin 1978 dans sa propriété située en Vallée de Chevreuse, près de Paris, où elle évoque ses petits compagnons. Un joli document plein de tendresse et de nostalgie, surtout pour moi qui suis allé souvent dans cette belle maison perdue dans les bois...

 

(Durée du reportage : 7 mn 54)

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Colette RENARD
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 09:51

Brigitte Bardot et Colette Renard aux côtés de Pierre Massimi

 

 

(Article actualisé le 11 octobre 2016)

3 ans déjà....

 

 

Voilà un comédien attachant auquel je souhaitais rendre hommage depuis plusieurs mois.

Pierre Massimi a été injustement oublié du grand public et le cinéma français ne lui a jamais offert le statut de vedette qu’il méritait. Mais il a illuminé nos petits écrans par sa présence radieuse dans des séries télévisées comme Belle et Sébastien (1965) – Foncouverte (1965) – Les Secrets de la Mer Rouge (1968) qui l’ont rendu très célèbre dans ces années-là, comme en témoigne cette « Une » de Télé 7 Jours

Couverture « Télé 7 Jours » n° 426 du 18 mai 1968.

Couverture « Télé 7 Jours » n° 426 du 18 mai 1968.

 

* * * * * * * *

 

Pierre Massimi est né le 28 juillet 1935 en Corse.

Ancien élève de l’École Centrale de Paris, il renonce à être ingénieur pour devenir comédien. Il obtient son premier rôle au cinéma dans un film de Sacha Guitry, Si Paris nous était conté (1955). Mais ce sont des feuilletons télévisés qui vont le rendre très populaire. Ensuite, on le verra dans une quinzaine de films (toujours des seconds rôles) et quelques séries à succès : La Dame de Monsoreau (1971), Arsène Lupin (1971).

Il sera le partenaire de Brigitte Bardot et Alain Delon dans Les Amours célèbres (1961).

Au début des années 1990, il abandonne son métier d’acteur et se retire dans sa Corse natale. Il dirige alors une entreprise de transport par hélicoptère pendant quelques années.

Il  décède le 11 octobre 2013, à l’hôpital de Bastia, au terme d’une longue maladie ; il avait 78 ans.

Pierre Massimi (2ème en partant de la gauche) interprétait « Otto », l’écuyer d’Alain Delon, dans le film « Les Amours célèbres » avec Brigitte Bardot  et Jean-Claude Brialy (1961). (Merci à mon ami Joël A. pour ces 2 photos.)
Pierre Massimi (2ème en partant de la gauche) interprétait « Otto », l’écuyer d’Alain Delon, dans le film « Les Amours célèbres » avec Brigitte Bardot  et Jean-Claude Brialy (1961). (Merci à mon ami Joël A. pour ces 2 photos.)

Pierre Massimi (2ème en partant de la gauche) interprétait « Otto », l’écuyer d’Alain Delon, dans le film « Les Amours célèbres » avec Brigitte Bardot et Jean-Claude Brialy (1961). (Merci à mon ami Joël A. pour ces 2 photos.)

* * * * * * * *

 

Dans ses mémoires (Initiales B.B. – Éditions Grasset, 1996), Brigitte Bardot évoque ce bel acteur :

« Je regardais derrière lui [Alain Delon, son partenaire dans le film] et trouvais les yeux violets, une tête d’homme superbe, un corps magnifique qui appartenaient à Pierre Massimi qui jouait le rôle de l’écuyer. Comme Alain ne me regardait jamais dans les scènes d’amour, mais qu’il regardait le spot placé dans mon dos pour faire ressortir le bleu de ses yeux, je fis la même chose, déclarant ma flamme en regardant derrière Delon les yeux de Pierre Massimi qui me le rendait bien.

Ce fut sublime !

Delon disant son amour à un projecteur, moi à son écuyer !

Et on s’étonne que le sketch fut mauvais !

Si à la place de Delon, on avait mis Pierre Massimi, on aurait pu y croire ! »

 

* * * * *

 

Le journaliste Yves Bigot (qui n’a  jamais interviewé Brigitte Bardot) laisse entendre sans sa biographie de la star qu’il y aurait eu une aventure amoureuse entre B.B. et Pierre Massimi… Une révélation que Brigitte n’a pas souhaité commenter. 

« (…) Delon, qu’elle trouve assez déplaisant en jeune coq attendant son heure alors qu’elle rejoint discrètement le comédien corse Pierre Massimi. »

(Page 121 - Brigitte Bardot, la femme la plus belle et la plus scandaleuse au monde

Éditions Don Quichotte, 2014)

 

* * * * * * * *

 

Autre rencontre qui me touche beaucoup… celle de Pierre Massimi avec mon amie Colette Renard.

Cela s’est passé devant les caméras de la télévision, pour l’émission « L’École des Vedettes », diffusée le 30 mars 1961. Ensemble, ils interprétaient un extrait de L’Opéra de Quat’sous

30 mars 1961 - Colette Renard et Pierre Massimi. (© Jean-Claude Perdriet / INA.)

30 mars 1961 - Colette Renard et Pierre Massimi. (© Jean-Claude Perdriet / INA.)

Repost 0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 01:47

6 octobre 2010

Colette Renard nous quittait…

 

6 ans déjà...

(Article actualisé le 6 octobre 2016)

 

Il y a des dates qui restent gravées pour toujours dans notre mémoire : celles des naissances, des anniversaires, des mariages (ou des Pacs), et aussi celles des décès de tous ceux qu’on aime… Plus on avance en âge, et plus notre calendrier personnel se remplit de petites croix.

 

Alors, chaque 6 octobre, encore plus que les autres jours, je pense à mon amie Colette Renard avec tendresse.
Je me souviens lorsque le téléphone a sonné, ce matin-là, à 8 heures, mon cœur s’est mis à battre plus vite car je savais qu’on allait m’annoncer une mauvaise nouvelle… Elle était en fin de vie, après des mois de lutte contre un cancer, et j’attendais son départ, tristement... Je n’ai pas pu me rendre à ses obsèques, car je devais m’occuper de ma Maman.

 

Autant que possible, je continuerai de l’évoquer sur mon Blog, de vous faire connaître la grande artiste qu’elle était et que j’ai découverte seulement en 1997, lors de notre première rencontre, chez elle à Milon-la-Chapelle (78). Quelle femme élégante et extraordinaire, avec un fort caractère, mais surtout un talent, une discipline, un courage qui forçent le respect. Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup d’admiration pour elle…

 

Colette-Renard-et-Francois-Bagnaud--02-2003-.jpg

Complicité entre Colette Renard et moi, lors d’un goûter chez une de nos amies en février 2003.

 

Plutôt que de parler longuement de Colette avec des mots trop élogieux, trop affectés, trop intimes, le mieux est de vous conseiller la lecture de ses mémoires auxquels j’ai collaboré :

 

1998/11 - Raconte-moi ta chanson (Colette RENARD)Raconte-moi ta chanson

de

Colette Renard

(sous la direction de François Bagnaud)

 

319 pages

Cahier intérieur avec 40 photos

 

Éditions Grasset (1998)

 

(En vente sur le site Amazon notamment)   

 

 

 

* * * * * * * *

 

Colette-Renard-sur-scene--Blog-Francois-Bagnaud--copie-1.jpg

Colette Renard sur la scène de l’Olympia.
Une gestuelle étudiée, une diction parfaite, une artiste complète.

 

* * * * * * * *

 

Et puis, Colette Renard, il faut la voir et l’écouter chanter…

Je vous propose, en ce jour-anniversaire de sa disparition, une de mes chansons préférées, nostalgique et lucide, sur le temps qui passe et nous emportera tous… (lien direct ci-dessous) :

 

Les lignes de ma vie

(émission diffusée le 31 décembre 1979)

 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Colette RENARD
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 19:05

Nouveau calendrier 2015 de l’INA

« Les chanteuses de légende »

 

 

Trois raisons pour moi d’acheter ce nouveau calendrier 2015 publié par l’INA (« Les chanteuses de légende ») : Barbara, Brigitte Bardot et Colette Renard y figurent !

 

Voici les chanteuses proposées par l’INA :

 

Couverture et décembre : Barbara

Janvier et juillet : Françoise Hardy

Février : Juliette Gréco

Mars et octobre : Édith Piaf

Avril et septembre : Brigitte Bardot

Mai : Dalida

Juin : Patachou

Août : Anna Karina

Novembre : Colette Renard.

 

Format : 29,7 x 42 cm.

Prix : 24 Euros (plus frais de port). 

 

(Merci à mon ami François L. pour cette information.)

Barbara est en couverture du calendrier et aussi sur la page de décembre 2015.
Barbara est en couverture du calendrier et aussi sur la page de décembre 2015.

Barbara est en couverture du calendrier et aussi sur la page de décembre 2015.

Brigitte Bardot illustre les mois d’avril et de septembre 2015.
Brigitte Bardot illustre les mois d’avril et de septembre 2015.

Brigitte Bardot illustre les mois d’avril et de septembre 2015.

Colette Renard apparaît au mois de novembre 2015.

Colette Renard apparaît au mois de novembre 2015.

* * * * * * * * 

 

Pour commander ce calendrier, rendez-vous sur le site de l’INA (lien ci-dessous) : 

Repost 0
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 18:57

Hommage à mon amie Colette

(1924 – 2010)

 

 

Impossible pour moi, à chaque Toussaint, de ne pas penser encore plus à mon amie Colette.

Elle est née un 1er novembre, et comme je suis natif du 30 octobre, nous étions « Scorpion », cela nous avait rapprochés encore plus… Très croyants tous les deux, je me souviens particulièrement d’une longue discussion en 1999 dans un train qui nous ramenait de Saint-Cyr-sur-Mer où je l’avais accompagnée à un Salon du Livre. Nous avions les mêmes interrogations sur la vieillesse et la mort, les mêmes appréhensions et aussi les mêmes attentes et les mêmes doutes sur « l’Après-vie »…

 

Ce 1er novembre 2014, Colette Renard aurait eu 90 ans.

Et si ce terrifiant fléau (le cancer) ne l’avait pas emportée, je sais qu’elle serait encore une des vedettes de Plus Belle la Vie où elle incarnait la tante Rachel, « la mémoire du quartier du Mistral ». Elle aimait cette nouvelle aventure qui l’avait poussée (en 2004) à déménager à Marseille où elle était très heureuse. Mais c’est sur scène, je crois, qu’elle a connu ses plus grandes joies professionnelles. J’ai eu le bonheur de l’accompagner à chacun de ses récitals à partir de 1998. Encore de merveilleux souvenirs qui m’aident parfois à vivre lorsque la nostalgie et la tristesse sont trop présentes…


Merci, chère Colette, pour tant de belles années d’amitié.


Je vous propose de revoir quelques photos de Colette Renard sur scène…

17 septembre 2002 au Théâtre Dejazet à Paris. (© Éric Fougère - Merci à Stéphane Mulys).

17 septembre 2002 au Théâtre Dejazet à Paris. (© Éric Fougère - Merci à Stéphane Mulys).

Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.
Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.

Colette Renard sur scène : une grande Dame de la Chanson française.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Colette RENARD
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 19:52

Un bel hommage à Colette Renard

 

 

C’est à L’Aiguillon-sur-Mer (85), pas très loin de chez moi, le samedi 24 mai 2014, que j’ai eu le plaisir de rencontrer (enfin) la chanteuse Charlotte. Elle m'avait invité à venir l'applaudir dans son récital où elle interprète les chansons de mon amie Colette Renard. Un très bel hommage que j’ai découvert dans une « formule » que je n’avais jamais testée… Malheureusement, le public n’était pas très nombreux, peut-être à cause de cette façon innovante de proposer un spectacle « chez l’habitant », et c’est seulement une dizaine de spectateurs (très privilégiés) qui ont pu apprécier (comme moi) le talent et la gentilesse de Charlotte. 

Affiche du spectacle « Chansons de Colette Renard » présenté à L’Aiguillon-sur-Mer  ; à droite le public. Affiche du spectacle « Chansons de Colette Renard » présenté à L’Aiguillon-sur-Mer  ; à droite le public.

Affiche du spectacle « Chansons de Colette Renard » présenté à L’Aiguillon-sur-Mer ; à droite le public.

* * * * * * * * 

 

Comme pour Barbara, il m’est toujours très difficile d’entendre des chansons reprises ou « ré-actualisés » par un autre artiste. Mais là, j’ai beaucoup aimé et j’ai été très ému par ce récital. En effet, Charlotte interprète le répertoire de Colette Renard dans le même style qu'elle mais sans aucune imitation et sans le dénaturer.

De plus, entre chaque chanson, elle nous raconte, en chronologie, la vie et la carrière de Colette, en s’inspirant de ses mémoires Raconte-moi ta chanson (Éditions Grasset, 1998). Ce livre fut ma première collaboration avec Colette et surtout le début de notre amitié. Aussi, j’ai réécouté l’histoire de sa vie avec beaucoup de nostalgie…


Durant son récital, Charlotte a interprété les chansons suivantes de Colette Renard :

Tais-toi Marseille - Avec les Anges - Zon Zon Zon

Pauvre Maman - Mon homme est un guignol

Croquemitoufle - La Taxi Girl - Marie La Bleue

Les Musiciens - Pourquoi faut-il que les hommes s’ennuient

Ils voulaient voir la mer - La môme Caniche

Les nuits d’une demoiselle - Les lignes de ma vie

En forme de poire - Le Marin et la Rose

Charlotte durant son récital à L’Aiguillon-sur-Mer.
Charlotte durant son récital à L’Aiguillon-sur-Mer.

Charlotte durant son récital à L’Aiguillon-sur-Mer.

* * * * * * * * 

 

Au cours de la soirée, Charlotte m’a expliqué qu’elle avait assisté au tour de chant de Colette Renard au Théâtre de Dix-Heures (à Paris) au moment de la publication de ses mémoires (fin 1998). Elle avait pu lui dire toute son admiration et avait acheté son livre. Charlotte chantait déjà Le Marin et la Rose depuis de nombreuses années et après cette rencontre, elle avait souhaité connaître davantage le répertoire de Colette afin d’y découvrir d'autres « perles ». Et c’est ainsi qu’elle a eu plusieurs coups de coeur, comme Mon Homme est un guignol ou La Taxi Girl qui l'ont convaincue de monter ce tour de chant. Et depuis, Charlotte se produit régulièrement à Paris ; elle espère trouver encore d'autres salles pour présenter son récital à un plus grand nombre de personnes…

Affiche et CD du spectacle de Charlotte en hommage à Colette Renard.

Affiche et CD du spectacle de Charlotte en hommage à Colette Renard.

Je suis très heureux d’avoir pu (enfin) applaudir Charlotte. Ce fut une rencontre émouvante pour moi, car après le spectacle, avec les invités présents, nous avons pu longuement évoquer Colette Renard autour d’un délicieux petit en-cas. C’était très chaleureux et je remercie vivement les hôtes de cette soirée, Claude et Vincent,  chez lesquels je pense revenir découvrir d’autres artistes et peut-être même un conteur vendéen… 

Avec Charlotte, le 24 mai 2014. En souvenir d’une soirée riche en émotions…

Avec Charlotte, le 24 mai 2014. En souvenir d’une soirée riche en émotions…

* * * * * * * * 

 

Et pour terminer cet hommage à Colette Renard, je vous propose de l'écouter dans l'un de ses premiers succès extrait de la comédie musicale « Irma la Douce » : Ah ! Dis donc, dis donc.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Colette RENARD
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 18:28

2 nouveaux CDs de

Colette Renard

 

 

Une bonne nouvelle pour tous ceux qui, comme moi, admirent Colette Renard.

La société RDM vient de rééditer en CD, deux anciens 33 Tours, que je vous présente ci-dessous (en vente sur Amazon et Price Minister). L’occasion de (re)découvrir un répertoire un peu oublié mais interprété par une des plus belles voix de la Chanson Française.

 

 CD-Colette-Renard--Blog-Francois-Bagnaud--2.jpg

Colette Renard à l’Olympia

(Réédition du 33 Tours LD. 505-30)

(Parution : juin 2012)

 

12 chansons (plus l’introduction et le final par l’orchestre Raymond Legrand) :  Emmène-moi, Les Musiciens, La taxi-girl, Itinéraire, l’Orphéon, Les regrets de jeunesse, Mon homme est un guignol, Cœur de rubis, Je m’appelle Daysie, Petite annonce sentimentale, La Sainte Flemme, Irma la Douce.

 

* * * * * * * *

 

 CD-Colette-Renard--Blog-Francois-Bagnaud--1.jpg

La Chanson Française

(Réédition du 33 Tours STE. 33 44 010-30)

(Parution : mai 2012)

 

22 chansons qui ont marqué la jeunesse de nos grands-parents et qu’on écoutera avec nostalgie d’un temps que nous n’avons pas (ou peu) connu…

Ah ! Si vous voulez d’l’amour, Plaisir d’amour, Ici l’on pêche, La plus bath des javas, Si petite, Tel qu’il est, Les Goélands, Le doux caboulot, Je ne peux pas vivre sans amour – Pars – Du gris, Le temps des cerises, Ah ! Le petit vin blanc, La petite église, Escale, Mandarines, Ce chaland qui passe, Rose blanche, J’en ai marre, Chanson tendre, Refrain des chevaux de bois, Le bleu des bleuets, La java, Lettre à Nini. 

 

(Merci à mon ami Bruno pour ces informations)

 

* * * * * * * *

 

Évidemment, quand on lit ces titres qui pour la plupart nous sont inconnus, on peut comprendre pourquoi Colette Renard est un peu « oubliée » actuellement… Mais pour l’avoir vue sur scène à partir de 1998 et être devenu son conseiller littéraire et son ami, je la considère comme une des plus grandes artistes féminines des années 50 et 60, dans la même catégorie que Piaf, Gréco, Barbara, Cora Vaucaire et d’autres encore. Quand on étudie sa carrière, on se rend compte qu’après avoir été révélée par la comédie musicale Irma la Douce en 1956, elle fut une immense vedette populaire qui a rempli plusieurs fois des salles mythiques comme l’Olympia ou Bobino, parcouru le monde entier pour représenter (à la demande du ministère de la Culture) la Chanson Française, vendu des millions de disques. 

 

 Magnifique sur scène...

Colette Renard sur scène dans les années 60.

Une interprète à la diction parfaite, élégante et d’une très grande classe.

 

Je vous propose d'écouter un extrait du premier CD :  « Les Musiciens ».

 

 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Colette RENARD
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 22:57

Une tendre pensée

pour mon amie Colette…

 

Colette Renard est née le 1er novembre 1924 à Ermont (95).

Elle aurait fêté aujourd’hui ses 87 ans.

Elle repose pour l’éternité dans le petit cimetière de Milon-la-Chapelle (78).

 

Comme moi, elle était Scorpion, et elle s’interrogeait beaucoup sur la mort.

Je me souviens, en 1999, lors du retour d’un Salon du livre en province où je l’avais accompagnée, d’une belle conversation dans le TGV. Nous avions longuement évoqué notre angoisse face à la mort, et nos doutes, nos craintes, malgré notre foi catholique.

Que se passe-t-il réellement… après la mort ? Une forme de « vie » différente, inconcevable, dans une autre dimension ou bien le néant absolu ? Mais alors à quoi bon vivre, se battre, lutter, souffrir, si « après », il n’y avait plus rien. 

Que des questions restées, ce jour-là, sans réponses…

Nous étions totalement en phase sur ce sujet très intime. Ces confidences que nous avons échangées pour la première fois, nous avaient beaucoup rapprochés.

 

Carte-postale-Colette-Renard.jpg

Carte postale dédicacée de Colette Renard, chanteuse !

 

Je sais que malgré la souffrance et le traumatisme de ses derniers mois de vie, à cause de son cancer, elle aura quand même été comblée par le succès de la série Plus Belle la Vie, dans laquelle elle incarnait Rachel. À son décès, le 6 octobre 2010, ses producteurs avaient annoncé qu’il lui consacrerait un épisode spécial pour lui rendre hommage. Tous les fans du feuilleton et aussi les admirateurs de Colette attendent toujours...! 

La tante Rachel a purement et simplement disparu de la série. Elle est en voyage… et personne au « Mistral » (le bar dans le feuilleton) ne s’étonne qu’elle ne revienne pas !

 

Colette-Renard-dans-Plus-Belle-La-Vie.jpg

Carte postale dédicacée de Colette Renard, comédienne dans Plus Belle la Vie !


Régulièrement, des lecteurs (comme moi évidemment !) écrivent dans les rédactions des magazines pour déplorer que notre chère Colette soit déjà oubliée et qu’aucun documentaire ne soit diffusé à la télévision. Malheureusement, elle n’est pas la seule artiste dans ce cas-là…

 

Colette-oubliee.jpg

Ma lettre publiée dans France-Dimanche (octobre 2010) quelques jours après sa disparition.

 

 

Colette-RENARD--FD-2011-.jpg

Article paru dans le « Courrier des lecteurs » de France-Dimanche (octobre 2011), un an après son décès.

 

Mais heureusement, quelques admirateurs comme Romain Pontaud, sympathique et passionné (qui vient de créer une « Page Colette Renard » sur Facebook), continuent de lui rester fidèle et d’entretenir la mémoire de cette immense artiste.

 

* * * * * * * *

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Colette RENARD
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 18:22

Un timbre en hommage à Colette Renard

 

Un an déjà que mon amie Colette Renard s’en est allée chanter avec les anges…

Le 6 octobre 2010, tous les admirateurs de Rachel, son personnage récurrent dans la série télévisée Plus Belle la Vie et aussi ceux qui l’apprécient comme chanteuse, étaient très tristes d’apprendre sa disparition à l’âge de 86 ans des suites d’un cancer.

 

Alors, en ce jour anniversaire, une bonne nouvelle cependant me va droit au cœur : la Poste édite (le 17 octobre) un bloc de 6 timbres en hommage à de grands artistes de la Chanson française. Colette Renard (la seule femme de cette première série) côtoie Claude Nougaro, Henri Salvador, Serge Reggiani, Daniel Balavoine et Gilbert Bécaud.

 Timbre-2010-avec-Colette-Renard.JPG

(Merci à mon ami Didier pour cette info…)

 

C’est toujours avec beaucoup de nostalgie que j’évoque les personnes que j’ai aimées, mais c'est agréable de se souvenir aussi des jours heureux comme ce tendre moment avec ma chère Colette…

 C'est un privilège et une chance d'avoir connu une artiste et une femme comme elle.

 

 Francois-Bagnaud-et-Colette-Renard--24-novembre-98-.JPG

Avec Colette Renard, en novembre 1998, après un de ses récitals au Théâtre de Dix-Heures…

J'ai été à ses côtés tous les soirs durant trois semaines !

 

Et puis, Colette Renard, il faut évidemment l’écouter chanter…

Une voix bien particulière avec une diction parfaite, un charisme et un magnifique texte sur le temps qui passe : Les lignes de ma vie.

* * * * * * * *

 

Chère Colette,

vous êtes toujours dans mon cœur,

et si présente dans ma maison, en photos et en chansons…

Je ne vous oublierai jamais.

 

* * * * * * * *

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Colette RENARD
commenter cet article
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 01:59

Norbert Glanzberg

d’Édith Piaf à Colette Renard

(avec un clin d’œil à Bardot…)

 

Invité par mes amis Didier et Christophe à aller applaudir le spectacle qui « cartonne » en ce moment à Paris (au Théâtre de la Gaîté Montparnasse), Padam Padam, j’en suis ressorti très enthousiaste. Un hommage (à un grand compositeur) emmené par une véritable artiste de music-hall (Isabelle Georges) que je ne connaissais pas. Elle sait tout faire : chanter, danser, faire des claquettes, jouer la comédie et en plus, elle est ravissante. Entourée par 3 musiciens extraordinaires, qui ne se contentent pas de jouer de leurs instruments, mais qui chantent et dansent également.

 

Affiche-Padam-Padam.jpg 

Ce spectacle très rythmé nous raconte, en une vingtaine de chansons, l’histoire de Norbert Glanzberg, un compositeur de talent que j’ai découvert à cette occasion.

Ce nom ne vous dira peut-être rien (à moi non plus avant de voir ce spectacle...).

Et pourtant, quelle carrière et quelle vie mouvementée…

 

Norbert Glanzberg est un compositeur né le 12 octobre 1910 à Rohatyn en Galicie.

En 1911, sa famille fuit la Pologne pour se réfugier en Bavière. Enfant prodige, Norbert danse sur les tables avec son violon et joue du jazz à la brasserie du coin, avant d'entrer au Conservatoire. Engagé à 19 ans comme chef de chœur et assistant chef d'orchestre à Aix-la-Chapelle, il y croise Bela Bartok.

En 1930, il écrit ses premières musiques de film pour Billy Wilder et Max Ophüls. Mais le régime fasciste fait rage en Allemagne et, en 1933, Goebbels le désigne comme « artiste juif dégénéré ».

Norbert s'exile alors à Paris où il rencontre, en 1936, un autre apatride, Django Reinhardt.

Pour gagner sa vie, il joue dans les bals musettes et les arrière-salles à Pigalle.

En 1938, il fait la connaissance de Lys Gauty et lui écrit Le bonheur est entré dans mon cœur.  Il devient accompagnateur musical de chanteurs. Pas pour longtemps : dès 1939, il est mobilisé dans l'armée polonaise en exil. Démobilisé en 1940, Norbert rejoint Marseille et la zone libre (à pied !).

Il est engagé dans les tournées de Tino Rossi et d'Édith Piaf – dont il devient le protégé.

Mais en 1942, il est dénoncé (comme juif) et emprisonné ; l'actrice Marie Bell organise sa fuite avec l'aide d'un gardien de prison corse. Jusqu'en 1944, il se cache à Antibes, où il rencontre la Résistance intellectuelle : Paul Éluard, Jacques Prévert, Aragon, Elsa Triolet et René Julliard. 

De 1946 à 1948, il part en tournée dans le monde entier avec Charles Trenet et Tino Rossi.

En 1949, Édith Piaf crée Padam Padam, puis (entre autres) Mon manège à moi. Yves Montand interprète Les grands boulevards (1951) et Colette Renard triomphe avec Ça c'est d’la musique (1958). Il compose des musiques de films dont La Lumière d’en face avec Brigitte Bardot (1955), Michel Strogoff avec Curd Jürgens (1956) ou Mon oncle (de Jacques Tati – 1958).

Et jusqu'aux années 70, il collabore avec Pétula Clark, Dalida et Mireille Mathieu.

En 1983, il revient à la musique classique en composant une suite de lieder à partir de poèmes écrits par des prisonniers (La mort est un maître de l'Allemagne) et un concerto pour deux pianos (La Suite Yiddish).

Il décède le 25 février 2001 à Paris.

 

* * * * * * * *

 

Ce compositeur de talent a un « lien » avec deux de mes artistes préférées :

 

Colette Renard pour qui il composa Ça c’est d’la musique. Un de ses plus grands succès.

 

 

2 - Vogue EPL 7544

 

Et indirectement… Brigitte Bardot, puisqu’il composa la musique de l’un de ses premiers grands films (un peu méconnu et c'est bien dommage...) : La Lumière d’en face de Georges Lacombe (1955). 

 

1955---La-Lumiere-d-en-face--avec-Raymond-Pellegrin-.jpg

Raymond Pellegrin et Brigitte Bardot dans La Lumière d’en face (1955).

 

* * * * * * * *

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Colette RENARD
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur 2 livres inédits sur B.B. :  avec Alain Wodrascka (28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant (25 octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka (28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant (25 octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !