Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2015 4 25 /06 /juin /2015 15:11
Brigitte Bardot, sublime et mythique, dans « Et Dieu… créa la femme », réalisé par Roger Vadim en 1956.

Brigitte Bardot, sublime et mythique, dans « Et Dieu… créa la femme », réalisé par Roger Vadim en 1956.

* * * * * * * *

 

Merci à mon ami Joël A. qui m’a fait découvrir un Blog sympa qui propose de revoir les lieux de tournage de quelques grands films, à l’époque et… actuellement. Ainsi, par exemple, je vous propose de revoir les belles scènes du film Et Dieu… créa la femme avec Brigitte Bardot. Ce film fut tourné en 1956 à Saint-Tropez par Roger Vadim. L’occasion de vérifier comment la « tornade B.B. » a transformé ce petit village de pêcheurs (alors connu par quelques privilégiés)  qui est devenu ensuite l’un des plus célèbres de la planète.

 

Voici quelques premiers exemples de photos… 

Sur les lieux du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » avec Brigitte Bardot
Sur les lieux du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » avec Brigitte Bardot
Sur les lieux du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » avec Brigitte Bardot
Sur les lieux du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » avec Brigitte Bardot
Le même lieu à l'époque du tournage du film en 1956 à Saint-Tropez... et maintenant !
Le même lieu à l'époque du tournage du film en 1956 à Saint-Tropez... et maintenant !

Le même lieu à l'époque du tournage du film en 1956 à Saint-Tropez... et maintenant !

* * * * * * * *

 

Pour plus de photos du tournage de Et Dieu… créa la femme, je vous invite à visiter le Blog ci-dessous (pour l’instant, un seul film de B.B. est proposé).

Et lorsque vous irez à Saint-Tropez, amusez-vous à retrouver tous les endroits où Brigitte Bardot a tourné les scènes de son film-culte… 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
26 mars 2015 4 26 /03 /mars /2015 12:57
Spot radio de Brigitte Bardot contre l’hippophagieSpot radio de Brigitte Bardot contre l’hippophagie

« Ne mangez plus de viande de cheval ! »

 

 

Tel est le message enregistré par Brigitte Bardot ces jours-ci.

La Fondation Brigitte Bardot a acheté des espaces publicitaires sur les antennes de France Bleu (réseau de 44 radios locales du groupe Radio France), et le message (texte intégral ci-dessous) sera diffusé à partir du jeudi 26 mars 2015 pendant trois semaines.

 

« Bonjour, c’est Brigitte Bardot.

C’est avec une grande émotion et beaucoup d’espoir que je demande votre aide pour l'abolition de l'hippophagie.

Souvenez-vous : les chevaux de guerre qui ont donné leurs vies par centaines de milliers, les chevaux de trait, tellement indispensables, et encore les chevaux de courses qui font gagner des sommes fabuleuses.

Tous méritent notre respect et notre reconnaissance.

Le cheval est un animal noble et digne, qui ne doit plus être abattu dans l’horreur et l’épouvante pour finir en steaks et en lasagnes.

Alors, ne mangez plus de cheval, je vous en supplie !

Aidez-moi aussi à transformer ce combat en victoire.

Merci. »

 

Spot radio de Brigitte Bardot contre l’hippophagie

* * * * * * * * 

 

Interrogée par téléphone depuis La Madrague à Saint-Tropez par l’AFP, Brigitte Bardot a déclaré notamment :

 

« Depuis toujours, je me bats contre le fait de manger du cheval. (…) C’est scandaleux et épouvantable, absolument ignoble dans un pays civilisé comme la France. Ça me mine la vie. (…) Pour mes 80 ans [le 28 septembre 2014], j'ai demandé au Gouvernement de m'accorder l'arrêt de l'hippophagie et l'abolition des sacrifices rituels halal et casher. Évidemment, je n'ai rien eu du tout ! Comme je ne sais plus par quel bout m'y prendre, j'ai décidé de m'adresser directement aux Français, en désespoir de cause. (…) Je veux gagner ce combat contre la viande de cheval avant de passer de l'autre coté de la barrière. C'est parce que je ne peux pas compter sur ce Gouvernement que je demande l'appui du public. Sensibiliser les gens, c'est le dernier espoir qui me reste. (…) Le cheval, la plus belle conquête de l'homme, n'est pas un animal de ferme : c'est comme un chien ou un chat. On ne peut pas le manger. ».

 

* * * * * * * *

 

Pour écouter le spot et en savoir plus sur ce combat contre l'hippophagie, je vous invite à vous rendre sur le site spécialement créé par la Fondation Brigitte Bardot pour informer le grand public (lien ci-dessous).

Brigitte Bardot, chez elle à La Garrigue (Saint-Tropez), en mars 1993.

Brigitte Bardot, chez elle à La Garrigue (Saint-Tropez), en mars 1993.

Repost 0
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 22:38
« Moi je joue » (de Brigitte Bardot) par Lana Del Rey

* * * * * * * *

 

C’est mon ami Didier B. qui vient de me faire découvrir cette version « samplée » de Moi je joue (le tube de Brigitte Bardot) par Lana Del Rey.


D’après certains sites d’admirateurs de la chanteuse américaine, celle-ci aurait enregistré cette chanson en 2010 mais finalement le titre n’a jamais été distribué, et le projet aurait été abandonné en octobre 2012.

Il reste une version disponible sur le Net que je vous propose d’écouter…

On reconnaît bien la voix de B.B. mêlée à celle de Lana Del Rey.

Pochettes originales des 45 Tours (« Moi je joue ») de Brigitte Bardot parus en 1964.
Pochettes originales des 45 Tours (« Moi je joue ») de Brigitte Bardot parus en 1964.

Pochettes originales des 45 Tours (« Moi je joue ») de Brigitte Bardot parus en 1964.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 21:16
Brigitte Bardot et Jean Richard sur le tournage du film « Le Portrait de son père » en 1953.

Brigitte Bardot et Jean Richard sur le tournage du film « Le Portrait de son père » en 1953.

* * * * * * * *

 

Et voici le 4ème film de Brigitte Bardot…

 

Fiche technique

 

Paul, un jeune paysan (Jean Richard), sans instruction ni bonnes manières, hérite de son père (qu'il n'a jamais connu parce qu'enfant naturel) la moitié des parts d’un grand magasin parisien. Malgré une belle-mère acariâtre (Mona Goya) et une demi-soeur existentialiste et délurée (B.B.), il réussit à remettre de l'ordre dans cette affaire et à la rendre florissante, grâce à son bon sens. Mais cette vie à Paris ne lui convient pas… Et après avoir assisté aux fiançailles de sa sœur qui s’est assagie, il lui offre sa part d’héritage et retourne dans son village. Il créera une ferme modèle et vivra heureux avec Marie-Louise (Michèle Philippe), une ex-vendeuse des « Galeries Parisiennes », intelligente et réservée.

 

Distribution : Jean Richard - Brigitte Bardot (Dominique Durand-Dupond dite Domino) - Mona Goya - Michèle Philippe - Philippe Mareuil.

 

Durée : 1 h 30 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc.

 

Réalisation et scénario : André Berthomieu (1903 - 1960).

Musique : Henri Betti.

Dialogues : Roger Pierre (qui fait une petite apparition dans le film).

 

Le tournage a eu lieu à Paris et aux studios de Boulogne-Billancourt du 15 juin au 17 juillet 1953.

 

Sortie à Paris : 13 janvier 1954.

 

Box-office France : environ 1 644 000 entrées. 

Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ». Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».
Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ». Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».
Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ». Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».

Brigitte Bardot dans « Le Portrait de son père ».

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte Bardot apparaît dès le début du film, en jeune fille délurée et sympathique.

 

Dans des petits rôles, on peut reconnaître Daniel Cauchy et Roger Pierre.  

 

À noter, la présence dans l’équipe technique de Pierre Granier-Deferre (comme 1er assistant-réalisateur), futur grand metteur en scène : Paris au mois d’août (1965), La Horse (1970), Le Chat (1971), La Veuve Couderc (1971). 

Affiches du film « Le Portrait de son père » (1953).
Affiches du film « Le Portrait de son père » (1953).

Affiches du film « Le Portrait de son père » (1953).

« Le Portrait de son père » d’André Berthomieu  avec Jean Richard et Brigitte Bardot (1953)

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Deux mauvais films [Le Trou normand et Manina, la fille sans voiles] pour commencer ma carrière et un troisième qui ne valait pas mieux ! J’acceptai pourtant ce nouveau navet… »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

 

et mon avis…

 

Encore un petit « nanar » caractéristique des années 50…

Dès le début, l’histoire rappelle celle du film Le Trou normand  : un jeune villageois hérite d’une belle affaire familiale et s’attire les foudres de sa belle-mère dont B.B. est la fille. Jean Richard joue moins bien les benêts que Bourvil mais est tout aussi sympathique. Brigitte a pris un peu d’assurance depuis Manina, la fille sans voiles, et ce rôle lui offre plus de spontanéité, plus de scènes où elle peut être elle-même : rigolote, sexy et charmante.

De belles balades dans Paris : Pigalle, les quais de la Mégisserie, les Champs-Élysées et Saint-Germain-des-Prés (« le quartier maudit » où Domino-Brigitte va s’encanailler dans les caves).

Une ambiance déjà d’une autre époque !

Un film un peu daté mais que j’ai pris plaisir à revoir.  

Brigitte Bardot, au Festival de Cannes 1953, un mois avant le tournage du « Portrait de son père ».

Brigitte Bardot, au Festival de Cannes 1953, un mois avant le tournage du « Portrait de son père ».

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 20:34
Brigitte Bardot, jeune débutante, à l’époque du tournage du film « Les Dents longues » en 1952.

Brigitte Bardot, jeune débutante, à l’époque du tournage du film « Les Dents longues » en 1952.

* * * * * * * *

 

Voici un film qui est référencé dans la filmographie de Brigitte Bardot comme étant son 3ème !

Personnellement, je ne le compterais même pas car B.B. joue un rôle de figurante qui n’est pas crédité au générique…

 

Fiche technique

 

Louis Commandeur (Daniel Gélin), un jeune journaliste « aux dents longues » fait ses débuts professionnels à Lyon où il rencontre Éva (Danièle Delorme), dont il s'éprend et qu’il épouse. Très ambitieux, il monte à Paris. Walter (Jean Chevrier), rédacteur en chef d’un grand quotidien Paris France, favorise son ascension. Mais Louis veut prendre le poste de Walter, qu'il obtiendra en se prêtant aux manigances d'un politicien malhonnête. Son épouse hésitera à rester avec lui face à une telle attitude, mais tout finira par s’arranger…

 

Distribution : Daniel Gélin - Danièle Delorme - Jean Chevrier -  Louis Seigner - Brigitte Bardot et Roger Vadim (les témoins du mariage).

 

Durée : 1 h 40 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc.

 

Réalisation : Daniel Gélin (1921 - 2002).

Musique : Paul Misraki.

Scénario : Daniel Gélin, Michel Audiard, Marcel Camus et Jacques Robert (d’après un roman de ce dernier co-scénariste).

 

Le tournage a eu lieu à Lyon, à Paris et aux studios de Boulogne-Billancourt, du 15 septembre au 18 novembre 1952.

 

Sortie à Paris : 11 mars 1953.

 

Box-office France : environ 1 241 000 entrées. 

Le film « Les Dents longues » en images et en chronologie.

Le film « Les Dents longues » en images et en chronologie.

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte Bardot apparaît, avec Roger Vadim, dans une scène qui dure moins d’une minute.

Elle n’a aucun gros plan et aucun texte, elle est une simple figurante qu’on reconnaît à peine…

 

Dans des petits rôles, on peut découvrir Louis de Funès (dont la scène a été écrite par Daniel Gélin spécialement pour le comédien qui joue le rôle de l’employé du « labo photo » du journal), mais aussi Judith Magre et (très furtivement – c’est sa première figuration) Bruno Cremer. Alors complètement inconnus, ils deviendront les grands acteurs que nous connaissons…

 

Les deux comédiens principaux (Daniel Gélin et Danièle Delorme), mariés à l’écran, l’étaient également dans la vie (de 1945 à 1955).  

 

Ce film sera la seule et unique expérience de metteur en scène pour Daniel Gélin…

 

* * * * * * * * 

Affiches du film « Les Dents longues » (1952).
Affiches du film « Les Dents longues » (1952).

Affiches du film « Les Dents longues » (1952).

Sur les VHS et les DVD, le nom de Brigitte Bardot apparaît désormais…

Sur les VHS et les DVD, le nom de Brigitte Bardot apparaît désormais…

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Danièle Delorme et Daniel Gélin, grands amis de Vadim, nous servaient parfois d’alibi. J’allais souvent chez eux, avenue de Wagram, le retrouver. C’est ainsi que, lorsque Daniel Gélin fit sa première mise en scène, avec un film appelé Les Dents longues, il nous demanda à Vadim et moi de jouer les témoins de son mariage avec Danièle Delorme. (…)

Lorsque mes parents acceptèrent enfin, après trois ans d’attente, que j’épouse Vadim, Delorme et Gélin furent naturellement nos témoins à la mairie. »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

et mon avis…

 

Un film typique du cinéma des années 50.

Agréable à regarder, il nous permet de revoir Paris (et Lyon) dans ces années-là, et surtout de pénétrer dans les coulisses d’un grand journal parisien. À la même époque, Roger Vadim et Brigitte Bardot fréquentaient assidûment les bureaux de Paris Match. Ce qui nous donne une idée de l’ambiance…

Les acteurs principaux sont assez convaincants et c’est un plaisir de revoir Louis Seigner et Louis de Funès…

L’une des rares photos avec Brigitte Bardot, extraite du film « Les Dents longues », aux côtés de Daniel Gélin, Danièle Delorme et Roger Vadim.

L’une des rares photos avec Brigitte Bardot, extraite du film « Les Dents longues », aux côtés de Daniel Gélin, Danièle Delorme et Roger Vadim.

* * * * * * * *

 

Et voici (durée : moins d’une minute !), la scène du mariage où Brigitte et Vadim font de la figuration dans Les Dents longues : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 18:59

« Portrait d’artiste » sur TV Vendée

Hommage à Brigitte et à Serge

 

 

C’est mon éditeur parisien (Hugo & Cie) qui m’a proposé de participer de nouveau à une émission sur TV Vendée. C’est évidemment avec plaisir que j’ai accepté puisque j’habite désormais dans cette belle région vendéenne et qu’il s’agissait de parler de… Brigitte Bardot.

L’émission « Portrait d’artiste » est un entretien convivial avec la sympathique Aïda Valceanu, qui présente chaque semaine de nombreux artistes : auteurs, peintres, danseurs, comédiens, etc… (Vendéens pour la plupart).

 

L’enregistrement s’est déroulé dans l’après-midi du jeudi 29 janvier 2015 dans une ambiance super agréable, et j’avoue que si on m’invite à venir présenter mes futurs ouvrages, j’accepterai immédiatement et avec enthousiasme (petit clin d’œil à Aïda... !).

 

L'émission a été diffusée pour la première fois, le mercredi 4 mars 2015 (puis en replay sur le site de TV Vendée pendant une année).

Sur le plateau de « Portrait d’artiste », le 29 janvier 2015, avec Aïda Valceanu. Sur le plateau de « Portrait d’artiste », le 29 janvier 2015, avec Aïda Valceanu.

Sur le plateau de « Portrait d’artiste », le 29 janvier 2015, avec Aïda Valceanu.

* * * * * * * *

 

Le but de l’émission était de présenter le livre Bardot – Gainsbourg : passion fulgurante (co-écrit avec Alain Wodrascka, publié chez Hugo & Cie en 2014) et de parler de ma relation amicale avec Brigitte.

Au cours de cet hommage à B.B. et à Serge Gainsbourg, on peut visionner deux extraits des clips mythiques : Bonnie and Clyde et Harley Davidson.

 

* * * * * * * * 


(Merci infiniment à Aïda Valceanu, Valentine et Adeline, Fanny et toute l’équipe technique de TV Vendée.)

 

Je vous propose de regarder cette émission très sympa (durée : 13 minutes)…

 

Et pour ceux qui voudraient en savoir plus sur le livre que je présente dans cette émission, il suffit de relire mon article ci-dessous :

Repost 0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 23:27
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)

Brigitte Bardot au Festival de Cannes 1955

 

 

Le site « Gala.fr » a consacré un bel article à la mode des « jupes midi » et a pris comme exemple une séance de photos de Brigitte Bardot lors du Festival de Cannes en 1955 (et non pas 1953 comme indiqué dans l’article d’origine…).

 

Rémi­nis­cence fifties, la jupe midi fait son grand retour dans nos vestiaires. Après une arri­vée timide cet automne, elle s’im­pose pour les beaux jours. On craque pour cet indis­pen­sable démo­cra­tisé par Brigitte Bardot.

 

Les hauteurs de Cannes, au printemps 1955, Brigitte Bardot, encore blonde véni­tienne, affiche l’in­sou­ciance de ses 20 ans. Pour cette séance photo immor­ta­li­sée sous un soleil de plomb dont seule la Médi­ter­ranée a le secret, l’ac­trice en herbe arbore les pièces phares du vestiaire fifties: un top rouge au décol­leté en cœur qui dévoile sa gorge pulpeuse, assor­tit à des balle­rines – un autre indis­pen­sable de la jeune femme. Mais la pièce « must-have » est sans conteste sa jupe évasée.

 

Bapti­sée « jupe midi » pour sa longueur en dessous des genoux, à mi-mollets, elle s’étire en trapèze comme la corolle d’une fleur à peine éclose. Cein­tu­rée, elle souligne la taille fine de Brigitte Bardot, et inscrit à jamais cette image dans un âge d’or du cinéma français. Ringar­di­sée au profit de la jupe mini, la jupe midi voit pour­tant l’an­née 2015 lui dérou­ler le tapis rouge. Alors que les années 1950 reviennent en force sur la planète mode, toutes les marques imaginent sa décli­nai­son.

 

(Merci à mon ami Manuel L. pour cette information.)

 

* * * * * * * *

 

Ne nous privons pas du plaisir de revoir quelques-unes des photos de B.B. avec sa « jupe midi » prises à Cannes en 1955…

 

« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
« Gala.fr » met à l’honneur Brigitte Bardot et sa « jupe midi » (en 1955)
Repost 0
25 février 2015 3 25 /02 /février /2015 12:28
Brigitte Bardot et Jean-François Calvé dans « Manina, la fille sans voiles ».

Brigitte Bardot et Jean-François Calvé dans « Manina, la fille sans voiles ».

* * * * * * * *

 

Et voici le 2ème film de Brigitte Bardot (dont le nom figure pour la première fois en tête du générique).

 

Fiche technique

 

Gérard (Jean-François Calvé), un étudiant parisien de 25 ans, se rend près de l’île de Lavezzi (en Corse) pour tenter de retrouver le trésor des Phéniciens caché dans des amphores sous-marines. Pour obtenir facilement un bateau, il s’associe à Éric, un contrebandier malhonnête (Howard Vernon). Arrivé sur l’île, il rencontre la belle Manina (B.B.), la fille du gardien de phare, âgée de 18 ans. Ils tombent amoureux. Et après quelques péripéties, tout finira bien…

 

Distribution : Brigitte Bardot (Manina) - Jean-François Calvé - Howard Vernon - Raymond Cordy.

 

Durée : 1 h 25 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc.

 

Réalisation : Willy Rozier (1901 - 1983).

Musique : Jean Yatove et M. Bianchi.

Le tournage a eu lieu à Cannes, Nice et Golfe-Juan, à Tanger (Maroc), à Calvi et Bonifacio (Corse), à Paris, du 30 juin au 31 août 1952.

 

Sortie à Paris : 27 mars 1953.

Sortie aux U.S.A. : 24 octobre 1958 (sous le titre Manina, the girl in the bikini).

Box-office France : un peu plus d’un million d’entrées.

 

Quelques anecdotes…

 

Brigitte étant encore mineure (17 ans et demi) lors du tournage du film, son père lui avait accordé l’autorisation, mais il a refusé qu’au Maroc des affiches montrant sa fille très dénudée restent placardées sur les murs. Il a obtenu gain de cause et les affiches (qui entre temps avaient été lacérées) ont dû être retirées.

 

Sur toutes les affiches, le mot « voile » est écrit au pluriel alors que dans le générique du film, il est écrit au singulier…

Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».

Quelques affiches du film « Manina, la fille sans voiles ».

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Je m’attendais à l’enfer, je ne trouvai que le purgatoire ! (…) Il y avait du soleil et je gagnai à nouveau 200 000 anciens francs. »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

 

et mon avis…

 

Jusqu’à l’apparition de Brigitte Bardot en bikini à la 40ème minute seulement, le film est assez ennuyeux... 

Puis sa présence redonne à ce « nanar » un peu d’intérêt, malgré un scénario simpliste, des dialogues insignifiants. Et Brigitte « chante » en étant doublée par une voix trop mûre qui ne correspond pas à son âge. Dans ces scènes-là, on frise le ridicule !

Ce film ne vaut d’être vu que pour Brigitte qui est belle, sexy, désirable, troublée et troublante...

 

Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».
Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».

Quelques photos avec Brigitte Bardot extraites du film « Manina, la fille sans voiles ».

Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.
Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.
Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.

Brigitte Bardot durant le tournage en Corse.

* * * * * * * *

 

L’acteur principal du film, Jean-François Calvé, est décédé en octobre 2014.

Je lui avais rendu hommage sur mon Blog (lien ci-dessous) :

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
17 février 2015 2 17 /02 /février /2015 19:03
« Je suis fière d’avoir joué avec Bourvil », dira B.B. quelques années après le tournage.

« Je suis fière d’avoir joué avec Bourvil », dira B.B. quelques années après le tournage.

* * * * * * * *

 

Cette année, j’ai décidé de revoir tous les films de Brigitte Bardot.

Je les ai déjà tous vus, et plusieurs fois, mais jamais dans l’ordre chronologique.

Ce sera l’occasion de vous les présenter avec de multiples détails, des anecdotes et des photos.

Voici donc le premier !

 

Fiche technique

 

Considéré comme « l'idiot de son village », Hippolyte (Bourvil) doit hériter de l’auberge « Le Trou normand » à la condition d’obtenir son certificat d’études. Mais cela ne plait pas du tout à sa tante Augustine (Jane Marken) et à sa cousine Javotte (B.B.), car en cas d’échec, c’est Augustine qui deviendrait propriétaire de l’établissement. Ainsi, à 32 ans, le brave Hippolyte  reprend le chemin de l’école sous les moqueries des  deux femmes prêtes à tout pour récupérer l’héritage…

 

Distribution : Bourvil - Brigitte Bardot (Javotte Lemoine) - Jane Marken - Roger Pierre - Jeanne Fusier-Gir - Pierre Larquey - Noël Roquevert - Nadine Basile.

 

Durée : 1 h 34 mn. Existe en DVD.

Tourné en noir et blanc, il a été colorisé récemment.

 

Réalisation : Jean Boyer (1901 - 1965).

Musique : Paul Misraki.

Scénario : Arlette de Pitray (arrière-petite-fille de la Comtesse de Ségur).

 

Le tournage a eu lieu dans les communes de Neuve-Lyre et de Vieille-Lyre (Eure) du 13 mai au 26 juin 1952.

 

Sortie à Paris : 7 novembre 1952.

Sortie aux U.S.A. : 25 novembre 1960 (sous le titre Crazy for love).

 

Box-office France : environ 4 millions d’entrées.

 

 

Quelques anecdotes…

 

C’est le 1er film de Brigitte Bardot alors âgée de 17 ans et demi.

 

La première réplique de B.B. au cinéma (adressée à Jane Marken) est :

« Ben oui… quoi ! Y’a le feu ? ». 

 

Bourvil interprète une chanson un peu « niaise » avec les autres petits écoliers : Les enfants, fan, fan.

Quant à Brigitte, elle déclame (par deux fois…) une tirade de Phèdre de Racine !

 

Le premier baiser de cinéma de Brigitte Bardot (donné à Roger Pierre) aura nécessité… 27 prises de vues !

 

Dans un rôle secondaire (un des journalistes), on peut découvrir Jacques Deray, futur metteur en scène de La Piscine (1969) et Borsalino (1970). Après ce film, il deviendra assistant-réalisateur jusqu’en 1960.

 

Jane Marken (qui interprète la mère de B.B. - Javotte) sera également la mère adoptive de Brigitte (Juliette Hardy) dans Et Dieu… créa la Femme (1956).

 

Quelques affiches du film.Quelques affiches du film.
Quelques affiches du film.Quelques affiches du film.

Quelques affiches du film.

* * * * * * * *

 

Commentaire de Brigitte Bardot

 

« Ça ne m’enchantait guère. Une histoire “cucu la praline” qui se passait comme son nom l’indique, dans un trou de Normandie, où je devais jouer une petite paysanne pas très sympathique, Javotte. J’étais la cinquième roue du carrosse, c’est à peine si mon nom figurait au générique ! (…) Si l’enfer existe sur cette terre, ce premier film en fut un exemple. (…) Avec courage et résignation, je finis ce film comme on avale un très mauvais médicament. Puis je fis le serment de ne plus jamais recommencer. »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

 

et mon avis…

 

Une comédie un peu « datée » mais que l'on regarde avec plaisir et sans ennui.

Bourvil est toujours aussi drôle dans son rôle de benêt, Jane Marken a beaucoup de gouaille.

Quant à Brigitte, elle est ingénue, coquine et charmante !

J'aime beaucoup la version colorisée...

Brigitte Bardot et Bourvil.
Brigitte Bardot et Bourvil.

Brigitte Bardot et Bourvil.

Brigitte Bardot et Jane Marken.
Brigitte Bardot et Jane Marken. Brigitte Bardot et Jane Marken.

Brigitte Bardot et Jane Marken.

Brigitte Bardot et Roger Pierre. Brigitte Bardot et Roger Pierre. Brigitte Bardot et Roger Pierre.

Brigitte Bardot et Roger Pierre.

Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film. Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film.
Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film. Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film.

Photos de Brigitte Bardot (jeune starlette) utilisées pour la promotion du film.

Aux U.S.A., le film ne sortira qu'en 1960, lorsque Brigitte Bardot sera devenue une star internationale !

Aux U.S.A., le film ne sortira qu'en 1960, lorsque Brigitte Bardot sera devenue une star internationale !

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 18:36

Dans l’intimité de Brigitte à Saint-Tropez…

 

 

Un de mes correspondants vient de m’envoyer un grand article sur Brigitte Bardot publié dans le magazine Vogue (n° 943 – décembre 2013 / janvier 2014). Ce reportage nous invite à pénétrer dans les deux propriétés de B.B. à Saint-Tropez (La Madrague et La Garrigue). Il a été réalisé par David Teboul pour illustrer son documentaire Bardot, la méprise, qui a été diffusé pour la première fois le mercredi 27 novembre 2013 sur Arte.

Article de 6 pages publié dans « Vogue » n° 943 (déc. 2013 – janv. 2014).
Article de 6 pages publié dans « Vogue » n° 943 (déc. 2013 – janv. 2014).
Article de 6 pages publié dans « Vogue » n° 943 (déc. 2013 – janv. 2014).
Article de 6 pages publié dans « Vogue » n° 943 (déc. 2013 – janv. 2014).
Article de 6 pages publié dans « Vogue » n° 943 (déc. 2013 – janv. 2014).
Article de 6 pages publié dans « Vogue » n° 943 (déc. 2013 – janv. 2014).

Article de 6 pages publié dans « Vogue » n° 943 (déc. 2013 – janv. 2014).

Repost 0

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur 2 livres inédits sur B.B. :  avec Alain Wodrascka (fin août 2017) et avec Dominique Choulant (octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka (fin août 2017) et avec Dominique Choulant (octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !