Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2016 6 07 /05 /mai /2016 08:37

Brigitte et Gunter

"La star française épouse

un play-boy allemand

devant un juge d'origine irlandaise

dans une ville américaine"

(dixit la presse de l'époque...)



(7 mai 2016 : 5 ans déjà...)

 

Lorsque le dimanche 8 mai 2011, à 14 h 30, Frank, le secrétaire de B.B., m’a téléphoné pour m’annoncer (juste après Brigitte) la mort de Gunter Sachs, j’ai été stupéfait et submergé par l’émotion. Car je savais que Brigitte allait être effondrée et terriblement triste. Encore un de ses amours qui la quittait pour l’éternité (après Vadim, Nino Ferrer, Gilbert Bécaud, Sacha Distel et tant d’autres amis chers à son cœur). Encore une page de nos belles « années Bardot » qui se déchirait tragiquement…

 1966 - Avec son mari Gunter Sachs

Brigitte et Gunter, heureux et amoureux,

durant l’été 1966, quelques jours après leur mariage à Las Vegas.

 

* * * * * * * * 

 

Gunter Sachs est né le 14 novembre 1932 en Allemagne et est décédé le samedi 7 mai 2011. Il s’est suicidé dans son chalet de Gstaad en se tirant une balle dans la tête. Il souffrait de la maladie d’Alzheimer et ne supportait pas que son état se dégrade. Dans une lettre qu’il a laissé à sa famille, il explique qu'il avait une « maladie sans espoir » et perdait la mémoire ainsi que la faculté de penser et de s'exprimer clairement. « La perte de contrôle intellectuel sur ma vie aurait été un état indigne. Cette menace fût toujours pour moi l'unique critère pour mettre fin à mon existence », écrit-il. Il avait aussi exprimé le vœu, avant sa mort, que cette lettre soit publiée.

Le play-boy milliardaire, photographe, collectionneur et mécène, avait acquis la nationalité suisse en 1976. Il était l'arrière petit-fils d'Adam Opel, fondateur de la célèbre marque automobile allemande. Grande figure de la «  jet-set » internationale des années 1960 et 1970, il avait eu de nombreuses liaisons dont une avec la Princesse Soraya, alors ex-épouse du dernier Shah d'Iran.

 

BB et Gunter à Tahiti (21.07 

Brigitte et Gunter en voyage de noces à Tahiti (Juillet 1966).

 

Le 14 juillet 1966, à Las Vegas, il avait épousé Brigitte Bardot, quelques semaines seulement après l’avoir rencontrée à Saint-Tropez et lui avoir offert des milliers de roses qu’il avait fait jeter, par un hélicoptère, sur La Madrague. Brigitte fut immédiatement séduite par la folie de cet homme magnifique et si romantique…

 

« J'avais déjà connu bien des hommes, j'avais aimé, vécu des passions, mais ce soir-là, je m'envolais, portée par Gunter dans un monde féerique, que je n'avais jamais connu et que je ne connaîtrais jamais plus. La nuit était à nous. », avoue-elle dans ses Mémoires (Initiales B.B. – Grasset, 1996).

 

Elle est alors entraînée dans un tourbillon de folies, de rires, de danses, elle fait le tour du monde avec son mari et ses copains de l’époque. Elle semble heureuse. Elle l’était à ce moment-là… Puis les jeunes mariés rentrent à Paris, et Brigitte découvre alors l’univers sophistiqué, riche à millions de son mari  avec des domestiques, des chauffeurs et des convenances… Et elle n’a qu’une envie, c’est rentrer vivre dans sa petite Madrague sans prétention. Mais elle est vraiment amoureuse de Gunter… Alors elle le suit à Gstaad, en Bavière, au Festival de Cannes, etc…

Mais en 1967, elle rencontre Serge Gainsbourg avec qui elle vivra une courte passion. Il lui écrira Je t’aime moi non plus mais Gunter lui demandera de ne pas sortir cette chanson à scandale.

Cette aventure qui semble n’être qu’une « réponse » aux trop longues « absences » de Gunter, va peu à peu les éloigner, malgré leur attachement. Et doucement, sans disputes, sans amertume ni regrets, le couple divorcera le 1er  octobre 1969.

La même année, Gunter Sachs épouse Mirja Larsson, un mannequin suédois qui ressemble beaucoup à B.B.

 

 BB-et-Gunter--Shalako-.jpg

Gunter et Brigitte sur le tournage de Shalako (début 1968).

 

Brigitte et Gunter sont toujours restés en très bons termes et se téléphonaient régulièrement.

Lorsque le 17 juin 1987, Brigitte a vendu ses biens les plus précieux pour obtenir la somme nécessaire pour la reconnaissance d’utilité publique de sa jeune Fondation, Gunter Sachs a racheté tous les bijoux qu’il lui avait offerts et qu’elle vendait ce jour-là. Un geste élégant et plein d’amour… que Brigitte a beaucoup apprécié.

Gunter n’oubliait jamais les anniversaires de Brigitte et il faisait souvent des dons importants à sa Fondation à cette occasion-là.

Je me souviens... Pour les 60 ans de Brigitte, le 28 septembre 1994, j’étais auprès d’elle à Bazoches lorsque Gunter téléphona pour lui souhaiter son anniversaire. Il lui a offert, cette année-là, 60 000 Dollars pour sa Fondation. Brigitte été très touchée par tant de générosité et d’amour. Elle avait les larmes aux yeux en raccrochant. C’est un « vrai Seigneur », me dit-elle.

La dernière fois que les deux ex-époux se sont revus, c’était au Théâtre Marigny, le 28 septembre 2006, pour la célébration des 20 ans de la Fondation. Gunter avait fait le déplacement exprès pour féliciter sa chère Bri-Bri. Ils se sont longuement embrassés et j’ai vu dans leurs regards beaucoup de complicité et de tendresse.

 

* * * * * * * *     

 

Aujourd’hui, en écrivant cet hommage, je pense d’abord au courage de Gunter qui a choisi lui-même de mettre fin à sa vie avant que la maladie ne le rende dépendant. Et je pense aussi à l’immense chagrin de Brigitte, à sa détresse… Elle est actuellement si choquée que Frank, son secrétaire, a décidé de descendre à La Madrague pour la réconforter par sa présence. 

 Ne pouvant me déplacer facilement, je ne peux que penser très fort à elle, espérer qu'elle trouvera encore une fois l'énergie pour surmonter cette nouvelle épreuve et l’assurer de mon indéfectible amour. 

 

 Gunter---BB--Elysee-1967-.jpg 

Brigitte, radieuse, arrive à l’Élysée en compagnie de Gunter (7 décembre 1967).

 

* * * * * * * *

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 17:41

Le buste « Marianne » est à vendre ! 

 

Mardi 26 avril 2016 à 14 heures

Hôtel Drouot – Salle 14
9, rue Drouot
75009 Paris

 

Renseignements et enchères par téléphone : 01 47 27 95 34

 

* * * * * * * *

 

Lot n° 323

 

 

Buste de Brigitte Bardot en « Marianne », symbole de la République française, par Aslan.

Plâtre.

Dimensions : 65 x 35 x 21,5 cm.

Estimation : 300 à 500 Euros.

Le célèbre buste de Marianne incarnée par B.B. !

Le célèbre buste de Marianne incarnée par B.B. !

Repost 0
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 16:13
Brigitte Bardot sur un Solex en 1971.

Brigitte Bardot sur un Solex en 1971.

 

* * * * * * *

 

Un petit clin d’œil sympa et nostalgique…

Ceux de ma génération ont, je pense, tous possédé (ou au moins utilisé)… un Solex.

Et en 2016, le VéloSolex fête ses 70 ans !

Revenons un peu sur son histoire…

 

C’est sur les bancs de l’École Normale à Paris que deux jeunes ingénieurs, Marcel Mennesson et Maurice Goudard, se rencontrent et se lient d’amitié. Tous deux passionnés par les moteurs, ils montent en 1905 leur atelier de confection de moteurs automobiles. En 1909, ils remportent l’appel d’offres organisé par la Compagnie générale des Omnibus. Leur radiateur centrifuge, moteur en forme de cône, dans un premier temps considéré comme inadapté à l’automobile, est commandé à 400 exemplaires. L’entreprise devient prospère. 

C’est lors du rachat d’une petite affaire que va naître la marque Solex (le nom a été trouvé pour être « efficace et facile à retenir »).

Si certains prototypes datent de 1942, les premiers exemplaires du VéloSolex ne sortiront de l’usine de Courbevoie (92) qu’en avril 1946

Un des nombreux logos associatifs célébrant les 70 ans du Solex.

Un des nombreux logos associatifs célébrant les 70 ans du Solex.

* * * * * * * *

 

Le Solex va constituer pour la société française une petite révolution et devient très rapidement un moyen de locomotion populaire : moindre coût, simplicité et sécurité. Peu consommateur, le Solex peut en effet parcourir 100 km avec un seul litre de Solexine, liquide à base d’huile et d’essence.

Il va s’exporter dans le monde entier…

Mais en 1968 le déclin s’amorce. Le contrôle de l’entreprise est cédé à plusieurs reprises : Renault, Motobécane, puis Yamaha sous le nom de MBK en 1983. Le groupe japonais décide finalement l’arrêt définitif de la production du Solex, fin 1988

En 1998, le groupe Magneti-Marelli (filiale du groupe Fiat) reprend la marque Solex, mais des problèmes juridiques font échouer le projet.

En 2004, le groupe Cible rachète la marque Solex dans l’idée de commercialiser un vélo électrique. Dessiné par Pininfarina (designer des Ferrari) et fabriqué en Chine, le e-Solex voit le jour en 2006. Entièrement électrique, sa batterie - logée à l’arrière du vélo - se détache et se recharge sur une prise tous les 30 km environ. Silence et protection de l’environnement sont les deux arguments de vente des nouveaux modèles mis aujourd’hui sur le marché. 

 

Quant aux vieux exemplaires des années 60, ils se revendent entre particuliers, notamment sur le Net, et une véritable nostalgie est entretenue par de nombreuses associations de collectionneurs et de passionnés.

 

(Merci à mon ami Joël A. pour les photos de « B.B. en Solex » ci-dessous.)

Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).
Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).
Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).
Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).
Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).
Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).
Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).
Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).

Quelques jolies photos de B.B. en Solex dans le film de Guy Casaril, « Les Novices » (1970).

Deux autres photos (peu connues) de B.B. toujours en Solex…
Deux autres photos (peu connues) de B.B. toujours en Solex…

Deux autres photos (peu connues) de B.B. toujours en Solex…

Couverture du magazine hollandais « Bromfiets » avec B.B. en… Solex !

Couverture du magazine hollandais « Bromfiets » avec B.B. en… Solex !

D’autres vedettes en Solex : Steve McQueen, Sylvie Vartan, Charles Aznavour, Fernand Raynaud, Mike Brant et Mireille Darc.

D’autres vedettes en Solex : Steve McQueen, Sylvie Vartan, Charles Aznavour, Fernand Raynaud, Mike Brant et Mireille Darc.

Jacques Tati a popularisé le Solex dans le monde entier grâce à son film-culte « Mon Oncle » (1958).

Jacques Tati a popularisé le Solex dans le monde entier grâce à son film-culte « Mon Oncle » (1958).

Une des nombreuses publicités pour le Solex (en 1957).

Une des nombreuses publicités pour le Solex (en 1957).

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 21:53

« Pour moi, l’honneur ne se situe pas dans une médaille, mais dans mon âme, dans mon cœur. » 

Brigitte Bardot

(Daily Mail – Juin 1996)

 

* * * * * * * * 

 

Le Président de la République, François Hollande, a remis (le 4 mars 2016) la Légion d’honneur au Prince héritier et vice-Premier ministre de l’Arabie saoudite, Mohammed Ben Nayef, créant ainsi une grande polémique.

Souvenons-nous de l’origine de cette distinction et évoquons tous ceux qui l’ont refusée !

La Légion d’honneur, espérée par beaucoup mais refusée par d'autres, a été créée par Napoléon Bonaparte en 1802.

La Légion d’honneur, espérée par beaucoup mais refusée par d'autres, a été créée par Napoléon Bonaparte en 1802.

 

* * * * * * * *

 

La Légion d’honneur a été créée le 19 mai 1802 par la volonté du Premier consul, Napoléon Bonaparte.

Il souhaitait rétablir un système de récompenses, inspiré de celles de l’Ancien Régime, mais désormais respectueux de l’égalité entre les citoyens.

Il avait élaboré trois principes fondamentaux :

 

1 – La récompense du mérite individuel.

Pour tous ceux qui peuvent se prévaloir d’actions de grande valeur forgées par leurs mérites propres ; tout le monde est traité sur un même pied d’égalité, en dehors de toute considération sociale ou professionnelle.

 

2 – L’universalité de la reconnaissance.

Qu’il soit militaire mais aussi sportif, Prix Nobel, industriel, chanteur ou bénévole associatif, chaque citoyen ayant démontré des mérites éminents, quel que soit le domaine d’expression de ce mérite, peut être distingué par la Légion d’honneur.

 

3 – La contribution au bien public.

Les personnes décorées contribuent au développement de la France, à son rayonnement, à sa défense.

Première remise des insignes de la Légion d’honneur par l'empereur Napoléon Ier dans l’église des Invalides à Paris, le 15 juillet 1804 (© MLH).

Première remise des insignes de la Légion d’honneur par l'empereur Napoléon Ier dans l’église des Invalides à Paris, le 15 juillet 1804 (© MLH).

* * * * * * * *

 

Brigitte Bardot fut élevée au grade de Chevalier de la Légion d'honneur par le président François Mitterrand en 1985 (l’annonce a été faite dans la presse, le dimanche 7 avril) – une distinction qu'elle dédia « aux animaux qui souffrent ».

Mais elle a estimé que seules les personnes qui se sont battues pour la France ou distinguées pour de grandes causes la méritaient. Or, on honorait uniquement sa carrière de « star », et c’est pour cela qu’elle n’a jamais souhaité qu’on la lui remette officiellement. 

De nombreux articles de presse ont relaté cet événement.

Articles de presse (datés de 1985) à propos de la Légion d’honneur de B.B. !
Articles de presse (datés de 1985) à propos de la Légion d’honneur de B.B. !

Articles de presse (datés de 1985) à propos de la Légion d’honneur de B.B. !

 

* * * * * * * *

 

En mars 2016, la comédienne Sophie Marceau a créé le « buzz » en refusant sa récente Légion d’honneur, suite à la remise de la même distinction au Prince héritier d’Arabie saoudite.

 

De nombreuses personnalités ont également refusé leur Légion d’honneur (ou ne se sont pas déplacées pour la recevoir). Certaines ont même prévenu qu’elle ne la souhaitait pas avant même d’être nominées…

Parmi les plus connues, on peut citer :

L'écrivain Marcel Aymé a également refusé son entrée à  l'Académie française, en 1949.

« (...) pour ne plus me trouver dans le cas d'avoir à refuser d'aussi adorables faveurs, ce qui me cause nécessairement une grande peine, je les prierais qu'ils voulussent bien, leur Légion d'honneur, se la carrer dans le train comme aussi leurs plaisirs élyséens. »

Georges Brassens ne s'est pas vu proposer la médaille tant convoitée par d'autres, mais sentant venir le risque il a préféré anticiper et il a écrit une chanson La Légion d'honneur… : « ce petit hochet à la boutonnière vous (...) condamne à de bonnes manières ».

Le peintre Gustave Courbet : « Quand je serai mort, il faudra qu'on dise de moi : celui-là n'a jamais appartenu à aucune école, à aucune église, à aucune institution, à aucune académie, surtout à aucun régime, si ce n'est celui de la liberté. »

Les chercheurs, Pierre et Marie Curie, n'en voyaient pas « la nécessité ».

Le chanteur Léo Ferré avait pris les devants, et refusa avant qu'on ne lui donne « ce ruban malheureux et rouge comme la honte »

L'ancien secrétaire général de la CFDT, Edmond Maire : « Ce n’est pas à l’État de décider ce qui est honorable ou pas. »

George Sand devait être la première auteure décorée, mais elle ne voulait pas « avoir l'air d'une vieille cantinière ».

Et également... : Albert Camus, Bernard Clavel, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, Bourvil, Mylène Farmer, Geneviève de Fontenay, Jean-Marie Lustiger, Guy de Maupassant, Claude Monet, Thomas Piketty, Antoine Pinay, Jacques Prévert, Maurice Ravel, Niki de Saint-Phalle, etc.

Ils ont refusé la Légion d'honneur : Pierre et Marie Curie, Georges Brassens, Léo Ferré, Mylène Farmer et... Brigitte Bardot !

Ils ont refusé la Légion d'honneur : Pierre et Marie Curie, Georges Brassens, Léo Ferré, Mylène Farmer et... Brigitte Bardot !

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 00:33

B.B. est omniprésente à Saint-Tropez !

 

 

Lors de mon dernier séjour chez mon amie Brigitte Bardot, fin septembre 2015, pour célébrer ses 81 ans, je suis allé plusieurs fois me promener dans les petites rues de Saint-Tropez. À cette période de l’année, le village est très agréable car il y a moins de touristes et il fait encore très beau. Et j’ai pu constater combien l’image de la star B.B. est présente partout, sous forme de tableaux, de dessins, de photos, d’affiches, dans les magasins et les restaurants surtout. Et bien sûr également à l’Office du Tourisme où l’on peut trouver des livres, des cartes postales inédites et des affiches ! 

Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).
Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).

Des photos de Brigitte Bardot… au hasard des rues et des magasins de Saint-Tropez (septembre 2015).

Flyer publicitaire disponible sur le port, au départ des bateaux pour touristes, qui passent plusieurs fois par jour devant La Madrague, obligeant Brigitte à se réfugier dans une deuxième propriété, La Garrigue.

Flyer publicitaire disponible sur le port, au départ des bateaux pour touristes, qui passent plusieurs fois par jour devant La Madrague, obligeant Brigitte à se réfugier dans une deuxième propriété, La Garrigue.

Les œuvres du peintre Cserg (représentant B.B.) sont exposées devant (et dans) sa boutique tropézienne.
Les œuvres du peintre Cserg (représentant B.B.) sont exposées devant (et dans) sa boutique tropézienne.
Les œuvres du peintre Cserg (représentant B.B.) sont exposées devant (et dans) sa boutique tropézienne.
Les œuvres du peintre Cserg (représentant B.B.) sont exposées devant (et dans) sa boutique tropézienne.

Les œuvres du peintre Cserg (représentant B.B.) sont exposées devant (et dans) sa boutique tropézienne.

* * * * * * * *

 

J’ai déjà consacré plusieurs articles à Serge Contat (le peintre Cserg), un homme sympathique et surtout respectueux de Brigitte (qui l’apprécie beaucoup). J’ai eu le plaisir de le rencontrer en septembre 2013 (voir ci-dessous) : 

Sur le port de Saint-Tropez, le 28 septembre 2015, devant la terrasse de Sénéquier. (Merci à mon ami Frank G. pour cette photo-souvenir.)

Sur le port de Saint-Tropez, le 28 septembre 2015, devant la terrasse de Sénéquier. (Merci à mon ami Frank G. pour cette photo-souvenir.)

* * * * * * * *

 

Si vous souhaitez acheter des documents sur B.B., je vous invite à vous rendre sur le site de l’Office du Tourisme de Saint-Tropez. Il y a une boutique en ligne uniquement consacrée à notre star (lien ci-dessous) : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
13 février 2016 6 13 /02 /février /2016 22:12
Brigitte Bardot (à gauche, aux côtés de Curd Jürgens) dans « Et Dieu… créa la femme » (1956) et Isabelle Adjani (avec Vincent Pérez) dans « La Reine Margot » (1994).

Brigitte Bardot (à gauche, aux côtés de Curd Jürgens) dans « Et Dieu… créa la femme » (1956) et Isabelle Adjani (avec Vincent Pérez) dans « La Reine Margot » (1994).

Brigitte BARDOT - Isabelle ADJANI

Destins croisés

 

 

En relisant récemment la première biographie complète sur Isabelle Adjani écrite par mon ami Dominique Choulant (Isabelle Adjani, la Magnifique, publiée aux éditions Mustang - 2014), j’ai trouvé intéressant de rappeler ce qui avait rapproché parfois Adjani de Brigitte Bardot. Je vous propose donc quelques extraits de cet ouvrage où les destinées des deux comédiennes semblent se croiser…

* * * * * * * * 

 

1973

 

De passage à Paris – où il tourne aux studios de Boulogne-Billancourt Don Juan 1973 ou si Don Juan était une femme… nommée Brigitte Bardot –, Robert Hossein remarque Isabelle Adjani à la sortie du Conservatoire alors qu’elle saute à la marelle devant l’École, qui lui a « refusé » son entrée… 

Robert Hossein dirige Isabelle Adjani dans sa pièce de théâtre « La Maison de Bernarda » (Reims - 1973).

Robert Hossein dirige Isabelle Adjani dans sa pièce de théâtre « La Maison de Bernarda » (Reims - 1973).

La superbe scène finale du film « Le Repos du guerrier » de Roger Vadim avec Brigitte Bardot et Robert Hossein (en 1962).

La superbe scène finale du film « Le Repos du guerrier » de Roger Vadim avec Brigitte Bardot et Robert Hossein (en 1962).

* * * * * * * * 

 

1983

 

C’est bien simple : « Isabelle Adjani, dans L’Été meurtrier, c’est le personnage féminin le plus agressivement érotique que l’on ait vu sur un écran français depuis Bardot… », avait annoncé (sans rire) Marc Esposito, le rédacteur en chef du mensuel Première, dans le numéro de mars dont elle faisait la Une.   

 

(...)

 

Haut la main, le disque (très réussi) va atteindre (très vite et non sans surprise) 600 000 exemplaires, et compter deux autres succès « gainsbourgiens » (Ohio, Beau oui comme Bowie), qui font suite  à d’autres titres cultes pour actrices non moins cultes : Anna Karina (Sous le soleil exactement), Brigitte Bardot (Harley Davidson, Bonnie and Clyde), Jane Birkin (Di doo dah, Ex-fan des sixties), Catherine Deneuve (Dieu fumeur de havanes)...

Isabelle Adjani recevant un Disque d’Or pour son premier album éponyme, aux côtés de Serge Gainsbourg qui lui avait composé plusieurs chansons (1983).

Isabelle Adjani recevant un Disque d’Or pour son premier album éponyme, aux côtés de Serge Gainsbourg qui lui avait composé plusieurs chansons (1983).

Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg à l’époque de leur fructueuse collaboration artistique et de leur liaison amoureuse (1967).

Brigitte Bardot et Serge Gainsbourg à l’époque de leur fructueuse collaboration artistique et de leur liaison amoureuse (1967).

* * * * * * * * 

 

1987

 

Toutefois, B.B. n’en reste pas moins le modèle de toute une génération de comédiennes, de Sandrine Bonnaire à Béatrice Dalle. Par ailleurs, aurait-elle quelque chose à leur dire ? « Je suis désolée, dit Bardot, mais je ne connais pas ces jeunes femmes. La seule que je trouve formidable, c’est Isabelle Adjani. » Là, nous sommes bien obligés d’y constater l’expression d’un immense compliment.

 

* * * * * * * * 

 

1998

 

[Isabelle Adjani] que l’on retrouve donc encore à Cannes à travers les revues fêtant l’album des 50 ans, dont Paris Match, du 15 mai, à  l’intérieur duquel B.B. parle et dit se qu’elle pense d’Isabelle Adjani, qui préside le jury : «  Le plus grand bien. Et pour plusieurs bonnes raisons. D’abord parce que, pour une fois, on a fait appel à quelqu’un de jeune. Ensuite, parce que je la trouve sensationnelle. C’est une fille courageuse et une actrice sublime. Moi qui regarde peu le cinéma, je l’ai vue dans beaucoup de films. Je ne la trouve pas jolie mais plus que jolie. Divine. Et je sympathise d’autant plus avec elle qu’elle doit être, elle aussi, très agressée, assez incomprise et fréquemment confrontée à la bêtise ambiante. » 

Isabelle Adjani au Festival de Cannes (2009).

Isabelle Adjani au Festival de Cannes (2009).

Brigitte Bardot au Festival de Cannes (1956).

Brigitte Bardot au Festival de Cannes (1956).

* * * * * * * * 

 

2003

 

Le légendaire Omar Sharif (71 ans) étant l’épicier en question, et le novice Pierre Boulanger (16 ans) Momo : le premier sera sacré Meilleur acteur de l’année aux César 2004, et le second Meilleur acteur au Festival de Chicago, le 16 octobre 2003. Quant à Isabelle Adjani dont c’est le trentième film, elle y fait un clin d’œil à Bardot version 1963. Effectivement, aussi surprenant cela soit-il, en une apparition d’à peine une poignée de minutes, elle rend hommage à B.B. tournant Le Mépris de Jean-Luc Godard, rue Bleue à Paris, et  non plus à Cinecittà à Rome, comme à l’époque… Où Bardot était « en couple » avec Sami Frey, le futur partenaire d’Isabelle fantastiquement troublée par sa voix. À chaque prise, Isabelle en rougissait – mais comme, dans Mortelle randonnée,  Sami jouait un aveugle, il n’était pas supposé la voir ! 

 

(à suivre dans le livre un long dialogue entre Isabelle Adjani et Sami Frey à propos de... B.B. !)

Isabelle Adjani jouant le rôle de… Brigitte Bardot dans le film « Monsieur Ibrahim ou les fleurs du Coran » en 2003.
Isabelle Adjani jouant le rôle de… Brigitte Bardot dans le film « Monsieur Ibrahim ou les fleurs du Coran » en 2003.Isabelle Adjani jouant le rôle de… Brigitte Bardot dans le film « Monsieur Ibrahim ou les fleurs du Coran » en 2003.
Isabelle Adjani jouant le rôle de… Brigitte Bardot dans le film « Monsieur Ibrahim ou les fleurs du Coran » en 2003.Isabelle Adjani jouant le rôle de… Brigitte Bardot dans le film « Monsieur Ibrahim ou les fleurs du Coran » en 2003.

Isabelle Adjani jouant le rôle de… Brigitte Bardot dans le film « Monsieur Ibrahim ou les fleurs du Coran » en 2003.

* * * * * * * * 

 

2004

(…)

La rencontre Bardot-Adjani a eu lieu cet été, mi-août, à Saint-Tropez (où Isabelle était de passage pour découvrir la discothèque VIP Rom de son ami Jean-Roch, et fondateur du lieu). C’est Paris Match (qui entretient des liens privilégiés avec la première depuis plus de cinquante ans, et depuis trente ans pour la seconde), qui les a réunit dans la pinède derrière « La Bastide rouge », avec pour témoin privilégié Kasia Wandycz, la photographe.

 

(à suivre dans le livre quelques jolies remarques d’Adjani à propos de Brigitte Bardot.)

Août 2004 : l’unique rencontre entre Isabelle Adjani et Brigitte Bardot à Saint-Tropez.

Août 2004 : l’unique rencontre entre Isabelle Adjani et Brigitte Bardot à Saint-Tropez.

* * * * * * * * 

 

2010

 

« C’est un ange sur la Terre. Elle porte sur son visage la beauté de son âme », dit d’elle Brigitte Bardot dont Isabelle Adjani a été la dernière visiteuse (le dimanche 7 mars 2010),  à l’exposition consacrée à l’éternelle B.B. revenue en haut de l’affiche à Boulogne-Billancourt.

Isabelle Adjani, Brigitte Bardot, deux  authentiques stars qui ont si bien exporté le charme français sur les écrans du monde entier dont Marion Cotillard (34 ans), la Présidente de cette 35ème Nuit des César, est la digne héritière. 

* * * * * * * *

 

Pour en savoir plus sur la biographie de Dominique Choulant consacrée à Isabelle Adjani, je vous invite à relire mon article de présentation (lien ci-dessous) : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans LIVRES et AUTEURS Brigitte BARDOT
commenter cet article
10 janvier 2016 7 10 /01 /janvier /2016 14:52
Photo promotionnelle de Brigitte Bardot pour le film « Le Fils de Caroline chérie » en 1954.

Photo promotionnelle de Brigitte Bardot pour le film « Le Fils de Caroline chérie » en 1954.

* * * * * * * *

 

Et voici le 7ème film de Brigitte Bardot…

 

Fiche technique

 

Pendant l'occupation de l'Espagne par les troupes napoléoniennes (1808 - 1813), le beau Juan d'Aranda (Jean-Claude Pascal) se distingue par sa bravoure et aussi par ses succès féminins. Ignorant ses origines françaises, il combattra tout d'abord auprès des guérilleros espagnols, puis sous les ordres du général Gaston de Sallanches (Jacques Dacqmine) qui se révèlera être son père. Plusieurs femmes le tireront de situations critiques : Térésa, une jeune paysanne (Magali Noël), la duchesse d'Albuquerque (Sophie Desmarets), séduites par sa prestance, mais son cœur appartiendra à la mignonne Pilar (B.B.) qu'il croyait être sa sœur !

 

Distribution : Jean-Claude Pascal - Brigitte Bardot (Pilar d’Aranda) - Jacques Dacqmine - Magali Noël - Sophie Desmarets - Georges Descrières - Daniel Ceccaldi - Alfred Adam - Robert Manuel - Michel Etcheverry - Bernard Lajarrige - Marcel Pérès.

 

Durée : 1 h 45 mn.

Tourné en couleurs.

 

Réalisation : Jean Devaivre.

Musique : Georges Van Parys.

Scénario et adaptation : Cécil Saint-Laurent, d’après son propre roman.  

 

Le tournage a eu lieu du 24 juin au 5 septembre 1954, dans les studios de Saint-Maurice (94), et dans les Pyrénées-Orientales : Collioure, Port-Vendres, Argelès-sur-Mer, etc.

 

Sortie à Paris : 11 mars 1955.

 

En Angleterre, le titre du film est : Caroline and the Rebels.

 

Box-office France : environ 1 670 000 entrées.

 

Pêle-mêle chronologique du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

Pêle-mêle chronologique du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

* * * * * * * *

 

Quelques anecdotes…

 

Ce film est le 3ème volet d’une trilogie consacrée au personnage « Caroline », imaginé par le romancier Cécil Saint-Laurent. Les deux premiers films avaient pour vedette principale Martine Carol : Caroline chérie (Richard Pottier, 1951) et Un caprice de Caroline chérie (Jean Devaivre, 1953).

 

Brigitte Bardot est en tête du générique féminin et apparaît dès la seconde scène aux côtés de Jean-Claude Pascal. Même si elle semble assez présente tout au long du film, elle ne participe qu’à 9 scènes.

 

Parmi les figurants, on remarquera notamment : Marcel Bozzuffi (son premier rôle – un soldat) et Pascale Roberts (son deuxième film ; elle est actuellement « Wanda » dans la série télévisée Plus belle la vie)

 

Un des assistants-réalisateurs est… Claude Sautet qui deviendra un grand metteur en scène : Les Choses de la vie (1970), César et Rosalie (1972), Vincent, François, Paul… et les autres (1974), Un cœur en hiver (1991), etc.

Affiches françaises du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).
Affiches françaises du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

Affiches françaises du film « Le Fils de Caroline chérie » (1954).

Le dernier DVD du film sorti en 2015.

Le dernier DVD du film sorti en 2015.

* * * * * * * *

 

Le commentaire de Brigitte Bardot

 

« Martine Carol était à l’apogée de sa carrière. Tous les producteurs se l’arrachaient. Ils ne savaient plus quoi inventer pour attirer le client par son nom magique.

On me demanda alors de tourner un petit rôle dans un film de Jean Devaivre, Le Fils de Caroline chérie. Pourquoi pas Le Cousin germain de Lola Montès ou  Le Frère de lait de Nana ? (…)

Magali Noël était superbe, elle virevoltait et riait avec les uns et les autres. Jean-Claude Pascal, lui aussi superbe et altier, avait l’air de s’amuser avec elle. Et moi, j’avais l’air de tout sauf de la starlette en vogue… (…)

Le film fut très mauvais, Jean-Claude Pascal ne prit pas la place de Martine Carol, Magali Noël non plus et moi encore moins. ».

 (Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

et mon avis…

 

Un film un peu ennuyeux qui a mal vieilli… Mais on le regarde sans déplaisir surtout pour Brigitte Bardot (en brune), jeune fille naïve, timide et amoureuse, et également pour les autres comédiens (totalement oubliés du grand public) : Jean-Claude Pascal, Magali Noël, Sophie Desmarets et quelques seconds rôles (Robert Manuel, Michel Etcheverry, Daniel Ceccaldi, etc.).

L’intrigue est sans surprises et l’on imagine très vite le dénouement…

Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.
Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot. Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.
Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot. Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.
Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot. Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.

Photos du film « Le Fils de Caroline chérie » avec Brigitte Bardot.

Brigitte Bardot (aux côtés de Magali Noël et Jean-Claude Pascal) lors du tournage du film « Le Fils de Caroline chérie ».
Brigitte Bardot (aux côtés de Magali Noël et Jean-Claude Pascal) lors du tournage du film « Le Fils de Caroline chérie ».

Brigitte Bardot (aux côtés de Magali Noël et Jean-Claude Pascal) lors du tournage du film « Le Fils de Caroline chérie ».

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Films de B.B. Brigitte BARDOT
commenter cet article
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 01:00
En 2015, Brigitte Bardot a été un « sujet » souvent abordé dans les médias.

En 2015, Brigitte Bardot a été un « sujet » souvent abordé dans les médias.

* * * * *

 

Dans le magazine France Dimanche (n° 3509 du 30 octobre 2015), le célèbre Michou proclame fièrement et sans gêne : « J’ai les mêmes fesses que B.B. ! »…

Article publié dans « France Dimanche » (n° 3509 du 30 octobre 2015).

Article publié dans « France Dimanche » (n° 3509 du 30 octobre 2015).

* * * * *   

 

À l’approche de ses 80 ans [le 8 novembre 2015], Alain Delon a accordé une interview à TV Magazine, où il affirme son soutien à Nadine Morano et proclame que « les Français qui en ont marre ont le droit de voter pour le Front National ». Le quotidien Libération (du 28 octobre 2015) reprend ses propos en faisant le commentaire suivant :

« Quand on le regarde avec Brigitte Bardot, on se dit que vieillir ne rend vraiment pas plus sage ni intelligent ! »

 

* * * * *

 

Le comédien Michel Piccoli (89 ans) a publié chez Grasset (le 28 octobre 2015), un livre intitulé J’ai vécu dans mes rêves dans lequel il évoque évidemment le tournage du film Le Mépris (en 1963) et sa célèbre partenaire Brigitte Bardot…

« Dans la scène de nu (“Et mes seins, tu les aimes ?”), il [Godard, le réalisateur] avait mis un livre sur les fesses de Bardot. J'ai osé lui dire que là, il exagérait. Il a dû penser que oui, c'était une image vulgaire. Il a retiré le livre. Bardot, la star qui faisait fantasmer le monde entier, avait une énergie formidable, toujours de bonne humeur. Fascinée par cette œuvre remarquable et cet épouvantable Godard qu'elle admirait, qui donne quelquefois aux acteurs le sentiment qu'ils doivent se débrouiller seuls. Elle m'épatait. (...)

Je n'avais jamais rencontré Bardot avant le tournage [du Mépris] et j'ai été ébloui par son innocence et sa spontanéité. (...) Elle était devant les caméras comme dans la vie, une actrice très simple qui ne faisait pas du tout la star. Elle était très disciplinée dans son travail. Elle était à l'heure. Elle connaissait son texte. (...) Ce n'était pas une diva prête à faire tous les caprices auxquels on aurait pu s'attendre. »

 

* * * * *

 

En novembre 2015, la Fondation Brigitte Bardot nous informe que la célèbre chanteuse Jeanne Mas (Toute première fois, En rouge et noir) est désormais à ses côtés pour la sauvegarde des loups et le combat contre le commerce de la fourrure.

Découvrez une interview de Jeanne Mas avec le lien ci-dessous : 

 

* * * * *

 

Dans le Journal du Dimanche (1er novembre 2015), l’humoriste Anne Roumanoff a commenté l’actualité et notamment le rapport de l’OMS qui déclare que la viande et la charcuterie seraient cancerigènes… Voici une de ses tirades :

« Si on les écoutait, on ne devrait manger que des graines. Franchement, quand tu vois Brigitte Bardot, ça donne pas envie de devenir végétarien. »

 

* * * * *

 

Lors de l’émission « Lundi en Histoires » qui diffusait un superbe documentaire « Alain Delon, cet inconnu » (France 2, lundi 2 novembre 2015), on a pu apercevoir 2 photos de B.B. ! Tout d’abord dans le générique de l’émission (la photo mythique en bas noirs, les jambes croisées) et ensuite dans le documentaire, aux côtés d’Olga Horstig-Primuz, à l’époque où Alain Delon rejoignait « l’écurie » de cet impresario surnommée « Mama Olga ».

 

* * * * *

 

Un portrait inédit de Brigitte Bardot a été présenté durant tout le mois de novembre 2015 à la Médiathèque de Hinx (40) lors d’une exposition de 15 œuvres d’un artiste local, Romuald Millot, intitulée « Monochromes de stars ». (Désolé, je n’ai aucune photo de cette œuvre !)

 

* * * * *

 

À l’occasion de la sortie au cinéma d’une version restaurée du film Le Conformiste avec Jean-Louis Trintignant (1971), le réalisateur de ce thriller politique, Bernardo Bertolucci, nous révèle que Brigitte Bardot était à deux doigts de tourner dans son film :

« Elle m'a reçu de façon très amicale. Pendant que je lui racontais le film, je sentais dans son regard qu'elle ne voyait pas bien ce que je comptais faire de ce personnage féminin sulfureux. Elle a refusé poliment. »

Information publiée sur le site de L’Express, le 4 novembre 2015.

 

* * * * *

 

Dans une interview accordée au magazine gratuit À nous Paris (novembre 2015), le comédien Jean Rochefort s’est autorisé quelques confidences pour le moins surprenantes [et sans intérêt !] sur sa partenaire Brigitte Bardot lors du tournage de leur film À cœur joie, réalisé en 1966 par Serge Bourguignon.

Il raconte que B.B., qui était à l’apogée de sa gloire, avait imposé sa présence dans le casting.

« À l’époque, je suis acteur de théâtre. J’ai fait très peu de films. Et on me convoque parce qu’une actrice voulait changer de partenaire et avait demandé mon humble personne qui avait la réputation d’être un acteur drolatique. »

Pour les besoins du film, où il interprétait le mari de Brigitte Bardot, les deux acteurs ont notamment dû s’embrasser. Une scène qu’il détaille aujourd’hui :

« Le premier plan est un plan à 360° sur nos bouches qui s’interpellent. Je suis un  peu tendu au début, c’est le moins que l’on puisse dire. (…) Et puis, on a eu d’autres scènes notamment au pied d’un avion avec des cordons de sécurité, parce que les femmes la haïssaient. Quand elle avait des Premières, elle avait des slips en zinc, parce que les femmes lui arrachaient des poils pubiens. Ah bah oui ! L’Homme, l’homo sapiens, drôle de bête. Et on entendait : “Et lui ? Qui c’est ? Mais qu’est-ce qu’il est moche !”. Et Brigitte me disait : “Calmez-vous Jean, n’écoutez pas”. »

Article publié sur le site « Non Stop People » par Matilde Abidi (le 6 novembre 2015).

 

* * * * *

 

Dans l’émission hebdomadaire « On n’est pas couché », diffusée le samedi 7 novembre 2015 sur France 2, Laurent Ruquier avait invité l’animateur Benjamin Castaldi qui venait présenter son dernier livre. L’occasion de parler de Loana (« Loft Story ») puis de Brigitte Bardot…

 

Laurent Ruquier : « Loana : on parlait de la nouvelle Brigitte Bardot à l’époque... ».

Yann Moix (l’un des chroniqueurs de l’émission) : « Elle a continué à lui ressembler d’ailleurs ! ».

Laurent Ruquier : «  C’est pas gentil parce que la différence entre Loana et Brigitte Bardot (qui d’ailleurs n’ont pas le même âge), c’est que B.B. était très très jolie à l’âge de Loana. Je la défends parce qu’en plus je sais qu’elle [Brigitte] nous regarde tous les samedis soirs. Je peux vous dire que Brigitte Bardot, c’est ce qu’on peut admirer chez elle, c’est justement qu’elle n’ait jamais rien fait, qu’elle ait assumé la femme qu’elle était jusqu’au bout à travers les années. Moi, je trouve cela plutôt extraordinaire. (…) Je voulais au moins saluer Brigitte Bardot. On n’aime pas tout chez elle, mais quand même ça reste une de nos plus grandes stars. »

 

* * * * *

 

Dans une interview accordée au magazine financier luxembourgeois Paperjam, le publicitaire français, Jacques Séguéla (81 ans), a notamment déclaré :

« Marilyn Monroe, Brigitte Bardot, Madonna ou Lady Gaga sont (ou ont été) des stars parce qu’elles étaient différentes et symbolisaient une valeur. »

 Interview publiée le 10 novembre 2015.

 

* * * * *

 

L’exposition des photos de Terry O’Neill (né en 1938) continue de parcourir le monde. Du 13 au 22 novembre 2015, elle était à Copenhague, la capitale du Danemark. Ce photographe a immortalisé Brigitte Bardot sur le tournage des Pétroleuses en 1971 avec ce portrait ci-dessous, auprès duquel il pose fièrement : 

Terry O’Neill et sa célèbre photo de Brigitte Bardot.

Terry O’Neill et sa célèbre photo de Brigitte Bardot.

* * * * *

 

Une belle photo de Brigitte Bardot aux côtés de Manitas de Plata (en 1967) figure dans l’exposition consacrée au photographe Lucien Clergue (1934 - 2014). Au Grand Palais à Paris, du 14 novembre 2015 au 15 février 2016.

 

(Merci à mon ami Didier B. pour cette information.)

Brigitte Bardot et Manitas de Plata à Saint-Tropez durant l’été 1967.

Brigitte Bardot et Manitas de Plata à Saint-Tropez durant l’été 1967.

* * * * *

 

À l’occasion des 70 ans du magazine ELLE (le 21 novembre 2015), un très beau livre retrace cette longue aventure : ELLE… était une fois (Éditions du Chêne). Dans un premier chapitre intitulé « Nos icônes », une double page est consacrée à Brigitte Bardot, avec la reproduction de cinq de ses « Unes ».

 

Voir l’article (ci-dessous) où l’on retrouve les 44 « Unes » du magazine ELLE avec B.B. :

* * * * *

 

La chaîne « Paris Première » diffuse, le 21 novembre 2015, un documentaire à l’occasion des 70 ans du magazine féminin ELLE. Intitulé « ELLE… était une fois », ce film nous permet de revoir quelques-unes des 44 couvertures avec Brigitte Bardot (qui détient le record ex-aequo avec Catherine Deneuve).

 

* * * * *

 

Une double page est consacrée à la comédienne Mylène Demongeot dans l’hebdomadaire Ici Paris (n° 3672 du 18 au 24 novembre 2015). Brigitte Bardot y est évoquée dans ces termes :

« … la blonde platine, encore inconnue du grand public jouait déjà un petit rôle avec Jean Marais et Brigitte Bardot dans un film au titre prémonitoire : Futures Vedettes ! (...)

Considérée comme la rivale de Bardot dans les années 60 (“alors que nous sommes amies et partageons la même passion des animaux”), Mylène a vécu par le passé avec des bêtes étonnantes, comme ce bébé lion, Boris. »

 

* * * * *

 

Sur le site Médiapart, un article signé par Hedy Belhassine (du 22 novembre 2015) sur le retentissement international des attentats de Paris, rappelle que notre capitale est l’une des plus emblématiques du monde :

« Tous les routards savent comment illuminer le regard de leurs hôtes au bout du monde : il suffit d'évoquer Paris. Alors, l'étranger parle de Napoléon, de Pasteur, de Voltaire, de De Gaulle, Bardot, Zidane... la liste anachronique des références s'égrène au gré des rencontres du voyageur français. »

 

* * * * *

 

Vu (fin novembre 2015) dans les nouveautés de plusieurs grandes surfaces un livre pourtant sorti en juin 2014 (chez First Éditions). Il s’agit de Lino Ventura, une biographie écrite par Philippe Durant. Un chapitre intitulé « Rhum » raconte (sur 16 pages) les détails du tournage du film Boulevard du Rhum avec Brigitte Bardot et Lino Ventura (1971).

 

* * * * *

 

Lu dans Le Journal de Montréal (Canada) daté du 27 novembre 2015, un grand article qui rend hommage à la ville de Paris, rédigé par Gilles Proulx :

« …mes marches me menaient chez Polidor, ce bistro parisien où je mangeais plusieurs fois par semaine. (…) Juste à côté, il y a une petite boîte de jazz où j’allais m’enivrer de musique nord-américaine. Dans les années 1970, j’y ai croisé Brigitte Bardot qui y dansait et attirait tous les regards... Intimidé, je n’ai jamais osé l’approcher. »

 

* * * * *

 

Le fondateur du parti politique « Debout la France », Nicolas Dupont-Aignan, a répondu à une question concernant Brigitte Bardot lors d’une interview pour le magazine Closer (n° 546 du 27 novembre 2015) :

Brigitte Bardot soutient le FN et pas vous, qui êtes membre de sa Fondation… Cela vous agace ?

- Ah oui, je lui ai écrit une petite lettre en lui disant : “Brigitte, c’est pas sympa ! Et moi, et moi, et moi ?” (Rires).

 

* * * * *

 

Le site « actuabd.com » annonce la sortie d’une bande dessinée consacrée à Marine Le Pen et sa possible victoire à l’élection présidentielle de 2017 (La Présidente de François Durpaire et Farid Boudjellal).

Dans la critique de la BD, on peut lire notamment :

« Le dessin a beau être ultra-réaliste, cela n’empêche pas, à plusieurs reprises, que l’on ait du mal à savoir qui sont les personnages représentés (est-ce bien Nelson Montfort et Florent Pagny, que l’on voit accompagner Brigitte Bardot, Alain Delon, Éric Zemmour, Alain Soral, Dieudonné et Alain Finkielkraut à la première Garden-Party de l’Élysée de Marine Le Pen ?), et on a parfois même du mal à reconnaître certaines personnalités pourtant nommées (comme Michel Drucker ou Hubert Védrine). On comprend bien la volonté d’unir le réalisme du dessin à celui de l’intrigue, dans un souci de crédibilité, mais cet essai n’est que partiellement concluant. »

 

Brigitte Bardot apparaît effectivement dans une bulle aux côtés d’Alain Delon et de Jean-Luc Godard. Et elle déclare : « Elle [Marine Le Pen] au moins, elle a des couilles ! C’est notre nouvelle Jeanne d’Arc, je l’ai toujours pensé. »

. Le dessinateur s’est inspiré d’une photo parue à la fin des années 2000.

 

* * * * *

 

À l’annonce (début décembre 2015) de la parution du magazine américain PlayBoy (janvier – février 2016), avec l’actrice Pamela Anderson à la « Une », tous les médias du monde entier ont rappelé que bon nombre de stars se sont dénudées pour cette revue sexy, et parmi les plus grandes, on cite Marilyn Monroe et… Brigitte Bardot.

Trois couvertures du magazine « PlayBoy » avec Pamela Anderson, Brigitte Bardot et Marilyn Monroe.

Trois couvertures du magazine « PlayBoy » avec Pamela Anderson, Brigitte Bardot et Marilyn Monroe.

* * * * *

 

Sur le site du magazine féminin Marie-Claire, le journaliste Fabrice Gaignault signe (le 7 décembre 2015) un article intitulé « Pourquoi les stars écrivent ? » et cite Brigitte comme référence :

« Bien sûr, des célébrités de la chanson, du cinéma ou de la télé se sont toujours faufilées dans les meilleurs classements : souvenez-vous des tables des libraires en 1996, quand les palettes de Initiales B.B., mémoires de Brigitte Bardot (éd. Grasset), écrabouillaient les piles d'intellos stars. »

 

* * * * *

 

Lors du documentaire réalisé par Henry-Jean Servat (« Destins secrets d’étoiles »), diffusé sur France 3, le lundi 7 décembre 2015, on peut apercevoir (surtout) Grace Kelly (qui est le sujet principal de ce film) mais aussi Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor, Maria Callas, de nombreuses autres stars, et… Brigitte Bardot. Elle apparaît dans les extraits suivants :

- 1953 : débutante dans le film Si Versailles m’était conté ;

- 1955 : au Festival de Cannes ;

- 1956 : encore au Festival de Cannes, puis dans son film-culte Et Dieu… créa la femme, et lors de la présentation à la Reine d’Angleterre, Elisabeth II ;

- 1958 : à l’Opéra de Paris pour applaudir La Callas, en compagnie de Sacha Distel ;

- 1967 : lors de son arrivée au Festival de Cannes aux côtés de son mari, Gunter Sachs.

 

* * * * *

 

Sur le site du magazine ELLE, le 9 décembre 2015, le coiffeur parisien David Mallett, nous propose de refaire en 4 étapes la demi-queue de cheval de Brigitte Bardot (comme sur la photo ci-dessous prise en… 1959). Décidément, B.B. inspire toujours les créateurs !

Brigitte Bardot sur le tournage du film « Voulez-vous danser avec moi ? » en 1959.

Brigitte Bardot sur le tournage du film « Voulez-vous danser avec moi ? » en 1959.

* * * * *

 

Dans son numéro 3 de décembre 2015, à l’occasion des Fêtes de Noël, le magazine LUI propose un calendrier avec les plus belles filles du monde. Et sur la couverture, on retrouve le (désormais) célèbre top-model néerlandais, Lara Stone (31 ans), qui pose comme B.B. ! Sur Internet, on la qualifie même de « sosie de Brigitte Bardot » !

Brigitte Bardot en 1968 sur le tournage du film « Shalako » (à gauche) et Lara Stone en couverture du magazine « LUI » en décembre 2015.

Brigitte Bardot en 1968 sur le tournage du film « Shalako » (à gauche) et Lara Stone en couverture du magazine « LUI » en décembre 2015.

 

* * * * *

 

Dans l’émission hebdomadaire « On n’est pas couché », diffusée le samedi 12 décembre 2015 sur France 2, Laurent Ruquier a reçu l’écrivain Philippe Jaenada pour son livre La Petite femelle (éditions Julliard, août 2015). Cette passionnante biographie retrace l’histoire réelle de Pauline Dubuisson, dont la vie inspira Clouzot pour son film La Vérité, sorti en 1960, avec Brigitte Bardot. Évidemment, le film et son interprète ont été évoqués et surtout la tentative de suicide de B.B., le 28 septembre 1960, mise en parallèle avec celle (malheureusement) réussie de Pauline Dubuisson, le 22 septembre 1963.

Pour en savoir plus sur cet ouvrage, je vous invite à relire mon article (lien ci-dessous) :

* * * * *

 

Le site du quotidien Le Monde consacre un grand article au mobilier design, le 14 décembre 2015, et cite notamment en référence… Mijanou Bardot, la sœur cadette de Brigitte.

« Après une carrière éclair dans le cinéma, Mijanou Bardot a lancé son entreprise (Espace Loggia, fondée en 1979) sur une idée novatrice : proposer aux adultes le lit en mezzanine, réservé jusqu’alors aux chambres d’enfants. »

 

* * * * *

 

À l’occasion des 70 ans de ELLE, le site du magazine publie (le 15 décembre 2015) la première interview (en 1987) du mannequin Estelle Lefébure (ex-Hallyday). Extraits :

« Avec sa peau de bébé, sa moue à la Bardot et ses rondeurs à la Monroe, Estelle a, en moins de deux ans, conquis Paris et séduit l’Amérique. (…) J'aimerais beaucoup faire du cinéma, mais je ne veux surtout pas donner à l'écran l'image du mannequin”.  Sa passion pour Brigitte Bardot et Marilyn Monroe nous dévoile un peu ses attentes en la matière : tendresse, émotion, sensualité… star-system ? (…) On ne peut que craquer pour ses charmes de femme-enfant comparable à ceux de la blonde sauvageonne de Et Dieu... créa la femme. Mais les comparaisons ne s’arrêtent pas là : B.B.-Estelle est aussi membre de la S.P.A. ».

 

* * * * *

 

Toujours à l’occasion des 70 ans de ELLE, le magazine (version papier) consacre son numéro 3651 (du 15 décembre 2015) aux « Stars du cinéma français ». En achetant ce collector, je pensais qu’il y aurait une large place pour Brigitte Bardot (qui détient le record des Unes avec 44 couvertures), et bien je n’ai trouvé que 4 citations la concernant…

 

1) Page 80 – Article intitulé « Data Buzz – nos histoires, en chiffres et en lettres »

«  À 15 ans, Brigitte Bardot posait pour la première fois en couverture de ELLE. Elle était parfois photographiée avec une femme dont on pouvait penser qu’elle était sa mère. Nous nous sommes récemment rendu compte qu’il s’agissait en fait d’une amie de la famille. »

 

2) Page 118 – Article consacré à Jacqueline Duhème, qui fut une illustratrice pour le magazine. Elle se souvient de quelques personnalités…

« Bardot, chez elle, il n’y avait rien à jeter ! Vadim voulait la présenter à Hélène [Lazareff – fondatrice du magazine]. Je les ai tous invités à mes 25 ans. Peu après, Brigitte débutait sa carrière en faisant la cover de ELLE. En plus, elle était loin d’être conne. En 1953, elle a écrit pour ELLE un joli conte, La Dinde de David, que j’ai illustré. L’histoire d’un petit garçon qui aimait les animaux, elle a de la suite dans les idées ! »

 

3) Page 220 – Interview d’Odile Sarron, qui fut directrice de casting pour ELLE.

« Je l’ai rencontrée [Claudia Schiffer], ce qui m’a fascinée, c’est son port de tête, le même que celui de Brigitte Bardot, à qui elle ne ressemblait pas à l’époque. »

 

4) Page 339 – Dans un pêle-mêle d’anciennes couvertures, on reconnaît en tout petit celle (ci-dessous) avec B.B. (n° 889 du 28 décembre 1962).

Une des 44 « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot (n° 889 du 28 décembre 1962).

Une des 44 « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot (n° 889 du 28 décembre 1962).

* * * * * *

 

Le groupe Brigitte, composée de deux femmes (Aurélie Saada et Sylvie Hoarau), a accordé une interview au quotidien belge Le Soir, daté du 21 décembre 2015. L’occasion de se souvenir de l’origine du nom de ce duo…

Votre groupe, votre personnage s’appelle Brigitte, en hommage, dites-vous, à Brigitte Bardot (pour le glamour), Brigitte Fontaine (pour l’humour, l’esprit) et Brigitte Lahaie, pour… euh, quoi en fait ?

- Pour la sexualité libre ! La femme-cul, quoi. C’est important. Après, il y a toutes les autres Brigitte. Brigitte la voisine, Brigitte la dame de la cantine, Brigitte ma tante. C’est une mère, c’est une icône, c’est tout à la fois. 

 

* * * * *

 

Marianne James reprend au Théâtre du Gymnase jusqu'au 10 janvier 2015 sa pièce Miss Carpenter inspirée par une Marilyn ratée, pathétique et délirante de 80 ans. À propos de la star américaine, elle lui préfère Brigitte Bardot à la beauté authentique, « non trafiquée ».

Propos tenus lors d’une interview pour le magazine Femme Actuelle (21 décembre 2015).

 

* * * * *

 

Dans le documentaire « Jean-Claude Brialy : le goût des autres » (2013), diffusé sur France 5, le 24 décembre 2015, on aperçoit Brigitte Bardot arrivant en gare de Cannes pour assister au Festival (1956).

Le lendemain, sur la même chaîne, dans le documentaire « Jean Gabin, une âme française », on a pu voir très longuement des photos du tournage du film En cas de malheur (1958) et également de belles affiches étrangères. Le fils de Jean Gabin a rapporté les propos de son père : « C’est un film de merde ! ». Surprenant et jamais entendu auparavant…

 

* * * * *

 

Double hommage dans l’émission « Ze Fiesta ! » de Patrick Sébastien, diffusée le 25 décembre 2015, à 20 h 50, sur France 2. L’animateur Sébastien Cauet a imité Dario Moreno chantant la samba Brigitte Bardot, puis l’ancien rugbyman Vincent Moscato est apparu sur une grosse moto et a chanté Harley Davidson, déguisé en… Brigitte Bardot !

 

* * * * *

 

Le 20ème Festival International du Film de Capri (Italie) a rendu hommage à Brigitte Bardot (du 26 décembre 2015 au 2 janvier 2016). Projection de son film Le Mépris de Godard (1963) et une exposition.

Toutes les photos et plus de détails avec le lien ci-dessous : 

 

* * * * *

 

Dans la série « L’air du temps » de Jacques Pessis, le documentaire consacré à Gilbert Bécaud (« la 1ère idole des jeunes en 1954 ») est diffusé le 27 décembre sur France 5. On y aperçoit longuement Brigitte Bardot lors de leur idylle amoureuse, dans un petit film inédit. Une liaison qui durera de décembre 1957 à février 1958.

 

* * * * *

 

Dans son émission matinale « Aujourd’hui dans l’histoire » sur Europe 1, Franck Ferrand nous raconte la sortie en France du film mythique de B.B., Et Dieu… créa la femme, le 28 décembre 1956. (Sauf que la date de sortie est le 28 novembre 1956.)

Pour écouter cette courte (2 mn) émission, je vous propose le lien ci-dessous : 

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/insolite/28-d%C3%A9cembre-1956-sortie-du-film-et-dieu-cr%C3%A9a-la-femme-avec-brigitte-bardot/vp-BBnYuFN

* * * * *

 

La linguiste Marie Treps explique dans Le Figaro (30 décembre 2015) combien les emprunts à la langue française sont nombreux à l’étranger. Et elle cite, par exemple, le mot « bardotka » qui désigne, en Pologne, un soutien-gorge pigeonnant, depuis le succès du film de B.B., Et Dieu… créa la femme, en 1956.

 

* * * * *

 

Dans une interview pour le quotidien Libération (30 décembre 2015), Georges Vigarello, directeur d’Études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, déclare notamment :

« À partir des années 50, et surtout 60, la montée du féminisme entraîne une revendication inédite : la femme juge avoir droit à son propre plaisir, affirmant une autonomie totalement repensée. Brigitte Bardot en est l’actrice symbole : beauté provocante, allure affranchie, elle heurte réserves et conventions. Le modèle est alors autant affirmation du désir qu’affirmation de soi. Bardot vit à son rythme et choisit ses amours. »

 

* * * * *

 

Lors de la rediffusion de l’émission « Du côté de chez Dave » (sur France 2, le 31 décembre 2015 à 1 h du matin), un bel hommage a été rendu à Sacha Distel. Et on a revu un long extrait de son duo avec Brigitte Bardot, Le Soleil de ma vie.

 

* * * * *

 

À l’occasion de la diffusion d’un documentaire sur sa vie (réalisé par son fils Paul, et diffusé le 3 janvier 2016 sur TF1), Jean-Paul Belmondo a accordé une longue interview à TV Magazine (du 31 décembre 2015). Il répond à deux questions sur B.B. :

En France, vous avez failli tourner avec Brigitte Bardot...

- Oui, nous avons réalisé un bout d'essai... Elle aurait dû jouer à la place de Catherine Deneuve dans La Sirène du Mississipi de Truffaut mais elle n'était pas libre.

Séducteur comme vous l'étiez, auriez-vous succombé à son charme ?

- Je l'avais trouvée ravissante. Mais ce n'est pas allé plus loin, car nous n'avons pas fait le film ensemble. En revanche, elle est devenue une amie. J'admire son engagement en faveur des animaux. Ma chienne, Chipie, vient d'ailleurs d'un des refuges de sa Fondation.

 

* * * * *

 

Pour revenir rapidement à la première partie de cet article (de janvier à octobre 2015), je vous propose le lien direct ci-dessous :

Repost 0
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 18:58
En 2015, on a encore beaucoup parlé de Brigitte Bardot…

En 2015, on a encore beaucoup parlé de Brigitte Bardot…

* * * * *

 

« Brigitte Bardot m’a inspirée – elle avait cette énorme choucroute décoiffée sur la tête, et en ce temps-là, personne n’avait les cheveux en bataille. Elle avait un côté rude, et j’aimais bien ce côté qui rendait les “mauvaises” choses appréciables. Ce fut une grande leçon. » 

Debbie Harry – ex-chanteuse du groupe de rock new-yorkais « Blondie »

Interview dans Cosmopolitan, février 2015.

 

* * * * *

 

Dans une interview accordée au magazine France Dimanche (publiée en février 2015), le militant écologiste Paul Watson, fondateur de l’association Sea Shepherd, a déclaré :

« Brigitte est mon amie depuis 1977 [ils se sont rencontrés sur la banquise canadienne]. Les photos de la star avec les bébés phoques ont fait de cette cause un événement mondial. Pour moi, c’est une défenseuse des animaux, pas une star. »

 

* * * * *

 

Allain Bougrain Dubourg, invité sur LCI, le 4 mars 2015, a été interrogé sur Brigitte Bardot (voir lien ci-dessous) :

* * * * *

 

Dans son autobiographie intitulée, Helmut Berger, Autoportrait (parue chez Séguier en mars 2015), le magnifique et sulfureux acteur préféré de Luchino Visconti rapporte les propos d’un certain Gigi. Ce play-boy italien fut l’amant de Brigitte Bardot durant l’été 1968 et il trace un portrait peu flatteur de son ex-maîtresse… Je préfère donc ne pas vous transcrire ces quelques lignes, vous n’aurez qu’à feuilleter l’ouvrage si vous êtes curieux !

 

* * * * *

 

« Sur la Côte d’Azur, ils ont eu de la chaleur et le mariage de Brigitte Bardot avec Jacques Charrier. Il y a eu plein de discussions entre mes frères et maman pour savoir s’il est mieux que Sacha Distel, et puis on a conclu qu’elle aussi a dû en avoir marre… des scoubidous. »

Frédéric Mitterrand dans son livre Une adolescence, Robert Laffont, mars 2015.

 

* * * * *

 

Un livre allemand rédigé par Gabi Pfeiffer, Mein Leben für die Tiere (Ma vie pour les animaux), publié en mars 2015, propose les portraits de grandes personnalités féminines qui aiment et défendent les animaux. Un chapitre entier est consacré à Brigitte Bardot, mais c’est Jane Goodall qui est en couverture.

 

* * * * * 

 

Dans le livre de mon ami Alain Wodrascka, Cabrel, les chemins de traverse (L’Archipel, mars 2015), plusieurs pages sont consacrées à Brigitte Bardot notamment à propos de la chanson de Francis Cabrel, La corrida.

Lire l’intégralité de ces passages dans mon article ci-dessous : 

* * * * *

 

Lundi 27 avril 2015, Jean-Pierre Mocky était l’invité du Grand Show, sur la télévision Non Stop People.

Le réalisateur présentait son dernier livre, Je vais encore me faire des amis ! (voir lien ci-dessous).

Dans cet ouvrage, Mocky consacre une page à B.B. (« Brigitte Bardot, une amitié particulière »). Il raconte brièvement qu’il a fait le casting du 2ème film de Brigitte (Manina, la fille sans voiles, en 1952) mais qu’il n’a pas été retenu. Et qu’il a ensuite rencontré une seule fois Brigitte à Courchevel, en 1970, dans le chalet de Johnny Hallyday. 

* * * * *

 

L’actrice Claudia Cardinale, qui fut la partenaire de B.B. dans Les Pétroleuses (1971), lui a rendu hommage à l’occasion d’une interview exclusive pour France Dimanche (n° 3583 du 7 mai 2015) – voir ci-dessous :

Article publié dans « France-Dimanche » en mai 2015.

Article publié dans « France-Dimanche » en mai 2015.

* * * * *

 

Le comédien Pierre Richard a raconté une anecdote à propos de Brigitte Bardot dans son livre, Je sais rien, mais je dirai tout, publié en mai 2015 chez Flammarion. Pour découvrir l’intégralité de ses propos, je vous invite à (re)lire mon article (lien ci-dessous) : 

* * * * *

 

La jeune et sympathique actrice (La Famille Bélier - 2014) et chanteuse, Louane Émera (19 ans), a répondu à une longue interview pour le quotidien belge Le Soir (26 mai 2015) et déclaré notamment :

« Me comparer à Brigitte Bardot quand elle avait 18 ans est un très beau compliment. Je le vis bien. »

 

* * * * *

 

« J’ai donné son nom [Brigitte Bardot] à une chambre, non pas dans un but commercial mais pour la remercier d’avoir aimé ma maison. Elle y a vécu sa première nuit d’amour avec Gunter Sachs [en 1966]. Ils vivaient avec deux bandes distinctes à Saint-Trop’. Ils étaient venus sonner en pleine nuit à l’hôtel et ma mère leur avait ouvert. Un jour, Brigitte m’a offert cette très jolie dédicace : “Simone, tu es mon premier et mon plus joli souvenir de Saint-Tropez et je t’aime.” »

Simone Duckstein dans son livre Et Saint-Tropez créa la Ponche

publié en juin 2015 aux éditions du Cherche-Midi.

 

* * * * *

 

En juin 2015, le chanteur Hugues Aufray était l’invité de « C’est au programme », l’émission animée par Sophie Davant sur France 2. Il a raconté quelques souvenirs avec Brigitte en 1960 (voir lien ci-dessous) :

 

* * * * *

 

Dans le livre Dictionnaire étonnant des personnalités de Jean-Louis Beaucarnot et Frédéric Dumoulin (publié chez First Édition en juin 2015), il y a 4 pages consacrées à Brigitte Bardot mais aucune photo à l’intérieur. Les auteurs présentent une biographie très courte de sa vie privée (famille, mariages et amants) et de sa carrière. Également les origines de la famille Bardot ainsi que quelques anecdotes. Mais rien d’inédit…

 

* * * * *

 

Dans l’émission hebdomadaire « On n’est pas couché », diffusée le samedi 13 juin 2015 sur France 2, Laurent Ruquier a évoqué l’affaire « Sasha de Saint-Tropez / B.B. » dans son « Top 10 des Flops ». Il a raconté brièvement le conflit qui opposait ce peintre tropézien à Brigitte, en suggérant (avec humour) à l’artiste-peintre de vendre des produits dérivés à l’image de Dany Boon sous le logo « Sasha d’Armentières »… Puis, l’animateur a conclu par cette phrase : « Mieux vaut dessiner Brigitte Bardot que le prophète, niveau emmerdes c’est quand même plus tranquille ! ».

 

* * * * *

 

À l’occasion de la sortie de son nouveau CD, la chanteuse Sophie Tapie [fille de Bernard Tapie] a accordé une interview au Journal du Dimanche (du 28 juin 2015) et révélé qui était son modèle féminin :

« Brigitte Bardot. On zappe le côté politique. J’aime la personne pour ce qu’elle dégage. Sa sensibilité. Elle a tout donné aux animaux. C’est la personne vivante qui m’impressionne le plus. »

 

* * * * *

 

Dans une interview publiée par l’hebdomadaire Paris Match (n° 3451 du 9 au 15 juillet 2015),  le célèbre couturier Karl Lagerfeld a répondu à B.B. qui lui reprochait de continuer à utiliser des fourrures dans ses collections (voir lien ci-dessous) :

* * * * *

 

 « Très belle journée à la Madrague.

Merci Brigitte pour votre amour inconditionnel des animaux et de la France ! »

Florian Philippot (vice-président du Front national) sur Twitter

après avoir été reçu par B.B., le 18 juillet 2015.

 

* * * * *

 

« C’est l’importation française la plus cool depuis Brigitte Bardot ! »

Entertainment Weekly à propos de la chanteuse Christine  & The Queens – été 2015.

(Phrase également reprise par le quotidien Direct Matin du 12 novembre 2015)

 

* * * * *

 

L’acteur allemand Mario Adorf a publié son autobiographie Schauen sie mal böse (éditions Kiepenheuer & Witsch, août 2015). Il raconte que c’est Brigitte (dont il était amoureux) qui lui a présenté (en 1968) celle qui allait devenir son épouse en 1985 : Monique Faye, l’une des amazones de B.B. !

 

* * * * *

 

Une pleine page publiée dans Paris Match (le 20 août 2015) dans laquelle la journaliste Wendy Bouchard raconte comment elle a connu Brigitte Bardot…

Article publié dans « Paris Match » (du 20 au 26 août 2015).

Article publié dans « Paris Match » (du 20 au 26 août 2015).

* * * * *

 

« Quand Brigitte Bardot arrivait quelque part, il y avait comme une aura autour d’elle. Tout le monde la regardait et s’écartait pour la laisser passer. »

Jean-Pierre CastaldiLa Dernière Heure, le 25 août 2015.

 

* * * * *

 

Grand défenseur des animaux, le comédien belge Benoît Poelvoorde a déclaré (en août 2015) dans plusieurs quotidiens français dont Le Figaro et Version Femina (information reprise par Voici, début septembre 2015) :

« Si j’ai encore un rêve, c’est de concevoir un refuge pour des animaux comme Brigitte Bardot. »

 

* * * * *

 

Lors de la rediffusion, en août 2015, sur TV5 Monde, du téléfilm La Mauvaise rencontrede Josée Dayan avec Jeanne Moreau, j’ai eu la surprise de découvrir 2 belles scènes où Brigitte Bardot (à l’époque du film Le Mépris) était au centre des conversations...

Pour tous les détails et les dialogues, je vous invite à (re)lire mon article ci-dessous : 

* * * * *

 

Brigitte Bardot a été largement évoquée dans deux reportages télévisés :

 

 - Télé Matin (France 2) du 27 août 2015 (durée : 7 mn 40).

La chronique du journaliste Henry-Jean Servat est consacrée à l’ouvrage de Simone Duckstein : Et Saint-Tropez… créa la Ponche (éditions du Cherche-Midi, juin 2015).

 

- Journal Télévisé du week-end (France 2) du 29 août 2015 (durée : 2 mn 57).

Un reportage sur le village de Buzios (Brésil) devenu le « Saint-Tropez brésilien » depuis le séjour de Brigitte Bardot en 1964.

 

Pour les revoir en replay (s’ils sont toujours disponibles sur les sites des chaînes de TV), je vous propose de vous rendre sur mon article de présentation (lien ci-dessous) : 

* * * * *

 

Rediffusion, le 6 septembre 2015 sur Arte, du documentaire (Pourquoi je vis, réalisé par Serge Korber en 2012) consacré à Jean-Louis Trintignant. Sa participation au film Et Dieu... créa la femme (1956) et sa relation amoureuse avec Brigitte Bardot sont évoqués durant 5 minutes.

« La femme la plus désirée au monde dans ces années-là », confiera-t-il, très ému de découvrir les belles phrases écrites sur lui par Brigitte dans ses mémoires.

 

* * * * *

 

Dans la 2ème partie du téléfilm, Marie Besnard, l’empoisonneuse (de Christian Faure, 2006, avec Muriel Robin dans le rôle-titre), diffusé le lundi 7 septembre 2015 sur France 5, Brigitte Bardot est évoquée dans une jolie scène. À Loudun, de jeunes hommes regardent l’affiche du film Et Dieu… créa la femme, et très admiratifs devant le portrait de B.B., ils s’exclament :

«  Pourquoi il les a pas faites toutes comme ça ! ».

 

* * * * *

 

La comédienne, réalisatrice et auteure, Isabelle Mergault, va jouer au théâtre, Ne me regardez pas comme ça. À ses côtés, Sylvie Vartan interprètera une star vieillissante.

« J'ai toujours été fascinée par ces stars, comme Greta Garbo ou Brigitte Bardot, qui ne veulent pas qu'on les voie vieillir. Elles préfèrent laisser une image figée dans le temps. C'est une démarche que je comprends. », déclare Isabelle Mergault lors de la promotion de sa pièce, dans le quotidien Le Figaro (du 12 septembre 2015).

 

* * * * *

 

Dans une interview pour l’hebdomadaire Madame Figaro (du 12 septembre 2015), la comédienne Laura Smet déclare à propos de son père, Johnny Hallyday :

« Quand il m’emmenait sur sa Harley, j’avais l’impression d’être Bardot. »

 

* * * * *

 

L’actrice de télévision et chanteuse américaine, Jessica Simpson, a déclaré à la presse américaine, en septembre 2015 :

« Mon icône de mode est définitivement Brigitte Bardot. Je me suis toujours inspirée d’elle. Je veux avoir ses cheveux. Je veux ses yeux. Je veux tout de son look ! ».

 

* * * * *

 

Diffusion sur France 2, dimanche 13 septembre 2015 à 23 heures, de l’émission de Laurent Delahousse, Un jour, un destin, consacrée à l’actrice Marlène Jobert.

Et voici ce qui est indiqué dans le communiqué de presse :

« La carrière de Marlène Jobert a de nombreux points communs avec celle de Brigitte Bardot. La comédienne, née à Alger, et l’inconditionnelle défenseuse des animaux ont tourné pour Godard, Malle et Deville. Ces deux icônes ont eu des carrières de deux décennies au cinéma, préférant s’arrêter au sommet de leur gloire et de leur beauté. Enfin, les deux femmes n’apparaissent plus en public, elles vivent une retraite loin des caméras mais leur légende est intacte. »

 

* * * * *

 

Parution de la biographie, Jean-Louis Trintignant : l’anticonformiste, de Vincent Quivy (éditions Le Seuil) en septembre 2015. Un long chapitre de 13 pages est consacré à Brigitte Bardot. Il est intitulé : « Avenue Paul-Doumer – Paris XVème. Initiales B.B. ». L’auteur revient en détails sur le film Et Dieu… créa la femme qui a réuni Jean-Louis et Brigitte (en 1956), et aussi sur leur relation amoureuse.

 

* * * * *

 

Le producteur Michel Pomarède présente une série sur le Brésil pour l'émission « Sur les Docks » de France Culture, qui comprend un documentaire sur l'essor exponentiel de la chirurgie esthétique au pays de la samba.

Interrogé longuement sur le site Télérama.fr (le 16 septembre 2015), il a notamment déclaré :

« Mais quand j’ai évoqué Brigitte Bardot, aujourd'hui marquée par le temps, auprès d'une pharmacienne – qui teste toutes les innovations qui sortent sur le marché pour rester plantureuse –, elle s’est insurgée : “C’est elle qui n’est pas normale, pourquoi s’offre-t-elle ainsi aux regards ?” Difficile d’argumenter sur la beauté intérieure et le respect du temps qui passe ! »

 

* * * * *

 

Lors de la rediffusion sur Arte (le 17 septembre 2015) du film de Michel Deville, Le Mouton enragé (1974), j’ai remarqué deux scènes où B.B. était évoquée.

1 - Dans un bar où Jean-Louis Trintignant et Jane Birkin discutent, on aperçoit derrière eux un superbe portrait de Brigitte collé au mur.

2 - À la fin du film, Trintignant est devenu directeur d’un journal à scandales, Le Témoin. Il approuve la « Une » d’un prochain numéro : « Brigitte Bardot entre au couvent ! ».

 

(Merci à mon ami Dominique C. qui m’avait conseillé de revoir ce film…)

 

* * * * *

 

Grand article de 2 pages sur Saint-Tropez dans le magazine de télévision Télé 2 Semaines (n° 305 du 5 au 18 septembre 2015) :

«  Consacré [Saint-Tropez] par le film Et Dieu… créa la femme, avec Brigitte Bardot… (…) La tranquille plage des Graniers est toute proche, ainsi que la fameuse Madrague, la maison de Brigitte Bardot. Elle fait toujours partie des incontournables, à découvrir depuis le large, lors d’une excursion en bateau. Et l’on ne résiste pas à la tentation de fredonner : “Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés…” ».

 

* * * * *

 

À l’occasion de la parution d’une BD intitulée Adieu Kharkov (de Mylène Demongeot, Catel et Claire Bouillac, éditions Dupuis, août 2015), on apprend dans La Tribune de Genève (19 septembre 2015) l’information suivante :

« Pourtant, en matière de 9ème Art, Mylène Demongeot possédait sans le savoir une certaine expérience : un journaliste spécialisé BD lui a confié récemment que c’était elle, et non Brigitte Bardot, qui avait inspiré à Peyo le personnage de la Schtroumpfette ! »

 

(En fait Peyo se serait inspiré de plusieurs modèles pour créer – en 1967 – son personnage : le buste de Marianne à l’effigie de B.B., Mona Lisa (La Joconde) et la Statue de la Liberté. Nulle part, il n’est fait mention de Mylène Demongeot…).

 

Dans cette BD, Brigitte Bardot est citée deux fois : comme « rivale » au cinéma, puis comme « amie » à la fin de l’ouvrage, lorsque les deux actrices s’engageront pour la protection des animaux.

 

* * * * *

 

Le mythique mambo de Brigitte Bardot dans le film Et Dieu… créa la femme est à l’honneur dans un spectacle présenté à l’Opéra de Paris du 22 septembre au 11 octobre 2015.

Plus de détails avec le lien ci-dessous :

* * * * *

 

Dans une interview publiée le 22 septembre 2015, la chanteuse Shakira a révélé avoir une grande admiration pour Marguerite Yourcenar et Brigitte Bardot, mais ses parents restent ses vrais modèles.

 

* * * * *

 

Parution d’une BD retraçant la vie de « Gainsbourg » par François Dimberton et Alexis Chabert (Jungle éditions, 30 septembre 2015). Plusieurs pages (7 exactement) sont consacrées à la rencontre artistique et amoureuse entre Serge Gainsbourg et Brigitte Bardot (qui est très bien dessinée…).

 

* * * * *

 

À l’occasion de la parution de ses mémoires (Il faut continuer de marcher, éditions de La Martinière, octobre 2015), Allain Bougrain Dubourg, l’ancien compagnon  de Brigitte Bardot, l’a longuement évoquée dans son livre mais aussi lors de la promotion.

Vous pouvez découvrir quelques articles de presse dans ma présentation ci-dessous : 

* * * * *

 

Parution, en octobre 2015, d’un très beau livre : Gainsbourg, années héroïques de Stéphane Deschamps (Éditions Chronique). Dans cet ouvrage, 16 pages sont consacrées à la rencontre artistique et amoureuse entre Serge Gainsbourg et B.B., avec des photos (toutes assez connues).

 

* * * * *

 

Nathalie Rykiel, la fille de la créatrice de mode, Sonia Rykiel, a publié son autobiographie (4 décembre, éditions Plon, 1er octobre 2015). Elle raconte notamment « qu’adolescente, elle côtoyait les plus grands créateurs et les célébrités. Un soir, à Saint-Tropez, la reine de la ville est venue lui déposer un baiser de bonne nuit sur le front. C’était Brigitte Bardot dans la plus belle de ses incarnations, encore belle et encore jeune. Légendaire. »

Propos rapportés par Laurent David Samama pour le site « larègledujeu.org ».

 

* * * * *

 

Jean-Louis Debré, président du Conseil Constitutionnel, était l’un des invités de l’émission de France 2, « C à vous », diffusée le 6 octobre 2015. Interrogé sur Brigitte Bardot, à propos de sa rencontre avec Florian Philippot, il a répondu laconiquement :

« Je ne regarde pas le cinéma d’horreur ! »

Capture d’écran de l’émission « C à vous » au moment où Jean-Louis Debré évoque brièvement Brigitte Bardot.

Capture d’écran de l’émission « C à vous » au moment où Jean-Louis Debré évoque brièvement Brigitte Bardot.

* * * * *

 

Isabelle Mergault, auteure et interprète (avec Sylvie Vartan) de la pièce de théâtre Ne me regardez pas comme ça (jouée à Paris de septembre 2015 à janvier 2016) a répondu aux questions du magazine gay Tribu Move (n° 194 – octobre 2015).

Le personnage de Victoire Carlota (Sylvie Vartan) fait penser à Greta Garbo ou Marlene Dietrich. Ces femmes vous ont fasciné ?

- Même quelque part Bardot. Elles en ont eu à un moment assez, elles se sont peut-être perdues là-dedans et elles décident de partir avant qu’on ne leur dise. Souvent, les très belles femmes, c’est un peu ça ! Tirer sa révérence, c’est leur meilleure façon de partir, elles ont tellement tout connu, vu… Je ne sais pas ce qu’elles peuvent espérer, si ce n’est que de se retrouver elles-mêmes peut-être.

 

* * * * *

 

Dans son spectacle « Flash Back » (Théâtre de la Michodière à Paris – à partir du 12 octobre 2015), le photographe Jean-Marie Périer commente ses célèbres photos. Il raconte notamment comment il a présenté Brigitte Bardot aux Beatles, et organisé la séance de photos entre B.B. et Sylvie Vartan en 1967. Brigitte aurait dit à Jean-Marie Périer, à propos du groupe anglais :

« Ils sont gentils tes copains mais ils sont pas très marrants. »

 

(Merci à mon ami Didier B. pour cette information.)

 

* * * * *

 

Lors du jeu télévisé « N’oubliez pas les paroles » (diffusé sur France 2, le 19 octobre 2015), une des candidates a choisi d’interpréter la chanson de Brigitte Bardot, La Madrague. Et le présentateur Nagui, qui décidément n’aime pas Brigitte…, a déclaré :

« Ah… La Madrague… c’est une belle maison qui “elle” vieillit bien ! ».

 

* * * * *

 

Dans Dix pour cent, la nouvelle série française diffusée sur France 2 (mercredi 21 octobre 2015 à 20 h 50), l’agent de Laura Smet (joué par Nicolas Maury) lui suggère de « bardoter » pour échapper à un rôle qu’on lui propose. Apparemment, dans le milieu des agents artistiques parisiens, ce verbe signifierait : «  Faire des caprices de star » !  

 

 (Merci à mes amis Cédric B. et Laurent P. pour cette information.)

 

* * * * *

 

Lors du jeu télévisé « N’oubliez pas les paroles » (diffusé sur France 2, le 26 octobre 2015), les deux candidats se sont affrontés en finale en interprétant le tube de Brigitte Bardot, Harley Davidson, mais ils n’ont pas pu chanter correctement les paroles. Et pour une fois, le présentateur Nagui n’a fait aucune remarque désobligeante sur B.B. !

 

* * * * *

 

Pour découvrir rapidement la suite de cet article (novembre et décembre 2015), je vous propose le lien direct ci-dessous : 

Repost 0
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 00:47

Joyeux anniversaire ! 

cher Jean-Louis Trintignant 

 

 

Vendredi 11 décembre 2015 : Jean-Louis Trintignant célèbre ses 85 ans.

Celui qui fut le deuxième grand amour de Brigitte Bardot est toujours présent dans le cœur des Français.

Et c'est bien mérité, car il est non seulement un de nos plus grands comédiens, mais aussi un homme sensible, humble, généreux et très sympathique. 

Un couple mythique : Brigitte et Jean-Louis dans le film « Et Dieu… créa la femme » en 1956, à Saint-Tropez.

Un couple mythique : Brigitte et Jean-Louis dans le film « Et Dieu… créa la femme » en 1956, à Saint-Tropez.

 

* * * * * * * * 

 

Jean-Louis Trintignant est né en 1930 à Piolenc (Vaucluse).

Il débute au théâtre en 1951, puis il suit des cours de mise en scène à l’IDHEC (Institut des hautes études cinématographiques), mais il réalisera seulement deux films en 1972 (Une journée bien remplie) et en 1978 (Le Maître-nageur) qui seront des échecs commerciaux.

Comme acteur, il sera consacré vedette avec son 3ème film (aux côtés de Brigitte Bardot), Et Dieu… créa la femme, de Roger Vadim en 1956.

Ensuite il tournera beaucoup, environ 120 films parmi lesquels mes préférés sont : Les Liaisons dangereuses 1960 (Roger Vadim, 1959) – Le Fanfaron (Dino Risi, 1962) – Merveilleuse Angélique (Bernard Borderie, 1965) – Compartiments tueurs (Costa-Gravas, 1965) – Un homme et une femme (Claude Lelouch, 1966) – Les Biches (Claude Chabrol, 1968) – Z (Costa-Gravas, 1969) – Sans mobile apparent (Philippe Labro, 1971) – Le Train (Pierre Granier-Deferre, 1973) – La Banquière (Francis Girod, 1980) – Vivement Dimanche ! (François Truffaut, 1983) – Le Bon plaisir (Francis Girod, 1984) – Rendez-vous (André Techiné, 1985) – Amour (Mickaël Haneke, 2012).

Il a joué aussi dans environ 10 téléfilms et 40 pièces de théâtre.

Il a participé à de nombreuses courses automobiles notamment le Rallye de Monte-Carlo. C’est son oncle, Maurice Trintignant (1917 - 2005) qui lui a transmis cette passion.

Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant dans le film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.

Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant dans le film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.

* * * * * * * *

 

Jean-Louis Trintignant et Brigitte Bardot

Une grande histoire d’amour

 

 

Lorsqu’il rencontre Brigitte Bardot en 1956, il est marié depuis deux ans à l’actrice Stéphane Audran dont il divorcera. Après sa rupture avec B.B. (en 1958), il épousera (en 1961) la réalisatrice Nadine Marquand (la sœur des comédiens Serge et Christian Marquand, tous les deux partenaires de B.B.  : La Bride sur le cou et Et Dieu… créa la femme). Ensemble, ils auront 3 enfants dont la regrettée Marie Trintignant (1962 - 2003), au destin si tragique...

 

Pour Brigitte Bardot, son amour pour Jean-Louis Trintignant reste l’un de ses plus beaux souvenirs…

« À force d’être naturelle dans mes scènes d’amour avec Jean-Louis Trintignant, mon partenaire dans le film, je finis tout naturellement par l’aimer ! (…) J’éprouvais pour Jean-Louis une passion dévorante. Effacé, profond, attentif, sérieux, calme, puissant, timide, il était si différent, tellement mieux que moi. (…)

J’ai vécu avec lui la période la plus belle, la plus intense, la plus heureuse de toute cette époque de ma vie. Période d’insouciance, de liberté, et encore, ô merveille, d’incognito, d’anonymat ! (…)

J’aimais Jean-Lou à la folie, je l’ai aimé comme je n’ai peut-être plus jamais aimé, mais je ne le savais pas, j’étais trop jeune. »

(Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

Quant à Jean-Louis Trintignant, homme pudique et réservé, il s’est rarement exprimé sur cette passion amoureuse, mais a toujours fait de jolies déclarations au sujet de Brigitte Bardot…

« La femme la plus désirée au monde dans ces années-là », a-t-il confié récemment, toujours très ému de (re)découvrir les belles phrases écrites sur lui par Brigitte dans ses Mémoires. 

Quelques photos de Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant à l’époque de leur relation amoureuse, et notamment lors du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.
Quelques photos de Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant à l’époque de leur relation amoureuse, et notamment lors du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.
Quelques photos de Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant à l’époque de leur relation amoureuse, et notamment lors du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.
Quelques photos de Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant à l’époque de leur relation amoureuse, et notamment lors du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.
Quelques photos de Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant à l’époque de leur relation amoureuse, et notamment lors du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.

Quelques photos de Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant à l’époque de leur relation amoureuse, et notamment lors du tournage du film « Et Dieu… créa la femme » en 1956.

B.B. et Jean-Louis Trintignant aux côtés de leur metteur en scène, Roger Vadim, pendant le tournage du film-culte « Et Dieu… créa la femme » en 1956 à Saint-Tropez.

B.B. et Jean-Louis Trintignant aux côtés de leur metteur en scène, Roger Vadim, pendant le tournage du film-culte « Et Dieu… créa la femme » en 1956 à Saint-Tropez.

 

* * * * * * * *

 

Ma brève rencontre avec Jean-Louis Trintignant

 

J’ai eu le bonheur de discuter de longues minutes avec cet immense acteur, dans les années 90, lors d’une soirée où l’on présentait le très beau film d’Éric Rohmer, Ma nuit chez Maud (1969). Il n’y avait pas beaucoup de monde dans ce cinéma d’art et d’essai (à Paris ou à Bordeaux, je ne m’en souviens plus…), mais après la séance, dans le hall du cinéma, j’ai pu rencontrer les 2 vedettes du film : Françoise Fabian et Jean-Louis Trintignant.

Tous deux ont été très disponibles et charmants ; ils m’ont dédicacé l’affiche de la soirée (voir ci-dessous). Je garde de Jean-Louis Trintignant le souvenir d’un homme extrêmement gentil, presque timide, avec une voix si douce. Exactement comme Brigitte Bardot me l’avait décrit lorsque nous travaillions ensemble sur Initiales B.B. ! 

Dédicaces de Françoise Fabian et Jean-Louis Trintignant à mon intention, dans les années 90.

Dédicaces de Françoise Fabian et Jean-Louis Trintignant à mon intention, dans les années 90.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !