Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 18:16
Les médias et les personnalités qui ont évoqué Brigitte Bardot en 2016 (janvier à juin)

En 2016, comme chaque année, Brigitte Bardot fait encore  beaucoup parler d’elle…

Ci-dessous, vous pourrez découvrir, mois après mois, toutes les déclarations la concernant.

 

(Article actualisé le 14 octobre 2016)

-----------

Juin

-----------

 

Parution du livre Jeanne Moreau : destin d’'actrice de Stéphane Loisy et Jean-Luc Béjo (éditions Carpentier). Le chapitre 16 (intitulé « Moreau - Bardot ») consacre ses 4 pages à la rencontre des 2 stars sur le tournage de Viva Maria en 1965.

B.B. et Jeanne Moreau dans « Viva Maria » (Louis Malle, 1965).

B.B. et Jeanne Moreau dans « Viva Maria » (Louis Malle, 1965).

* * * * *

 

Avant la vente aux enchères des tableaux de Milo Manara en hommage à la beauté de Brigitte Bardot (dessins approuvés et signés par elle), une exposition s'’est tenue du 3 au 5 juin 2016 à l’'Hôtel de Paris à Saint-Tropez.

La vente a finalement rapporté près de 600 000 Euros et (quelle déception…) l'’artiste italien n'’a (à ce jour) pas fait le moindre don à la Fondation B.B. !

Exposition dans le hall d'’entrée de l'’Hôtel de Paris (Saint-Tropez) du 3 au 5 juin 2016.

Exposition dans le hall d'’entrée de l'’Hôtel de Paris (Saint-Tropez) du 3 au 5 juin 2016.

* * * * *

 

Dans ce même Hôtel de Paris (à Saint-Tropez), une autre exposition s’'est également tenue, celles des plus belles photos Brigitte Bardot par Léonard de Raemy (juin 2016).

Les photos de B.B. par Léonard de Raemy ont été exposées dans le hall d’'entrée de l’'Hôtel de Paris (Saint-Tropez) en juin 2016.
Les photos de B.B. par Léonard de Raemy ont été exposées dans le hall d’'entrée de l’'Hôtel de Paris (Saint-Tropez) en juin 2016.

Les photos de B.B. par Léonard de Raemy ont été exposées dans le hall d’'entrée de l’'Hôtel de Paris (Saint-Tropez) en juin 2016.

* * * * *

 

C'’était l'une des promesses de campagne du nouveau maire FN d’'Hayange (57), Fabien Engelmann. La mise en place d’'un pigeonnier municipal pour que les volatiles s'’éloignent du centre-ville. Grand admirateur de Brigitte Bardot, le maire a décidé de baptiser son pigeonnier : « B.B. ».

 

* * * * *

 

Vendredi 10 juin 2016, à 20 h 55, l’'émission de Mireille Dumas, « La France en chansons », nous a offert de revoir Brigitte Bardot ! Durant de longues minutes, on a pu l’'apercevoir dans les rues de Saint-Tropez dans les années 80, puis dans sa maison (extraits de l'’émission « Telle Quelle »), et enfin dans le clip où elle interprète, depuis sa plage privée, son tube : La Madrague.

L’'humoriste Chantal Ladesou a raconté que sa maman était une fan de B.B. et qu'’elle l’'avait aperçue à Saint-Tropez. Quant à Dick Rivers, il a aussi évoqué Brigitte à propos de la chanson Twist à Tropez.

 

* * * * *

 

À l’'occasion de la sortie du film Camping 3 de Fabien Onteniente, l’'un des acteurs, Gérard Jugnot, a donné une longue interview au magazine Gala (28 juin 2016) et il a notamment déclaré :

« Quand j’'étais petit, je rêvais sur Brigitte Bardot, Ursula Andress. On n'’avait que des photos, mais les femmes y étaient belles, elles étaient vraies, elles existaient. »

------------------------

Mai

-----------------------

 

Dans l’émission de Patrick Sébastien, « Les années Bonheur », diffusée sur France 2, samedi 7 mai 2016, le chanteur Éric Morena a interprété la chanson de Dario Moreno, Brigitte Bardot. Et le public a repris en chœur le refrain.

 

* * * * *

 

Le journaliste François Forestier, spécialiste du cinéma, a publié un livre intitulé Les 101 nanars : une anthologie du cinéma affligeant (mais hilarant) (384 pages – éditions Denoël, 15 avril 2016).

Et parmi les nombreux films qu’il a sélectionnés, on en trouve deux avec Brigitte Bardot : Les Bijoutiers du clair de lune (1957) et Don Juan 73 (1973), tous les deux réalisés par… Roger Vadim !

 

* * * * *

 

Soixante-trois ans après la bombe de Et Dieu...créa la femme, une nouvelle starlette a posé ses valises sur la Croisette. Vendredi 13 mai 2016, Lily-Rose Depp, progéniture céleste de Vanessa Paradis et Johnny Depp, a monté les marches avec l'équipe de La Danseuse, premier long-métrage de Stéphanie Di Giusto, présenté en sélection « Un Certain Regard ». Elle y tient le rôle principal, celui d'Isadora Duncan, jeune prodige des années 1920, surnommée la « danseuse aux pieds nus ».

On dit de Lily-Rose Depp (16 ans) qu'elle est le sosie de sa mère avec les yeux de son père. Vendredi soir, entre ses premiers pas intimidés et les rugissements des photographes sur les marches du Festival de Cannes, on a surtout vu la Brigitte Bardot version 2016. Même visage poupon, même regard sensuel, même moue boudeuse. En 1953, la Croisette s'amourachait de B.B., jeune naïade parisienne aux mensurations de rêve. Aujourd'hui, elle a trouvé sa nymphette en la délicate personne d'une Franco-Américaine au corps de fillette – les codes ont changé. 

Article publié dans Madame Figaro (14 mai 2016).

Lily-Rose Depp : la « nouvelle Bardot »… Et vous, qu’en pensez-vous ?

Lily-Rose Depp : la « nouvelle Bardot »… Et vous, qu’en pensez-vous ?

 * * * * *

 

Dans l’émission « Secrets d’Histoire » consacrée au Général de Gaulle (diffusée sur France 2, mardi 17 mai 2016), on a pu apercevoir Brigitte Bardot se rendant à l’Élysée en 1967. Le magazine Télé Star apporte cette précision :

« Si en 1967, De Gaulle goûta la visite de Brigitte Bardot à l’Élysée, il préférait les brunes comme la reine Sirikit de Thaïlande ou Jackie Kennedy. »

Brigitte Bardot, invitée à la « Soirée des Arts et Lettres », à l’Élysée, le 7 décembre 1967.

Brigitte Bardot, invitée à la « Soirée des Arts et Lettres », à l’Élysée, le 7 décembre 1967.

* * * * *

 

Vendredi 20 mai 2016, un des sujets de l’émission régionale et matinale, « Pays de Loire – Vivre mieux », était la marinière fabriquée par la société Amor-Lux. Et parmi les personnalités qui ont contribué à sa popularité, on reconnaissait : Picasso, Jean Seberg, James Dean et… Brigitte Bardot.

B.B., jeune débutante au début des années 50, porte déjà une marinière !

B.B., jeune débutante au début des années 50, porte déjà une marinière !

* * * * *

 

L’hebdomadaire France Dimanche (n° 3638 du 20 au 26 mai 2016) consacre une double page au compositeur et arrangeur, Claude Bolling (86 ans). Il revient sur sa relation professionnelle avec Brigitte Bardot. Extraits :

Brigitte voulait chanter depuis longtemps. Elle avait un joli filet de voix. C’est mon sextet qui a enregistré pour elle La Madrague, Les amis de la musique, Je me donne à qui me plait. Plusieurs fois par semaine, Brigitte venait travailler chez nous. Elle a dit de moi : « Jamais personne ne m’a autant fait bosser que “Dubol” ! » C’est mon surnom, parce que j’ai de la chance de faire de la musique. 

Un 33 Tours « collector » avec Brigitte Bardot et Claude Bolling sur la pochette.

Un 33 Tours « collector » avec Brigitte Bardot et Claude Bolling sur la pochette.

* * * * *

 

Interrogée dans l’émission « Le Grand 8 », animée par Laurence Ferrari (le 24 mai 2016 sur D8), la réalisatrice Lisa Azuelos (fille de la chanteuse Marie Laforêt) a répondu à Nabilla Benattia (la « starlette de téléréalité »), qui souhaite faire du cinéma…

« Elle a quelque chose de l’ordre de Brigitte Bardot à l’époque. C’est vraiment la femme par qui le scandale arrive. (…) C’est une bonne comédienne. »

 

* * * * *

 

Fabien Engelmann, maire (FN) d’Hayange (Moselle), a accordé une interview au site catholique « Le Rouge & le Noir », le 24 mai 2016. Il a évoqué ainsi Brigitte Bardot :

« Je suis très attaché à toutes formes de vie et à toute souffrance, mais je suis surtout attaché à la vie existante plutôt qu’à celle qui pourrait être ou ne plus être. C’est dans ce sens que je me concentre plus sur la torture animale, les conditions d’élevage horribles et le manque de respect pour les animaux. C’est tout ce mal qui leur est fait qui me révolte, et c’est d’ailleurs pour cela que je suis plus qu’admiratif du dévouement et de l’engagement de Brigitte Bardot depuis tant d’années. »

 

* * * * *

 

Marc-Olivier Fogiel, invité de l’émission « Média People », diffusée le vendredi 27 mai 2016 sur la chaîne Non Stop People, est longuement revenu sur sa relation avec Brigitte Bardot qu’il avait invitée, en mai 2003, dans son émission « On ne peut pas plaire à tout le monde ». Quelques jours avant sa venue sur France 3, B.B. avait publié Un cri dans le silence (éditions Le Rocher). Un ouvrage dans lequel elle faisait part de son avis bien tranché sur certains sujets de société. L’animateur, choqué par le contenu du livre, n’avait alors pas manqué de lui faire savoir. 

Voici l’intégralité des propos de Marc-Olivier Fogiel concernant Brigitte Bardot :

« Elle a sorti un livre qui n’était pas prévu, quelques jours avant l’émission. Quand je dis, elle a sorti, c’est pas elle qui voulait, c’est un éditeur – c’était dans un tiroir – qui a profité de la diffusion de l’émission pour le sortir. Ce qui devait être une grande fête avec quelqu’un que je continue à bien aimer parce qu’elle a aussi cet aspect de sa personnalité, c’est quelqu’un qui m’attendri mais elle capable aussi du pire. Ce livre est sorti quelques jours avant. Elle le savait, elle m’a demandé de le lire, je l’ai lu. Je lui ai expliqué qu’on ne pouvait pas ne pas en parler. On en a parlé. Quand vous lisez le livre encore aujourd’hui... Elle a même été condamnée pour ça : des propos racistes !  Convenu avec elle, après avoir fait la fête, je l’ai renvoyée face à ce qu’elle était capable d’écrire. Là, on découvrait une autre Brigitte Bardot :  elle est double cette femme. Je préfère garder la Brigitte Bardot lunaire plutôt que celle – que je ne respecte pas pour être clair – capable de dire que les infirmières blacks qui puent dans les hôpitaux doivent rentrer chez elles. Je ne peux pas respecter ça. Et je préfère garder, quand je vois ça, l’image de mon ami Alain Delon ou de Pascal (qui me manque tellement) Sevran plutôt que cet aspect sombre de Brigitte Bardot qui s’explique par plein de choses. Elle vit recluse à La Madrague. Elle ne regardait à l’époque que TF1 à travers “52 sur la Une” qui était une émission assez racoleuse. Elle avait une vision de la société très tronquée à travers ce que voulait bien lui montrer une émission très particulière de TF1. Donc, je ne sais pas si je lui en veux ou pas. On ne s’est jamais reparlé. »

Brigitte Bardot et Alain Delon arrivent sur le plateau de l’émission « On ne peut pas plaire à tout le monde », diffusée le 12 mai 2003 sur France 3.

Brigitte Bardot et Alain Delon arrivent sur le plateau de l’émission « On ne peut pas plaire à tout le monde », diffusée le 12 mai 2003 sur France 3.

* * * * *

 

L’écrivain Annie Ernaux (75 ans) publie un nouveau livre autobiographique, Mémoire de fille (éditions Gallimard, avril 2016), dans lequel elle se penche sur l’année de ses 18 ans, en 1958. Dans une critique de l’ouvrage (datée du 22 mai 2016), on apprend notamment qu’après avoir vu En cas de malheur avec Brigitte Bardot, elle note aussitôt dans son journal :

« Stupéfaction de voir combien j’avais la même façon que Bardot de me conduire avec les hommes en 58, les gaffes que je faisais, ou le naturel que j’avais, disant à l’un que j’avais flirté avec l’autre. »

------------------------

Avril

-----------------------

 

Dans un article d’une page publiée dans le magazine Télé 7 Jours (n° 2913 du 26 mars au 1er avril 2016), la journaliste Wendy Bouchard évoque B.B. :

«  Dans ma vie, j’ai eu la chance de rencontrer Gérard Depardieu et Brigitte Bardot, avec laquelle j’entretiens une relation unique, une passion commune pour les animaux. Nous nous parlons régulièrement. »

 

* * * * *

 

La sculpteur Geneviève Gazan-Choby expose (du 1er au 29 avril 2016) dans son atelier-galerie « Poly-Céram » de Vallauris (06), les toiles de Katy Sana.

Il s’agit d’une série de portraits grand format d’artistes du 7ème Art : Audrey Hepburn, Michèle Mercier, Elizabeth Taylor, James Dean, Marilyn Monroe, etc… et Brigitte Bardot.

D’autres portraits en petit format rendent hommage aux personnalités qui firent la renommée de Vallauris : Pablo Picasso, Jean Marais, Jean Cocteau. 

Tableau de Katy Sana représentant Brigitte Bardot d’après une célèbre photo de Sam Levin (Vallauris, avril 2016).

Tableau de Katy Sana représentant Brigitte Bardot d’après une célèbre photo de Sam Levin (Vallauris, avril 2016).

* * * * *

 

Lu dans le quotidien 20 Minutes du 1er avril 2016.

« Panthéone » est une marque de prêt-à-porter parisienne créée il y a six ans et dirigée par une équipe de jeunes femmes audacieuses. Elles proposent des vêtements dans lesquels on se sent aussi à l’aise qu’en jogging, sans pour autant « Faire “caillera” ». La collection printemps-été French Lessons s’inspire ainsi de « Brigitte Bardot, de la French Riviera, de Jean-Paul Goude, et du 14 Juillet », résume Déborah Amaral, l’une des créatrices.

 

* * * * *

 

Selon un sondage exclusif publié par le site French Morning (du 1er avril 2016), 74 % des Français vivant aux États-Unis voteraient pour Donald Trump si l’élection présidentielle américaine avait lieu demain. Le favori Républicain a réagi à ce sondage à travers un communiqué :

« Je suis honoré d’être adulé par un peuple qui aime tant de bonnes choses comme Brigitte Bardot, le camembert, le vin et Jean-Jacques Goldman ».

 

* * * * *

 

Samedi 2 avril 2016 à 21 heures.

Salle des Fêtes de Saint Pantaléon-de-Larche (Corrèze).

« Bardot refait son show », présenté par Marie d'Estoril.

Un spectacle de 2 heures qui retrace la vie de Brigitte Bardot des années 1950 aux années 1970. De Tu veux ou tu veux pas en passant par Bonnie and Clyde et Harley Davidson, Marie d'Estoril emmène les spectateurs dans un univers musical où se croisent des personnages tels que Serge Gainsbourg et Joséphine Baker, en leur faisant découvrir une histoire hors du commun.

Dans la deuxième partie du spectacle, « Brigitte Bardot » présente ceux qu'elle a toujours estimés. En effet, lors d'une soirée à La Madrague, elle fait découvrir à ses amis le talentueux guitariste Manitas de Plata, son univers, sa musique. Un instant magique que le spectateur revit avec le groupe « Camargue », dont le leader est El Rey (le héros du film L’Enfant sauvage de François Truffaut), neveu de Manitas de Plata.

 

(Merci à mon ami Bernard d’O. pour cette information.)

Marie d’Estoril en « Brigitte Bardot » dans le spectacle présenté en Corrèze, le 2 avril 2016.

Marie d’Estoril en « Brigitte Bardot » dans le spectacle présenté en Corrèze, le 2 avril 2016.

* * * * *

 

Lu sur le site « Francetvinfo », le 3 avril 2016.

 Pierre Nora (historien, écrivain et éditeur) évoque les 100 ans de la maison d’édition Gallimard :

« Quand j’avais 16 ans, à la Garden Party de Gallimard, j’ai vu Queneau, Malraux, Sartre et même Bardot et je me suis dit : “C’est là qu’il faut vivre et mourir !” ».

 

* * * * *

 

Lu sur le site « Zikeo.net », le 3 avril 2016.

Éric Morena, artiste phare des années 80 avec son célèbre tube Oh Mon Bateau !, vient d'enregistrer un album très festif composé de reprises des plus grands succès de Dario Moreno : Si tu vas à Rio, Tout l'amour, ou bien encore Brigitte Bardot.

 

* * * * *

 

Kim, la bimbo sexy qui apparaît dans l’émission de télé-réalité, Marseillais South Africa, diffusée sur W9, publie régulièrement des photos d’animaux sur son compte Instagram.

Elle aimerait beaucoup s’investir dans la protection animale et a déclaré notamment (début avril 2016) dans une vidéo dont voici quelques extraits :

« J’ai été beaucoup inspirée par Brigitte Bardot, qui pour moi est une grande dame. Elle a dédié sa vie entière à la cause animale et si je pouvais suivre ne serait-ce qu’un petit bout de son chemin, ça serait une joie immense dans ma vie. (…) Je l’admire et la respecte énormément ».

« Madame Bardot, je suis militante pour la protection animale et ce serait pour moi un honneur de vous rencontrer pour que vous puissiez, si vous le voulez bien, me donner les clés pour que je puisse continuer ce combat. Avec ma petite notoriété, je pourrais toucher une autre partie du public. (…) J’aimerais beaucoup mener ce combat et y dédier ma vie. Ce serait un honneur et j’aurais réussi ma vie. »

 

Vous pouvez découvrir l’intégralité des déclarations de Kim à propos de B.B. sur la courte vidéo ci-dessous (2 minutes) :  

* * * * *

 

Le site « Famillechétienne.fr » nous livre quelques extraits d’un nouveau livre : Adieu Simone, les dernières heures du féminisme, de Gabrielle Cluzel, publié aux éditions Le Centurion (le 7 avril 2016).

« [Le féminisme] avait pris les traits alors de Mireille, mon professeur de français de cinquième du lycée Jules-Ferry. On eût dit la sœur de Danièle Mitterrand et de Barbara, avec des jupes en boubou africain et la coiffure de Brigitte Bardot. De Brigitte Bardot maintenant, veux-je dire : chignon flou “saut du lit” ».

 

* * * * *

 

Grande vente de quatre tableaux (48 x 60 cm - à partir de 400 Dollars chaque) de Marie-Josée Hudon représentant  : Kurt Cobain, John Lennon, Johnny Depp et Brigitte Bardot. 

La vente a eu lieu à Montréal (Québec), début avril.

« Brigitte Bardot » par Marie-Josée Hudon.

« Brigitte Bardot » par Marie-Josée Hudon.

* * * * *

 

La rediffusion du grand classique Le jour le plus long (1962), lundi 11 avril 2016, sur France 3, a généré de nombreux articles dans la presse quotidienne. Et c’est dans l’un d’eux que l’on apprend que Brigitte Bardot devait jouer le rôle d’une résistance caennaise qu’elle a refusé. C’est l’actrice Irina Demick (1936 – 2004) qui lui a succédé.

 

* * * * *

 

Lu (le 12 avril 2016) dans la présentation à la presse du livre de Marlène Coulomb-Guly, 8 Femmes sur un  plateau (éditions Nouveau Monde) :

« Une autre injustice guette ces pionnières : l'oubli. Qui se souvient de Jacqueline Baudrier, personnalité préférée des Français en 1972, devant Mireille Mathieu et Brigitte Bardot ? Cette journaliste de la deuxième chaîne et présidente de Radio France avait été accueillie par ces mots : “Quoi, une gonzesse au journal ?” ».

 

* * * * *

 

Dans une longue interview publiée sur le site de « Paris-Normandie » (le 16 avril 2016), l’actrice Claudia Cardinale évoque B.B. :

 

Avant de s’apercevoir que vous êtes une grande actrice, on vous repère donc sur votre plastique, un peu comme Brigitte Bardot

Ah ben, oui ! Et d’ailleurs quand on a tourné Les Pétroleuses [en 1971], Brigitte et moi, c’était B.B. contre C.C. (rires) ! La blonde contre la brune ! Tous les paparazzis étaient là, convaincus qu’on allait s’entretuer. Au final, on s’est très bien entendues. Et on s’appelle encore. Mais ces derniers temps, c’est difficile de l’avoir, elle ne va pas très bien.

 

Vous étiez les deux plus belles femmes de l’époque et vous avez toutes les deux refusé de recourir à la chirurgie esthétique...

Oui, c’est vrai. Je n’aime pas ça ! Maintenant, il y a même des mecs qui se font refaire. Mais ce n’est pas pour moi. Tu dois accepter le temps qui passe. 

Brigitte et Claudia lors de la Première du film « Les Pétroleuses », le 16 décembre 1971.

Brigitte et Claudia lors de la Première du film « Les Pétroleuses », le 16 décembre 1971.

* * * * *

 

Fabien Engelman, maire Front national de Hayange (Moselle), a récemment (27 avril 2016) déclaré vouloir renommer une rue de sa ville du nom de… Brigitte Bardot.

 

* * * * *

 

Jusqu'au 28 avril 2016, le palais de l'Unesco a exposé les œuvres d’Élisabeth Tuythof, une artiste visuelle néerlandaise qui présente pour la première fois son travail au Liban, sous le parrainage de l'ambassade des Pays-Bas. Elle a une propension naturelle à représenter des femmes fortes : de Frida Kahlo à Oum Kalsoum, en passant par Brigitte Bardot... 

------------------------

Mars

-----------------------

 

Dans le magazine hebdomadaire Ici Paris (n° 3686 du 24 février au 1er mars 2016), sur une double page consacrée à Amanda Lear, sous une photo de la vedette avec Alain-Philippe Malagnac, on peut lire… :

« Souvenir du bonheur avec son mari rencontré en 1978 (…). Après avoir failli acheter La Madrague de Brigitte Bardot (qui a finalement décidé de ne plus vendre sa propriété), ils se sont installés dans un mas des Alpilles, à Saint-Étienne-du-Grès. »

 

* * * * *

 

Exposition « Françoise Sagan : Liberté d’écrire, liberté de vivre ». Commissaire : Denis Westhoff [le fils unique de l’écrivaine]. Jusqu’au 27 mars 2016, au Boléro, 1er étage, Versoix (Suisse).

Dans la présentation à la presse, on peut lire notamment… :

« [Sagan] était immensément célèbre dans les années 50, après la parution de Bonjour tristesse [en 1954] qui a fait scandale. Elle était adulée, mais aussi dénigrée : elle faisait la fête, adorait conduire vite, buvait du whisky. Où qu’elle aille, elle était pourchassée par les photographes. »

Comme Brigitte Bardot, deux ans plus tard – en 1956, lorsque sortira Et Dieu… créa la femme –, Françoise Sagan représente une jeunesse libérée, une femme indépendante et émancipée qui préfigure déjà Mai 68.

La Tribune de Genève (1er mars 2016)

Brigitte Bardot et son mari Gunter Sachs, accompagnés de Françoise Sagan, arrivent en voiture à L’Élysée, le 7 décembre 1967.

Brigitte Bardot et son mari Gunter Sachs, accompagnés de Françoise Sagan, arrivent en voiture à L’Élysée, le 7 décembre 1967.

* * * * *

 

Dans une interview pour le quotidien anglais The Telegraph (1er mars 2016), le peintre et sculpteur britannique, Allen Jones (78 ans), a notamment déclaré :

« Sur les murs de mon studio, j’expose certaines de mes œuvres plutôt que n’importe quoi fait par d’autres… bien que j’ai aussi un vieux poster de Brigitte Bardot sur une Harley Davidson. Dieu sait quand j’ai acheté ça ! »

Allen Jones est devenu célèbre par son exposition de sculptures érotiques, notamment la série Chaise, Table et Porte-manteau (1969) dans lesquels des femmes sont assimilées à des objets (voir ci-dessous).

Une œuvre d'Allen Jones... sous le regard de B.B. (par Andy Warhol).

Une œuvre d'Allen Jones... sous le regard de B.B. (par Andy Warhol).

* * * * *

 

Le site spécialisé « Acuite.fr » (1er mars 2016) annonce une vente aux enchères des créations de Pierre Marly, le 13 mai à Drouot. Ce sont 250 lots qui seront proposés. Cet « opticien des stars » a notamment créé des lunettes pour Michel Polnareff, Serge Gainsbourg, Audrey Hepburn, Sophia Loren, Elton John, Marlene Dietrich, Johnny Hallyday, et… Brigitte Bardot.

* * * * *

 

Le quotidien belge La Dernière Heure (1er mars 2016) rend hommage à Freddy Guitare qui vient de mourir. Très connu en Belgique, ce chanteur et champion professionnel de lutte avait été la doublure de Lino Ventura. Il avait joué notamment dans Boulevard du Rhum (1971) aux côtés de Brigitte Bardot.

 

* * * * *

 

Il y a 25 ans déjà, le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg nous quittait brutalement.

À Bruxelles (Belgique), le photographe Pierre Terrasson expose ses plus belles photos de l’artiste. Dans une interview publiée le 1er mars dans un quotidien belge, en commentant une photo, il évoque B.B. en ces termes… :

« C’est sur le lit-cage qui était dans sa maison, avec l’écorché et l’homme à la tête de chou. Et au fond, il y a une photo d’un film (Don Juan 73) avec Birkin et Bardot à poil dans le même lit. Il les a quand même b... toutes les deux » (rires).

L’expo « Gainsbarre etc. Photographies rock des années 80 mais pas que… » a été présentée à la galerie The Bru Sale, rue Ravenstein, à Bruxelles, jusqu’au 23 avril 2016.

 

* * * * *

 

Publié sur le site de l’hebdomadaire people Voici, le 2 mars 2016.

Jane Birkin a fait cette révélation surprenante à propos de la chanson Je t’aime moi non plus, écrite pour Brigitte Bardot par Serge Gainsbourg en 1967…

« Il m’a fait écou­ter l’en­re­gis­tre­ment dans l’ap­par­te­ment de ses parents après notre rencontre, raconte Jane Birkin. Lorsqu’il m’a demandé si je voulais bien la chan­ter, j’ai accepté unique­ment par jalou­sie. » 

Sortie moins d’un an après mai 68, le titre a fait « l’ef­fet d’une bombe ». (…) En 1986, Serge Gains­bourg déci­dait de sortir la version avec B.B., à la condi­tion que les béné­fices du disque soient rever­sés à des asso­cia­tions de défense pour les animaux.

« Je me suis dit: “Tout le monde va se rendre compte que je suis moins inté­res­sante qu'elle sur le titre" », avoue maintenant Jane Birkin. 

Jane Birkin, Serge Gainsbourg et Brigitte Bardot.

Jane Birkin, Serge Gainsbourg et Brigitte Bardot.

* * * * *

 

Un spectacle musical « Cabaret Tam-Tam » (au Cabaret Sauvage, du 2 au 12 mars 2016, à Paris) retrace les folles nuits orientales qui enchantèrent la vie parisienne des années 1940 jusqu’aux années 1980. On apprend que dans certains cabarets du Quartier Latin, on croisait le Tout-Paris, notamment Jean Cocteau et Jean Marais, mais aussi Rita Hayworth, Marlon Brando, François Mitterrand et… Brigitte Bardot !

 

* * * * *

 

Choquée par la remise de la Légion d’honneur (en toute discrétion) par François Hollande, au Prince héritier et Premier ministre d’Arabie Saoudite (le 4 mars 2016), la comédienne Sophie Marceau a expliqué que c’est une des raisons pour laquelle elle refuse cette distinction. De nombreux articles rappellent qu’en 1985, Brigitte Bardot avait également refusé qu’on lui remette la Légion d’honneur.

 

* * * * *

 

France 3 – Côte d’azur (5 mars 2016) présente Katia Lyachenko, comédienne et humoriste, qui joue « Rebelles » (du 2 au 4 mars), en ouverture du 19ème Festival « Fémin’arte » au Théâtre du Tribunal à Antibes (06). Un festival qui donne la parole aux femmes.

De la poupée Barbie (révoltée) à Brigitte Bardot (n’hésitant pas à dire « Je t’emmerde ») en passant par Janis Joplin (réincarnée) ou Marie-Antoinette, elle présente une galerie de portraits de femmes qui ont vécu à des différentes époques de l’Histoire.

L’artiste a également joué ce spectacle le 21 mars 2016, à Paris, au Café de la Gare.

 

* * * * *

 

La 26ème édition du Carnaval des Boute-en-Train s'est déroulée le samedi 20 février 2016, à Saint-Pé-de-Bigorre (65). Les organisateurs avaient donné un thème : il fallait que les enfants participants (une centaine) soient tous déguisés avec un costume commençant par la lettre « B ». On a pu ainsi découvrir un Bisounours, une bohémienne, deux Bugs Bunny, une bouchère, une bouteille de bière,  bûcheron, une ballerine, et… Brigitte Bardot et son bébé phoque !

Site de La Dépêche (5 mars 2016)

 

* * * * *

 

À l’occasion de l’anniversaire du musicien et chanteur britannique David Gilmour (70 ans, le 6 mars 2016), le site italien « Unita.tv » lui consacre un grand article et révèle l’anecdote suivante :

« Avant Pink Floyd, David Gilmour était un rebelle fauché, un jeune sauvage qui parcourrait l'Europe en sac de couchage, faisant la manche pour arriver à vivre. Un soir, dans une boite à Paris [en fait, c’est à Deauville, en 1967], il croise le regard de l’icône absolue de l’époque : Brigitte Bardot. Il raconte lui avoir fait plusieurs fois les yeux doux, recevant en échange quelques sourires de la star, mais finalement en fin de soirée, il la verra s’en aller avec un homme plus âgé et plus riche que lui… [son mari, Gunter Sachs] ».

 

* * * * *

 

L’aînée des 3 filles de Jacques Médecin (1928 – 1998, maire de Nice de 1965 à 1990) a donné une interview au quotidien régional Nice Matin (6 mars 2016). Elle raconte notamment… :

« J’adorais mon grand-père [Jean Médecin qui fut également maire de Nice durant 37 ans]. Je me souviens des Noëls à la maison de Gairaut. (…) Il y avait un âne qui s’appelait “Brigitte” parce que mon grand-père l’avait sauvé avec Brigitte Bardot ! »

 

* * * * *

 

Lundi 7 mars 2016, la députée européenne du Front national, Sophie Montel, a annoncé la création du Collectif Belaud-Argos (du nom du chat de Joachim du Bellay et du chien d’Ulysse), consacré à la défense des animaux, dont elle devient la présidente. 

Immédiatement, Brigitte Bardot lui a adressé une petite carte de félicitations (voir ci-dessous) que la députée s’est empressée de partager sur les réseaux sociaux ! 

Mot manuscrit de B.B. adressé à Sophie Montel, le 7 mars 2016.

Mot manuscrit de B.B. adressé à Sophie Montel, le 7 mars 2016.

* * * * *

 

Dans le téléfilm Elles… les filles du Plessis, diffusé le mardi 8 mars 2016 (sur France 3 à 20 h 50), les jeunes héroïnes se posent des questions sur leur avenir (on est dans les années 70) :

- C’est quoi ton rêve ?

- Être star comme Bardot, répond l’une d’elles qui se prénomme… Brigitte !

 

* * * * *

 

Vu sur le site « Artistecast.com », le 9 mars 2016, l’annonce suivante :

« Dans le cadre du film de Liza Azuelos, Dalida, nous recherchons une comédienne (rôle féminin) pour interpréter le rôle d’une jeune fille de 18/25 ans, style Brigitte Bardot dans les années 60.

Pour postuler, envoyer : photo en portrait + photo en pied avec

Nom, prénom, adresse, téléphone et mail à : castingdalida@gmail.com

(condition : résider en Paca) »

 

* * * * *

 

Dans une interview accordée au Los Angeles Times (du 11 mars 2016), à l’occasion de la sortie aux U.S.A. de son dernier film Hello, my name is Doris, l’actrice américaine Sally Field a déclaré à propos de son personnage :

« J'ai copié les cheveux d'une vieille coiffure de Brigitte Bardot du début des années 1960 ».

 

* * * * *

 

Dans le magazine hebdomadaire France Dimanche (n° 3628 du 11 au 17 mars 2016), B.B. est citée deux fois…

1) Dans sa rubrique consacrée aux animaux, Laurent Cabrol aborde les  récents scandales dans les deux abattoirs du Gard (Alès et Le Vigan) et cite quelques phrases extraites de la lettre que Brigitte Bardot a adressée au ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll.

2) Dans un article promotionnel pour le livre de Frédéric Deban, B.B. est évoquée ainsi… :

« Ils s’amusent encore de la rencontre de Frédéric avec la plus grande star française du cinéma, Brigitte Bardot. L’acteur a croisé sa route à deux reprises. La première fois, il circulait à moto près de la plage des Canebiers, située à dix minutes de La Madrague. Et ce n’est pas la Brigitte du film de Roger Vadim, Et Dieu… créa la femme, qui lui est apparue.

Au volant de sa Méhari vert caca d’oie, accompagnée de ses chiens, elle allait faire son marché. Et le fait que la série dérange ses habitudes l’a rendue furieuse.

Alors que Frédéric a failli finir dans le fossé pour éviter la collision, B.B. lui a lancé une réplique cinglante : “Connard, tu peux pas faire attention ?” bien articulée. Lors de leur seconde rencontre, sur le port, près de chez Sénéquier, elle ne l’a pas raté non plus : “C’est pas Dieu possible, venir me faire chier à cent mètres de chez moi pour votre tournage de merde !” ».

 

* * * * *

 

Le quotidien anglais Daily Mail a consacré un grand article au photographe Terry O’Neill (77 ans), qui avait immortalisé Brigitte Bardot en 1971 sur le tournage des Pétroleuses. Une photo le montre dans son bureau à Londres, et l’on peut apercevoir le célèbre portrait de B.B. ! 

Terry O’Neill (en 2016) dans son bureau à Londres.

Terry O’Neill (en 2016) dans son bureau à Londres.

* * * * *

 

Au musée des Arts décoratifs à Paris, jusqu’au 18 septembre 2016, se tient une exposition consacrée à la célèbre poupée Barbie. À cette occasion, le JDD (du 13 mars 2016) a imaginé une interview de la « star des poupées » par l’écrivain Frédéric Beigbeder.

« Pour son adaptation sur grand écran, elle se verrait bien incarnée par Gwyneth Paltrow ("une grande actrice à même de représenter les multiples facettes de ma personnalité"), Brigitte Bardot ou Laetitia Casta. Des femmes qui font entendre leur voix. »

 

* * * * *

 

Rediffusion, le 14 mars 2016 (sur France 5), du téléfilm de Diane Kurys (2008), Françoise Sagan, avec la talentueuse Sylvie Testud dans le rôle-titre. Au début de la première partie, on aperçoit deux fois… Brigitte Bardot (au théâtre à Paris, et dans les rues de Saint-Tropez).

 

* * * * *

 

Lundi 14 mars 2016. Le « Brigitte Bardot », l'un des navires de la flotte de l’association de Paul Watson (Sea Shepherd), mouillait paisiblement au milieu de la rade de Villefranche (Var). Le trimaran sillonne les côtes azuréennes depuis le 19 décembre dernier. Sa mission: veiller à ce que cette zone préservée  ne subisse pas d'outrages. 

Le « Brigitte Bardot » dans la rade de Villefranche (83), le 14 mars 2016.

Le « Brigitte Bardot » dans la rade de Villefranche (83), le 14 mars 2016.

* * * * *

 

Dans le magazine hebdomadaire Ici Paris (n° 3689 du 16 au 22 mars 2016), B.B. est citée deux fois…

1) Par la photographe Odile Montserrat (à l’occasion d’une exposition de ses photos de Gainsbourg, à la mairie du IXème arrondissement de Paris, du 1er au 10 mars 2016).

« Odile se souvient avoir rencontré Serge en 1968 alors qu’il habitait chez ses parents : “Il était assis dans son grand fauteuil avec la photo de Bardot derrière.” »

 

2) Par Jeanne Mas (pour la promotion de son livre Ma vie est une pomme où elle prône le végétarisme).

« - Pourquoi n’avez-vous pas écrit ce livre plus tôt ?

J.M. : (…) Il y a des gens comme Brigitte Bardot plus compétents. »

 

* * * * *

 

Voici une information restée jusqu’ici confidentielle, mais le site Capital.fr vient de la révéler le 18 mars 2016.

Ci-dessous, l’article du journaliste Éric Wattez dans son intégralité.

 

« Même octogénaire, l’ancienne star reste une belle marque… qui suscite des convoitises.

En témoigne le conflit qui l’oppose à son ex-agent.

 

Ces dames se crêpent le chignon par avocats interposés depuis bientôt cinq ans. Face à face, Brigitte Bardot, la légendaire actrice aujourd’hui âgée de 81 ans, et Mary de Vivo, figure de la nuit parisienne, directrice du Réservoir, un restaurant-club prisé par le showbiz. À l’origine de la brouille qui, après moultes procédures, devrait se conclure prochainement devant la Cour d’appel de Paris, une histoire de gros sous.

À la mi-2010, B.B. avait confié les droits d’exploitation de son nom à Mary de Vivo, moyennant une redevance annuelle de l’ordre de 500 000 Euros. Un an plus tard, l’ex-comédienne rompait le contrat sous prétexte qu’elle n’avait pas reçu les royalties qu’aurait dû lui verser la femme d’affaires.

Cette dernière rétorquait que contrairement aux promesses, elle n’avait jamais pu disposer de l’exclusivité sur la marque B.B. et que du coup elle n’avait jamais pu exploiter ses droits comme elle l’entendait. Selon nos informations, chacune des deux femmes réclame plus d’un million d’Euros à l’adversaire.

Le différend remonte à l’hiver 2010-2011.

À l’époque, Brigitte Bardot avait exigé de Lancel, avec qui elle travaillait depuis un an – une collaboration qui avait démarré avant que Mary de Vivo ne devienne son agent – de retoucher son contrat. La pasionaria de la défense des animaux désirait, en effet, que les produits de la marque siglés à son nom ne soient plus présentés dans les vitrines à proximité d’articles en cuir. Cette modification faisait suite à une recommandation de Mary de Vivo qui entendait défendre la réputation de sa cliente. En échange de son intervention, cette dernière demandait sa part sur le contrat Lancel ! Un compromis sur lequel les deux femmes ne se sont pas entendues et qui a débouché sur le conflit en cours. Il faut dire qu’il y avait un sacré gâteau à croquer puisque selon Marc Lelandais, patron de Lancel à l’époque, “il se vendait dans les 300 000 sacs Bardot par an. Ce qui a représenté un gros quart du chiffre d’affaires de la marque, soit plus de 30 millions d’Euros. Cela marchait très fort en Asie, en particulier”.

B.B. et son compagnon Bernard d’Ormale, très impliqué dans ses affaires, ont depuis confié la master licence de la marque Bardot à la société Legend’s Events, spécialiste du prêt-à-porter qui apparemment a bien su profiter de l’aubaine. “Nous avons créé une collection de vêtements qui cartonne et avec des sous-licenciés, des lignes de chaussures, de bijoux fantaisie et autres accessoires, raconte Sarah Ohana, la directrice artistique de la société. On peut encore développer la marque dans les parfums et les cosmétiques”.

Le business Bardot – qui ne comprend plus le contrat Lancel aujourd’hui expiré – pèserait pas loin de 10 millions d’Euros par an. Un montant qui, parait-il, fait enrager Mary de Vivo.

 

* * * * *

 

Entendu dans l’émission de Thierry Ardisson, « Salut les Terriens », diffusée le samedi 19 mars 2016, sur Canal +, cette déclaration – qui se veut « humoristique » – de Stéphane Guillon (dans une rubrique contre Marion Maréchal-Le Pen) :

« La pire déviance c’est la mariontophilie. C’est une vraie saloperie. C’est quand vous êtes attirés par des blondes intolérantes, méprisantes et xénophobes : Brigitte Bardot, les filles Le Pen, Éva Braun. La blonde raciste vous fait bander. »

 

* * * * *

 

À l’occasion d’un reportage tourné par France 3 - Languedoc-Roussillon (diffusé le 20 mars 2016) et consacré à Frank Evans (73 ans), ancien matador anglais, on peut lire dans la présentation :

« Nous avons tourné dans les surprenantes arènes de Mijas, province de Malaga (Espagne). (…) En 1958, dans ces mêmes arènes, une splendide jeune comédienne blonde tournait la scène de tauromachie du film Les Bijoutiers du clair de lune [de Roger Vadim]. Elle s’appelait Brigitte Bardot. »

 

* * * * *

 

Interrogé, le 20 mars 2016, sur la chaîne I24 News, le cinéaste Claude Lelouch a notamment déclaré :

« Il y a eu la France de Gabin, y a eu la France de Belmondo, il y a eu la France de Depardieu maintenant y a la France de Dujardin et y a eu la France de Bardot. (…) C’est pas innocent, une star ! »

 

* * * * *

 

Le magazine féminin Biba annonce (le 21 mars 2016) une nouvelle collaboration entre la marque Brigitte Bardot et l'enseigne à petits prix, La Redoute,  pour une collection de mode.

« Frais et féminin, le style recherché est propre à l'icône B.B., bobo chic et très romantique. Les fans du vestiaire rétro sont servies : mélange de dentelle, transparence, toile vichy, capeline et panier, l'esprit Sixties est de mise ! “Brigitte Bardot” est une mode qui réinterprète les années yéyé et seventies de façon subtile, facilement portable aujourd'hui. »

La Collection « Brigitte Bardot & La Redoute » sera disponible le 25 avril sur le site de La Redoute, à partir de 25 Euros.

Un des modèles de la nouvelle collection « Brigitte Bardot – La Redoute » 2016.

Un des modèles de la nouvelle collection « Brigitte Bardot – La Redoute » 2016.

* * * * *

 

Lu dans le quotidien régional Le Progrès (22 mars 2016).

Pour expliquer la délibération prise le 11 mars d’interdire la venue de cirques détenant des animaux sur le territoire d’Orgelet (Jura), François Bonneville met en avant l’influence de l’éternelle pasionaria de la cause animale.

« Nous avons notre Brigitte Bardot au sein du Conseil municipal et elle a su nous convaincre à une large majorité : 16 voix pour et 3 abstentions », plaisante le premier adjoint qui désigne ainsi Nathalie Muselier. Pour cette élue, le sort des animaux de cirque n’est pas une préoccupation récente. 

 

* * * * *

 

Un grand journal péruvien (23 mars 2016) a rendu hommage aux 3 plus grands sex-symbols des années 60 : Ursula Andress, Raquel Welch et… Brigitte Bardot.

Par contre, la présentation de chacune de ces vedettes n’est guère élogieux surtout celui concernant B.B. (voir ci-dessous) :

 

La star parisienne Brigitte Bardot est encore plus âgée (81 ans) qu'Ursula Andress. À ses débuts elle a été danseuse, mais son mari, le cinéaste « érotique »  Roger Vadim, l’a rendue célèbre comme symbole sexuel avec Et Dieu... créa la femme (1956). Elle a ensuite tourné de nombreux films où elle était dévêtue et séduisait les hommes, comme dans le film de Jean-Luc Godard ou dans celui de son ex-mari, Et si Don Juan était une femme (1973).

Fatiguée par la frivolité du cinéma et de la renommée, Bardot a abandonné très tôt son travail d'actrice pour embrasser la défense des droits des animaux par le biais de sa Fondation. Quant aux êtres humains, elle semble ne pas les apprécier avec autant de considération, allant même jusqu’à apporter son soutien à l'extrême-droite française et qualifier son leader, Marine Le Pen, de « Jeanne d’Arc moderne ».

Les 3 stars élues « Sex-symbols des années 60 » par un journal du Pérou.

Les 3 stars élues « Sex-symbols des années 60 » par un journal du Pérou.

* * * * *

 

Parution, le 23 mars 2016 aux éditions L’Archipel, d’un livre de Baptiste Signol consacré à Guy Béart, intitulé Il n’y a plus d’après. Deux pages sont consacrées à la rencontre du chanteur récemment disparu avec Brigitte Bardot dans l’émission télévisée du 31 décembre 1958.

 

* * * * *

 

Le jeune mannequin allemand, Anna Ewers, (23 ans), souvent comparée à Brigitte Bardot, a déclaré au quotidien anglais, The Independent (23 mars 2016) :

«  Si je me maquille comme elle et qu’on me prend en photo, alors oui je lui ressemble [à B.B.]. Et je suis très honorée d’être comparé à elle. »

Anna Ewers (sosie de B.B.) fait la « Une » de nombreux magazines internationaux.

Anna Ewers (sosie de B.B.) fait la « Une » de nombreux magazines internationaux.

* * * * *

 

Sur le site du magazine Vanity Fair (le 30 mars 2016), Hervé Gattegno, journaliste d’investigation et l’un des rédacteurs en chef, s’indigne suite aux scandales à répétition des abattoirs… :

« (…) on n’entend pas Brigitte Bardot s’émouvoir autant pour les sans-abri que pour les bébés-phoques, et souvent les militants de cette cause font semblant  d’ignorer qu’il y a plus de détresse humaine que de souffrance animale – peut-être que faire l’autruche est une façon de militer pour le droit de l’animal. (…) Il y a sûrement un problème de dignité dans le traitement que nous infligeons aux animaux, il y a surtout une question de priorité. »

 

* * * * *

 

L’homme d’affaires (et principal actionnaire du Rugby Club toulonnais) Mourad Boudjellal pensait que l'inscription « MB » sur les ballons du match Racing 92-Toulon lui était destinée. En fait, l'inscription signifiait « Match Ball » pour ballon du match.

Laurent Travers, co-entraîneur du Racing 92, est resté circonspect devant cette mégalomanie et a déclaré, le 30 mars 2016, lors d’une conférence de presse :

« Je connais une marque qui est déposée : “ BB ”, qui est Brigitte Bardot. “ MB ”, je la connais aussi parce que c'est ce qui se fait sur tous les terrains de rugby et d'Europe ».

 

* * * * *

 

À l’occasion de la Rétrospective Jean Gabin à la Cinémathèque française (à Paris, du 16 mars au 30 mai 2016), le magazine Télérama a consacré un grand article à l’acteur. Et parmi les questions posées à Murielle Joudet, critique de cinéma, on trouve celle-ci :

 

Quelles sont les deux ou trois pépites, les films rares ou méconnus à (re)découvrir lors de cette rétrospective ?

Dans le genre pas vraiment méconnu j'ajouterais également En cas de malheur, de Claude Autant-Lara. Je trouve que c'est un grand film morbide nous montrant un Gabin qui ne se voit pas vieillir et tente encore une dernière fois de vivre une passion charnelle avec Bardot.

------------------------

Février

-----------------------

 

Dans un entretien avec l'AFP (début février 2016), le célèbre chausseur espagnol Manolo Blahnik (74 ans) s'est dit prêt à dessiner une collection pour H&M si la chaîne de prêt-à-porter lui laisse la liberté nécessaire.

Quand on lui demande quelles femmes ont les plus beaux pieds, il répond sans hésiter :

« Raquel Welch, ses pieds étaient magnifiques, vraiment divins. Brigitte Bardot avait aussi de beaux pieds. Je ne suis pas fan des nouvelles filles, certaines sont gentilles mais aucune ne vaut ces stars d'antan, qui savaient être si sexy en chaussures plates. »

 

* * * * *

 

Après six mois de transformation et 300 000 Euros d’investissement, l’hôtel « Les Roches Fleuries » devient « Les Roches Hôtel & Spa ». À cette occasion, le prestigieux établissement a publié un communiqué de presse (8 février 2016) dont voici quelques extraits :

Perché à 1000 mètres d’altitude entre Sallanches et Megève, le village de Cordon est surnommé le « balcon du Mont-Blanc ». Il jouit du meilleur point de vue sur les plus beaux massifs alpins d’Europe.

Depuis 1956, l’hôtel des Roches a accueilli de nombreuses personnalités du monde des arts et des spectacles avec notamment le tournage d’un James Bond en 1998, Le monde ne suffit pas, avec Sophie Marceau et Pierce Brosnan.

C’est aussi en 1959 que Brigitte Bardot séjourna pour sa lune de miel avec Jacques Charrier. Au petit matin, le panorama du Mont-Blanc lui parut si incroyable qu’elle revint plusieurs années de suite, au calme des paparazzis.

« Cette ambiance douce et familiale que j’ai cherchée tout au long de ma vie, sans jamais la trouver ailleurs », déclara alors Brigitte Bardot.

Brigitte Bardot à l’hôtel des Roches (1959).

Brigitte Bardot à l’hôtel des Roches (1959).

* * * * * 

 

Samedi 6 février 2016, le chanteur et acteur anglais, Murray Head (70 ans), a donné un concert au Centre Culturel de Pont-du-Casse (47). À cette occasion, La Dépêche du Midi a rappelé qu’il avait tourné (un petit rôle) dans À cœur joie, aux côtés de Brigitte Bardot (film sorti en 1967).

B.B. et Murray Head, lors d’une pause sur le tournage du film « À cœur joie » à Londres en 1966.

B.B. et Murray Head, lors d’une pause sur le tournage du film « À cœur joie » à Londres en 1966.

* * * * *

 

Dave et son compagnon, Patrick Loiseau, étaient les invités de Laurent Ruquier dans son émission « On n’est pas couchés », diffusée le samedi 13 février 2016, sur France 2. Ils venaient présenter leur dernier livre intitulé Ma chienne de vie (éditions Laffont), où ils donnent la parole à Chance, leur petite chienne rescapée de La Réunion où elle servait d’appât pour les requins.

Lors de la présentation en début d'émission, Dave a eu une phrase très gentille pour Brigitte Bardot, qui est également citée, page 86, dans leur livre (c’est la chienne Chance qui parle…) :

« On me dit même qu'une grande actrice, qui fut autrefois la plus belle femme de l'univers, est devenue aujourd'hui notre porte-parole, remuant ciel et terre pour que cessent les tortures que les hommes sans âme nous font subir. »

Puis, dans les remerciements, à la fin du livre, on peut lire notamment (c’est toujours Chance qui parle…) :

« Qu’il me soit permis de remercier trois femmes d’exception, sans lesquelles aujourd’hui personne n’aurait pu lire ces mots.

D’abord Brigitte Bardot, qui déploie depuis tant d’années une énergie phénoménale afin que certains humains (ou prétendus tels) cessent de nous maltraiter, de nous torturer, et nous respectent, à défaut de nous aimer. »

(Les deux autres personnalités remerciées sont : Dany Saval et Sylvie Vartan.)

 

(Merci à mon amie Laurence B. pour cette information.)

Dave et Patrick Loiseau présentent le livre « écrit » par leur chienne Chance.

Dave et Patrick Loiseau présentent le livre « écrit » par leur chienne Chance.

* * * * *

 

Dans le jeu « Slam », diffusé sur France 3, dimanche 14 février 2016, les 2 candidats finalistes ont dû deviner « les initiales d’une chanteuse qui interprétait… Harley Davidson » !

 

* * * * *

 

Dans JukeBox Magazine (n° 351 du 16 février 2016), on retrouve la discographie française complète de B.B. avec les pochettes de tous ses 45 Tours (sur 2 pages et demie).

 

* * * * *

 

Dans le nouveau livre de Frédéric Quinonero, intitulé Jane Birkin (éditions L’Archipel – février 2016), Brigitte Bardot est évoquée sur 2 pages à l’occasion de l’enregistrement par Jane Birkin de la chanson écrite par Serge Gainsbourg : Je t’aime, moi non plus

Pochette du 45 Tours avec la chanson « Je t’aime, moi non plus » écrite pour B.B. en 1967 et sortie seulement en 1986.

Pochette du 45 Tours avec la chanson « Je t’aime, moi non plus » écrite pour B.B. en 1967 et sortie seulement en 1986.

* * * * *

 

Aperçu un poster de Brigitte Bardot sur sa célèbre Harley Davidson dans un magasin vintage spécialisé dans les anciennes motos et voitures, situé en Californie (U.S.A.)

Un poster de B.B. affiché dans un magasin vintage aux États-Unis !

Un poster de B.B. affiché dans un magasin vintage aux États-Unis !

* * * * *

 

Le site Amazon annonce la parution d’un prochain livre consacré à Brigitte Bardot.

Il a été écrit en accord avec B.B. qui en a accepté l’idée. Il recense toutes les modes qu'elle a lancées ou influencées. Il est signé par Henry-Jean Servat et proposé en français (Le style Bardot) et en anglais (Brigitte Bardot : my life in fashion) ; il est publié par les éditions Flammarion.

La couverture anglaise est déjà présentée sur les sites de vente (voir ci-dessous) - sortie annoncée pour septembre 2016 au prix de 43 Euros (256 pages).

La couverture française devrait avoir la même photo avec le titre en français  (la sortie est prévue pour juin 2016 au prix de 39 Euros !).

Couverture (provisoire) du livre en anglais (sortie prévue en septembre 2016).

Couverture (provisoire) du livre en anglais (sortie prévue en septembre 2016).

* * * * *

 

Le 21 février 2016, sur le site du Nouvel OBS, un article revient sur « un siècle de censure et de restrictions dans le Cinéma français » ; Brigitte Bardot est évoquée… :

« Pour Et Dieu… créa la femme, sorti en 1956, Roger Vadim s'y prend à trois fois et concède nombre de coupes pour décrocher un visa d'exploitation (les scènes où Brigitte Bardot est couchée nue derrière un drap étendu ou danse le mambo sont amputées). »

 

* * * * *

 

La venue de Brigitte Bardot au Brésil en 1964 a inspiré le dramaturge brésilien Franz Keppler qui a écrit une pièce de théâtre sur cet événement. Intitulée « Brigitte, avec amour », elle sera jouée par l’actrice Bruna Theddy, à partir du 26 février 2016, dans un théâtre de São Paulo. L’œuvre théâtrale raconte le séjour de B.B. au Brésil notamment à Buzios (qui depuis est devenu un village mythique) où une statue a été érigée à la gloire de Brigitte Bardot.

L’actrice brésilienne Bruna Theddy interprète le rôle de Brigitte Bardot.

L’actrice brésilienne Bruna Theddy interprète le rôle de Brigitte Bardot.

* * * * *

 

Le 23 février 2016, la marque spécialiste de la bijouterie en argent, Maison Clio Blue annonce avoir signé une licence « Brigitte Bardot ». Elle viendra s'inscrire comme une ligne complémentaire à celles de Clio Blue.

Seul « petit problème » : Brigitte n’a jamais été informée de ce contrat…

 

* * * * *

 

Il suffit qu’une starlette soit blonde, prenne un air « à la Bardot » pour qu’on la compare à Brigitte ! Et quand, en plus, elle pose avec un chien, alors « c’est la future B.B. » ! C’est ce qui est arrivé à Zahia, dixit le site « PureTrend.com » (24 février 2016)…

 

« La muse du duo de photographes Pierre & Gilles a délaissé son costume de Marianne, cette fois, pour se glisser dans la peau d'une autre icône française. Certes, la ressemblance n'est pas clairement affirmée, mais à la voir sur le nouveau cliché qu'elle a partagé sur son compte Instagram, on ne peut en douter : Zahia a comme un air de B.B.

Pourtant, on sait que l'icône du cinéma français n'est pas la fan n° 1 de la jeune femme. Pas même quand cette dernière prend la pose – nue – pour PETA, dénonçant le recours à la fourrure.

Je ne sais pas en quoi le fait de se mettre à poil peut défendre la cause animale !”, avait fustigé Brigitte Bardot au micro de RMC, en réaction. Elle avait modéré par la suite son propos en indiquant que Zahia était une personne “très charmante qui est inscrite à la Fondation”.

(…)

Pas de doute, elle a comme qui dirait un petit air de Bardot»

Zahia : une photo postée sur son compte Instagram, le 23 février 2016.

Zahia : une photo postée sur son compte Instagram, le 23 février 2016.

* * * * *

 

Petit clin d’œil à mon amie Brigitte Bardot qui, chaque soir, à 19 heures, à La Madrague, regarde l’émission-jeu « Money Drop » sur TF1. Le 25 février 2016, lors de la finale, les deux sympathiques candidates (et amies des animaux) ont dû répondre à la question suivante :

Quelle actrice est née la même année que Serge Gainsbourg ? Jeanne Moreau ou Brigitte Bardot ?
Et elles ont gagné en répondant… Jeanne Moreau, qui est née le 23 janvier 1928. Serge Gainsbourg étant né le 2 avril 1928, tandis que B.B. (nous le savons tous !) est née le 28 septembre 1934.

 

* * * * *

 

Le 26 février 2016, à l’occasion de la cérémonie des César en France, le quotidien régional La Dépêche a publié un édito sur le cinéma. Extraits :

« Et le monde à son tour s'est pris d'amour pour celles et ceux qu'elle a divinisés : les actrices et les acteurs, héros de celluloïd, mais héros tout de même, (…) consentent parfois à descendre parmi nous. Leur célébrité planétaire (Brigitte Bardot et Alain Delon chez nous, Marilyn Monroe et James Dean aux États-Unis) fait la prospérité de l'industrie du cinéma. Ils sont le sel de la profession. Mais, sous les paillettes et le strass, le cinéma est aussi une machine impitoyable, qui fait et défait les fortunes et les réputations (…). » 

Brigitte Bardot et Alain Delon : les deux plus grandes « stars » du Cinéma français (en 1958, photographiés par Sam Levin).

Brigitte Bardot et Alain Delon : les deux plus grandes « stars » du Cinéma français (en 1958, photographiés par Sam Levin).

* * * * *

 

Dans «  Tout le monde veut prendre sa place », l’émission-jeu animée par Nagui et diffusée le dimanche 28 février 2016, les candidats ont dû répondre à la question suivante :

Dans le film Le Mépris, comment Michel Piccoli trouve-t-il les fesses de Brigitte Bardot ? Il les trouve « jolies » ou « douces » ?

Évidemment la bonne réponse était « jolies », ce qui a été confirmé par un bref extrait de la bande son du film. Et pour une fois, Nagui n’a fait aucun commentaire désagréable à propos de Brigitte…

 

* * * * *

 

À l’occasion d’un prochain concert (le mercredi 9 mars 2016) à Sallanches (74), Sylvie Hoarau, l’une des deux membres du duo ultra-féminin et sensuel, « Brigitte », a répondu à une interview pour le quotidien régional Le Dauphiné (du 29 février 2016). Extrait :

« Le nom de Brigitte, c’est un hommage à Brigitte Bardot, Lahaie et Fontaine, pourquoi ?

— On n’a pas d’admiration sans bornes pour ces Brigitte. Je ne suis pas fan de la Brigitte Bardot d’aujourd’hui. C’est plutôt l’évocation de liberté des choix de vie de ces femmes. J’aime bien le parfum de scandale et de liberté. Et en même temps, c’est un prénom tellement franchouillard, bien du terroir. On a tous une Brigitte dans nos familles ! »

------------------------

Janvier

-----------------------

 

Dans le documentaire sur sa vie, intitulé « Belmondo par Belmondo » (réalisé par son fils Paul, et diffusé le 3 janvier 2016 sur TF1), Jean-Paul Belmondo a regretté de ne pas avoir tourné avec Brigitte Bardot et a évoqué ses essais pour le film La Vérité (1960). On a pu revoir cette séquence assez inédite. 

Henri-Georges Clouzot dirige Jean-Paul Belmondo durant son essai pour le rôle masculin dans « La Vérité » aux côtés de Brigitte Bardot (1960).

Henri-Georges Clouzot dirige Jean-Paul Belmondo durant son essai pour le rôle masculin dans « La Vérité » aux côtés de Brigitte Bardot (1960).

* * * * *

 

Lundi 4 janvier 2016 à 0 heure, sur W9, rediffusion du film de Georges Lautner, Le Pacha, avec Jean Gabin (1968). Dans ce classique du Cinéma français, il est fait plusieurs fois référence à Brigitte Bardot (maintenant on parlerait même de « placement de produit » !). En effet, le film est sorti en même temps que le disque de B.B. et Serge Gainsbourg.

Ainsi, voit-on déjà Gainsbourg enregistrer en studio sa chanson Requiem pour un con.

Lorsqu’un jeune truand va être assassiné dans sa voiture, il écoute son autoradio qui diffuse Harley Davidson, et lorsqu’il est tué, dans la voiture de son meurtrier (André Pousse), on entend également la même chanson. Ensuite, dans un hangar, on aperçoit (brièvement mais nettement) un poster de B.B. sur sa célèbre moto. Enfin, l’héroïne (Dany Carrel), entraîneuse dans un bar, porte exactement la même robe que Brigitte Bardot dans le clip Contact :

Dany Carrel, dans le film « Le Pacha », porte la même robe (signée Paco Rabanne) que B.B. (ci-dessous).

Dany Carrel, dans le film « Le Pacha », porte la même robe (signée Paco Rabanne) que B.B. (ci-dessous).

Brigitte Bardot dans le clip « Contact » écrit et composé par Serge Gainsbourg.

Brigitte Bardot dans le clip « Contact » écrit et composé par Serge Gainsbourg.

* * * * *

 

C’est le quotidien régional, La Nouvelle République (4 janvier 2016), qui révèle cette information.

La Cinémathèque française a choisi l’année 2017 pour rendre hommage à Henri-Georges Clouzot (1907 – 1977), l’un des plus grands cinéastes français, qui a notamment dirigé Brigitte Bardot dans La Vérité, en 1960.

Les célébrations s'ouvriront en mai, à l'occasion du Festival de Cannes, par la projection de deux films primés dans cette manifestation : Le Salaire de la peur (Grand Prix 1953) et Le Mystère Picasso (Prix spécial du jury en 1956). Un deuxième hommage cinématographique sera rendu à Clouzot en octobre 2016, lors du Festival Lumière de Lyon.

Avant cela, les films de Clouzot auront été restaurés.

En novembre 2017, une grande exposition sera proposée à la Cinémathèque.

Courant 2016, une biographie du réalisateur sera publiée par Chloé Folens.

La municipalité de Niort a évoqué la possibilité de rendre hommage à l'illustre Niortais lors d'une prochaine édition de « Regards noirs » (peut-être en créant un « Prix Clouzot ») et d'accueillir une partie de l'exposition Clouzot dans une structure municipale.

(à suivre…)

Henri-Georges Clouzot et Brigitte Bardot lors du tournage de « La Vérité », en 1960.

Henri-Georges Clouzot et Brigitte Bardot lors du tournage de « La Vérité », en 1960.

 3* * * * * 

 

Jusqu'au 16 janvier 2016, à la médiathèque de Mouans-Sartoux (06), Pierre Amiot (16 ans) a exposé des portraits de stars réalisés (d'après de célèbres photos) uniquement au stylo-bille.

Le sourire de Marilyn Monroe. Le regard langoureux de Brigitte Bardot. Le charme sensuel d'Audrey Hepburn. Le sourire extatique de Bob Marley. La fièvre pop de Michael Jackson. Les moustaches de Salvador Dali. La mine espiègle de Picasso. Le baiser de Cary Grant…

Des dessins en noir et blanc saisissants de vérité !

Le jeune et talentueux Pierre Amiot pose fièrement devant ses œuvres.

Le jeune et talentueux Pierre Amiot pose fièrement devant ses œuvres.

* * * *

 

Le comédien français Yves Vincent est décédé le 6 janvier 2016, à l’âge de 94 ans.

Il a été le partenaire de Brigitte Bardot dans Babette s’en va-t-en guerre (de Christian-Jaque, en 1959) ; il incarnait le Capitaine Darcy. Il a également joué le rôle du colonel dans deux films de Jean Girault : Le Gendarme se marie (1968) et Le Gendarme en balade (1970).

Il avait épousé la speakerine Jacqueline Huet puis la comédienne Nelly Borgeaud.

Brigitte lui a rendu hommage en postant ces petits mots sur Twitter. 

Hommage de B.B. à Yves Vincent (posté sur Twitter, le 7 janvier 2016).

Hommage de B.B. à Yves Vincent (posté sur Twitter, le 7 janvier 2016).

* * * * *

 

L’actrice américano-canadienne Pamela Anderson a rendu hommage à Brigitte Bardot et à sa Fondation (qu’elle soutient) dans une interview exclusive accordée à l’hebdomadaire Paris Match (n° 3477 du 6 janvier 2016). Voir plus bas, un article complet consacré à sa venue à Paris pour lutter contre le gavage des oies.

 

* * * * *

 

Le couturier français André Courrèges est décédé le 7 janvier 2016, à l’âge de 92 ans.

Dès le début des années 60, il avait révolutionné la mode en voulant libérer la femme, notamment avec le pantalon et la minijupe. Ses modèles ont été portés par de grandes vedettes qui ont contribué à les populariser : Catherine Deneuve, Françoise Hardy, le mannequin Twiggy, Mireille Darc et bien sûr… Brigitte Bardot.

 

* * * * *

 

En escale technique depuis le 9 janvier 2016 dans la darse du MuCEM à Marseille (13), le bateau « Brigitte Bardot » de l’association Sea Shepherd (Paul Watson) a été ouvert gratuitement au public, jusqu’à la fin du mois de janvier. Ce trimaran de type monocoque stabilisé de 35 m de long, capable de filer 24 nœuds (près de 45 km/h), revenait d'une campagne aux îles Féroé où il s'était opposé aux navires qui pêchaient les globicéphales.

Le « Brigitte Bardot » à Marseille, début janvier 2016, devant le MuCEM.

Le « Brigitte Bardot » à Marseille, début janvier 2016, devant le MuCEM.

* * * * *

 

Lors de l’émission hebdomadaire « Les Grands du rire », diffusée le samedi 9 janvier 2016 sur France 3, une séquence intitulée « Les duos d’amour » a présenté de grands artistes qui avaient chanté ensemble : Édith Piaf et Théo Sarapo, Johnny Hallyday et Sylvie Vartan, Romy Schneider et Serge Reggiani, Françoise Hardy et Jacques Dutronc. Et, bien sûr, Sacha Distel et Brigitte Bardot qu’on a vu interpréter Le soleil de ma vie.

 

* * * * *

 

Devenue célèbre grâce aux sketches La Connasse (Canal +) et la série Dix pour cent (France 2), l’actrice Camille Cottin (37 ans) a accordé une interview au site « purepeople.com » (le 11 janvier 2016) où elle a notamment déclaré :

« J’étais petite, j’adorais la Barbie, et Brigitte Bardot c’est un peu l’incarnation de la Barbie. Je rêvais d’être actrice, d’être amoureuse et heureuse. »

Elle a également avoué sa fascination pour les actrices Audrey Hepburn et Brigitte Bardot.

 

* * * * *

 

Lundi 11 janvier 2016, au n° 4 de la rue Saint-Étienne, à Bacilly (50), dans une maison de ville, une vente aux enchères d’objets et de mobilier a été organisée par Maître Florence Rois, commissaire-priseur à Granville, au profit de la Fondation Brigitte Bardot. Une bonne cinquantaine de personnes se sont présentées pour cette occasion.

(Ouest-France du 15 janvier 2016)

 

* * * * *

 

Le grand quotidien péruvien, El Comercio, rappelle dans son édition du 12 janvier 2016, la courte visite de B.B. au Pérou en 1965, alors qu’elle s’apprêtait à tourner Viva Maria au Mexique.

« Elle a aujourd'hui 81 ans, mais quand elle a visité le Pérou, le 11 janvier 1965, la belle Brigitte Bardot avait à peine 30 ans. La star populaire avait déclaré à son arrivée à l'aéroport Jorge Chávez à un groupe de journalistes : “Je vais rapporter un peu de votre terre péruvienne”, et cela avait suffit pour séduire tous ceux qui l’attendaient. »

Le journal évoque ensuite les grandes étapes de la vie et la carrière de Brigitte. 

La photo inédite de Brigitte Bardot (en 1965) lors de son arrivée au Pérou, publiée par le quotidien « El Comercio ».

La photo inédite de Brigitte Bardot (en 1965) lors de son arrivée au Pérou, publiée par le quotidien « El Comercio ».

* * * * *

 

Le quotidien mexicain El Universo (du 12 janvier 2016) annonce l’organisation de la seconde édition du Concours International de Caricature, intitulé cette année « Taureau, oui – Torero, non » et consacré aux dessins dénonçant la corrida. L’objectif annoncé par l’un des participants étant d’arriver à « l'abolition de la torture lors des corridas au Mexique et dans le monde ».

Parmi les jurés, on trouve des personnalités mexicaines comme le caricaturiste et écrivain Rius (81 ans), le peintre et sculpteur Francisco Toledo (76 ans), la journaliste et écrivain Elena Poniatowska (83 ans), le poète Homero Aridjis (76 ans) et la Française… Brigitte Bardot (81 ans).

(Information confirmée par la Fondation Brigitte Bardot.)

 

* * * * *

 

La chaîne franco-allemande Arte a mis en ligne, le 12 janvier 2016, l’épisode consacré à Brigitte Bardot dans sa série « Tout est vrai (ou presque) ».

On peut le revoir avec le lien ci-dessous jusqu’au 1er juillet 2019 :

* * * * *

 

Le 19 janvier 2016, la star américaine Pamela Anderson a défendu à l’Assemblée nationale un projet de loi visant à interdire le gavage des oies et des canards pour le commerce du foie gras. Elle a fait beaucoup de déclarations dans lesquelles elle rendait toujours hommage à Brigitte Bardot. Tous les détails de sa visite à Paris avec le lien ci-dessous : 

Repost 1
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 09:51

Brigitte Bardot et Colette Renard aux côtés de Pierre Massimi

 

 

(Article actualisé le 11 octobre 2016)

3 ans déjà....

 

 

Voilà un comédien attachant auquel je souhaitais rendre hommage depuis plusieurs mois.

Pierre Massimi a été injustement oublié du grand public et le cinéma français ne lui a jamais offert le statut de vedette qu’il méritait. Mais il a illuminé nos petits écrans par sa présence radieuse dans des séries télévisées comme Belle et Sébastien (1965) – Foncouverte (1965) – Les Secrets de la Mer Rouge (1968) qui l’ont rendu très célèbre dans ces années-là, comme en témoigne cette « Une » de Télé 7 Jours

Couverture « Télé 7 Jours » n° 426 du 18 mai 1968.

Couverture « Télé 7 Jours » n° 426 du 18 mai 1968.

 

* * * * * * * *

 

Pierre Massimi est né le 28 juillet 1935 en Corse.

Ancien élève de l’École Centrale de Paris, il renonce à être ingénieur pour devenir comédien. Il obtient son premier rôle au cinéma dans un film de Sacha Guitry, Si Paris nous était conté (1955). Mais ce sont des feuilletons télévisés qui vont le rendre très populaire. Ensuite, on le verra dans une quinzaine de films (toujours des seconds rôles) et quelques séries à succès : La Dame de Monsoreau (1971), Arsène Lupin (1971).

Il sera le partenaire de Brigitte Bardot et Alain Delon dans Les Amours célèbres (1961).

Au début des années 1990, il abandonne son métier d’acteur et se retire dans sa Corse natale. Il dirige alors une entreprise de transport par hélicoptère pendant quelques années.

Il  décède le 11 octobre 2013, à l’hôpital de Bastia, au terme d’une longue maladie ; il avait 78 ans.

Pierre Massimi (2ème en partant de la gauche) interprétait « Otto », l’écuyer d’Alain Delon, dans le film « Les Amours célèbres » avec Brigitte Bardot  et Jean-Claude Brialy (1961). (Merci à mon ami Joël A. pour ces 2 photos.)
Pierre Massimi (2ème en partant de la gauche) interprétait « Otto », l’écuyer d’Alain Delon, dans le film « Les Amours célèbres » avec Brigitte Bardot  et Jean-Claude Brialy (1961). (Merci à mon ami Joël A. pour ces 2 photos.)

Pierre Massimi (2ème en partant de la gauche) interprétait « Otto », l’écuyer d’Alain Delon, dans le film « Les Amours célèbres » avec Brigitte Bardot et Jean-Claude Brialy (1961). (Merci à mon ami Joël A. pour ces 2 photos.)

* * * * * * * *

 

Dans ses mémoires (Initiales B.B. – Éditions Grasset, 1996), Brigitte Bardot évoque ce bel acteur :

« Je regardais derrière lui [Alain Delon, son partenaire dans le film] et trouvais les yeux violets, une tête d’homme superbe, un corps magnifique qui appartenaient à Pierre Massimi qui jouait le rôle de l’écuyer. Comme Alain ne me regardait jamais dans les scènes d’amour, mais qu’il regardait le spot placé dans mon dos pour faire ressortir le bleu de ses yeux, je fis la même chose, déclarant ma flamme en regardant derrière Delon les yeux de Pierre Massimi qui me le rendait bien.

Ce fut sublime !

Delon disant son amour à un projecteur, moi à son écuyer !

Et on s’étonne que le sketch fut mauvais !

Si à la place de Delon, on avait mis Pierre Massimi, on aurait pu y croire ! »

 

* * * * *

 

Le journaliste Yves Bigot (qui n’a  jamais interviewé Brigitte Bardot) laisse entendre sans sa biographie de la star qu’il y aurait eu une aventure amoureuse entre B.B. et Pierre Massimi… Une révélation que Brigitte n’a pas souhaité commenter. 

« (…) Delon, qu’elle trouve assez déplaisant en jeune coq attendant son heure alors qu’elle rejoint discrètement le comédien corse Pierre Massimi. »

(Page 121 - Brigitte Bardot, la femme la plus belle et la plus scandaleuse au monde

Éditions Don Quichotte, 2014)

 

* * * * * * * *

 

Autre rencontre qui me touche beaucoup… celle de Pierre Massimi avec mon amie Colette Renard.

Cela s’est passé devant les caméras de la télévision, pour l’émission « L’École des Vedettes », diffusée le 30 mars 1961. Ensemble, ils interprétaient un extrait de L’Opéra de Quat’sous

30 mars 1961 - Colette Renard et Pierre Massimi. (© Jean-Claude Perdriet / INA.)

30 mars 1961 - Colette Renard et Pierre Massimi. (© Jean-Claude Perdriet / INA.)

Repost 0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 09:43

Le magazine ELLE fête ses 70 ans

(1945 – 2015)

 

 

(Article actualisé le  6 octobre 2016)

Ajout d'une nouvelle couverture inédite - Merci à mon ami Joël A.

 

 

Le célèbre magazine féminin ELLE a été créé en 1945 par Hélène Lazareff et Marcelle Auclair.

Il fête cette année, le 21 novembre 2015, ses 70 ans.

À cette occasion, une grande exposition est présentée sur les Champs-Élysées à Paris, du 18 septembre au 6 octobre 2015 : 80 reproductions géantes des « Unes » les plus emblématiques de l’hebdomadaire seront affichées sur la prestigieuse avenue.

Et bien sûr… une couverture avec Brigitte Bardot parmi les 44 (un record !) que lui a consacré le magazine ELLE.

Je vous propose de les redécouvrir toutes (ci-dessous dans l'ordre des publications).

(Pour agrandir une couverture, il suffit de cliquer sur l'image.)

La première date du 2 mai 1949 et la dernière (à ce jour) est du 23 septembre 1996.

 

(Si vous en connaissez d’autres que j’aurais pu oublier,

ce sera sympa de me les signaler via la zone – Contact – de mon Blog).

 

(Merci à mon ami Manuel L. pour cette information.)

Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot
Toutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte BardotToutes les « Unes » du magazine « ELLE » avec Brigitte Bardot

* * * * * * *

 

Voici, à la demande de certains collectionneurs, les références précises (dans l’ordre des parutions) des 44 magazines ELLE ci-dessus !

 

n° 179 du 2 mai 1949

n° 232 du 8 mai 1950

n° 272 du 12 février 1951

n° 282 du 23 avril 1951

n° 319 du 7 janvier 1952

n° 330 du 24 mars 1952

n° 363 du 10 novembre 1952

n° 370 du 29 décembre 1952

n° 399 du 27 juillet 1953

n° 402 du 17 août 1953

n° 423 du 18 janvier 1954

n° 464 du 1 novembre 1954

n° 503 du 1 août 1955

n° 573 du 17 décembre 1956

n° 681 du 12 janvier 1959

n° 697 du 4 mai 1959

n° 718 du 28 septembre 1959

n° 733 du 8 janvier 1960

n° 748 du 22 avril 1960

n° 755 du 10 juin 1960

n° 783 du 23 décembre 1960

n° 808 du 26 juin 1961

n° 819 du 1 septembre 1961

n° 874 du 21 septembre 1962

n° 889 du 28 décembre 1962

n° 932 du 1 novembre 1963

n° 972 du 7 août 1964

n° 992 du 24 décembre 1964

n° 1015 du 3 juin 1965

n° 1034 du 14 octobre 1965

n° 1042 du 9 décembre 1965

n° 1045 du 30 décembre 1965

n° 1079 du 25 août 1966

n° 1092 du 24 novembre 1966

n° 1112 du 13 avril 1967

n° 1123 du 29 juin 1967

n° 1143 du 18 novembre 1967

n° 1155 du 8 février 1968 (2 couvertures différentes)

n° 1162 du 28 mars 1968

n° 1202 du 30 décembre 1968

n° 1346 du 4 octobre 1971

n° 1820 du 24 novembre 1980

n° 1890 du 29 mars 1982

n° 2647 du 23 septembre 1996

 

* * * * * * * * 

Repost 0
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 11:53
Saint François d’Assise, ami et protecteur des animaux.

Saint François d’Assise, ami et protecteur des animaux.

* * * * * * * *

 

Le 4 octobre, c’est la Saint François d’Assise et également la Journée mondiale des animaux.

Cette Journée a été proposée en 1929 lors du Congrès international pour la protection des animaux qui se tenait à Vienne (Autriche). Mais c’est lors du Congrès de 1931 à Florence (Italie) qu’elle fut réellement instaurée dans le monde entier.

Cette date a été choisie parce que c’est le jour de la Saint François d’Assise. Le fondateur de l'Ordre des Franciscains considérait les animaux comme des créations vivantes de Dieu, les élevant au rang de frère de l'homme. Cet homme d’église est généralement considéré comme le premier défenseur des animaux.

C’est pour cette raison que Brigitte Bardot l’a choisi pour figurer dans son dernier livre : Mes as de cœur (Arthaud, 2014). Je vous propose de (re)découvrir le mot manuscrit rédigé par B.B. qui est reproduit ainsi dans son ouvrage. 

4 octobre – Saint François d’Assise : Journée mondiale des animaux

* * * * * * * *

 

Mille mercis à toi, ma chère amie Pascale G., ma petite sœur de cœur rencontrée sur Facebook, le 25 novembre 2011. Tu es toujours la première à me souhaiter ma fête, mon anniversaire, la « bonne année », etc. Et c’est avec un grand plaisir que je reçois tes vœux et tes petites cartes. 

Adorable petite Minnie qui a été sauvée par Pascale et qui coule des jours heureux dans le Var.

Adorable petite Minnie qui a été sauvée par Pascale et qui coule des jours heureux dans le Var.

La jolie carte de mon amie Pascale reçue ce jour pour la Saint-François.

La jolie carte de mon amie Pascale reçue ce jour pour la Saint-François.

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 00:09

(Article actualisé le 16 septembre 2016)

Un an déjà...

Carte dédicacée par Guy Béart, le vendredi 12 février 1999, après son  récital à Bobino.

Carte dédicacée par Guy Béart, le vendredi 12 février 1999, après son récital à Bobino.

* * * * * * * *

 

Le chanteur et auteur-compositeur Guy Béart est décédé le mercredi 16 septembre 2015 d’une crise cardiaque à Garches (92) où il résidait. Il avait 85 ans.

 

J’ai toujours aimé ses chansons (devenues des « classiques ») et j’ai eu l’honneur de le rencontrer deux fois. La première, ce fut lorsqu’il est venu applaudir mon amie Colette Renard au Théâtre de Dix-Heures en décembre 1998. Nous avions sympathisé et il m’avait alors invité à son prochain spectacle à Bobino. Et c’est ainsi que je l’ai revu dans sa loge, le 12 février 1999, et qu’il m’a dédicacé une carte postale (ci-dessus).

Je garde de ces deux brèves rencontres le souvenir d’un homme chaleureux et plein d’humour, qui aimait discuter et plaisanter avec ses interlocuteurs.

Il était l’un des derniers grands représentants de la Chanson française des années 50 à 80.

 

* * * * * * * *

 

Biographie

 

Guy Béart (de son vrai nom Guy Béhar-Hassan) est né au Caire (Égypte), le 16 juillet 1930.

Il  a grandi dans différentes villes d’Europe, du Mexique et du Liban, avant de s’installer à Paris à l’âge de 17 ans.

Inscrit à l'École nationale de musique de Paris, il est ensuite reçu à l’École nationale des Ponts et Chaussées, d'où il sort avec un diplôme d'ingénieur (métier qu’il exercera réellement durant quelques années).

Il débute une carrière de chanteur en 1954 dans des cabarets parisiens.

Son premier succès, Bal chez Temporel (1958), sera suivi de beaucoup d’autres qui sont encore dans toutes les mémoires…

L'eau vive (1958), Qu'on est bien (1958), Le matin, je m'éveille en chantant (1960), Les grands principes (1965), Vive la rose (1966), Le grand chambardement (1968), La Vérité (1968), À la claire fontaine (1968), L'espérance folle (1971), À Amsterdam (1976), etc.

Il produit et présente une grande émission de variétés (à partir de 1966) qui est restée dans les annales de la télévision française : « Bienvenue chez Guy Béart ». Malheureusement, un cancer l’éloignera durant quelques années de la scène mais il continuera toujours de composer des chansons. 

Il a donné son dernier concert (durant 4 heures), le 17 janvier 2015,  à l’Olympia.

Il a deux filles : Ève et l’actrice Emmanuelle Béart.

 

* * * * * * * *

 

En 1958, il a participé à une émission télévisée (diffusée le 31 décembre pour les Fêtes de fin d’année) intitulée « Télé Variétés » et réalisée par François Chatel. Il chantait C’est vous ! en compagnie de… Brigitte Bardot, sublime de beauté (voir ci-dessous) :

Guy Béart et Brigitte Bardot, dans une émission diffusée le 31 décembre 1958.
Guy Béart et Brigitte Bardot, dans une émission diffusée le 31 décembre 1958.
Guy Béart et Brigitte Bardot, dans une émission diffusée le 31 décembre 1958.
Guy Béart et Brigitte Bardot, dans une émission diffusée le 31 décembre 1958.

Guy Béart et Brigitte Bardot, dans une émission diffusée le 31 décembre 1958.

* * * * * * * *

 

Si vous souhaitez voir (ou revoir) ce duo inattendu, je vous propose la vidéo ci-dessous avec de nombreuses autres chansons de B.B. L’extrait avec Guy Béart débute à 42 mn 49

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 23:41

(Article actualisé le 13 août 2016)

 

18 ans déjà... qu'il nous a quittés

1971 - Brigitte Bardot et Nino Ferrer : regards tendres et complices...

1971 - Brigitte Bardot et Nino Ferrer : regards tendres et complices...

      Nino Ferrer et Brigitte Bardot

Une brève rencontre amoureuse…

 

     

J’étais encore très jeune (12 ou 13 ans) lorsque je voyais Nino Ferrer à la télévision ; je l'aimais bien car ses chansons (style Mirza ou Le Téléfon) était plutôt rigolotes et sympas mais ce n’était pas ses 45 Tours que j’achetais. Je préférais alors les idoles (Sylvie, Johnny, Sheila...). Puis quelques années plus tard, il a composé deux petits chefs d’œuvre (La Maison près de la fontaine et Le Sud), et là, je me suis précipité chez mon disquaire. Ce sont les deux seuls disques de Nino Ferrer que je possède dans ma collection.

Je trouvais cet artiste très « dandy britannique », élégant et raffiné. Je l’imaginais cultivé et plein d’humour, il m’apparaissait comme « quelqu’un de bien ». Aussi, lorsque Brigitte Bardot écrivait ses Mémoires en 1995 et qu’à ses côtés, je tapais à l’ordinateur ses pages manuscrites, quelle surprise de lire qu’elle avait eue une belle aventure avec lui. C’était en 1971 et même si la presse de l’époque en avait parlé, je ne m'en souvenais plus du tout !

Brigitte me raconta alors en détails cette relation qu’elle n'avait pas souhaité poursuivre (malgré toute la tendresse qu’elle éprouvait pour cet homme) car elle traversait une « mauvaise période ». Après quelques déceptions amoureuses, elle n’était pas prête à s’investir à nouveau dans un grand amour. Or, Nino semblait réellement très épris d'elle…

 

196x (fin) - Si lumineuse...Voici ce que Brigitte a écrit dans son premier livre autobiographique…

Je fus invitée à une soirée chez ce merveilleux chanteur qu’est Nino Ferrer.

J’y allais en conquérante insolente, cachant derrière les faux-semblants une vulnérabilité et une tristesse profondes. Je trouvai Nino gentil, timide, nostalgique, vrai et extrêmement sensible. Du coup, je baissai le masque et apparus moi aussi telle que j’étais pour de vrai. Il s’ensuivit un coup de foudre réciproque qui balaya en un instant toutes les blessures de part et d’autre. J’allai même le retrouver à Rome (…) le temps d’un long soupir (…).

Dommage, je n’étais pas prête à vivre un nouvel amour, trop d’amertume me revenant au cœur, au plus profond des bras de Nino. Il écrivit néanmoins pour moi une chanson extraordinaire Libellule et Papillon de la trempe des créations de Gainsbourg, que je ne chantai jamais, mais qui fut interprétée quelques années plus tard par sa compagne devenue sa femme.

Initiales B.B. (Grasset - 1996)

 

 

Dans la biographie de Nino Ferrer écrite par deux journalistes des Inrockuptibles, voici comment cette aventure amoureuse a été relatée…

 Livre Nino Ferrer (Blog Bagnaud)

 

Brigitte Bardot surgit dans la vie de Nino en 1971, lors d’une soirée que le chanteur donne dans « La Martinière » [immense propriété située à Rueil-Malmaison (92)], et elle va l’occuper durant quelques semaines. Ce fantasme de longue date devient soudain accessible. Bien avant de rencontrer Bardot, Nino avait été approché pour écrire des chansons destinées au show télévisé de la star, mais les premiers contacts n’avaient pas abouti et la rencontre n’avait pas eu lieu. Nino, en tout cas, s’épanchait souvent sur sa fascination pour l’actrice. Dans divers articles de journaux ou interviews, il citait Bardot comme la femme idéale, la femme indépassable.  Dans le numéro 7 de Rock & Folk daté de mai 1967, il déclarait déjà : « B.B., le grand regret de ma vie ».

(…)

Entre elle et Nino, les choses ne durent pas longtemps. Nino en gardera tout de même un souvenir assez présent. Il s’achète alors le même long manteau afghan, très hippie, qu’il a vu Bardot porter sur des photos de presse.

(…)

L’histoire de Nino avec Bardot est de notoriété publique. Le journal  France Dimanche en parle encore dans son édition du 25 février 1972, c’est-à-dire plus d’un an après la fin de leur liaison. L’article est intitulé : « B.B. jette Nino Ferrer ». On peut néanmoins y lire ces propos de Nino : « Quand j’ai rencontré Brigitte, il y a un an à Rome, c’est d’elle que je croyais être réellement amoureux ». 

Nino Ferrer, du noir au sud de Christophe Conte et Joseph Ghosn

(Éditions Numéro 1 - 2005)

 

Quant au magazine people Ici-Paris n° 1390 du 29 février 1972, il titrait : « Nino Ferrer amoureux mais beau joueur » et ajoutait « En me plaquant, B.B. m’a rendu service ». En effet, c’est après cette rupture qu’il retrouvera la femme de sa vie, un temps délaissée…

 

1971 - Avec le chanteur Nino Ferrer

Tendre complicité entre Brigitte Bardot et Nino Ferrer.

En 1971, lors du vernissage d’une exposition du peintre Vincent Roux.

 

* * * * * * * *


Nino Agostino Arturo Maria Ferrari, dit Nino Ferrer, est né le 15 août 1934 à Gênes (Italie) et décédé le 13 août 1998 à Montcuq dans le Lot.

Après avoir passé ses premières années en Nouvelle-Calédonie où son père était ingénieur, Nino fait des études d’ethnologie et d’archéologie à la Sorbonne, tout en se passionnant pour la musique (notamment le jazz), la peinture et la gravure.

Ses débuts dans le métier artistique remontent à 1959, il est alors contrebassiste et bassiste sur des 45 Tours, puis il accompagne la chanteuse Nancy Holloway. C’est en 1963 qu’il commence à enregistrer des disques mais le succès viendra en 1966, à son grand étonnement, avec le tube Mirza. Il se voit alors un peu contraint d’enregistrer le même style de chansons… : Oh ! Hé ! Hein ! Bon !, LeTéléfon, Je vends des robes, Les Cornichons, etc…

Certes, cette gloire lui apporte l’argent et une vie facile mais cela ne semble pas le satisfaire aussi il part vivre en Italie de 1967 à 1970.

À son retour en France, il s’installe dans le Quercy et se lance dans l’élevage des chevaux, tout en continuant à composer. Et en 1972, une de ses chansons, La Maison près de la Fontaine, se vend à plus de 500 000 exemplaires. Il sort d'autres albums mais il ne retrouve le succès qu’avec Le Sud qui restera son plus gros « tube » en 1975, vendu à plus d'un million d'exemplaires. Avec ses royalties, il agrandit son domaine, compose toujours, et en 1989, italien d’origine, il demande et obtient la nationalité française.

Mais en juillet 1998, Mounette, sa maman adorée, meurt d’un cancer à l’âge de 86 ans et un mois après, désespéré et inconsolable, Nino Ferrer se tire une balle en plein cœur au milieu d'un champ de blé situé à quelques kilomètres de chez lui.

 

Deux jours après sa mort, il aurait eu 64 ans. Il était né la même année que Brigitte… 

 

En hommage à Nino Ferrer,

je vous propose d’écouter un court extrait de sa plus belle chanson : Le Sud.

 

* * * * * * * * 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 00:08

 Bonne Fête, chère Brigitte ! 

 

 Tous les 23 juillet

une vague d’amour déferle sur

«  La Madrague  »

 

 

Tous les ans, plusieurs jours avant le 23 juillet, le courrier de Brigitte Bardot devient plus volumineux : le facteur dépose chaque midi au moins un sac postal plein à ras bord…

Quelle est donc la raison de cet afflux soudain de lettres ?

Simplement, parce que ce jour-là, on fête la Sainte Brigitte et que des milliers de personnes envoient alors une petite carte à Brigitte Bardot !

Bien que « submergée » par cette vague d’amour, Brigitte prend le temps de lire chacune des cartes et répond autant qu’elle le peut individuellement. Elle est toujours très touchée que des gens (souvent inconnus, mais aussi beaucoup de fidèles dont elle reconnaît immédiatement le nom) puissent penser à lui écrire à cette occasion... Fait incroyable de la part d’une telle personnalité, Brigitte garde précieusement, année après année, toutes ces marques de sympathie dans des cartons bien classés et rangés dans ses archives. De même pour les cartes d’anniversaire et celles pour les Fêtes de fin d’année (Noël et Nouvel An).

 

Voici un petit méli-mélo de quelques cartes reçues à l’occasion de sa Fête. J’ai ajouté (en bas à gauche) un simple mot manuscrit de Brigitte, découpé sur une des enveloppes reçues et qui résume bien sa pensée : « Extraordinaire ».

 

Bonne Fête Brigitte Bardot (Blog Bagnaud) 

 

 

Mais qui était… Sainte Brigitte ?

Une Suédoise mystique du 14ème siècle dont l’œuvre théologique (Les Révélations) fut connue aussitôt dans toute l’Europe. Elle mourut à Rome en 1371, au retour d’un pèlerinage en Terre Sainte.

 

Quant au prénom Brigitte, il eut un succès considérable dans le monde occidental, en particulier en Scandinavie, en Irlande, aux États-Unis et en… France où il a connu une véritable envolée de 1955 à 1964, grâce à l’immense popularité de B.B. à cette époque.

Depuis, il est un peu « passé de mode » et est retombé assez loin dans les classements annuels des prénoms les plus donnés aux bébés actuellement.

Mais la présence des Brigitte s’observe dès le 15ème siècle en Europe du Nord, gagne ensuite l’Italie puis l’Angleterre et s’étend à la France au 18ème siècle. Quant à l’Irlande, ce prénom y était si répandu au 19ème siècle qu’aux États-Unis, dans les feuilletons de la presse quotidienne ou dans les pièces de théâtre, toutes les Irlandaises se prénommaient Brigitte !

 

 

Durant de nombreuses années, Brigitte Bardot avait pris l’habitude, dès le mois de juin, de s’enfuir de Saint-Tropez (trop envahi par les touristes) pour se réfugier à Bazoches, sa ferme des Yvelines (78). C’est donc là (à la fin des années 80 puis dans les années 90) que nous fêtions la Sainte Brigitte, le plus souvent dans un petit restaurant de Montfort-L’Amaury ou simplement chez elle.

Mais en 1995, je ne sais plus pour quelle raison, Brigitte était encore à Saint-Tropez à cette date.

Le soir de sa fête, elle avait prévu d’aller dîner chez ses amis de longue date, Edna et Roger, qui tenaient le restaurant « L’Esquinade » sur la plage. J’étais en vacances chez elle avec Frank, son secrétaire. L’ambiance était vraiment joyeuse et détendue. Nous avions retrouvé à Saint-Tropez, l’animateur Bernard Montiel que Brigitte connaissait bien à l'époque ; moi, j’avais sympathisé avec Danièle Gilbert que j’avais parfois croisée dans des soirées parisiennes. Elle n’avait jamais rencontré Brigitte et c’était son rêve…

Alors, avec Frank, nous avons demandé à Brigitte si nous pouvions inviter chacun une personne et c’est comme cela que Bernard et Danièle se sont retrouvés invités, pour la première fois, à la table de Brigitte Bardot !

 

 Daniele-Gilbert-et-Francois-Bagnaud--23-juillet-1995-.jpg

Avec la souriante et sympathique Danièle Gilbert, à la sortie du restaurant.

 

Étaient également présents : Mylène (que Brigitte considérait alors comme sa « fille adoptive ») et une de ses voisines de La Garrigue, que nous aimions bien, Jacqueline Pitchal (une amie de Dalida devenue depuis écrivain). Et bien sûr, Bernard (le mari de Brigitte) et Patrick (le compagnon de Danièle Gilbert).

La soirée fut pleine de rires, de chansons, de blagues et de bulles de champagne. Brigitte et Mylène ont joué de la guitare sur la plage. Nous étions euphoriques ; Brigitte était rayonnante et en forme, elle semblait vraiment heureuse…

 

Un souvenir merveilleux à jamais dans ma mémoire, avec quelques belles photos de cette soirée diffusées dans la presse internationale. Ainsi celle ci-dessous est parue dans le magazine Gala (n° 111 du 2 août 1995).

 

 23 juillet 1995 - Brigitte Bardot et François Bagnaud

Pour la fête de Brigitte Bardot, le 23 juillet 1995, à Saint-Tropez.

De gauche à droite : …moi, Bernard Montiel, Frank Guillou, Brigitte, Jacqueline Pitchal, Danièle Gilbert et Mylène de Muylder.

(Vingt ans après, en 2015, seuls Frank et moi sommes restés proches de Brigitte...!)

 

* * * * * * * *

Repost 0
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 23:53

Sacha Distel et Brigitte Bardot

 

(Article actualisé le 22 juillet 2016)

12 ans déjà...

Le 22 juillet 2004, Sacha Distel s’en est allé, emporté (à 71 ans) par cette horreur qu’est le cancer.

Il reste à jamais dans nos souvenirs et dans nos cœurs comme un bel homme toujours souriant qui enchantait nos jeunes années avec ses Sacha Show où il recevait toutes les idoles de l’époque. Mais, nous le connaissons aussi, nous les admirateurs de Brigitte Bardot, comme celui qui fut son compagnon de l’été 1958 au printemps 1959.

 

À l’annonce de sa disparition, Brigitte avait été extrêmement bouleversée et elle avait décidé de lui rendre publiquement un bel hommage dans Le Journal du Dimanche (voir ci-dessous) :

Article paru dans « Le Journal du Dimanche » (n° 3004 du 25 juillet 2004).

Article paru dans « Le Journal du Dimanche » (n° 3004 du 25 juillet 2004).

* * * * * * * * 

 

Je vous propose de revoir quelques jolies photos de Brigitte et Sacha, au temps de l’insouciance et du bonheur.

Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.
Brigitte Bardot et Sacha Distel.

Brigitte Bardot et Sacha Distel.

En 1973, ils s'étaient retrouvés pour enregistrer une superbe chanson : « Le soleil de ma vie ».
En 1973, ils s'étaient retrouvés pour enregistrer une superbe chanson : « Le soleil de ma vie ».
En 1973, ils s'étaient retrouvés pour enregistrer une superbe chanson : « Le soleil de ma vie ».
En 1973, ils s'étaient retrouvés pour enregistrer une superbe chanson : « Le soleil de ma vie ».

En 1973, ils s'étaient retrouvés pour enregistrer une superbe chanson : « Le soleil de ma vie ».

* * * * * * * * 

 

Toutes mes chaleureuses pensées à son épouse Francine, ainsi qu’à leurs deux fils et à leurs petits-enfants.

Pour en savoir plus sur cet inoubliable artiste, je vous propose de découvrir son site officiel (lien ci-dessous). 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 23:51

Un an déjà...

(Article actualisé le 10 juillet 2016)

Omar Sharif, acteur égyptien (1932 - 2015).
Omar Sharif, acteur égyptien (1932 - 2015).  Omar Sharif, acteur égyptien (1932 - 2015).

Omar Sharif, acteur égyptien (1932 - 2015).

* * * * * * * *

 

Omar Sharif s’est éteint le 10 juillet 2015, à l’âge de 83 ans, au Caire en Égypte.

Pour tous les cinéphiles et pour le grand public, il restera pour toujours l’inoubliable et troublant Prince du désert dans Lawrence d’Arabie (1962) et le Docteur Jivago (1965), deux grands classiques de David Lean.

Moi, je l’ai découvert et aimé dans le rôle de l’Archiduc héritier Rodolphe d’Autriche dans le film Mayerling de Terence Young en 1968 (voir ci-dessous) ; c’est l’un de mes films préférés.

Omar Sharif tournera près de 80 films et recevra de nombreuses récompenses internationales ; l’une des dernières étant pour son rôle dans Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran (de François Dupeyron) en 2003. Un film dans lequel Isabelle Adjani interprète une star qui ressemble à... Brigitte Bardot !

Omar Sharif et Catherine Deneuve dans « Mayerling », le très beau film de Terence Young en 1968.

Omar Sharif et Catherine Deneuve dans « Mayerling », le très beau film de Terence Young en 1968.

* * * * * * * *

 

Brigitte Bardot a rencontré une seule fois ce séduisant acteur. C’était à Deauville, le 29 juillet 1969 (voir ci-dessous). B.B. était aux côtés de Patrick Gilles (son compagnon de l’époque) et de Régine.

Brigitte Bardot en grande conversation avec Omar Sharif (le 29 juillet 1969 à Deauville).
Brigitte Bardot en grande conversation avec Omar Sharif (le 29 juillet 1969 à Deauville).

Brigitte Bardot en grande conversation avec Omar Sharif (le 29 juillet 1969 à Deauville).

* * * * * * * *

 

« Quand Brigitte Bardot, Gary Cooper ou Marilyn Monroe entrent quelque part, il se passe quelque chose. Comme quand on voit un félin faire irruption dans un groupe de lapins. »

Phrase attribuée à Omar Sharif par le magazine Ici Paris (n° 3654 du 15 juillet 2015).

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 11:49

Hommage à un poète nommé

« Pilou » Bardot

 

Lorsque fin mai 2012, j’ai reçu de la part de mon éditeur une demande pour Brigitte Bardot, j’ai su immédiatement qu’elle allait accepter. En effet, le magazine Le Point la sollicitait pour participer à un hommage à l’occasion de la Fête des Pères, le 17 juin. Il s’agissait, pour des personnalités (dont François-Xavier Demaison, Stéphane Bern ou Guy Savoy), d’évoquer leur papa. Et c’est ainsi que Brigitte m’a immédiatement envoyé ce joli texte ci-dessous :

 

Brigitte Bardot évoque son père Pilou (Juin 2012)

Original de l’hommage écrit par B.B. pour son Papa Pilou.

(Paru dans Le Point n° 2073 du 7 juin 2012)

 

Louis Bardot, d’origine lorraine, est né en 1896. Il est surnommé « Pilou ».

Avec ses frères, il dirige des usines d’Air Liquide, dont le siège parisien se trouvera, à une époque, rue Vineuse, dans la même petite rue du 16ème arrondissement où se situe l’actuelle Fondation de Brigitte.

À 37 ans, il épouse une parisienne (qui a passé son enfance en Italie), Anne-Marie Mucel (dite « Toty »), et le 28 septembre 1934, ils donnent naissance à leur première fille, Brigitte. Puis, le 5 mai 1938, la famille accueille un deuxième enfant : Mijanou, la petite sœur de B.B. Quand elles étaient gamines, ce gentil papa leur lisait de jolies histoires pour les endormir : Les Contes du Chat perché de Marcel Aymé, Les Histoires comme ça de Kipling ou les fables de Madame la Pie qu’il inventait.

Brigitte a toujours adoré son Papa, et même si elle le craignait car il était assez sévère, elle avait un profond respect pour lui et elle l’aimait plus que tout. 

 

1967/06 - Avec son papa surnommé

Brigitte et son papa arrivent chez « Maxim’s » à Paris (Juin 1967).

 

Au début, Pilou ne voyait pas d’un bon œil que sa fille devienne mannequin, puis actrice, mais ensuite il sera très fier de sa réussite. Il n’hésitera jamais à la défendre publiquement. Ainsi, en 1958, lorsqu’à l’Exposition Universelle à Bruxelles, le Pavillon du Vatican affichera un portrait de Brigitte pour symboliser le péché et le « Mal », son sang ne fera qu’un tour.

« Papa, fou de rage, fit des pieds et des mains, alla voir tous les archevêques et évêques de Paris, de France et de Navarre, tant et si bien que mon effigie fut retirée dix jours après. (…) »

(Initiales B.B. – 1996)

 

Brigitte restera très proche de son père, un homme élégant et raffiné, qui venait la rejoindre parfois sur des tournages (comme celui de Viva Maria au Mexique en 1965) et ne manquait jamais une occasion de faire la fête avec elle (chez « Maxim’s » en 1967).

 

1965 - Avec son Papa Pilou

Brigitte et Pilou visitent la pyramide de Tajin au Mexique en 1965.

 

Louis Bardot était aussi un poète romantique. Il oubliait volontiers les rigueurs de son métier pour laisser courir sa plume. Il aimait parler de nostalgie, écrire des vers pleins d’humour ou de mélancolie, et aussi nous dévoiler ses amours avec beaucoup de sensibilité. Son inspiration, il la trouvait dans la vie quotidienne, semblant ignorer le temps qui passe, s’émerveillant de l’amour immense que lui donnaient « les 3 femmes de sa vie » : Anne-Marie, son épouse, et leurs deux filles. Sa famille restait son sujet préféré et chacune de ses œuvres est une preuve de son attachement.

  

Brigitte-Bardot-avec-son-pere--Mai-1965-.jpg

Louis Bardot accueille sa fille qui revient du Mexique après le tournage de Viva Maria.

(Aéroport d’Orly – 27 mai 1965)

 

Brigitte a toujours parlé de lui avec une tendresse infinie. Souvent, le matin, elle trouvait un petit poème, écrit sur une simple feuille de brouillon, comme celui qu’elle a toujours gardé précieusement :

 

Chaque jour

Jusqu’à demain matin

Gardez-moi tout votre amour

Car je vous dis pour la millième fois

Que je vous aime

Jusqu’au matin du lendemain

De tous les jours…

 

L’Académie Française a décerné au recueil Vers en vrac (publié en 1960), le Prix de la Fondation de Labbé-Vauquelin. Pilou publiera d’autres recueils et écrira des petits poèmes jusqu’à la fin de sa vie.

 

1960 - Recueils de poèmes de Pilou Bardot

Deux recueils numérotés de « Pilou » qui m’ont été offerts par Brigitte.

 

Alors qu’il est déjà très malade, Brigitte prend conscience des ravages de la vieillesse pour la première fois de sa vie :

« Quand je repensais à cet homme grand, beau, droit et fort, je me disais que la vieillesse est une épreuve atroce. (…) Pourtant, il restait extrêmement digne, soigné, ses cheveux blancs auréolaient son beau visage, ses mains merveilleusement fines et entretenues étaient toujours ce qu’il appelait son aristocratie. (…) Dans son isolement, il pensait à des poèmes qu’il écrivait avec difficulté sur son petit calepin noir. (…) J’essayais avec maladresse de lui faire comprendre mon amour pour lui, mon admiration pour tout ce qu’il a été dans sa vie (…), pour son courage d’homme et de soldat pendant les deux dernières guerres. »

(Le Carré de Pluton – 1999)

 

Puis le 5 novembre 1975, Papa Pilou s’est endormi pour l’éternité... 

«  J’ai appris, en voyant mourir papa, tout ce que la vie m’avait évité jusqu’à ces jours : la précarité de notre existence, notre fragilité, le ridicule des prétentions de tous ces gens qui se croient immortels, la médiocrité de la haine, l’inutilité de la mesquinerie. J’ai appris l’humilité, la détresse, la mort. J’ai appris la tolérance, la générosité, la bonté, la profondeur, le mystère, la peur. J’ai appris l’amour. »

(Le Carré de Pluton – 1999)

 

 

En passant

 

(extrait de Vers en Vrac – 1960)

                                                              à Brigitte

 

 

Brigitte… Écoute, un soir… Écoute

Un murmure qui vient d’en bas…

Un léger crincrin… c’est sans doute

Une chanson de ton Papa…

 

Car s’il passe, il ne monte pas…

Il regarde… Il en meurt d’envie…

Il en aurait l’âme ravie

Comme tous ceux qui sont Papas…

 

Ton étoile est trop haute… En bas,

Dans la rue, il chante un poème

En passant, pour dire qu’il t’aime…

 

Vers… Chansons… Le vent les emporte…

Mais, dis au petit que tu portes :

« Ce poète était mon Papa… »

 


 

En ce jour de Fête des Pères (17 juin 2012), je m’associe aux vœux de Brigitte et je souhaite aussi une Bonne Fête à mon Papa adoré, qui nous a malheureusement quittés en 1981, à l’âge de 73 ans. Je pense souvent à lui, ses portraits sont partout dans ma maison et toujours il me manquera…

 

* * * * * * * *

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !