Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 23:36

Brigitte et Gunter

" La star française épouse

un play-boy allemand

devant un juge d'origine irlandaise

dans une ville américaine "

(dixit la presse de l'époque...)



(7 mai 2017 : 6 ans déjà...)

 

Lorsque le dimanche 8 mai 2011, à 14 h 30, Frank, le secrétaire de B.B., m’a téléphoné pour m’annoncer (juste après Brigitte) la mort de Gunter Sachs, j’ai été stupéfait et submergé par l’émotion. Car je savais que Brigitte allait être effondrée et terriblement triste. Encore un de ses amours qui la quittait pour l’éternité (après Vadim, Nino Ferrer, Gilbert Bécaud, Sacha Distel et tant d’autres amis chers à son cœur). Encore une page de nos belles « années Bardot » qui se déchirait tragiquement…

 1966 - Avec son mari Gunter Sachs

Brigitte et Gunter, heureux et amoureux,

durant l’été 1966, quelques jours après leur mariage à Las Vegas.

 

* * * * * * * * 

 

Gunter Sachs est né le 14 novembre 1932 en Allemagne et est décédé le samedi 7 mai 2011. Il s’est suicidé dans son chalet de Gstaad en se tirant une balle dans la tête. Il souffrait de la maladie d’Alzheimer et ne supportait pas que son état se dégrade. Dans une lettre qu’il a laissé à sa famille, il explique qu'il avait une « maladie sans espoir » et perdait la mémoire ainsi que la faculté de penser et de s'exprimer clairement. « La perte de contrôle intellectuel sur ma vie aurait été un état indigne. Cette menace fût toujours pour moi l'unique critère pour mettre fin à mon existence », écrit-il. Il avait aussi exprimé le vœu, avant sa mort, que cette lettre soit publiée.

Le play-boy milliardaire, photographe, collectionneur et mécène, avait acquis la nationalité suisse en 1976. Il était l'arrière petit-fils d'Adam Opel, fondateur de la célèbre marque automobile allemande. Grande figure de la «  jet-set » internationale des années 1960 et 1970, il avait eu de nombreuses liaisons dont une avec la Princesse Soraya, alors ex-épouse du dernier Shah d'Iran.

 

BB et Gunter à Tahiti (21.07

Brigitte et Gunter en voyage de noces à Tahiti (Juillet 1966).

 

Le 14 juillet 1966, à Las Vegas, il avait épousé Brigitte Bardot, quelques semaines seulement après l’avoir rencontrée à Saint-Tropez et lui avoir offert des milliers de roses qu’il avait fait jeter, par un hélicoptère, sur La Madrague. Brigitte fut immédiatement séduite par la folie de cet homme magnifique et si romantique…

 

« J'avais déjà connu bien des hommes, j'avais aimé, vécu des passions, mais ce soir-là, je m'envolais, portée par Gunter dans un monde féerique, que je n'avais jamais connu et que je ne connaîtrais jamais plus. La nuit était à nous. », avoue-elle dans ses Mémoires (Initiales B.B. – Grasset, 1996).

 

Elle est alors entraînée dans un tourbillon de folies, de rires, de danses, elle fait le tour du monde avec son mari et ses copains de l’époque. Elle semble heureuse. Elle l’était à ce moment-là… Puis les jeunes mariés rentrent à Paris, et Brigitte découvre alors l’univers sophistiqué, riche à millions de son mari  avec des domestiques, des chauffeurs et des convenances… Et elle n’a qu’une envie, c’est rentrer vivre dans sa petite Madrague sans prétention. Mais elle est vraiment amoureuse de Gunter… Alors elle le suit à Gstaad, en Bavière, au Festival de Cannes, etc…

Mais en 1967, elle rencontre Serge Gainsbourg avec qui elle vivra une courte passion. Il lui écrira Je t’aime moi non plus mais Gunter lui demandera de ne pas sortir cette chanson à scandale.

Cette aventure qui semble n’être qu’une « réponse » aux trop longues « absences » de Gunter, va peu à peu les éloigner, malgré leur attachement. Et doucement, sans disputes, sans amertume ni regrets, le couple divorcera le 1er  octobre 1969.

La même année, Gunter Sachs épouse Mirja Larsson, un mannequin suédois qui ressemble beaucoup à B.B.

 

 BB-et-Gunter--Shalako-.jpg

Gunter et Brigitte sur le tournage de Shalako (début 1968).

 

Brigitte et Gunter sont toujours restés en très bons termes et se téléphonaient régulièrement.

Lorsque le 17 juin 1987, Brigitte a vendu ses biens les plus précieux pour obtenir la somme nécessaire pour la reconnaissance d’utilité publique de sa jeune Fondation, Gunter Sachs a racheté tous les bijoux qu’il lui avait offerts et qu’elle vendait ce jour-là. Un geste élégant et plein d’amour… que Brigitte a beaucoup apprécié.

Gunter n’oubliait jamais les anniversaires de Brigitte et il faisait souvent des dons importants à sa Fondation à cette occasion-là.

Je me souviens... Pour les 60 ans de Brigitte, le 28 septembre 1994, j’étais auprès d’elle à Bazoches lorsque Gunter téléphona pour lui souhaiter son anniversaire. Il lui a offert, cette année-là, 60 000 Dollars pour sa Fondation. Brigitte été très touchée par tant de générosité et d’amour. Elle avait les larmes aux yeux en raccrochant. C’est un « vrai Seigneur », me dit-elle.

La dernière fois que les deux ex-époux se sont revus, c’était au Théâtre Marigny, le 28 septembre 2006, pour la célébration des 20 ans de la Fondation. Gunter avait fait le déplacement exprès pour féliciter sa chère Bri-Bri. Ils se sont longuement embrassés et j’ai vu dans leurs regards beaucoup de complicité et de tendresse.

 

* * * * * * * *     

 

Aujourd’hui, en écrivant cet hommage, je pense d’abord au courage de Gunter qui a choisi lui-même de mettre fin à sa vie avant que la maladie ne le rende dépendant. Et je pense aussi à l’immense chagrin de Brigitte, à sa détresse… Elle est actuellement si choquée que Frank, son secrétaire, a décidé de descendre à La Madrague pour la réconforter par sa présence. 

 Ne pouvant me déplacer facilement, je ne peux que penser très fort à elle, espérer qu'elle trouvera encore une fois l'énergie pour surmonter cette nouvelle épreuve et l’assurer de mon indéfectible amour. 

 

 Gunter---BB--Elysee-1967-.jpg 

Brigitte, radieuse, arrive à l’Élysée en compagnie de Gunter (7 décembre 1967).

 

* * * * * * * *

Repost 1
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 21:53
« Expressions amoureuses expliquées » par Brigitte Bulard-Cordeau (éditions du Chêne, février 2017).

« Expressions amoureuses expliquées » par Brigitte Bulard-Cordeau (éditions du Chêne, février 2017).

* * * * * * *

 

Ah, voilà un petit livre (12 x 18 cm et 95 pages) à petit prix (4,90 Euros) qui m'a enthousiasmé !

Une fois ouvert, on n'en finit pas de picorer, ça et là, parmi quelques 200 expressions (presque) toutes connues et faisant référence à l'amour. On sourit et on apprend des tas d'anecdotes ; beaucoup de références littéraires enrichissent ces petites explications. Je conseille vivement ce joli livre comme cadeau d'amitié ou d'amour.

Toutes mes félicitations à mon amie Brigitte Bulard-Cordeau, auteure de nombreux livres depuis le début des années 90, dont certains ont même été traduits dans d'autres pays. 

 

* * * * *

 

Présentation de l'éditeur

 

Du coup de foudre au 7ème ciel, du premier pas au grand jeu, du baise-main à la partie de jambes en l'air, laissez-vous transporter... Il y a de l'amour dans l'air ! Avec ces Expressions amoureuses expliquées, appréciez la richesse de la langue française et toutes les nuances du sentiment.

 

Quelques mots sur l'auteure

 

Brigitte Bulard-Cordeau vit à Paris. Membre des Journalistes-Écrivains pour la nature et l'écologie, elle est l'auteure de 40 ouvrages pour adultes et enfants, édités en plusieurs langues. Aux Éditions du Chêne, elle a notamment publié les quatre Grimoires enchantés, Mes Belles histoires de chats et Le Petit livre des chats.

 

Petits clins d'œil...

 

Je vous propose quelques « expressions amoureuses » (extraites de ce livre) que j'ai choisi d'illustrer avec des photos de Brigitte Bardot...

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Dans le plus simple appareil

B.B. photographiée nue dans les années 60, chez elle, à La Madrague, par son ami Jicky Dussart.

B.B. photographiée nue dans les années 60, chez elle, à La Madrague, par son ami Jicky Dussart.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Donne-moi ta main  

En 1963, main dans la main, avec son compagnon de l'époque, Sami Frey.

En 1963, main dans la main, avec son compagnon de l'époque, Sami Frey.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Le baise-main

Octobre 1990. Brigitte Bardot et son ami Jacques Chirac. Elle quitte l'Hippodrome de Vincennes où sa Fondation avait organisé une journée d'adoption de chiens et de chats.

Octobre 1990. Brigitte Bardot et son ami Jacques Chirac. Elle quitte l'Hippodrome de Vincennes où sa Fondation avait organisé une journée d'adoption de chiens et de chats.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

La bouche en cœur  

La bouche en coeur, une des moues de Brigitte Bardot.

La bouche en coeur, une des moues de Brigitte Bardot.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Embrasser à bouche que veux-tu 

Brigitte Bardot avec Alain Delon, en 1958. Célèbre série de photos de Sam Levin.

Brigitte Bardot avec Alain Delon, en 1958. Célèbre série de photos de Sam Levin.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Le coup de foudre 

B.B. et Serge Gainsbourg en 1967. Une passion fulgurante qui a duré seulement 3 mois.

B.B. et Serge Gainsbourg en 1967. Une passion fulgurante qui a duré seulement 3 mois.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Convoler en juste noces 

14 juillet 1966. B.B. épouse le milliardaire allemand Gunter Sachs à Las Vegas (U.S.A.).

14 juillet 1966. B.B. épouse le milliardaire allemand Gunter Sachs à Las Vegas (U.S.A.).

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Une jeune fille en fleurs  

Brigitte Bardot, encore débutante, en 1952.

Brigitte Bardot, encore débutante, en 1952.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Être dans de beaux draps 

 

Brigitte Bardot exhibe sa beauté et sa nudité dans le film « Les Femmes » (1969).

Brigitte Bardot exhibe sa beauté et sa nudité dans le film « Les Femmes » (1969).

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Entretenir une danseuse 

1974. Brigitte Bardot répète un pas de deux avec le danseur-étoile Michël Denard pour une émission télévisée qu'elle refusera finalement de tourner.

1974. Brigitte Bardot répète un pas de deux avec le danseur-étoile Michël Denard pour une émission télévisée qu'elle refusera finalement de tourner.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Effeuiller la marguerite 

B.B. joue les strip-teaseuses dans « En effeuillant la marguerite » (1956).

B.B. joue les strip-teaseuses dans « En effeuillant la marguerite » (1956).

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Un vrai Don Juan 

1973 : Brigitte Bardot interprète le célèbre séducteur dans « Don Juan 73 ».

1973 : Brigitte Bardot interprète le célèbre séducteur dans « Don Juan 73 ».

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Embrasser comme un Dieu

B.B. et son troisième mari, Gunter Sachs, en 1966.

B.B. et son troisième mari, Gunter Sachs, en 1966.

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Avoir la bague au doigt 

Très belle photo de Sam Levin (1959).

Très belle photo de Sam Levin (1959).

*-*-*-*-*-*-*-*

 

Un baiser de cinéma 

En 1960, Jean-Paul Belmondo a fait des essais pour jouer aux côtés de B.B. dans « La Vérité », mais il n'a pas été retenu.

En 1960, Jean-Paul Belmondo a fait des essais pour jouer aux côtés de B.B. dans « La Vérité », mais il n'a pas été retenu.

* * * * * * * *

 

Vous pouvez commander ce livre dans toutes les librairies, sur de nombreux sites Internet et notamment sur Amazon (ci-dessous) où vous pourrez également découvrir tous les autres livres de Brigitte Bulard-Cordeau.

Repost 0
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 17:28
28 septembre 1973. Jean-Max Rivière et Brigitte Bardot à « L'Assiette au beurre », un restaurant parisien.

28 septembre 1973. Jean-Max Rivière et Brigitte Bardot à « L'Assiette au beurre », un restaurant parisien.

Jean-Max Rivière continue d'écrire et de composer dans sa maison en Charente-Maritime (17).

Jean-Max Rivière continue d'écrire et de composer dans sa maison en Charente-Maritime (17).

* * * * * * * *

 

Jean-Max Rivière, parolier et compositeur (notamment pour Brigitte Bardot, mais aussi pour d'autres célèbres artistes), est actuellement l'un des administrateurs de la Sacem (qui gère les droits des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique).

Il a répondu à une interview (ci-dessous) qui figure sur le site de cet organisme.

 

Comment êtes-vous devenu auteur de chansons ? 

Jean-Max Rivière : Par pur hasard. J’étais nul à l’école, on m’a donc conseillé d’apprendre un métier manuel. Comme j’étais grand, on s’est dit que plutôt que maçon, je pourrais être peintre. Ma mère m’a alors inscrit à l’école des Arts appliqués, croyant qu’il s’agissait de peinture en bâtiment. Cette méprise a changé ma vie. J’ai appris la guitare pour faire partie de la fanfare de l’école et pour plaire aux filles. Dès que j’ai maîtrisé trois accords, j’ai commencé à écrire des chansons.

 

Dans quelles circonstances avez-vous été amené à écrire pour Brigitte Bardot ? 

Je chantais aux terrasses des cafés de Montmartre et j’ai rencontré un monsieur qu’on surnommait Pilou, qui était industriel mais qui écrivait des poèmes. Il m’a demandé des conseils et nous sommes devenus amis. À l’époque, je menais une vie de patachon. En 1957, je suis tombé sérieusement malade et il m’a emmené chez lui. Le monsieur, c’était Louis Bardot, le père de Brigitte…

 

Vous souvenez-vous de votre première rencontre avec Brigitte ?  

Je ne l’oublierai jamais. C’était un dimanche d’été à Louveciennes. J’ai entendu sa voix qui demandait à son père : « Alors, il est où, ce guitariste ». Puis elle est apparue, avec un sparadrap sur le menton. Je lui ai demandé pourquoi, elle m’a répondu que c’était pour cacher quelques boutons. Je lui ai dit : « Enlève-moi ça, y’a du soleil ». Nous sommes devenus tout de suite très complices. Aujourd’hui encore, nous sommes restés copains, même si nous nous voyons rarement.

 

La Madrague n'était pas votre première chanson pour Brigitte Bardot...

La toute première, c’était Sidonie, dont j’ai composé la musique sur un poème de Charles Cros, et qui a servi de bande originale au film Vie privée, de Louis Malle, en 1962. La même année, j’ai également enregistré un duo avec Brigitte, intitulé Tiens, c’est toi (voir en fin d'article). La chanson est cosignée avec le compositeur Gérard Bourgeois.

 

Comment s'est passée l'écriture à deux ? 

J’ai reçu, un jour, un coup de fil d’un gars qui se disait pianiste et voulait me rencontrer. Nous avons fait connaissance un soir, autour de quelques bouteilles. J’avais le début des paroles : « Sur la plage abandonnée… ». Gérard s’est mis au piano et la chanson est venue comme ça. Ce fut le début d’une association qui devait durer douze ans.

 

Vous avez écrit pour de nombreux artistes, Juliette Gréco, Françoise Hardy, Serge Reggiani, Dalida, France Gall, et même l'opéra rock « La Révolution française ». Selon vous, le métier est-il différent aujourd'hui ? 

Chanter, écrire, jouer, produire, éditer, c’est vrai que je crois avoir tout fait dans ce métier. Mais je me suis toujours senti plus proche de la bohème, du milieu du cirque, que du show business. Quand un acrobate tombe, on en fait un clown. C’est un esprit de famille qui s’est perdu.

 

Publié le 4 avril 2016 sur le site de la Sacem.

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
28 avril 2017 5 28 /04 /avril /2017 22:38
Affiche officielle de l'exposition consacrée à Dalida (Palais Galliera à Paris).

Affiche officielle de l'exposition consacrée à Dalida (Palais Galliera à Paris).

* * * * * * * *

 

Le 30 mai 1987, il y aura 30 ans que la sublime Dalida décidait de nous quitter...

Pour célébrer ce triste anniversaire, le Palais Galliera présente une exposition (du 27 avril au 13 août 2017) regroupant toutes les plus belles robes de Dalida, portées à la ville et à la scène. Cette garde-robe a été léguée au Musée de la Mode de la Ville de Paris par Orlando, le frère de la chanteuse disparue.

Le visiteur pourra découvrir des robes de jeunesse, des tenues de scène très glamour, des robes du soir, des ensembles et des robes portés à la ville. Un mélange de prêt-à-porter et de modèles « haute-couture ».

Parmi les pièces mythiques de cette exposition, on retrouvera la robe de Bambino, et des créations signées par Jacques Estérel, Pierre Balmain, Yves Saint Laurent ou Jean-Claude Jitrois.

 

(Merci à mon ami Didier B. pour cette information.)

Exposition « Dalida - une garde-robe de la ville à la scène » au Palais Galliera à Paris
Exposition « Dalida - une garde-robe de la ville à la scène » au Palais Galliera à Paris
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.
Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.

Merci à mon ami Joël A. pour ces photos prises par un de ses amis.

* * * * * * * *

 

Découvrez mon dernier article rédigé en hommage à Dalida (lien ci-dessous) :

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
27 avril 2017 4 27 /04 /avril /2017 23:40
Brigitte Bardot et Robert Hossein à la « Une » du quotidien régional « Le Bien Public » (n° 1700 du 28 septembre 2014).

Brigitte Bardot et Robert Hossein à la « Une » du quotidien régional « Le Bien Public » (n° 1700 du 28 septembre 2014).

* * * * * * * *

 

Le quotidien régional, Le Bien Public, ouvre chaque jour ses archives pour relater un événement qui s'est produit dans sa région, il y a quelques années, le même jour que sa date de parution.

Ainsi, ce 28 avril 2017, il nous propose de revivre le début du tournage, le 28 avril 1962, à Dijon (Côte d'Or), du film Le Repos du guerrier, avec Brigitte Bardot. Elle était accompagnée de son ex-mari, Roger Vadim qui réalisait le film, et de son partenaire principal, Robert Hossein.

Le 28 septembre 2014, à l'occasion des 80 ans de B.B., le quotidien avait consacré sa « Une » à ce tournage (voir ci-dessus). Et un article intérieur nous dévoile quelques anecdotes sur le séjour de Brigitte Bardot à Dijon et dans la région (ci-dessous).

Article publié dans « Le Bien Public » (n° 1700 du 28 septembre 2014).

Article publié dans « Le Bien Public » (n° 1700 du 28 septembre 2014).

Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)
Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)

Photos prises sur le tournage du film « Le Repos du guerrier » à Dijon. (Extraites des archives du quotidien « Le Bien Public ».)

Affiche française du film « Le Repos du guerrier » (de Roger Vadim, en 1962).

Affiche française du film « Le Repos du guerrier » (de Roger Vadim, en 1962).

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 09:45

Des centaines de portraits de B.B. !

 

 

Je viens de découvrir un site très sympa où n’importe quel admirateur peut poster des portraits de personnalités (qu'il a réalisés).
Et pour Brigitte Bardot, il y a …622  portraits (au 15 avril 2017).

 

Je vous laisse admirer toutes ces œuvres inédites (avec le lien ci-dessous). 

(Une fois sur le site, il  faudra cliquer sur chaque portrait pour l'agrandir.)

* * * * * * * *

 

Et voici une petite sélection de quelques autres portraits que j’ai trouvés sur le Net et que j’aime beaucoup…

Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...
Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...

Merci à mon ami Terry Minella qui est l'auteur du premier dessin présenté...

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 16:04

Chaque 1er dimanche de mars,

c’est la Fête des grands-mères !

 

Cette fête, que je trouve très sympathique, est récente : elle a été créée en 1987 par le Café Grand’ Mère.

Donc, à l’origine, c’était plutôt une fête commerciale. Mais elle a connu très vite un tel succès qu’elle est devenue une fête traditionnelle comme la Fête des Mères.

Elle est célébrée chaque 1er dimanche de mars et est désormais indiquée dans les calendriers.

 

* * * * * * * *

 

Dans ses mémoires, Initiales B.B. (Éditions Grasset, 1996), Brigitte Bardot évoque longuement ses deux grands-mères, qu’elle a adorées, et dont elle s’est occupée jusqu’à la fin de leurs jours. Elles restent encore très présentes dans ses souvenirs et dans nos conversations.

 

Mémé Bardot

 

« Mémé avait fait venir de Norvège un chalet démontable [dans la propriété familiale à Louveciennes (78)], ce qui pour l’époque était jugé des plus fantaisistes ! (…)

Mémé est morte un jour de printemps. (…) J’étais triste, car je l’aimais beaucoup, cette grand-mère qui m’a appris tant de choses ! (…) Avec Mémé, mourait une partie de moi-même. »

 

* * * * * * * * 

 

Mamie Mucel

 

« Dans sa salle de bains [le 22 janvier 1970, la nuit de son décès], je pris un flacon de parfum – Arpège de Lanvin –, je l’ai toujours. En le respirant, je retrouve son odeur, je la retrouve un peu, son souvenir se fait plus présent. »

Les deux grands-mères de Brigitte Bardot : Jeanne Grandval (à gauche), dite « Mamie Mucel » (1887 – 1970), et Jeanne Claveau, dite « Mémé Bardot » (1864 – 1950). (Ces photos ont été publiées dans « Initiales B.B. », 1996).

Les deux grands-mères de Brigitte Bardot : Jeanne Grandval (à gauche), dite « Mamie Mucel » (1887 – 1970), et Jeanne Claveau, dite « Mémé Bardot » (1864 – 1950). (Ces photos ont été publiées dans « Initiales B.B. », 1996).

* * * * * * * *

 

J'ai beaucoup aimé mes grands-mères même si je ne les ai pas connues très longtemps.

Deux femmes « de la campagne » qui avaient été élevées très durement ; elles ont eu des vies assez difficiles, mais elles avaient une bonté et un optimisme qui les rendaient fortes et attachantes. Elles avaient du « bon sens » et du courage, elles aimaient la vie et chérissaient leurs enfants.

Je garde de mes Mamies un souvenir plein de tendresse et d’amour.

Elles restent pour toujours associées  à mon enfance et je ne les ai jamais oubliées...

Mes deux grands-mères (paternelle, en haut) : des femmes à l’aspect un peu sévère mais que j'ai beaucoup aimées. Elles ont vécu au-delà de 80 ans.
Mes deux grands-mères (paternelle, en haut) : des femmes à l’aspect un peu sévère mais que j'ai beaucoup aimées. Elles ont vécu au-delà de 80 ans.

Mes deux grands-mères (paternelle, en haut) : des femmes à l’aspect un peu sévère mais que j'ai beaucoup aimées. Elles ont vécu au-delà de 80 ans.

* * * * * * * *

 

« C’est du temps de leur vivant

qu’il faut aimer ceux que l’on aime »,

 

chantait Barbara (C’est trop tard), alors surtout… dites bien à vos chères grands-mères que vous les aimez (qu’elles soient encore près de vous ou - malheureusement - déjà au Paradis…).

 

(Une tendre pensée pour mon ami Yves D., de Belgique, qui aime tant sa Mamie...)

Brigitte Bardot, à La Madrague, avec sa Maman « Toty » et sa grand-mère maternelle « Mamie Mucel ». (Merci à mon ami Joël A. pour ces photos.)
Brigitte Bardot, à La Madrague, avec sa Maman « Toty » et sa grand-mère maternelle « Mamie Mucel ». (Merci à mon ami Joël A. pour ces photos.)

Brigitte Bardot, à La Madrague, avec sa Maman « Toty » et sa grand-mère maternelle « Mamie Mucel ». (Merci à mon ami Joël A. pour ces photos.)

* * * * * * * *

 

à ma grand-mère
 
Je voulais te rendre hommage aujourd'hui, car tu as été pour ma sœur Josée et pour moi une grand-mère attentionnée (Domi, notre frère, étant chez notre oncle Yvon ).
Jusqu'à l'âge de mes 7 ans et Josée 13 ans, tu as su nous donner tout l'amour comme une vraie maman.
Merci à toi et à notre grand-père pour tout ce que vous avez fait pour nous.
Je vous aime, et aujourd'hui j'ai une très grande pensée pour vous deux...
 
Pascale Goguelin, le 5 mars 2017
La grand-mère de mon amie Pascale Goguelin.

La grand-mère de mon amie Pascale Goguelin.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
5 mars 2017 7 05 /03 /mars /2017 13:29
Rencontres (en 1959 et 1966) entre Brigitte Bardot et l'acteur américain Danny Kaye (1913 - 1987)

* * * * * * * *

 

Il y a 30 ans, le 3 mars 1987, Danny Kaye décédait à l'âge de 74 ans.

Il était très célèbre aux U.S.A. comme acteur, chanteur et danseur. En France, il était un peu moins connu du grand public, mais en 1986, il a néanmoins été fait Chevalier de la Légion d'Honneur.

 

En 1959, en région parisienne, sur le plateau du tournage du film Babette s'en va-t-en guerre, il avait rencontré Brigitte Bardot.

Puis ils se sont revus ensuite chez lui, à Los Angeles, le 14 juillet 1966, lorsque B.B. est venue à Las Vegas pour se marier avec Gunter Sachs.

(Merci à mon ami Cédric R. pour cette information.)

 

Je vous propose de revoir ces quelques photos oubliées de ces deux rencontres...

Première rencontre entre B.B. et Danny Kaye, en 1959.
Première rencontre entre B.B. et Danny Kaye, en 1959.
Première rencontre entre B.B. et Danny Kaye, en 1959.
Première rencontre entre B.B. et Danny Kaye, en 1959.
Première rencontre entre B.B. et Danny Kaye, en 1959.
Première rencontre entre B.B. et Danny Kaye, en 1959.

Première rencontre entre B.B. et Danny Kaye, en 1959.

* * * * * * * *

 

Dans le premier tome de ses mémoires (Initiales B.B., en 1996), Brigitte a évoqué cette deuxième rencontre avec Danny Kaye :

« Le soir, Danny Kaye nous invita à dîner chez lui.

Je me souviens de cet homme un peu timide, un peu ailleurs, avec son tablier, devant son barbecue, nous servant comme s'il nous avait toujours connus, mettant le couvert, proposant les cocktails, seul dans sa grande maison de marbre blanc, désespérément seul dans le luxe glacé et figé de son image de star ! »

 

Deuxième rencontre entre B.B. (avec son mari Gunter Sachs) et Danny Kaye, à Los Angeles, le 14 juillet 1966.
Deuxième rencontre entre B.B. (avec son mari Gunter Sachs) et Danny Kaye, à Los Angeles, le 14 juillet 1966.
Deuxième rencontre entre B.B. (avec son mari Gunter Sachs) et Danny Kaye, à Los Angeles, le 14 juillet 1966.

Deuxième rencontre entre B.B. (avec son mari Gunter Sachs) et Danny Kaye, à Los Angeles, le 14 juillet 1966.

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Mes COUPS de COEUR Brigitte BARDOT
commenter cet article
3 mars 2017 5 03 /03 /mars /2017 17:09
Pierre Arditi. (Crédit photo : « Madame Figaro »).

Pierre Arditi. (Crédit photo : « Madame Figaro »).

* * * * * * * *

 

Pierre Arditi a répondu à une longue interview pour l'hebdomadaire VSD (n° 2062 du 2 mars 2017). Je vous propose un extrait de cet entretien où le célèbre comédien évoque Barbara et... Brigitte Bardot.

 

Pierre Arditi :

Quand je rentre quelque part, les gens me saluent, ils me reconnaissent, ils m’aiment bien, mais ils n’arrêtent pas de manger. Prenez Noiret, qui était un acteur absolument merveilleux, eh bien, quand il rentrait, les gens naturellement le reconnaissaient : « Salut, monsieur Noiret ! » Mais ils n’arrêtaient pas pour autant de manger. C’est ça qui différencie une vedette d’une star.

Je vais vous raconter une histoire.  

Un jour, j’étais aux studios de Billancourt, je devais avoir quoi, 18 ans. Arrive l’heure du déjeuner, il ne s’était rien passé, et je vais prendre un café au restaurant qui faisait aussi bar. Il devait y avoir 200 personnes, les machinos, les chefs opérateurs, un tas d’acteurs et tout d’un coup la porte s’est ouverte et Brigitte Bardot est entrée. Elle avait 30 ans, je crois. Elle portait un petit pull-over à col rond en cachemire gris clair, un jean en velours à fines côtes, un gros ceinturon qui lui faisait une taille comme ça et des boots montantes. Pas de soutien-gorge – ses seins tenaient tout seuls. Elle est arrivée et dans cette foire, tout s’est arrêté ! Mais tout. Moi, j’ai entendu voler une mouche pendant quarante, quarante-cinq secondes. C’est long, quarante-cinq secondes de silence, ça n’en finit plus. Elle s’est avancée, a fini par dire : « Bonjour » et tout a repris. Le monde s’était arrêté pour la regarder. Ben une star, c’est ça.

1966 - Brigitte Bardot sur le tournage du film « À cœur joie ».

1966 - Brigitte Bardot sur le tournage du film « À cœur joie ».

* * * * * * * *

 

VSD : Il en reste beaucoup, selon vous, des stars ?

Des stars ? Oui… Non. Je vois de grands acteurs, je vois des vedettes, mais des stars… Enfin, si, il reste Catherine Deneuve. Et Depardieu, qui est doublé d’un très grand acteur. Stars toujours : Luc Plamondon me racontait qu’un jour il est allé avec Barbara à l’Élysée-Matignon et que c’était comme si Cléopâtre était entrée dans Rome.
Barbara ? Un personnage extraordinaire. Je l’ai rencontrée chez une amie qui était costumière de théâtre et puis voilà.

 

VSD : Elle dégageait un magnétisme semblable à celui de Bardot ?

Une espèce de choc, comme ça, oui. Je garde un souvenir magnifique et assez court. Mais je ne rentrerai pas dans le détail, je me suis toujours juré de ne pas le faire. Bon… Avec Barbara, j’ai eu une liaison. Une liaison courte mais intense, hein ! Ça a duré quoi ? Trois, quatre mois. Voilà : j’ai eu la chance de partager un morceau de vie d’un être exceptionnel. Ce qui est marrant, la seule chose que je peux dire, c’est qu’elle m’évoquait Bonaparte sur le pont d’Arcole. Et donc je l’avais baptisée Lily Bonaparte. Elle avait trouvé ça très joli. Et puis, un jour, j’ai vu qu’elle avait fait Lily Passion mais je ne sais pas si ça vient de là. Ça a pu jouer, j’en sais rien.

 

(Recueilli par François Julien pour le magazine VSD)

Barbara à Bobino en 1966.

Barbara à Bobino en 1966.

La presse people a déjà évoqué la liaison de Pierre Arditi avec Barbara.... (Merci à mon amie Pascale G.)
La presse people a déjà évoqué la liaison de Pierre Arditi avec Barbara.... (Merci à mon amie Pascale G.)

La presse people a déjà évoqué la liaison de Pierre Arditi avec Barbara.... (Merci à mon amie Pascale G.)

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Brigitte BARDOT BARBARA
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 00:17

Quand Brigitte rend hommage à Serge...

 

 

(Article actualisé le 2 mars 2017)

26 ans déjà...

 

 

Il y a vingt ans, le 2 mars 1991, Serge Gainsbourg disparaissait brutalement.

À l’occasion de ce triste anniversaire, toute la presse française lui rend hommage.

Le quotidien régional Nice-Matin (du 2 mars 2011) publie quelques déclarations de Brigitte Bardot sur sa relation amoureuse avec Serge.

 

1968/01 - B.B. / Gainsbourg (

Serge Gainsbourg  et  Brigitte Bardot enregistrent le clip Bonnie and Clyde en 1967.

 

* * * * * 

 

Très sollicitée alors qu’Annie Girardot vient de disparaître, Brigitte Bardot est rongée de tristesse.

À La Madrague, elle prend malgré tout le temps de revenir sur celui qui fut son amant magnifique.

« Je l’ai aimé et il m’a aimée, à la folie… », résume-t-elle, non plus les cheveux dans le vent, mais au cours d’une interview retraçant les moments clefs de leur liaison à leur séparation.

 
Brigitte Bardot Show ?

« Le résumé parfait de notre complicité. Le Brigitte Bardot Show avec Serge a été réalisé sur trois mois en 1967 [durant leur liaison, NDLR]. Entre, je continuais à faire des films. Ce fut une vraie récréation, une vraie rigolade. Je faisais cela pour mon plaisir et peut-être aussi pour prouver que j’étais capable de chanter comme j’étais capable de danser ou de jouer la comédie. Je tournais quand j’en avais envie, sans demander à être payée et donc sans contraintes. »

Rap gainsbourien ?

« Ce show contenait notamment La Bise aux hippies en duo avec Sacha Distel. La chanson est composée par Serge. La diction fait effectivement penser au phrasé des musiques actuelles. C’est lui qui m’avait appris cette façon de hacher les mots. Bon, les paroles ne méritent pas un prix Nobel de littérature, mais c’était très drôle ! »

Variations sur Vanessa ?

« J’adore cette petite. Vanessa Paradis a un physique, une voix, une personnalité, une pureté… Enfin, je la trouve adorable ! Elle fut aussi une interprète de Serge et on nous compare souvent. Cela dit, je ne trouve pas que nous nous ressemblions tellement. Elle a une grande finesse dans les traits, un visage de madone. Moi, j’ai un visage plus carré. »


Je t’aime moi non plus ?

« Un matin, Serge me réveilla pour m’annoncer : “Je t’ai écrit cette nuit la plus belle preuve d’amour du monde”. C’était Je t’aime moi non plus. D’une impudeur grandiose. À notre image. Il n’existe aucun document filmé du duo. Cette chanson a failli causer un drame, car j’étais alors mariée à Gunter Sachs… Il a fallu, vite fait, la mettre dans le coffre-fort de Philips. Plus tard, malgré le grand succès du duo avec Jane Birkin, Serge a ressorti notre version [en 1986 - voir la pochette ci-dessous]. Je trouve ça bien pour le public de savoir que nous l’avions créée tous les deux. »  

Pochette du 45 Tours de « Je t'aime moi non plus » sorti seulement en 1986 (version avec B.B.).

Pochette du 45 Tours de « Je t'aime moi non plus » sorti seulement en 1986 (version avec B.B.).

Séparation ?

« Après notre séparation, il m’écrivit dans la détresse un vibrant hommage : Initials B.B., qui reste la plus belle déclaration d’amour qu’un homme m’ait jamais faite. Derrière ses agressivités qui ont défrayé la chronique, Serge était tendre et vulnérable. Nous sommes restés proches. D’ailleurs en 1989, malgré son désespoir et son mal de vivre, il m’avait envoyé un chèque de 200 000  francs pour ma Fondation. »


Amour pour B.B. chanteuse ?

« Encore en 2011 ? Je n’en sais rien moi ! Mais tant mieux, ça, c’est bien alors… Ça prouve que les chansons n’ont pas vieilli. Harley Davidson est complètement actuelle. Elle est devenue un classique, bien que je n’aie jamais su conduire une moto, mais on s’en foutait. On s’amusait ! Aujourd’hui, les chansons se ressemblent toutes. Elles sont chantées dans une espèce de yaourt, ça gueule dans le micro et on ne comprend rien (rires) ! » 

Brigitte et Serge lors de l'enregistrement de « Je t'aime moi non plus » (décembre 1967).
Brigitte et Serge lors de l'enregistrement de « Je t'aime moi non plus » (décembre 1967).

Brigitte et Serge lors de l'enregistrement de « Je t'aime moi non plus » (décembre 1967).

Serge Gainsbourg, chez lui, devant une célèbre photo de Brigitte Bardot (par Sam Levin).

Serge Gainsbourg, chez lui, devant une célèbre photo de Brigitte Bardot (par Sam Levin).

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur 2 livres inédits sur B.B. :  avec Alain Wodrascka (28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant (25 octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka (28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant (25 octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !