Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 19:37
Photo-montage (Patrick Bruel et Barbara) – © Pure Charts.

Photo-montage (Patrick Bruel et Barbara) – © Pure Charts.

* * * * * * * *

 

Lorsque j’ai appris cette information (merci à mon ami Didier B.), comme tous les admirateurs inconditionnels de Barbara, j’ai été un peu surpris… Patrick Bruel va sortir, le 27 novembre 2015, un CD de reprises des plus grandes chansons de Barbara. Certes, un merveilleux hommage pour une artiste exceptionnelle que j’aime et que j’admire depuis l’âge de 13 ans (1967), mais il est tellement difficile de s'approprier ses chansons, tant elle les a marquées à jamais par son interprétation unique et si pleine d'émotion…

Jusqu’à présent, le seul chanteur que j'ai pu écouter, c'est mon ami Mathieu Rosaz, car il interprète le répertoire de Barbara avec sensibilité et respect. Je vous en ai souvent parlé sur mon Blog.

Alors, attendons et écoutons d'abord le CD de Patrick Bruel avant de juger ou de comparer…

Pochette du CD de Patrick Bruel en hommage à Barbara.

Pochette du CD de Patrick Bruel en hommage à Barbara.

* * * * * * * *

 

C’est un site spécialisé dans la chanson (Charts in France) qui a révélé l’info fin octobre…

 

« Dans le plus grand secret, Patrick Bruel s'est enfermé en studio afin d'enregistrer un nouvel album. Pas de chansons originales au programme mais des reprises ! Selon nos informations, l'artiste a souhaité rendre hommage à Barbara, la deuxième chanteuse préférée des Français [derrière Édith Piaf, d’après un sondage réalisé en juin 2015], dont on célèbrera les 20 ans de sa disparition en 2017. »

 

Pour cet album-événement, Patrick Bruel a travaillé aux côtés de son demi-frère, David Moreau, compositeur de musique de film et de ballet, également réalisateur et arrangeur de ce très bel hommage à Barbara, dont voici les 15 titres :

1 - Madame
2 - Drouot
3 - L’aigle noir
4 - Dis, quand reviendras-tu ?
5 - Le mal de vivre
6 - Du bout des lèvres
7 - Vienne
8 - Ma plus belle histoire d’amour
9 - Nantes
10 - Perlimpinpin
11 - Göttingen
12 - Mon enfance
13 - Parce que je t’aime
14 - À Mourir pour mourir
15 - Pantin

 

Grand admirateur de Barbara depuis son enfance, Patrick Bruel avait déjà repris sa chanson Vienne lors de son concert symphonique à l'Opéra National de Paris, qui a eu lieu le 12 janvier dernier (voir la vidéo ci-dessous).

 

* * * * * * * *

 

Pourquoi avez-vous choisi de chanter Barbara ?

Depuis l’enfance, ses chansons et sa voix ont ponctué ma vie. Je remercie ma mère de me l’avoir fait découvrir. Elle a été comme un fil conducteur dans mon parcours. Pour mon plaisir, et celui des autres, j’ai eu envie d’incarner ses chansons, et à travers son histoire, de raconter un peu la mienne.

 

En 2002, votre album Entre deux proposait déjà des standards comme Mon amant de Saint-Jean. C’est important de faire revivre ces monuments de la Chanson française ?

Bien sûr. Il m’est arrivé de parler de Barbara et, quelquefois, on me disait : « Barbara qui ? ». Si cet album peut avoir un rôle de transmission, je serai comblé.

 

L’avez-vous rencontrée ?

Oui, en 1990, à Mogador, à la fin de son spectacle. Elle savait que j’étais dans la salle et a demandé à me voir. Heureusement, car je n’aurais jamais osé faire la démarche. Il s’est noué une très jolie relation entre nous. Elle m’a témoigné beaucoup d’affection, notamment par fax, qu’elle terminait souvent par « Très souvent, je pense à vous… avec force et tendresse ». J’ai gardé la formule pour baptiser mon album.

 

Interview de Patrick Bruel pour Télé 7 Jours (n° 2897 du 5 décembre 2015)

* * * * * * * *

 

Ce projet Barbara a-t-il mis longtemps à mûrir ?

Je l’avais en moi. Nous avions maquetté quelques titres. Mais je ne savais pas si j’allais l’amener plus loin. Et puis cet été, tout s’est déclenché.

 

Vous la chantez depuis longtemps ?

Dans mes concerts acoustiques, je la chante, je l’évoque. Elle a toujours compté un peu plus que les autres : Brassens, Brel, les Beatles, les Stones… Ses mots m’ont accompagné. Ils ont remplacés les mots que je ne pouvais pas dire.

 

Vous avez eu la chance de la connaître…

Et qu’elle me témoigne un peu d’attention, d’affection. C’était quelqu’un d’adorable, d’admirable, au parcours complètement fou. Elle a 10 ans quand la guerre éclate. Elle échappe à la déportation. Elle a cette relation incestueuse avec son père, entre 11 et 15 ans, qu’on ne découvrira qu’à travers sa biographie posthume, car elle ne voudra jamais en parler. Elle s’est construite sur des drames.

 

Quelles impressions vous donnait-elle ?

Elle était très généreuse, très tournée vers les autres. Si vous lui parliez d’elle, elle vous parlait de vous…

 

Ce n’est pas facile de reprendre Barbara…

Le fait d’être un homme résout pas mal de problèmes. On peut moins l’imiter. Il faut oublier son interprétation pour attaquer les textes et les musiques comme une œuvre du répertoire.

 

Pourquoi avoir surtout choisi les chansons les plus connues ?

J’ai choisi celles qui me touchent. L’album commence par Madame…, la première chanson que ma mère m’a fait écouter d’elle. J’avais demandé à Barbara pourquoi elle ne la reprenait plus. Elle m’a répondu qu’elle la chanterait pour moi si je venais la voir à Mogador. Elle a tenu sa promesse.

 

Le titre L’Aigle noir peut surprendre…

On ne pouvait pas refaire la même version. Il fallait prendre un peu de risques. On a choisi de la garder très intime dans la confession et très emphatique dans la musique. On voulait comme une mise en scène.

 

Avec un peu d’électro…

Barbara aimait bien ! Elle écoutait Jefferson Airplane, Pink Floyd… Il y a des tentatives dans certaines de ses chansons, pas toujours réussies d’ailleurs, notamment pour Perlimpinpin

 

Une chanson terriblement d’actualité…

Perlimpinpin parle d’enfants maltraités par la guerre. Elle l’a écrite sur un coup de colère. Son engagement était total. Surtout quand ça touchait à l’enfance. On a compris pourquoi par la suite.

 

Allez-vous chanter ce disque sur scène ?

J’hésite. Est-ce que ses chansons voulaient de moi ? Je crois que oui. Est-ce que la scène avec Barbara veut de moi ? Je ne sais pas encore.


 

(Interview de Patrick Bruel par Michel Troadec pour Ouest-France du 5 et 6 décembre 2015)

* * * * * * * * 

 

(Article actualisé le 31 janvier 2016)

 

Il semblerait que ce CD n'ai pas convaincu les admirateurs de Barbara... qui préfèreront toujours l'original à la copie... Mais certaines critiques sont parfois injustes presque violentes, comme cette caricature (ci-dessous) qui circule sur le Net... ou d'autres articles !

Patrick Bruel interprète les chansons de Barbara
Article publié dans « France Dimanche » n° 3623 du 5 février 2016.

Article publié dans « France Dimanche » n° 3623 du 5 février 2016.

Article publié dans « France Dimanche » n° 3633 du 15 avril 2016.

Article publié dans « France Dimanche » n° 3633 du 15 avril 2016.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 18:44
Le quotidien national « Le Parisien » a rendu hommage aux victimes des récents attentats, en publiant la liste complète de leurs noms à sa « Une » du 27 novembre 2015.

Le quotidien national « Le Parisien » a rendu hommage aux victimes des récents attentats, en publiant la liste complète de leurs noms à sa « Une » du 27 novembre 2015.

* * * * * * * *

 

Lors de l’hommage national rendu aujourd’hui (27 novembre 2015 - Invalides à Paris) aux 130 victimes des attentats du 13 novembre 2015, la cantatrice Nathalie Dessay a interprété la magnifique chanson de Barbara, Perlimpinpin, dont les paroles résonnent avec gravité et justesse, presque « prémonitoires ».


Barbara a créé cette chanson (texte et musique) en 1972 ; elle figure sur son album « Amours incestueuses ».

 

Pour qui, comment, quand et pourquoi ?

Contre qui ? Comment ? Contre quoi ?

C'en est assez de vos violences !

D'où venez-vous ? Où allez-vous ?

Qui êtes-vous ? Qui priez-vous ?

Je vous prie de faire silence.

(…)

Car un enfant qui pleure, qu'il soit de n'importe où, est un enfant qui pleure,

Car un enfant qui meurt, au bout de vos fusils, est un enfant qui meurt.

Que c'est abominable d'avoir à choisir entre deux innocences.

Que c'est abominable d'avoir pour ennemis les rires de l'enfance. 

Barbara était une artiste exceptionnelle et unique, mais aussi une femme généreuse et à l'écoute des douleurs des autres…

Barbara était une artiste exceptionnelle et unique, mais aussi une femme généreuse et à l'écoute des douleurs des autres…

Châtelet – 1993. Barbara offre des roses à son public… Quel beau symbole ! (© Collection François Laffeychine).

Châtelet – 1993. Barbara offre des roses à son public… Quel beau symbole ! (© Collection François Laffeychine).

* * * * * * * * 

 

Bien que Nathalie Dessay soit une grande artiste, je préfère (évidemment) Perlimpinpin interprétée par Barbara (voir la vidéo ci-dessous) : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA Mes COUPS de COEUR
commenter cet article
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 15:02

Le nouveau CD de William Sheller

 

 

William Sheller (69 ans), compositeur et interprète de chansons inoubliables – Dans un vieux rock’n’roll (1976) - Le carnet à spirales (1976) - Oh ! J’cours tout seul (1979) - Un homme heureux (1991) –, sort un nouveau CD avec 10 chansons inédites.

Pochette du dernier CD de William Sheller (sorti le 23 octobre 2015).

Pochette du dernier CD de William Sheller (sorti le 23 octobre 2015).

* * * * *


La sortie de ce nouveau CD, après des années de silence médiatique, nous permet de revoir William Sheller dans quelques articles de presse, et notamment celui ci-dessous qui nous rappelle sa collaboration artistique et son amitié avec Barbara

Article publié dans « France Dimanche » (n° 3609 du 30 octobre 2015).

Article publié dans « France Dimanche » (n° 3609 du 30 octobre 2015).

* * * * *

 

Sur le site Amazon (lien ci-dessous), il est possible d’écouter un court extrait (30 secondes) de chaque chanson du CD de William Sheller : 

Barbara avait demandé à William Sheller de réaliser les arrangements de son 33 Tours « La Louve » (en 1973). À l’issue de cette collaboration, elle l’encouragera à rechanter et l’aidera même à trouver une maison de disques.

Barbara avait demandé à William Sheller de réaliser les arrangements de son 33 Tours « La Louve » (en 1973). À l’issue de cette collaboration, elle l’encouragera à rechanter et l’aidera même à trouver une maison de disques.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR BARBARA
commenter cet article
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 15:59

L’engagement de Barbara contre le sida

 

 

C’est une belle interview de Barbara (réalisée en 1989) que le site Yagg vient de publier.

La merveilleuse et inoubliable artiste avait répondu aux questions de Gai Pied, le célèbre magazine gay des années 1979 à 1992.

Barbara s’exprime sur le sida, un fléau qu’elle combattra dès le début.

En chanson (Sid’amour), en visitant des malades dans les hôpitaux, en organisant des concerts dans les prisons, en laissant une ligne téléphonique ouverte jour et nuit pour les personnes atteintes de cette maladie, en distribuant des préservatifs lors de ses spectacles et en proclamant toujours : « Préservez-vous ! ».

Oui, vraiment une très grande dame que j’admire depuis l’âge de 13 ans…

 

(Merci à mon ami Didier B. pour cette information.)

Barbara à L'Olympia (du 4 au 17 février 1969). DR.

Barbara à L'Olympia (du 4 au 17 février 1969). DR.

* * * * * * * *

 

Interview réalisée par Pablo Rouy pour le magazine Gai Pied n° 398 du 14 au 20 décembre 1989.

 

 

Barbara se consacre, depuis un an, à la lutte contre le sida. 

En exclusivité pour Gai Pied, la chanteuse nous livre son expérience dans les hôpitaux et dans les prisons.

 

Barbara, pourquoi avez-vous choisi cette cause ?

Il ne s’agit pas d’une cause. Au départ, je me suis mise en marche à petits pas pour aller vers les autres. J‘ai écrit la chanson Sid’amour parce que j’étais bouleversée par cette maladie. On ne peut pas chanter « Ma plus belle histoire d’amour, c’est vous » et ne pas agir. J’ai tellement parlé d’amour, qu’il m’a paru évident que je devais être là. Mon message est clair : « Je vous aime. Préservez-vous. » Chacun doit parler avec ses propres mots pour être entendu. Moi, je ne suis ni une femme médiatique, ni une récolteuse de fonds, ni une organisatrice de galas. Je n’ai pas ces talents. Les associations, c’est pas mon truc, les colloques encore moins. Je préfère faire un travail de taupe plus discret ; dialoguer avec les gens, les accompagner, briser leur solitude.

 

Certains vous ont accusée d’être morbide. Que répondez-vous ? 

Enfin, Pablo, tu me connais ! Je suis une femme très joyeuse, très vivante… Il faut aimer passionnément la vie pour accompagner les malades. C’est par horreur de la mort, par amour de la vie et par amour de l’amour que je mène ces actions.

 

Comment avez-vous procédé à vos débuts ? 

Au départ, avec ma chanson, je voulais des clips d’information. Mais je n’ai pas réussi à faire bouger la machine administrative, qui est vraiment trop lourde et trop lente. Ainsi, je n’ai pas pu entrer dans les lycées. J’ai donc suivi une formation avec des médecins, comme le docteur Didier Jayle. J’ai rencontré beaucoup de gens avant que les choses n’aboutissent. C’est Jacques Attali qui m’a beaucoup aidée à ouvrir des portes. Je vais très discrètement dans un service hospitalier une fois par semaine depuis onze mois.

 

Qu’avez-vous découvert ? 

Au départ, j’ai trouvé des malades complètement culpabilisés à cause de cette prétendue maladie du siècle, mais aussi parce qu’ils pensaient avoir contaminé d’autres gens… Des malades abandonnés ou rejetés par la peur… Des malades qui mouraient dans la dignité et sans aucune plainte. J’ai assisté à une chose exemplaire : une immense solidarité et une immense tendresse de la part des compagnons d’homosexuels qui accompagnaient leur ami jusqu‘à la fin. Au bout de quatre, cinq mois, j’ai commencé à rencontrer davantage les familles. Beaucoup de mères et peu de pères. Il est difficile pour les parents d’apprendre à la fois l’homosexualité de leur fils et sa maladie. Pourquoi ces gens ne venaient-ils pas ? Parce que les messages d’information n’ont pas été compris.

 

Comment se comporte le personnel hospitalier ? 

Je t’assure que le personnel soignant ne sait pas comment se transmet le virus ! Que ce soit des infirmières, des aides-soignantes ou même certains médecins généralistes. Si la plupart des infirmières sont dévouées, compétentes et généreuses, elles ne sont pas assez nombreuses et ne peuvent pallier toutes les insuffisances. C‘est un problème très grave. C’est vrai qu’il existe encore une homophobie importante que j’ai apprise par certains malades, hélas partis dans la colère et le désespoir. Je ne veux pas parler d’exclusion mais de malades non acceptés. Sans doute encore à cause de la méconnaissance totale du mode de transmission du virus. Une partie du personnel oblige encore le malade à se changer lui-même quand il a une diarrhée, et se refuse à le toucher. Pourtant, quand quelqu’un gît gravement malade dans un lit, la première chose qu’il souhaite c’est qu’on le touche. Je trouve insupportable que la prévention ne soit pas encore passée dans le milieu hospitalier.

Barbara à Pantin, le 21 novembre 1981. (© Michèle Roure).

Barbara à Pantin, le 21 novembre 1981. (© Michèle Roure).

Et dans les prisons ? 

Il est très difficile d’en sortir, mais il est également très dur d’y entrer. La prison est une société qui se reconstruit dans la société. Ainsi, les problèmes sont les mêmes. Oui, la drogue passe en prison. Les détenus le disent, les gardiens aussi. On a nié très longtemps également l’homosexualité. Elle existe, bien sûr, soit comme homosexualité de circonstance, soit naturellement. On a donc nié les homosexuels et on les a rejetés. Un certain machisme règne dans ces établissements, ce qui explique que beaucoup de détenus aient peur d’être reconnus comme homos par crainte de représailles dans leur cellule. C’est la raison pour laquelle les prisonniers ne demandent pas de préservatifs, et les homosexuels ne disent pas qu’ils sont malades. À part quelques prisons pilotes, l’information sur le sida n’est pas du tout passée. En ce qui concerne les remises de peine pour les détenus malades, cela dépend du juge. Il est plus difficile d’en bénéficier quand on est condamné que prévenu. Quant à la détention en prison chez les femmes, c‘est une chose abominable dont personne ne parle. Elles sont seules, isolées, pas du tout informées. Par exemple, des mères toxicomanes séropositives ayant des bébés ne savent pas qu’elles prennent des risques en les allaitant. Et mon rôle là-dedans? Accompagnée d’un médecin, je vais chanter avec un piano pour que ma chanson serve de dialogue. On m’avait dit au ministère que personne ne poserait de questions. Je suis désolée, mais les détenus posent des questions et se rendent compte que la maladie touche aussi les femmes et les enfants. Je dois dire que la Fondation France-Libertés de Danielle Mitterrand finance mes voyages, car les associations de prisonniers n’ont pas du tout d’argent. En fait, la prison c’est le Moyen Âge. Et encore, je suis allée dans des prisons pilotes.

 

Que pensez-vous des informations télévisées sur la prévention ? 

C’est beaucoup trop soft ! Et puis cet argent consacré aux spots devrait être employé pour d’autres actions : l’aide aux malades ou aux gens sans ressources. Comment se fait-il que la télévision ne puisse pas donner des temps gratuits pour ces annonces ? Cela me paraît démentiel ! Je suis pour une information beaucoup plus quotidienne sur le sida. Il faut montrer les pratiques sexuelles d’une façon jolie, romantique, pas agressive pour ne pas abîmer l’amour. Et nous dire ce qu’on peut faire ou ne pas faire. Par exemple sur la fellation, le baiser profond, personne n’en parle, personne n’est d’accord. Si les gens étaient informés, ils iraient se faire dépister. Je suis pour un dépistage anonyme, gratuit et volontaire pour responsabiliser les gens et leur permettre de juguler très vite les infections opportunistes s’ils sont atteints. La télévision devrait informer sur les centres de dépistage.

 

Que pensez-vous d’Act Up ? 

Oui, « silence = mort ». Je suis une femme en colère et « colère = vie ». Il faut parler d’une façon belle et dire la vérité.

 

Arrêtez-vous vos actions ? 

Non, je continue.

 

Merci Barbara et chapeau bas.

 

Interview de Barbara pour le magazine « Gai Pied » en 1989

* * * * * * * *

 

Je profite de cet article pour vous présenter (de nouveau) L’amant des nuits d’absence, le premier roman gay de Fabien Borel (auquel j’ai collaboré) et qui raconte une passion d’amour dans laquelle le sida est présent en filigrane. Avec de nombreuses références à Barbara que l’auteur (tout comme moi) admire depuis toujours. 

Petit clin d’œil... (Merci à mon ami Joël A.)

Petit clin d’œil... (Merci à mon ami Joël A.)

* * * * * * * *


Pour tout savoir sur cet ouvrage, je vous invite à (re)lire mon article de présentation (lien ci-dessous) : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 19:00

Les idoles des Variétés françaises

 

 

L’almanach de Fabien Lecœuvre intitulé « Les Années Âge Tendre » va ravir tous ceux qui, comme moi, sont nostalgiques (génération oblige...) de nos vedettes des années 60 à 80.

 

(Merci à Valentine L. et Adeline E. des éditions Hugo&Cie.)

Couvertures recto et verso du livre de Fabien Lecœuvre.
Couvertures recto et verso du livre de Fabien Lecœuvre.

Couvertures recto et verso du livre de Fabien Lecœuvre.

* * * * * * * *

 

Tous nos chanteurs et chanteuses préférés sont mis à l’honneur dans ce très beau livre, publié fin 2014 par Hugo-Desinge (au prix de 15 Euros).

 

Les portraits d’environ 60 artistes sont présentés en double page avec une grande photo et une biographie. On retrouve dans l’ordre d’apparition :

Annie Philippe Johnny Hallyday Richard Anthony La Compagnie Créole Alain Delorme Richard Dewitte (Il était une fois) Georgette Lemaire Les Forbans Herbert Léonard Monty Claude François Hugues Aufray Gigliola Cinquetti Alice Dona Marcel Amont Nancy Holloway Jean-François Michaël Alain Turban Bobby Solo Dave Charlotte Julian – Nicole Rieu Charles Dumont Catherine Lara Michel Delpech Gérard Palaprat Annie Cordy Michèle Torr Georges Chelon Stone et Charden – Jean-Jacques Lafon Marie Myriam Hervé Vilard Gilles Dreu François Valéry Francis Lalanne Patrick Juvet David Alexandre Winter Peter et Sloane Julie Pietri Demis Roussos Sheila Philippe Lavil Gilbert Bécaud Jeane Manson Frank Alamo Joe Dassin Pierre Vassiliu Pierre Groscolas Leny Escudero Rika Zaraï Les Charlots Nino Ferrer Claude Barzotti – François Deguelt – Michel Orso Petula Clark Christian Delagrange Patrick Topaloff.

 

Quant à Brigitte Bardot et Barbara, elles figurent en bonne place, plusieurs fois dans cet ouvrage (voir ci-dessous).

 

Brigitte Bardot et Barbara sont dans l’Almanach « Les Années Âge Tendre »
Brigitte Bardot et Barbara sont dans l’Almanach « Les Années Âge Tendre »
Brigitte Bardot et Barbara sont dans l’Almanach « Les Années Âge Tendre »
Brigitte Bardot et Barbara sont dans l’Almanach « Les Années Âge Tendre »
Brigitte Bardot et Barbara sont dans l’Almanach « Les Années Âge Tendre »

* * * * * * * *

 

Si vous souhaitez acheter ce livre, vous pouvez le commander dans toutes les librairies ou sur tous les sites Internet habituels et notamment Amazon (lien direct ci-dessous) : 

Repost 0
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 19:05

Nouveau calendrier 2015 de l’INA

« Les chanteuses de légende »

 

 

Trois raisons pour moi d’acheter ce nouveau calendrier 2015 publié par l’INA (« Les chanteuses de légende ») : Barbara, Brigitte Bardot et Colette Renard y figurent !

 

Voici les chanteuses proposées par l’INA :

 

Couverture et décembre : Barbara

Janvier et juillet : Françoise Hardy

Février : Juliette Gréco

Mars et octobre : Édith Piaf

Avril et septembre : Brigitte Bardot

Mai : Dalida

Juin : Patachou

Août : Anna Karina

Novembre : Colette Renard.

 

Format : 29,7 x 42 cm.

Prix : 24 Euros (plus frais de port). 

 

(Merci à mon ami François L. pour cette information.)

Barbara est en couverture du calendrier et aussi sur la page de décembre 2015.
Barbara est en couverture du calendrier et aussi sur la page de décembre 2015.

Barbara est en couverture du calendrier et aussi sur la page de décembre 2015.

Brigitte Bardot illustre les mois d’avril et de septembre 2015.
Brigitte Bardot illustre les mois d’avril et de septembre 2015.

Brigitte Bardot illustre les mois d’avril et de septembre 2015.

Colette Renard apparaît au mois de novembre 2015.

Colette Renard apparaît au mois de novembre 2015.

* * * * * * * * 

 

Pour commander ce calendrier, rendez-vous sur le site de l’INA (lien ci-dessous) : 

Repost 0
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 00:46

Hommage à Barbara

la grande Dame

de la Chanson française

 

L’une de mes photos préférées de Barbara, chez elle, à Précy-sur-Marne.

L’une de mes photos préférées de Barbara, chez elle, à Précy-sur-Marne.

* * * * * * * *

 

17 ans (déjà) que Barbara nous a quittés, le 24 novembre 1997, nous laissant, nous ses admirateurs inconditionnels, orphelins et tristes à jamais…

Heureusement, il nous reste ses sublimes chansons, ses photos et les enregistrements de ses concerts mythiques pour nous souvenir combien elle nous est indispensable, encore maintenant, tellement ses textes nous ont accompagnés et continueront de nous guider jusqu'à la fin de nos vies...

 

Merci, Madame, pour tous ces instants de bonheur que vous nous avez donnés, vous resterez pour toujours dans nos coeurs.

La longue dame brune, la Dame en noir était magnifique en… couleurs ! Encore une de mes photos préférées…

La longue dame brune, la Dame en noir était magnifique en… couleurs ! Encore une de mes photos préférées…

Lors de son décès, la presse française unanime avait mis Barbara à la « Une » comme ici le magazine «V.S.D.» du 27 novembre 1997.

Lors de son décès, la presse française unanime avait mis Barbara à la « Une » comme ici le magazine «V.S.D.» du 27 novembre 1997.

* * * * * * * *

 

Évidemment, j’étais présent aux obsèques de Barbara au cimetière de Bagneux (92).

Je vous propose de relire l’article que j’avais consacré en janvier 2011 à ces instants si émouvants…

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 16:57

Barbara et l’enfant

(Place des Vosges – 1967)

 

 

 

Je vous ai présenté, récemment, une magnifique exposition en hommage à Barbara, à la mairie de Cadaujac (33). Elle a été réalisée par mon ami François Laffeychine, grand admirateur de Barbara (lien ci-dessous).

 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-hommage-a-barbara-a-la-mairie-de-cadaujac-photos-libor-sir-112058748.html

 

Dans le cadre de cette exposition organisée pour commémorer les 15 ans de la disparition de la « longue dame brune », figurent des photos de Libor Sir prises durant le printemps 1967, place des Vosges à Paris. Barbara est avec un petit garçon inconnu. Ce sont des clichés inédits et exceptionnels, car ils nous montrent l’artiste dans des attitudes à l'opposé de l’image médiatisée de la « Dame en noir », mystérieuse et sombre…

 

Barbara par Libor Sir 1967 (Blog Bagnaud) 1

Barbara-par-Libor-Sir-1967--Blog-Bagnaud--2.jpg

 

François Laffeychine a lancé un appel sur Facebook pour essayer de retrouver ce petit garçon. Cet avis de recherche a également été relayé par le journal Sud-Ouest. Cet enfant doit être aujourd’hui âgé d’une cinquantaine d’années et ce serait sympathique de le retrouver pour créer un lien nostalgique avec le passé. Vu son âge à l'époque, il ne doit pas avoir gardé le souvenir de cette rencontre inattendue avec l’une des figures mythiques de la Chanson française… Mais peut-être ses parents lui ont-ils raconté cette journée extraordinaire…

 

Barbara-par-Libor-Sir-1967--Blog-Bagnaud--3.jpg

Barbara-par-Libor-Sir-1967--Blog-Bagnaud--4.jpg

 

(Ces 4 photos de Libor Sir proviennent de la Collection personnelle de François Laffeychine

qui m’a autorisé à vous les présenter. Merci, cher François.)

 

* * * * * * * *

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 11:13

Un bel hommage à BARBARA

par François Laffeychine

(Photos : Libor Sir)

 

 

Au début de cette année 2012, mon ami François Laffeychine, admirateur et grand collectionneur de Barbara, m’a annoncé qu’il venait d’acquérir 130 négatifs inédits de notre chanteuse préférée. Lorsque j’ai vu ces photos, j’ai immédiatement pensé qu’on pourrait en faire un beau livre à l’occasion du 15ème anniversaire de la mort de Barbara.

En effet, ces photos de Libor Sir nous montrent Barbara à l’opposée de l’image qu’on lui prête habituellement dans les médias (une dame longiligne toujours en noir). Ici, au contraire, elle est en liberté dans Paris et au bord de la mer, habillée avec un pantalon blanc, parfois souriante, avec des enfants, courant sur une plage, etc…

J’ai proposé ce projet de livre à quelques éditeurs, mais malgré la qualité de ces photos jamais publiées et mon enthousiasme, je n’ai pas réussi à les convaincre. Ils pensaient que le public serait dérouté de voir une femme simple, détendue et moderne alors que Barbara apparaissait toujours inaccessible et mystérieuse… 

François et moi avons été un peu déçus, mais heureusement ces photos vont quand même être dévoilées au grand public et aux admirateurs, puisque François Laffeychine a organisé une magnifique exposition à la mairie de Cadaujac (33) dont voici l’affiche :

 

Affiche expo Barbara à Cadaujac (Blog Bagnaud)

 

Libor Sir (79 ans en 2012) est un photographe de grand talent, qui a déjà publié des livres de photos sur les rues de Paris, Londres, etc… Il avait obtenu le privilège de ces rendez-vous avec Barbara car elle recherchait une photo pour illustrer un de ses 45 Tours. Il l’a donc suivie durant 3 jours, en mai 1967. L’artiste s’est prêtée avec naturel et spontanéité à des poses et des situations inhabituelles à Paris, au Parc de Saint-Cloud, place des Vosges, dans sa voiture, devant le cabaret « L’Écluse » (où elle fit ses débuts) et sur les quais de la Seine. À Saint-Malo, on la découvre en répétition, dans sa loge, ainsi qu’au bord de la mer.

Finalement, une seule photo sera publiée pour la pochette ci-dessous :

 

45-Tours-Barbara---1--Blog-Bagnaud-.jpg

 

La bibliothèque de Cadaujac présente également d’autres photos inédites de Barbara sur scène et des portraits exposés pour la première fois des photographes Caroline Lespinasse, Patrick Zachmann, Muriel Marchais ainsi que des documents inédits ou rares.

 

* * * * * * * *

 

Je remercie infiniment mon ami  François Laffeychine qui a bien voulu m’accorder l’autorisation de publier ces deux belles photos inédites de Libor Sir (qui figurent dans son exposition).

 

Barbara-par-Libor-SIR--Blog-Francois-Bagnaud-.jpg

Portrait de Barbara à Paris (mai 1967).

 

Barbara-par-Libor-SIR--Blog-Francois-Bagnaud--1.jpg

Barbara sur les quais de Seine à Paris (mai 1967).

 

(© François Laffeychine / Libor Sir  - Reproduction interdite)

 

* * * * * * * *

       

Le 5 novembre 2012, le quotidien Sud-Ouest a consacré un bel article à cette exposition avec une photo de François Laffeychine devant un portrait de Barbara.

Article

(Merci à Fabienne Lecouflet pour m'avoir envoyé ce document)

 

 

François Laffeychine parle de BARBARA (Blog Bagnaud)

François Laffeychine en pleine conférence sur un sujet qui lui tient à coeur

et qu'il connaît parfaitement : Barbara

(Le 24 novembre 2012 dans le cadre de son exposition)

* * * * * * * *  

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 02:04

Mathieu Rosaz et Michel Glasko

rendent un bel hommage à Barbara

 

 

Affiche-2012--Mathieu-Rosaz-.jpgQuinze ans (déjà !) que Barbara nous a quittés (très précisément dans la nuit du 24 novembre 1997). Cette année 2012 sera donc ponctuée, partout en France, de nombreux hommages à cette artiste inoubliable sous diverses formes (chansons, expositions, conférences, livres, etc…).

Et c’est mon ami, le talentueux Mathieu Rosaz, qui a inauguré ces hommages en reprenant son récital de chansons de Barbara. Je suis allé l’applaudir à Paris et j’étais certain que l’émotion serait au rendez-vous. D’année en année, Mathieu est de plus en plus convaincant, il se bonifie, prend de l’assurance, il maîtrise totalement son univers personnel dans lequel les admirateurs de la « Dame en noir » n’ont jamais peur de s’aventurer.

Pour moi, Mathieu Rosaz est le seul à pouvoir interpréter le répertoire de cette chanteuse hors du commun. D’autres ont essayé (de « façon improbable » comme le soulignait Pascal Sevran) … et mes oreilles (et mes nerfs !) n’ont pas tenu le choc ! Je repense à L’Aigle noir « revisité » par Patricia Kass - dont pourtant j’aime toutes les chansons, mais pas son interprétation de ce monument de Barbara ! Les seules autres interprètes (féminines) que j’apprécie sont Marie-Paule Belle, Agnès Ceccaldi et Isabelle Vajra.

Mais Mathieu me fait vibrer et je l’écoute sans rechercher de comparaison avec Barbara, tant son interprétation est émouvante, juste et forte de sa sensibilité et de son immense talent.

 

Mathieu Rosaz et Michel Glasko ( 01.02.2012)

Mathieu Rosaz (à droite, au piano) est accompagné par Michel Glasko (à gauche), un accordéoniste de grand talent et un homme fort sympathique.

« Son accordéon semble avoir une âme, et Léo Ferré qui célébrait de son vivant cet instrument fantasmagorique doit applaudir là-haut dans les nuages les arabesques poétiques de Michel Glasko »

 

 

 

Du Temps du Lilas à l’Île aux Mimosas, de Göttingen à Vienne, du Mal de vivre à Perlimpinpin, Mathieu Rosaz chante Barbara comme personne. La voix est juste, le geste sobre et la diction parfaite.

Rarement artiste aura aussi bien épousé l’univers  de la Dame Brune et l’on sort de ce spectacle avec le bonheur d’avoir retrouvé la magie des chansons si singulières et si actuelles de Barbara.

 

 

Non seulement, je vais applaudir Mathieu Rosaz à Paris dès que je le peux, mais je le retrouve parfois dans des spectacles consacrés à la Chanson Française. Ainsi, le 15 juin 2011, lors d’un hommage à Colette Renard, j’ai eu le bonheur de le revoir et de lui redire toute mon admiration depuis près de 15 ans maintenant (photo ci-dessous) :

 

2011/06/15 - Avec Mathieu ROSAZ



Après ces 4 soirées exceptionnelles en février 2012 à Paris, une tournée sera programmée dans toute la France. Alors, allez-y « les yeux fermés » et vous passerez un moment inoubliable… Mais, en attendant, je vous propose de revoir Mathieu Rosaz interprétant Vienne dans l’émission de Pascal Sevran, le 9 janvier 2003. Il est (déjà) accompagné à l'accordéon par Michel Glasko.

 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !