Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 16:51

En mémoire de mon Père (1908 - 1981)

 

Après la Fête des mères, vient naturellement celle des pères. Un peu moins « médiatisée », elle est souvent restée en retrait par rapport à celle des mères. Et pourtant, quelle jolie fête aussi… et quel bonheur de redire à notre papa, même s’il n’est plus de ce monde, qu’on l’aime…

Mon père est décédé à l’âge de 73 ans, le 24 juillet 1981 (j’avais 26 ans et demi).

Il avait fait un premier infarctus, une semaine avant, à la maison. Emmené à l’hôpital, il semblait s’être bien remis, malheureusement il a refait un second accident cardiaque aux soins intensifs mais à la « mauvaise heure »... Il était 13 heures, et l’infirmière responsable des quatre malades dont elle avait la charge, s’était absentée pour aller déjeuner… C’est le Chef de service lui-même qui nous l’a dit (sinon nous ne l’aurions jamais su…) en nous demandant si nous souhaitions porter plainte pour fauteMaman (si désespérée) et moi (encore un peu immature) n’avons pas su comment faire, nous étions totalement désemparés… Et Maman disait qu’un procès ne lui ramènerait pas l’homme qu’elle aimait depuis 33 ans. 

 

 Fernand-Bagnaud-a-Antony--Annees-1970-.jpg

Mon papa, à la fin des années 70.

 

Je suis né alors que mon papa avait déjà 46 ans. Mais jamais je n’ai eu le sentiment d’avoir un père âgé. J'étais un « enfant de l'amour », espéré et attendu. J'ai été gâté et aimé par mes parents. C’est banal de dire cela, mais mon père m’a donné une bonne éducation, un peu sévère mais c’est grâce à lui que je suis devenu un adulte épanoui et responsable. Et puis, je savais qu’il m’aimait. Il me fait penser au papa du jeune héros du très beau film anglais Billy Elliot… Sous un air sombre et grave, se cachent beaucoup de tendresse et de sensibilité.

Je pense très souvent à lui…

Mais à l’occasion de la Fête des pères, c’est encore plus fort que les autres jours. Il est présent quotidiennement par la pensée et par les nombreuses photos qui sont dans toute ma maison. Je vis en permanence avec les gens que j’ai aimés et qui me manqueront toujours.

 

* * * * * * * *

 

Papa était né en 1908 dans un petit village du Périgord. Ses parents étaient agriculteurs. Son père est mort en héros à la guerre de 1914-1918 et sa mère s’est ensuite remariée.

Aussi, dès l’âge de 14 ans, il fut placé comme garçon de café à Paris. C’est là qu’il apprendra le métier de chef-cuisinier et qu’il rencontrera sa première femme avec qui il aura deux enfants. Puis il divorcera et épousera ma Maman en 1948.

Tous les deux, ils tiendront des hôtels et des restaurants gastronomiques, en province d’abord puis à Paris où je naîtrai en 1954.

Papa a été plusieurs fois médaillé de la Ville de Paris pour ses talents de cuisinier. Le Tout-Paris venait déguster ses spécialités aux Champs-Élysées puis dans son restaurant près de la Gare de l’Est.

Arrivé à l’âge de la retraite, comme j’étais encore étudiant, mon père a continué à travailler jusqu’à son décès… Il s’était reconverti comme agent immobilier.

J’ai le souvenir de parents unis et amoureux. J’ai été très heureux auprès d’eux et je ne les ai quittés qu’après avoir terminé mes études. J’avais 24 ans.

 

 Avec mes parents (années 60)

Le temps du bonheur et de l’insouciance…

 Avec mes parents adorés

dans leur restaurant de la Gare de l’Est (début des années 60).

 

* * * * * * * *

 

La Fête des pères a été célébrée dans tous les pays catholiques, dès le Moyen Âge, le 19 mars, jour de la Saint-Joseph, le « père » de Jésus.

En France,  c'est le fabricant de briquets Flaminaire qui eut l'idée de créer la Fête des pères, en proposant d'offrir à cette occasion un briquet à chaque papa. La fête fut fixée par un décret de 1952 au troisième dimanche de juin, ceci pour faire écho à la Fête de mères officialisée par une loi de 1950.

La date du 19 mars a cependant été conservée dans certains pays (Andorre, Belgique, Bolivie, Espagne, Italie, Portugal etc.)

 

* * * * * * *

 

C---Marcel-Imsand.jpgÉvidemment, parmi les nombreuses chansons en hommage à nos chers pères, ma préférée est Nantes composée par Barbara en 1963.

C’est dans cette ville que Barbara retrouvera son père sur son lit de mort, le 21 décembre 1959. À une adresse qu’elle avait inventée… : 25, rue de La Grange au Loup. Dans ce texte d’amour, elle avait trouvé le courage de dire à son père – qui avait abusé d’elle – que, malgré cela, elle l’aimait encore…

Je me souviens lors des obsèques de mon papa, j’avais cette chanson dans la tête.

Je n’arrêtais pas de la fredonner doucement ; cela m’a aidé à tenir le coup et à affronter cette terrible épreuve. La mort de mon père a été le premier choc de ma vie.

Je vous propose d’écouter cette chanson de Barbara (à la fin de cet article).

 

* * * * * * * * *

 

Ensuite, la seconde chanson que j’aime, est extraite du film de Barbra Streisand, Yentl (1983). Son titre est Papa, can you hear me. L’héroïne s’adresse à son père disparu et qui est au Ciel… C’est très émouvant, j’ai les larmes aux yeux à chaque fois que j’écoute les paroles… Vous pourrez la découvrir à la fin de l'article.

 

Parmi les autres chansons que j’apprécie, toutes consacrées aux pères, je citerai Mon Vieux de Daniel Guichard, Mon père de Sylvie Vartan, Un père de Chimène Badi ou encore Le plus fort, c’est mon père de Linda Lemay.

 

J’espère que ceux qui ont la chance d’avoir leur papa auprès d’eux l’auront gâté en ce jour de fête. Quant à ceux, qui comme moi, n’ont plus leur père, c’est l’occasion de penser à lui et de lui murmurer (comme s'il était encore là…) qu’on l’aime infiniment.

 

* * * * * * * *

      Peu m’importe qui mon père a été,

ce qui est important, c’est le souvenir que je garde de lui.

 Anne Sexton (poètesse américaine, 1928 - 1974)

* * * * * * * * 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA Mes COUPS de COEUR
commenter cet article
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 11:52
La belle affiche de cette exposition en hommage à Barbara et à sa chanson « Göttingen ».

La belle affiche de cette exposition en hommage à Barbara et à sa chanson « Göttingen ».

* * * * * * * *

 

Durant l'été 1964, Barbara répond sans enthousiasme à l'invitation de Hans-Gunther Klein, le directeur du Junges Theater de la ville universitaire de Göttingen (en Allemagne). Et dès son arrivée tout commence mal car elle ne dispose pas d’un piano à queue mais d’un piano droit. Grâce à la mobilisation d’étudiants qui réussiront à dénicher un piano chez une vieille dame, le concert pourra avoir lieu avec… deux heures de retard.
Barbara connaît un succès incroyable et est ovationnée par le public.

Touchée par cet accueil auquel elle ne s’attendait pas (elle, l’enfant juive qui dut se cacher pendant la Seconde Guerre mondiale), elle décide alors de prolonger son séjour d’une semaine.

Et c’est dans les jardins du théâtre, qu’elle compose une première version de Göttingen, pour remercier la municipalité de tant d’amour partagé.

 

En France, dès sa sortie en 1964, cette chanson fut immédiatement un grand succès. 

Par contre, en Allemagne, elle n’est toujours pas très connue du grand public, malgré une version en allemand. Et pourtant, ce chef d’œuvre est un hymne à la réconciliation et à la paix entre deux pays qui furent jadis en guerre.

En 1988, Barbara a reçu la Médaille d’honneur de la ville de Göttingen et l'Ordre du Mérite fédéral. En 1992, à la veille d'un référendum, le Président de la République française, François Mitterrand, a choisi ce titre pour terminer un entretien télévisé. Depuis 2002, cette chanson est inscrite aux programmes officiels des classes de primaire.

 

Cette exposition exceptionnelle voudrait faire davantage connaître cette chanson et l’œuvre de Barbara aux Allemands.

 

Exposition « Barbara 1964 »

du 22 mai au 27 novembre 2016

au Städisches Museum de Göttingen.

 

(Merci à mon ami Didier B. pour cette information.)

Pochette du 45 Tours de Barbara où figure pour la première fois la chanson « Göttingen » (publiée sur le 33 Tours « Le mal de vivre » en 1964).

Pochette du 45 Tours de Barbara où figure pour la première fois la chanson « Göttingen » (publiée sur le 33 Tours « Le mal de vivre » en 1964).

Le seul 33 Tours de Barbara enregistré en allemand à Hambourg en mai 1967, avec évidemment la chanson « Göttingen ».

Le seul 33 Tours de Barbara enregistré en allemand à Hambourg en mai 1967, avec évidemment la chanson « Göttingen ».

* * * * * * * * *


Et maintenant, écoutons cette chanson sublime et désormais mythique de Barbara, en français d’abord, puis en allemand (pour les passionnés). 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
14 mai 2016 6 14 /05 /mai /2016 00:20
Couverture du livre de Bertrand Dicale, avec un portrait de Barbara.

Couverture du livre de Bertrand Dicale, avec un portrait de Barbara.

* * * * * * * *

 

Dictionnaire amoureux

de la Chanson française

 

de

Bertrand Dicale

 

768 Pages – 25 Euros

Éditions Plon

(Parution : 4 mai 2016)

 

* * * * * * * *

 

Présentation de l’éditeur

 

« La chanson ? C'est nous. Les Copains d'abord et La Marseillaise, La Vie en rose et L'Aigle noir, La Javanaise et Mes emmerdes, Au clair de la lune et Osez Joséphine... 

 

Nos émotions, nos joies, nos larmes, nos plaisirs, nos déprimes, nos exaltations et, finalement, nos vies entières sont écrites en chansons. Disposer d'un tel patrimoine est une singularité française, qui mêle les airs transmis en famille aux tubes radiophoniques, la chanson de poète et le commerce de variétés. Et aucun francophone n'échappe à cet héritage touffu, proliférant, inépuisable.

 

Voici pourquoi explorer la Chanson française est explorer notre pays, son âme, sa mémoire et ses passions. Voici pourquoi explorer la Chanson française consiste à rencontrer d'immenses artistes et à ouvrir des coffres à merveilles. Voici pourquoi explorer la Chanson française consiste aussi à ne pas toujours comprendre les mystères du succès et de la postérité. 

 

Ce Dictionnaire amoureux de la Chanson française évoque donc Brassens, Gainsbourg, Barbara, Souchon, Piaf, Brel, Bashung, Gréco ou Delerm, mais aussi la censure, les yé-yé, Paris, l'oubli ou le bon vieux temps. Une traversée hédoniste, mélancolique, gourmande et parfois polémique pour saisir d'un même regard les grands maîtres et les petits génies, les légendes chéries et les vérités contestées, les monuments historiques et les splendeurs ignorées. » 

 Bertrand Dicale 

 

Brigitte Bardot, quant à elle, est évoquée à plusieurs reprises : à propos des chansons liées au Brésil, sur celles composées par Serge Gainsbourg, sur sa chanson mythique, La Madrague, et enfin sur les nombreuses versions de Parlez-moi d'amour, qu'elle interprète en duo avec Guy Marchand dans Boulevard du Rhum (1971).

 

* * * * * * * *

 

J’ai rencontré une seule fois Bertrand Dicale, à la fin des années 1990, alors que j’accompagnais la chanteuse Colette Renard dans les Salons du livre et dans ses tournées. Il l’avait longuement interviewée dans le bar d’un grand palace parisien, et j’ai eu le privilège d'assister à un entretien passionnant et fort sympathique. 

Bertrand Dicale (52 ans) dans les studios de « France-Info » où il propose, le week-end, une chronique : « Ces chansons qui font l’actu ». (© RF/ Christophe Abramowitz)

Bertrand Dicale (52 ans) dans les studios de « France-Info » où il propose, le week-end, une chronique : « Ces chansons qui font l’actu ». (© RF/ Christophe Abramowitz)

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans LIVRES et AUTEURS BARBARA
commenter cet article
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 20:24
Une sublime danseuse et chorégraphe : Marie-Claude Pietragalla.

Une sublime danseuse et chorégraphe : Marie-Claude Pietragalla.

* * * * * * * *

 

C’est en lisant un article sur Marie-Claude Pietragalla dans l’hebdomadaire Télé 7 Jours (n° 2914 du 2 avril 2016) que j’ai appris l'information ci-dessous ; et j’ai hâte que cette créatrice concrétise son projet sur Barbara

 

Dans une scène [de la série Mongeville, diffusée le 2 avril 2016 sur France 3] où vous dansez à côté d’un piano, vous ressemblez étonnamment à Barbara. N’avez-vous jamais songé à l’incarner ?

Je l’ai rencontrée lors de sa dernière représentation au Châtelet en 1993. Nous avions évoqué la possibilité d’un spectacle. Elle est morte avant que ce projet n’ait vu le jour. Depuis, je suis hantée par cette histoire. Je veux aller au bout. Sous quelle forme ? Mystère. Je n’en suis qu’à l’écriture.

 

* * * * * * * *

 

Lors de ses interviews, Marie-Claude Pietragalla est souvent interrogée au sujet de Barbara, et elle n’hésite jamais à dire toute l’admiration et même l’amour qu’elle éprouve pour « La longue Dame brune ». Comme je la comprends et je suis, évidemment, en total accord avec elle.

Voici quelques extraits que j’ai pu trouver sur Internet…

 

Pourquoi revisitez-vous Ma plus belle histoire d’amour de Barbara ?

Béjart me trouvait une ressemblance avec elle et j’avais eu le privilège de la rencontrer. Elle reste l’artiste absolue qui savait s’imprégner des scènes où elle se produisait et captait l’énergie de toutes les salles. Je garde un profond respect et même de l’amour pour elle.

Paris Match, 19 janvier 2011,

lors de la présentation de son spectacle La tentation d’Ève, où elle rendait hommage à Barbara.

 

Avec qui aimeriez-vous passer une agréable soirée ?

La chanteuse Barbara. J’ai une passion pour cette femme artiste. Je l’ai rencontrée une fois, dans sa loge, au Théâtre du Châtelet. Elle était hors norme, d’une grande sensibilité et d’une grande solitude. C’était une artiste citoyenne ancrée dans la vie, tournée vers les autres. Elle représente l’artiste dans son essence même.

Le Matin (magazine Suisse), 4 février 2003.

Barbara (à gauche) et Marie-Claude Pietragalla. (Merci à Isabelle Morini-Bosc pour ce montage sur Twitter ; elle a raison de suggérer que Pietragalla pourrait interpréter Barbara !).

Barbara (à gauche) et Marie-Claude Pietragalla. (Merci à Isabelle Morini-Bosc pour ce montage sur Twitter ; elle a raison de suggérer que Pietragalla pourrait interpréter Barbara !).

* * * * * * * *

 

Marie-Claude Pietragalla (53 ans) est une danseuse et une chorégraphe.

En décembre 1990, elle est nommée « danseuse étoile » du ballet de l’Opéra national de Paris, par Patrick Dupond.

En 1998, elle quitte l’Opéra pour prendre la direction du « Ballet national de Marseille » où elle créé 9 chorégraphies.

Elle a travaillé avec (et pour) les plus grands danseurs et chorégraphes : George Balanchine, Rudolf Noureev, Roland Petit, Serge Lifar, Maurice Béjart, Carolyn Carlson, etc.

En 2004, elle fonde sa propre compagnie (« Théâtre du Corps Pietragalla – Derouault ») avec son compagnon Julien Derouault.

En 2012, elle devient l’un des membres du jury de l’émission de TF1, Danse avec les stars, ce qui la fait connaître d'un plus large public.

Marie-Claude Pietragalla : talentueuse et mystérieuse, comme… Barbara !

Marie-Claude Pietragalla : talentueuse et mystérieuse, comme… Barbara !

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA Mes COUPS de COEUR
commenter cet article
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 12:42
Barbara (1930 – 1997), une immense artiste, unique et inoubliable… (© François Laffeychine / Libor Sir).

Barbara (1930 – 1997), une immense artiste, unique et inoubliable… (© François Laffeychine / Libor Sir).

* * * * * * * * 

 

Les biopics sont très à la mode (Dalida, Françoise Sagan, Serge Gainsbourg), mais la difficulté est de trouver l’acteur/actrice capable d’interpréter une légende sans la caricaturer…

C’est le défi que va devoir affronter la comédienne-chanteuse Jeanne Balibar.
Elle a en effet été pressentie pour incarner Barbara dans un film qui sera réalisé par le comédien Mathieu Amalric [son ancien compagnon et père de ses 2 fils]. Produit par Patrick Godeau, ce long-métrage bénéficiera d'un angle original, puisqu'il racontera l'histoire d'un metteur en scène qui veut faire un film sur… Barbara ! Le rôle du réalisateur sera joué par… Mathieu Amalric  lui-même. Selon le magazine spécialisé Le Film français, le tournage de ce film débutera en octobre 2016.

 

(Merci à mon ami Didier B. pour cette information.)

Jeanne Balibar devrait incarner Barbara à l’écran. (© Studio Harcourt.)

Jeanne Balibar devrait incarner Barbara à l’écran. (© Studio Harcourt.)

* * * * * * * *

 

J’avoue que je ne connais pas vraiment la « chanteuse » Jeanne Balibar (47 ans), mais par contre j’aime beaucoup la « comédienne ». Elle a participé à plus de 50 films et téléfilms depuis ses débuts en 1992. Je l’ai encore appréciée cette semaine lors de la rediffusion à la T.V. du biopic sur Françoise Sagan (2007). Elle jouait avec élégance son amie, Peggy Roche. Mais le film où je l’ai vraiment découverte s’intitule Clara s’en va mourir (réalisé par Virginie Wagon en 2005) ; il a été diffusé sur Arte en 2012. Une histoire tragique et remarquablement interprétée sur un sujet difficile que je conseille absolument…

 

Clara, une célèbre comédienne, apprend qu'elle est atteinte d'un cancer incurable. Elle décide de prendre contact avec une clinique en Suisse pour bénéficier d’un suicide assisté car elle refuse de se voir diminuée.  Elle va convaincre ses proches d’accepter sa décision et surtout son fils, Vadim, encore adolescent. Puis viendra le moment des adieux…

Publicité pour la diffusion du film « Clara s’en va mourir » sur Arte.

Publicité pour la diffusion du film « Clara s’en va mourir » sur Arte.

Article publié dans « Ici-Paris » (n° 3692 du 6 au 12 avril 2016).

Article publié dans « Ici-Paris » (n° 3692 du 6 au 12 avril 2016).

Article publié dans le mensuel « Pleine Vie » n° 360 (juin 2016).

Article publié dans le mensuel « Pleine Vie » n° 360 (juin 2016).

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 14:04
Couverture du livre de Laurent Kérusoré (publié en mars 2010 aux éditions Vilo).

Couverture du livre de Laurent Kérusoré (publié en mars 2010 aux éditions Vilo).

* * * * * * * *

 

C’est grâce à mon amie Colette Renard que j’ai découvert (comme des millions de Français) en 2004, la série télévisée Plus belle la vie, diffusée chaque soir sur France 3.
Elle jouait, en effet, dès le début (et jusqu’en 2009) le personnage récurent et attachant de Tante Rachel. J’avais regardé au départ uniquement pour elle, et je me suis laissé prendre au jeu. Depuis, je pense ne pas avoir raté un seul épisode (merci les replays !).

 

Lorsque Laurent Kérusoré, le comédien qui incarne Thomas (le serveur et co-propriétaire du « Bar du Mistral »), a publié son premier livre (ci-dessus), j’ai été tenté de l’acheter, mais je ne l’ai pas fait car j’avais beaucoup de rewriting en cours et peu de temps pour lire...
Et cette semaine, dans un magasin de soldes (Noz), je l’ai trouvé à… 0,75 Euros ! Je l’ai lu en quelques heures et, ô surprise, j'ai été séduit par ce récit agréable à lire (j’ai juste trouvé long et inutile la visite de tous les restaurants et « bons plans » autour de Marseille – autant acheter… Le Petit Fûté !).

 

Ce jeune homme (sympathique et pas prétentieux !) nous raconte longuement sa jeunesse (abandonné à la naissance, il a reçu beaucoup d’amour dans sa famille d’adoption), ses cours pour être comédien, ses galères pour trouver des rôles et enfin son expérience dans Plus belle la vie.

 

Et en début de livre, j’ai été touché qu’il évoque ainsi Barbara

« Mes racines musicales (…) sont chez Brassens, Brel, Ferrat ou Barbara – la grande dame brune. J’ai fredonné des milliers de fois : À mourir pour mourir, je ne veux pas attendre / Et partir pour partir, j’ai choisi l’âge tendre… »

 

et également dans la dernière phrase de son livre :

« J’ai écrit pour moi. Parce que j’ai écrit pour vous – et dans ce “vous”, je mets tous ceux qui m’aiment, et que j’aime. Et que, comme chantait Barbara, ma plus belle histoire d’amour c’est vous… ».

 

L’inoubliable, l’Unique… : Barbara. (© Marcel Ismand)

L’inoubliable, l’Unique… : Barbara. (© Marcel Ismand)

Deux cartes postales de l’émission « Plus belle la vie » dont une spécialement dédicacée par Laurent Kérusoré à mon intention, grâce à mon amie Colette Renard.

Deux cartes postales de l’émission « Plus belle la vie » dont une spécialement dédicacée par Laurent Kérusoré à mon intention, grâce à mon amie Colette Renard.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA LIVRES et AUTEURS
commenter cet article
29 février 2016 1 29 /02 /février /2016 23:53

B.B. et Barbara

réunies dans une même vente !

 

 

Le célèbre Hôtel des ventes parisien « Drouot » organise une vente consacrée à la « Chanson française et internationale ». De nombreux documents (dont beaucoup de photos) sur nos vedettes préférées : Claude François, Johnny Hallyday, Dalida, Mylène Farmer, Jane Birkin, Serge Gainsbourg, Madonna, Elvis Presley, David Bowie, etc., et… Barbara et Brigitte Bardot.

 

La vente aux enchères aura lieu le samedi 19 mars 2016 à 14 heures.

(Exposition des documents la veille de 11 h à 18 h

et le matin de la vente de 11 h à 12 h)

Hôtel Drouot – Salles 14 et 15

9, rue Drouot

75009 Paris

 

Renseignements et enchères par téléphone : 01 45 56 12 20 (Étude Coutau-Bégarie)

 

* * * * * * * *

 

Lot n° 10

 

« Barbara en route pour sa maison de Précy-sur-Marne » (10 octobre 1982). 

Photographie de Tony Frank.

Tirage argentique sur papier baryté.

Signée, numérotée 2 sur 15 et encadrée.

Format : 50 x 70 cm.

 

Estimation : 700 à 900 Euros.

« Barbara » par Tony Frank (1982).

« Barbara » par Tony Frank (1982).

* * * * * * * *

 

Lot n° 11

 

« Brigitte Bardot et Juliette Gréco » (1957).

Photographie de Henri Elwing (né en 1925).

Tirage noir et blanc sur papier argentique.

Signé par l'auteur et numéroté 3/30.

Avec le tampon de Henri Elwing et de la galerie Grace Radziwill.

Encadrée.

Format : 27 x 40 cm.

 

Estimation : 400 à 700 Euros.

« Brigitte Bardot et Juliette Gréco » par Henri Elwing (Allemagne, 1957).

« Brigitte Bardot et Juliette Gréco » par Henri Elwing (Allemagne, 1957).

* * * * * * * *

 

Lot n° 12

 

« Brigitte Bardot » par Jean Barthet (1920 - 2000).

Signée à l'encre argent par Brigitte Bardot.

Tirage noir et blanc argentique sur papier baryté.

Format : 59 x 44 cm.

Encadrée.

 

Estimation : 1500 à 2000 Euros.

Détail de la photo... « Brigitte Bardot » par Jean Barthet (1960).

Détail de la photo... « Brigitte Bardot » par Jean Barthet (1960).

* * * * * * * *

 

Lot n° 13

 

Rarissime petit présentoir monté sur support cartonné ( PLV ).

Il était généralement mis en évidence chez les disquaires lors de la sortie du 33 Tours Philips 77480 (ci-dessous).

Très bon état.

 

Estimation : 150 à 200 Euros.

Pochette du 33 Tours de B.B. édité en 1963. Repris sur la PLV qui est en vente.

Pochette du 33 Tours de B.B. édité en 1963. Repris sur la PLV qui est en vente.

* * * * * * * *

 

Lot n° 14

 

Une robe longue en laine de couleurs rose, rouge et noire.

Avec application de résines dorées, effet de traîne et décolleté bateau en velours noir.

Portée par Brigitte Bardot dans le film L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise, réalisé par Nina Companeez en 1973.

Très bon état ; confectionnée par Pathé Costumes Clichy

 

Estimation : 500 à 600 Euros.

Photo du film « L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise » où l’on voit Brigitte Bardot avec la robe mise en vente.

Photo du film « L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise » où l’on voit Brigitte Bardot avec la robe mise en vente.

* * * * * * *

 

Lot n° 15

 

Une veste en cuir noir et tissu, brodée de type médiéval, à manches bouffantes de velours.

Portée par Brigitte Bardot dans le film L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise, réalisé par Nina Companeez en 1973.

Très bon état ; confectionnée par Pathé Costumes Clichy.

La photo (ci-dessous) extraite du film (© Warner Bros pour la presse) est jointe au lot.

 

Estimation : 500 à 600 Euros.

Photo de presse du film « L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise » où l’on voit Brigitte Bardot avec la veste mise en vente.

Photo de presse du film « L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot Trousse-Chemise » où l’on voit Brigitte Bardot avec la veste mise en vente.

Ces deux costumes portés par Brigitte Bardot dans le film « Colinot Trousse-Chemise » ont déjà été proposés dans des ventes aux enchères... sans succès !

Ces deux costumes portés par Brigitte Bardot dans le film « Colinot Trousse-Chemise » ont déjà été proposés dans des ventes aux enchères... sans succès !

* * * * * * * *

 

Une très belle photo de Brigitte Bardot par Gérard Schachmès est également à vendre.

Pour plus de détails sur ce lot de qualité, je vous invite à consulter mon article (lien ci-dessous) : 

Repost 0
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 21:38
Sylvie Vartan aux côtés de Barbara dans sa loge (Olympia – 8 février 1978). (© Site « Sylvissima.com »).

Sylvie Vartan aux côtés de Barbara dans sa loge (Olympia – 8 février 1978). (© Site « Sylvissima.com »).

* * * * *

 

C’est en zappant que j’ai découvert ce moment magique et si émouvant… que je tenais à partager avec vous.

Sylvie Vartan était l’une des invité(e)s de Nagui dans son émission « Taratata », diffusée sur France 2, le vendredi 29 janvier 2016.

Et, ô surprise, notre « idoles des jeunes » a interprété la chanson de Barbara, Mon enfance.

 

« Mon enfance aurait pu être écrite pour moi. C'est une chanson qui me va comme un gant, c'est vraiment un vécu identique. Je n'ai qu'à me glisser dans les mots, fermer les yeux et je m'y trouve. C'est extraordinaire. »

(Sylvie Vartan – Pure Charts – 25 novembre 2010)


Alors que tant d’artistes essaient (souvent en vain) de s’approprier le répertoire de Barbara (le dernier en date étant Patrick Bruel…), Sylvie a réussi à émouvoir l’admirateur inconditionnel de « La longue Dame brune » que je suis depuis l’âge de 13 ans. Elle a revisité cette chanson magnifique et réussi à m’émouvoir ; j’avais les larmes aux yeux en écoutant certains passages relatifs à la disparition de la mère de Barbara...


Bravo et merci, chère Sylvie, pour ce bel hommage.

Barbara félicite son amie Sylvie Vartan (Palais des Congrès – 20 mars 1978). (© Site « Sylvissima.com »).

Barbara félicite son amie Sylvie Vartan (Palais des Congrès – 20 mars 1978). (© Site « Sylvissima.com »).

* * * * *

 

Je vous propose de revoir Sylvie Vartan interpréter Mon enfance dans « Taratata » (durée : 4 minutes 47, publicité en plus !).  

* * * * *

 

Le 30 septembre 2011, j’avais été applaudir Sylvie Vartan au Théâtre du Châtelet, et j’avais découvert pour la première fois sa version de la chanson de Barbara. Je vous propose de relire l’article que je lui avais alors consacré sur mon Blog (lien ci-dessous) : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR BARBARA
commenter cet article
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 19:00

Barbara - Bruel

 

 

La sortie du dernier CD de Patrick Bruel où il reprend les plus belles chansons de Barbara est d’abord l’occasion de revoir dans les médias cette immense artiste qui nous manque tant. Et c’est une formidable nouvelle pour tous ses admirateurs et un bel hommage pour Barbara.


Ainsi dans le magazine people Journal de France (n° 1 – janvier 2016), deux pages entières sont consacrées à la « Longue Dame Brune ». 

Article de 2 pages publié dans « Journal de France » (n° 1 – Janvier 2016).
Article de 2 pages publié dans « Journal de France » (n° 1 – Janvier 2016).

Article de 2 pages publié dans « Journal de France » (n° 1 – Janvier 2016).

* * * * * * * *

 

Pour en savoir plus sur le nouveau CD de Patrick Bruel consacré à Barbara, je vous invite à relire mon article (lien ci-dessous) : 

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article
28 décembre 2015 1 28 /12 /décembre /2015 00:04
Très belle affiche du spectacle de Roland Romanelli et Rébecca Mai en hommage à Barbara. (Merci à mon ami Didier B. pour cette information).

Très belle affiche du spectacle de Roland Romanelli et Rébecca Mai en hommage à Barbara. (Merci à mon ami Didier B. pour cette information).

* * * * * * * *

 

« Je me suis toujours demandé quelle aurait été ma vie sans elle. (…) C’est Barbara qui m’a fait ! »

Roland Romanelli

 

En 1966, âgé d’à peine 20 ans, Roland Romanelli est repéré comme accordéoniste par… Colette Renard ; Barbara, qui doit remplacer à la dernière minute, Joss Baselli, pour un concert, lui téléphone. L’entente est parfaite. Il devient son accordéoniste personnel, puis il s’occupe des synthétyseurs. Il la suivra partout, sera son arrangeur et son directeur musical. 

En 1981, à Pantin, elle lui rendra hommage publiquement : « Quatorze ans d’amour, et un immense, immense talent ».  

Malheureusement, en 1986, lors des répétitions pour la sortie du disque Lily Passion (avec Gérard Depardieu), à la suite d’un désaccord sur leur travail en studio, Barbara le congédie. Ils ne se reverront plus jamais…

Mais Roland Romanelli n’oubliera jamais ses 20 ans d’amour avec la Longue Dame Brune, et lui rendra de nombreux hommages. Notamment en 2002, avec le spectacle « Ma plus belle histoire d’amour… Barbara » (avec la chanteuse Ann’ So), puis en 2008 avec « Barbara : 20 ans d’amour » avec Rébecca Mai. Ce spectacle sera enrichi et repris en 2013 puis en 2016. 

Roland Romanelli aux côtés de Barbara.
Roland Romanelli aux côtés de Barbara.

Roland Romanelli aux côtés de Barbara.

* * * * * * * *

 

« D'une certaine manière, on vivait ensemble, on voyageait ensemble, on passait tout notre temps ensemble. J'étais son musicien, son chauffeur, son garde du corps. J'étais aussi celui qui la protégeait. (…) C’était une histoire d'amour ! On ne se sépare pas aussi douloureusement d'un partenaire de travail. Et on ne peut pas remplacer vingt ans de complicité comme ça, en claquant des doigts. Ce qui est terrible, c'est que notre relation a toujours été d'une limpidité… ».

Roland Romanelli

 

 

Roland a participé à la création de trois chansons de Barbara (À peine, Vienne, Cet enfant-là). Il composera des musiques de films, de théâtre, collaborera avec des dizaines d’artistes parmi lesquels : Jean-Jacques Goldman, Charles Aznavour, Patrick Bruel, Johnny Hallyday, Marc Lavoine, Serge Lama,  Michel Polnareff, etc.

Roland Romanelli et Rébecca Mai durant leur spectacle. (© Centre France)
Roland Romanelli et Rébecca Mai durant leur spectacle. (© Centre France)

Roland Romanelli et Rébecca Mai durant leur spectacle. (© Centre France)

Affiche d’un précédent spectacle de Roland Romanelli avec Rébecca Mai (en 2013).

Affiche d’un précédent spectacle de Roland Romanelli avec Rébecca Mai (en 2013).

Merci à mon ami Didier B. pour cette photo prise à Paris, près de Montparnasse, fin mars 2016.

Merci à mon ami Didier B. pour cette photo prise à Paris, près de Montparnasse, fin mars 2016.

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !