Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 décembre 2016 5 09 /12 /décembre /2016 00:54
Kirk Douglas : un des plus grands acteurs populaires du cinéma américain.

Kirk Douglas : un des plus grands acteurs populaires du cinéma américain.

* * * * * * * *

 

« Bon anniversaire, Kirk ! »

 

 

Lorsqu'’elle a appris que son ami Kirk Douglas allait fêter ses 100 ans, le 9 décembre 2016, Brigitte Bardot a immédiatement souhaité lui adresser une jolie lettre pour son anniversaire. Dès qu’'elle me sera transmise, je l’'ajouterai sur ce Blog (voir en fin d'article).

 

Dans ses Mémoires, Brigitte  a évoqué leur rencontre sur le tournage de leur seul film commun : Un acte d’'amour (Act of love) d’'Anatole Litvak en 1953.

 

« Kirk Douglas était l'’acteur américain, le demi-dieu qu'’on n'’approche jamais. Moi, je l’'approchais, je me jetais même contre lui dans les couloirs sombres et glacés. Il me disait “"Sorry”" et moi, je rougissais ! Il n'’était pas très beau, je dois être plus grande que lui, mais il avait un charme extraordinaire. » 

 (Initiales B.B., éditions Grasset, 1996)

 

(Merci à mon ami Stéphane L. pour cette information.)

Brigitte Bardot et Kirk Douglas, très complices, en 1953.

Brigitte Bardot et Kirk Douglas, très complices, en 1953.

Kirk Douglas dans le costume de Spartacus, l'un de ses plus grands rôles, en 1960.

Kirk Douglas dans le costume de Spartacus, l'un de ses plus grands rôles, en 1960.

* * * * * * * *

 

Lors de son premier séjour au Festival de Cannes en 1953, Brigitte Bardot n’'était encore qu’'une starlette, lorsqu'elle a croisé Kirk Douglas. Puis, la même année, elle l'a retrouvé à la Mostra de Venise, un autre grand festival de Cinéma.

Je vous propose de revoir ces photos inoubliables pour les cinéphiles...

Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).
Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).

Brigitte Bardot et Kirk Douglas en 1953 (à Cannes puis à Venise).

* * * * * * * *

 

Kirk Douglas, né Issur Danielovitch Demsy le 9 décembre 1916 à Amsterdam (New York), est l'un des plus célèbres acteurs (mais aussi réalisateur et producteur) américains. Il a connu sa grande période de gloire dans les années 50 et 60, et nombre de ses films sont devenus des classiques : Le Champion (1949), Les Ensorcelés (1952), Vingt mille lieues sous les mers (1954), Ulysse (1954), La Vie passionnée de Vincent van Gogh (1956), Les Vikings (1958), Spartacus (1960), Paris brûle-t-il ? (1966), etc.

Il est le père de l'acteur et producteur Michael Douglas.

Retiré du cinéma depuis 2008, il s'occupe de sa Fondation pour les enfants défavorisés.

Il soutient également le combat de Brigitte Bardot pour les animaux.

 

* * * * * * * *

 

J'ai consacré un dossier complet au seul film qui a réunit au générique Brigitte Bardot et Kirk Douglas, Un acte amour, en 1953. Pour tout savoir sur cette rencontre et sur le film, je vous invite à (re)lire mon article (lien ci-dessous).

* * * * * * * *

 

9 décembre 2016 en fin d'après-midi : Brigitte Bardot a publié, sur Twitter, sa lettre en hommage à Kirk Douglas. On peut la découvrir sur mon Blog avec le lien ci-dessous :

Repost 0
7 décembre 2016 3 07 /12 /décembre /2016 19:57
Lettre ouverte de Brigitte Bardot publiée le 7 décembre 2016.

Lettre ouverte de Brigitte Bardot publiée le 7 décembre 2016.

* * * * * * * *

 

Imaginez la colère de Brigitte Bardot devant son poste de télévision, ce mardi 6 décembre 2016, lorsqu'elle a regardé le Journal télévisé de France 2 (voir ci-dessous), et vous comprendrez pourquoi elle a immédiatement écrit cette Lettre ouverte à Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Education nationale.


En effet, un reportage ("L'œil du 20 heures") expliquait que des représentants de l'Interbev (une filière bétail et viande) venaient promouvoir la viande dans des écoles primaires. Pour B.B., il s'agit d'un véritable lobby qu'elle souhaite dénoncer. Mais cette volonté de convaincre un jeune public est certainement due à la baisse de la consommation de viande en France...

 

(Merci à mon ami Bernard pour cette information.)

 

* * * * *

 

Il est possible de revoir ce court reportage (3 mn) avec le lien ci-dessous.

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article
5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 14:04
Il n'existe aucune photo de Brigitte Bardot aux côtés de Charles de Gaulle, qu'elle admirait. Ci-dessus, un montage sur la couverture du « Figaro Magazine » (n° 13391 du 19 septembre 1987).

Il n'existe aucune photo de Brigitte Bardot aux côtés de Charles de Gaulle, qu'elle admirait. Ci-dessus, un montage sur la couverture du « Figaro Magazine » (n° 13391 du 19 septembre 1987).

* * * * * * * *

 

Marie Céhère, auteure du livre Brigitte Bardot, l'art de déplaire, évoque les soutiens et les coups de cœur politiques de Brigitte Bardot à quelques mois des élections présidentielles. Ci-dessous, je vous propose l'intégralité de son article intitulé Brigitte Bardot, la politique et les chiens, et publié sur le site Causeur.fr.

 

Brigitte Bardot est une femme de droite. Bourgeoise, fille du XVIe arrondissement, en 1974 elle se promenait dans Saint-Tropez vêtue du célèbre tee-shirt « Giscard à la barre ». En 1970, elle aurait plaqué son fiancé de l’époque car ce dernier lui avait appris la mort du général de Gaulle avec un trop grand sourire. (Ce n'est évidemment pas la raison principale de leur séparation !)

Mais Brigitte Bardot est aussi une femme de conviction, et une grande gueule. La lâcher dans le jeu de quilles qu’est la pré-campagne présidentielle de 2017, et particulièrement celle des primaires de la droite et du centre, promettait un beau spectacle. En 2007, B.B. déclarait sa flamme à Marine Le Pen, « nouvelle Jeanne d’Arc » et seule à même de « sauver la France ». Ce soutien, malgré les fluctuations auxquelles B.B. nous a habitués depuis la nuit des temps, ne se dément pas tellement. Mais ne nous gaussons pas trop vite. Un appui de Bardot vaut bien plus cher que quelques souvenirs arrachés à des sexagénaires émus. On raconte notamment que si les élus FN, de plus en plus nombreux à la faveur des échéances municipales et régionales, veillent dans leur circonscription au respect des droits des animaux, c’est parce que la Fondation Brigitte Bardot, créée en 1986, compte environ 70000 adhérents. Presque autant que le Parti Socialiste. Trois fois plus qu’Europe-Écologie-Les Verts.

Animaliser le débat

Et sur ce point, pas d’hypocrisie, pas d’entourloupes. Pas de Jeanne d’Arc qui tienne. B.B. a littéralement incendié le maire frontiste de Cogolin, Marc-Étienne Lansade en mai dernier pour avoir organisé un « salon de la chasse » dans sa commune.

Le 14 novembre 2016, elle lançait un appel aux journalistes politiques afin d’ « animaliser le débat ». Comprendre : poser aux futurs et aux déjà déclarés candidats à l’élection présidentielle des questions précises sur le sort des animaux, aborder des thèmes aussi casse-gueule que la chasse, l’hippophagie et l’abattage rituel… Elle exigeait également la création d’un « Secrétariat d’État à la condition animale ». Les machos de service ricanent déjà. Après tout, il y en avait bien un dévolu aux « Droits des femmes ».

Le 5 octobre 2005, Brigitte Bardot avait été reçue par Nicolas Sarkozy.

Le 5 octobre 2005, Brigitte Bardot avait été reçue par Nicolas Sarkozy.

 * * * * * * * *

 

C’est un fait, celui ou celle qui emportera le cœur et le soutien de Brigitte Bardot peut venir de n’importe où.

Malgré ses convictions bien ancrées, elle s’était avouée par exemple « bouleversée » par la disparition de Michel Rocard, à qui elle écrivait « aussi souvent qu’à un fiancé ». Malgré cette affection, elle ne cache pas son aversion pour Stéphane Le Foll, l’actuel ministre de l’Agriculture, accusé de ne pas bouger un orteil pour défendre les droits des animaux. Malgré cette aversion, elle se dit nouvellement conquise par… Jean-Luc Mélenchon. « Déjà, il ne mange plus de viande et il ne supporte plus des images comme on a pu les voir… Donc, Mélenchon, bravo ! Moi, j’applaudis. » Le poids du quinoa ferait ainsi pencher la balance plus à gauche ? B.B. n’était en tout cas pas convaincue par les débats de la primaire de la droite et du centre. « À la primaire de la droite par exemple, confie-t-elle à Nice-Matin, je les ai écoutés, tous ridicules derrière leur pupitre façon Questions pour un champion. Pas un n’a parlé des animaux et pas un journaliste n’a posé la question. C’est pourtant un débat de fond et d’éthique humaine. On ne peut plus fermer les yeux là-dessus. Il y a eu trop d’horreurs, d’abus, d’exploitation… » Et Nicolas Sarkozy était déjà hors course : « Une catastrophe ! », il n’a « rien fait » pour rendre obligatoire l’étourdissement des animaux dans les abattoirs halal.

Plus proche, cela tombe bien, de François Fillon dans son attachement aux traditions, dans son diagnostic d’une France « en faillite », « décadente », on l’imagine cependant assez mal se prêter à ce point au jeu électoral. Il est encore trop tôt pour B.B. l’impulsive. Mais accordons-lui au moins un point : « l’animalisation » du débat a toute sa raison d’être. Et il se pourrait bien qu’en y regardant de près, Brigitte Bardot oriente le choix de ses admirateurs d’un côté comme de l’autre, en passant par les deux extrêmes.

Il se pourrait aussi qu’elle envoie tout le monde se faire voir.

 

Marie Céhère

(Publié sur le site Causeur.fr, le 3 décembre 2016)

Marie Céhère, lors d'une dédicace de son livre consacré à Brigitte Bardot (novembre 2016).

Marie Céhère, lors d'une dédicace de son livre consacré à Brigitte Bardot (novembre 2016).

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article
2 décembre 2016 5 02 /12 /décembre /2016 20:26
Très joli buste Marianne à l'effigie de Brigitte Bardot.

Très joli buste Marianne à l'effigie de Brigitte Bardot.

* * * * * * * *

 

Un buste Marianne représentant Brigitte Bardot est à vendre aux enchères.

 

Dimanche 18 décembre 2016 à 14 h 30

 

Salle des Ventes

SVV Frédéric Laurent de Rummel

9, rue des Arcades

78100 Saint Germain-en-Laye

 

Renseignements et enchères par téléphone : 01 39 73 95 64. 

 

* * * * * * * *

 

Buste très original de Brigitte Bardot en Marianne par Aslan (1930 - 2014).

 

En plâtre laqué gris.

Cachet « Modèle déposé ».
Atelier de moulage du musée du Louvre.
Hauteur : 63 cm.

Estimation : 800 à 1000 Euros.  

Repost 0
30 novembre 2016 3 30 /11 /novembre /2016 00:33
Logo officiel du Collectif « Animal Politique ».

Logo officiel du Collectif « Animal Politique ».

 Grande unité associative pour le bien-être des animaux

 

 

26 associations de protection animale, dont la Fondation Brigitte Bardot, la SPA, 30 Millions d'Amis ou l'ASPAS, ont rédigé et présenté, mardi 22 novembre 2016, un manifeste intitulé Animal Politique. Ils proposent 30 mesures concrètes et réalistes, immédiatement applicables. Le Collectif a appelé les hommes politiques à étudier ces propositions durant le débat électoral.

Le Collectif demande aux candidats à l'élection présidentielle de se prononcer, entre autre, sur le remplacement des tests de médicaments ou de cosmétiques sur les animaux, l'interdiction d'espèces sauvages dans les cirques, la fin des échanges entre zoos ou delphinariums, l'instauration du dimanche sans chasse, l'abolition de la corrida et des combats de coqs, la stérilisation des animaux de compagnie. Le Collectif a également demandé l'interdiction de plusieurs pratiques douloureuses dont la castration à vif des porcelets, le gavage de force des oies ou la découpe du bec des poules pondeuses.

Matthieu Ricard et la députée Laurence Abeille lors de la conférence de presse du 22 novembre 2016. (Photo : Elisa Gorins / Wamiz).

Matthieu Ricard et la députée Laurence Abeille lors de la conférence de presse du 22 novembre 2016. (Photo : Elisa Gorins / Wamiz).

* * * * * * * *

 

Le moine bouddhiste Matthieu Ricard, l'un des représentants du Collectif, a déclaré :

« Ça représente 120 millions d'animaux par heure qui sont tués dans le monde pour les besoins de l'Humanité ! »

 

Avec plus d'un milliard d'animaux d'élevage tués chaque année pour notre consommation de viande et 63 millions d'animaux de compagnie en France (le record européen), les chiffres de la cause animale devraient suffire à intéresser les partis politiques. Certains d'entre eux, comme les Verts, le Front de Gauche, l'UDI et  le Front national se sont déjà penchés sur la question.

Des hommes (et femme) politiques ont déjà commencé à étudier ces propositions (voir ci-dessous).

Espérons qu'elles retiendront leur attention et que cela débouchera enfin sur des modifications radicales et durables de nos lois pour le bien-être des animaux.

Rama Yade ainsi que Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot (tous les deux avec Christophe Marie, directeur à la Fondation Brigitte Bardot) ont été les premiers candidats à la Présidentielle à s'intéresser au Manifeste « Animal Politique ».
Rama Yade ainsi que Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot (tous les deux avec Christophe Marie, directeur à la Fondation Brigitte Bardot) ont été les premiers candidats à la Présidentielle à s'intéresser au Manifeste « Animal Politique ».
Rama Yade ainsi que Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot (tous les deux avec Christophe Marie, directeur à la Fondation Brigitte Bardot) ont été les premiers candidats à la Présidentielle à s'intéresser au Manifeste « Animal Politique ».

Rama Yade ainsi que Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot (tous les deux avec Christophe Marie, directeur à la Fondation Brigitte Bardot) ont été les premiers candidats à la Présidentielle à s'intéresser au Manifeste « Animal Politique ».

Christophe Marie lors de la conférence de presse du Collectif, le 22 novembre 2016.

Christophe Marie lors de la conférence de presse du Collectif, le 22 novembre 2016.

* * * * * * * *

 

Pour découvrir en détails les 30 propositions et suivre les actions de ce Collectif, je vous invite à vous rendre sur le site officiel Animal Politique (lien ci-dessous).

La chanteuse Jeanne Mas soutient également le Collectif.

La chanteuse Jeanne Mas soutient également le Collectif.

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article
28 novembre 2016 1 28 /11 /novembre /2016 13:32
Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant dans « Et Dieu... créa la femme » (de Roger Vadim, 1956).

Brigitte Bardot et Jean-Louis Trintignant dans « Et Dieu... créa la femme » (de Roger Vadim, 1956).

Et Dieu... créa la femme

60 ans déjà

 

 

Le 28 novembre 1956, le film (devenu mythique) Et Dieu... créa la femme de Roger Vadim sortait en France. Il apportera la gloire à Brigitte Bardot dont les initiales B.B. deviendront célèbres dans le monde entier.

Je vous propose de découvrir un magnifique hommage publié sur le site de l'INA, avec quelques séquences (inédites) de Brigitte très jeune.

 

(Merci à mon ami Manuel L. pour cette information.)

* * * * * * * *

 

J'ai souvent évoqué sur mon Blog, le film-culte de Brigitte Bardot, et je vous propose de (re)lire cet article qui nous présente les lieux du tournage de Et Dieu... créa la femme (lien ci-dessous).

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article
26 novembre 2016 6 26 /11 /novembre /2016 23:52
Couverture (et dos de couverture) de la BD consacrée à B.B. (parution le 16 novembre 2016).
Couverture (et dos de couverture) de la BD consacrée à B.B. (parution le 16 novembre 2016).

Couverture (et dos de couverture) de la BD consacrée à B.B. (parution le 16 novembre 2016).

* * * * * * * *  

 

Les éditions Jungle annoncent la parution d’une BD intitulée Et Dieu créa... Bardot entièrement consacrée à Brigitte Bardot. Elle sera vendue 14,95 Euros (84 pages) et disponible dès le 16 novembre 2016 en librairie.

Brigitte (qui  l'a reçue à ma demande) a trouvé cette BD "formidable" et elle a même souhaité en recevoir d'autres exemplaires.
Je l'ai lue également et j'ai bien apprécié les dessins et le synopsis. Les auteurs se sont intéressés uniquement à la carrière de B.B. (depuis ses débuts comme mannequin-junior en 1949 jusqu'en 1973, année où elle abandonne le cinéma).  On croise avec curiosité et plaisir... Vadim, les parents de Brigitte, Jean Gabin, Marilyn Monroe, Michel Piccoli, Jeanne Moreau, Gunter Sachs, Serge Gainsbourg, Dario Moreno, et... le Général de Gaulle ! 

Voici les premières pages intérieures rendues publiques par l’éditeur…

Quelques pages intérieures de la BD consacrée à Brigitte Bardot.
Quelques pages intérieures de la BD consacrée à Brigitte Bardot.
Quelques pages intérieures de la BD consacrée à Brigitte Bardot.
Quelques pages intérieures de la BD consacrée à Brigitte Bardot.

Quelques pages intérieures de la BD consacrée à Brigitte Bardot.

Merci à Marie Fabbri pour ce communiqué de presse proposé par l'éditeur.

Merci à Marie Fabbri pour ce communiqué de presse proposé par l'éditeur.

Merci à mes amis Pierre et Valentin R. pour les scans de ces pages intérieures.
Merci à mes amis Pierre et Valentin R. pour les scans de ces pages intérieures.
Merci à mes amis Pierre et Valentin R. pour les scans de ces pages intérieures.

Merci à mes amis Pierre et Valentin R. pour les scans de ces pages intérieures.

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 22:19

Marie Céhère, auteure de Brigitte Bardot, l'art de déplaire,

a répondu aux questions de Carmen Bramly pour le magazine Twenty.

Je vous propose l'interview intégrale ci-dessous avec les photos sélectionnées par le magazine.

Interview de Marie Céhère pour son livre « Brigitte Bardot, l'art de déplaire »

Brigitte Bardot : la Vénus sans la fourrure

Icône ultime pour certains, ex-muse à la dérive pour d'autres, B.B. devient sous la plume de Marie Céhère l'incarnation d'un girl-power avant-gardiste. Mais, comme dit la chanson, tant de liberté pour si peu de bonheur, est-ce que ça vaut la peine ?
 
 

* * * * * * * * *

 

Marie Céhère, 24 ans, me donne rendez-vous au café de Flore, un jeudi après-midi, pour parler de la biographie qu’elle a écrite sur Brigitte Bardot : « L'art de déplaire ». Au fil des chapitres, elle envoie balader tout soucis chronologique et livre un récit à l’image de l’icône, ou en tous cas, à l’image de sa crinière, libre et désordonné, touchant et drôle. Elle-même pourrait ressembler à une version brune de B.B., le trait juvénile et l’œil qui sourit.

Interview de Marie Céhère pour son livre « Brigitte Bardot, l'art de déplaire »

Twenty : Pourquoi Brigitte Bardot déplait-elle ?

Marie Céhère : C’est assez compliqué. Elle déplaît d’abord parce qu’elle est belle. C’est le truc qui ne passait déjà pas dans les années 50 et qui ne passe toujours pas aujourd’hui. C’est aussi parce qu’elle ne s’est jamais retenue de dire ce qu’elle pensait. Dans les années 50, elle disait vouloir vivre sa vie, faire ce qui lui plaisait, épouser qui elle voulait. Ce qu’elle dit aujourd’hui déplaît aussi, pour d’autres raisons. Moi-même, ça me met un petit peu mal à l’aise.

 

Twenty : Mais tu prends quand même vachement sa défense, non, avec un mélange d’empathie et de recul ?

Marie Céhère : J’ai l’impression qu’elle a ses raisons à elle. Tant que ça touche à la liberté de la femme, on peut comprendre et l’intégrer. Pour nous, c’est évident. Mais ce qu’elle dit depuis une dizaine d’années est plus difficile à intégrer. Il faut essayer de se mettre dans sa tête. Mon hypothèse, c’est qu’elle ne pense pas vraiment ce qu’elle dit, pas jusqu’au bout, je ne pense pas.

 

Twenty : Elle s’est quand même mariée avec un proche de Jean-Marie Le Pen, tu en penses quoi, toi ?

Marie Céhère : Oui, elle s’est mariée avec lui, c’était un ami de Jean-Marie Le Pen, mais il s’est détaché de lui. Le gros scandale, c’est surtout qu’elle a donné un entretien au journal d'extrême droite, Présent, quand elle était à fond dans sa lutte pour les animaux. Tout le monde le lui avait reproché. Pour elle, ce n’était qu’une manière de se faire entendre sur un sujet qui lui tenait à cœur. Ce n’était peut-être pas un bon calcul, mais elle voulait absolument parler des animaux. Je pense que c’est cet aspect d’elle qui met tout le monde mal à l’aise. Quelque part, c’est difficile de juger ce qu’elle dit et ce qu’elle fait. Elle est tellement extraterrestre. Elle a ses lubies, ses délires et parfois ça rentre en contradiction assez violente avec ce que sont les autres.

Interview de Marie Céhère pour son livre « Brigitte Bardot, l'art de déplaire »

Twenty : Est-ce que tu penses que la femme parfaite en 2016 est l’opposée de B.B. ?

Marie Céhère : Dans les magazines, on essaie de nous faire croire qu’il faut être la femme totale : la mère, la maîtresse, l’entrepreneuse… tout en même temps, et à la perfection. Il faut être tout… mais j’ai plutôt l’impression que les filles ont plus envie d’être B.B. et de faire ce qu’elles veulent et d’emmerder tout le monde.

 

Twenty : Mais elle faisait vraiment ce qu’elle voulait ?

Marie Céhère : Oui, mais elle a eu du mal. B.B. venait d’un milieu très conservateur et bourgeois. C’était très compliqué pour elle. Elle a fait des tentatives de suicides, des dépressions à répétition. Elle a avorté au moment où c’était encore interdit, avec un cintre. Elle en a payé le prix, mais elle faisait vraiment ce qu’elle voulait, même si elle vivait dans un petit appartement bourgeois.

 

Twenty : Selon toi, B.B. nous a laissé quoi comme héritage ?

Marie Céhère : Le droit de pouvoir dire : « Je m’en fous », le droit de pouvoir coucher avec qui on veut, le droit de pouvoir changer d’avis, de ne pas vouloir d’enfant, le droit ne pas être parfaite. Paradoxalement, elle est physiquement parfaite, mais c’est le contraire de la femme parfaite, de la working girl, de la fille qui fait du yoga et mange des légumes… elle s’en fout de tout et c’est important de s’en foutre.

 

Twenty : Et tu ne penses pas que l’image de la femme-enfant est aujourd’hui en déclin ?

Marie Céhère : C’est vrai qu’elle a joué sur ce côté femme-enfant jusqu’à la fin de sa carrière. Quand elle a arrêté de jouer, c’était surtout parce que son physique ne suivait plus. La femme-enfant, c’est dangereux. Elle doute, elle ne sait pas, fait des caprices, elle est complexée, elle pleure. J’ai l’impression que ça ne rentre pas trop dans l’idéal du couple qu’on essaie de nous faire avaler aujourd’hui.

Interview de Marie Céhère pour son livre « Brigitte Bardot, l'art de déplaire »

Twenty : C’est parce que la femme-enfant n’est pas fonctionnelle, alors qu’aujourd’hui, tout doit être fonctionnel ?

Marie Céhère : Elle est ingérable. Vadim raconte une sortie chez Maxim’s, où elle a fait la gueule pendant des heures, s’est saoulée et a pleuré parce qu’elle se trouvait laide. Aujourd’hui, ce n’est pas le genre d'attitude qu'on valorise.

 

Twenty : Est-ce que c’est elle qui nous a autorisées à avoir des complexes ?

Marie Céhère : Avant elle, j’ai l’impression que les femmes étaient vraiment des objets. Au cinéma, c’étaient des figures plâtrées de maquillage, des figures qui n’existent même pas dans la vie. En dehors, chacune était dans sa classe sociale, dans son rôle. Le regard de la femme sur son propre corps n’avait pas lieu d’être. B.B., elle, se regarde des heures dans la glace et se trouve laide. On s’est mises à se regarder dans la glace, avec elle, jusqu’à des extrêmes.

 

Twenty : Tu as pris le parti de la confondre avec ses rôles, comme s’il n’y avait aucune dissociation possible. B.B dans la vie et à l’écran, c’est la même ?

Marie Céhère : Au départ, j’avais l’intention de ne parler que de la femme, mais elle, dès son premier film, où elle avait 15 ans, elle est déjà elle-même. Dans tous ses films, c'est elle. C’est soit elle, sublimée, soit une partie d’elle, et j’ai l’impression que c’est dur pour un metteur en scène de la faire jouer. Elle ne peut jouer que B.B. D’ailleurs, je trouve que c’est une bonne actrice dans la mesure où elle ne se laisse pas déborder par elle-même. Après, elle s’auto-interprète, ce n’est pas une actrice dans le sens où elle n’interprète pas autre chose qu’elle-même. D’ailleurs, c’est ce qu’elle a dit à propos de Et Dieu... créa la Femme : « Dans ce film, je ne joue pas, je suis ».

Interview de Marie Céhère pour son livre « Brigitte Bardot, l'art de déplaire »

Twenty : B.B. c’est la transgression, à tous les points de vue, même en tant qu’actrice qui refuse d’en être une… Ce serait quoi pour toi la transgression à la B.B. en 2016 ?

Marie Céhère : On nous fait croire que tout est transgressif, mais on a le droit de rien et il y a des codes partout, des étiquettes qu’on nous colle, on nous demande de faire un choix, un seul. B.B. s’en foutait des codes. Elle ne faisait pas un choix, mais plein de choix, tout le temps, tous les jours. Aujourd’hui, le droit d’être soi-même c’est hyper transgressif. Quand j’ai parlé à son mari, il m’a dit que pour lui, B.B. c’est la liberté.

 

Twenty : Bon, et pourquoi t’être intéressée à elle ? Qu’est-ce qui fait qu’à 24 ans on a envie d’écrire une biographie de B.B. ?

Marie Céhère : Aujourd’hui, nous sommes beaucoup entourés de femmes. En tant que jeune femme, tout juste lancée dans la vie, je me suis demandée qui pouvait être un modèle féminin. A quoi est-ce qu’on aurait envie de ressembler ? C’est fini l’époque où toutes les filles voulaient être Madonna, faire des trucs subversifs. Aujourd’hui elles veulent dominer, imposer leur liberté. Je me suis dit que nous avions peut-être besoin d’un modèle de femme libre, qui nous autorise à ne pas avoir d’enfant, à ne pas faire de footing, à ne pas faire de yoga, à ne pas faire de grande carrière, à coucher avec qui on veut, à divorcer, en s’assumant et sans avoir de compte à rendre aux autres. Tout en étant soumise à sa propre moralité. Au final, c’est peut-être important de se rappeler que dans les années 50, une fille a fait ce que lui dictait sa conscience.

 

Twenty : Tu te retrouves dans ton sujet ?

Marie Céhère : C’est marrant mais, depuis que le livre est sorti, on me dit que ce n’est pas B.B., mais que c’est moi que je décris. Ce n’est pas un faux autoportrait, c’est juste que dans mon parcours, j’ai fait tout et n’importe quoi, j’ai fait ce que je voulais. Il faut se poser la question de savoir si on fait les choses pour soi ou parce qu’on se sent obligée de les faire. Une femme qui ne veut pas d’enfant aujourd’hui est encore considérée comme égoïste ou légère. Je la trouve forte, dans cet aspect-là de sa personnalité.

Interview de Marie Céhère pour son livre « Brigitte Bardot, l'art de déplaire »

Twenty : Comment tu as fait pour te mettre dans la tête de B.B. ?

Marie Céhère : Il y a plein de biographies sur elle, mais peu de gens se sont arrêtés à ce qu’elle a écrit, deux énormes volumes sur sa vie et un livre où elle dit des choses plus ou moins ordurières. Il y a des chapitres où elle tient un discours politique d’une violence extrême. En revanche, c’est assez intéressant tout ce qu’elle dit sur les femmes. Pour elle, une femme ne doit pas singer l’homme. On doit jouer avec ses armes. Elle veut être une femme qui domine, en tant que femme. Je l’imagine écrire ça et penser : « Mais qu’ils aillent se faire foutre ». C’est tout à coup la femme qui se lâche. On n’est pas obligé d’être digne. Elle n’a pas d’âge. Elle est rafraichissante, même à 80 ans.

 

Twenty : Tu parles avec une grande tendresse de sa vieillesse et de sa manière de vieillir. Tu envisages comment la vieillesse, toi ?

Marie Céhère : Je la trouve courageuse de vieillir, de refuser de se faire un lifting, de ne pas mettre de crème hydratante. Personnellement, je m’en tartine. J’ai très peur de vieillir. Je regarde si j’ai des rides. Peut-être qu’on a tort d’avoir peur, que cette peur nous est imposée, par la pub et par les icônes, qui à 40 ans n’ont pas une ride. Personne ne vieillit, à la télé ou au cinéma. C’est vrai que pour les actrices, peu d'entre elles passent le cap de la vieillesse. Pour le commun des mortels, c’est compliqué d’envisager la vieillesse. On a l’impression que notre mec ne nous aimera plus, qu’on aura plus de boulot, qu’on deviendra laide et rejetée. J’admire qu’elle gâche ce qu’il reste de sa beauté en travaillant dans la merde et en soulevant des croquettes pour chien, en ne se coiffant pas. Je me dis : « Waouh, j’aimerais avoir le courage de me voir vieillir, de changer de vie ». Peut-être qu’il faut changer de vie et ne pas s’accrocher à ce qu’on faisait quand on était jeune. Elle pose la question de comment vieillir, sans se l’être posée, bien entendu.

 

Twenty : Beaucoup de femmes écrivains prennent la défense de B.B., tu te places dans cette lignée, tu comprends cette fascination ?

Marie Céhère : C’est peut-être une particularité de la femme écrivain, dans le sens où, en tous cas à l’époque de Françoise Sagan et Marguerite Yourcenar, il y avait encore Simone de Beauvoir, et c’était peut-être plus dur pour une femme d’être écrivain. C’était encore un métier d’homme. Elles voulaient se retrouver, se réunir. Avec B.B., c’était tellement fort le girl power. Et puis, une femme écrivain peut avoir envie de compléter B.B., parce qu’elle représente avant tout la beauté mais qu'elle, a les mots pour la dire.

 

Twenty : Tu as rencontré B.B. ?

Marie Céhère : Non. Pendant que j’écrivais le livre, je préférais être loin. J’avais peur qu’elle me censure. Après, j’ai envoyé le livre à son mari et il m’a dit qu’elle avait du mal à revenir sur son passé. Tout ce qui l’intéresse c’est les animaux. Maintenant, je pense qu’il serait intéressant de la rencontrer, mais je ne suis pas certaine qu’elle soit disposée à parler de toutes ces choses.  

 

(Propos recueillis par Carmen Bramly, 21 ans, romancière mais aussi entrepreneuse.)

Interview de Marie Céhère pour son livre « Brigitte Bardot, l'art de déplaire »

* * * * * * * *

 

Je vous invite à (re)découvrir mon article publié lors de la parution du livre de Marie Céhère (lien ci-dessous).

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 20:48
Couverture du livre "Gainsbourg", publié en novembre 2016 par les éditions Michalon.

Couverture du livre "Gainsbourg", publié en novembre 2016 par les éditions Michalon.

* * * * * * * *

 

Brigitte Bardot est représentée aux côtés de Serge Gainsbourg sur la couverture d'un nouveau livre. La photo, signée par Sam Levin, figurait dans l'appartement de Serge, rue Verneuil, à Paris.

 

Dans les années 60, les femmes photographes de presse sont rares.

Odile Montserrat fut l'une d'entre elles. Elle rencontre Serge Gainsbourg en 1967. A cette époque, le photographe n'est pas un ennemi mais un ami, celui à qui l'on se livre, celui qu'on laisse entrer dans son intimité, celui devant qui on lève le masque. C'est ce qu'Odile Montserrat a vécu auprès de Serge, Jane Birkin et leurs enfants. Elle a conservé ces photos sans jamais les exposer au grand public.

Sa fille, Valeria Attinelli, était présente lors des séances photos. En racontant la petite histoire de chaque cliché, elle nous livre son regard d'enfant sur "l'homme à la tête de chou", mais également sur une époque où les artistes étaient aussi de grands enfants. Entre la mère et la fille, les souvenirs se mélangent et se répondent pour nous offrir un portrait tendre, fidèle et inédit de Serge Gainsbourg, l'homme qui, derrière l'artiste, fut avant tout un ami.

 

Photos d'Odile Montserrat et textes de Valeria Attinelli.

110 pages avec de nombreuses photos (mais aucune de B.B. !).

Publié le 3 novembre 2016 aux éditions Michalon.

24,90 Euros.

* * * * * * * *

 

Pour rester sur le même sujet..., je vous invite à (re)découvrir le livre d'Alain Wodraska, Bardot - Gainsbourg : passion fulgurante, auquel j'ai collaboré, avec le soutien de B.B. (publié en 2014).

Repost 0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 21:08
Brigitte Bardot lance un nouvel appel pour protéger les chevaux

Agir auprès du Gouvernement

 pour protéger les chevaux !

 

 

Telle est la nouvelle proposition faite par Brigitte Bardot pour éviter aux chevaux de finir leur vie à l'abattoir.

Cet appel a été lancé dans Cheval Magazine (n° 540 - novembre 2016) et posté sur Twitter, le 24 novembre 2016.

Pour découvrir le dernier appel de B.B. et signer la pétition en faveur des chevaux, je vous invite à (re)lire mon article ci-dessous.

Repost 0
Publié par François Bagnaud - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !