Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 01:40

La  Fourrure

Un des grands combats de B.B. 

 et de sa Fondation

 

Dans l’édito du magazine de sa Fondation (L’Info-Journal n° 82 – 3ème trimestre 2012), Brigitte Bardot s’insurge de nouveau contre le commerce de la fourrure :

 

Portrait Brigitte Bardot (Années 90) (Blog Farnç-copie-1« Comment se fait-il que la fourrure, cette abominable cruauté envers les animaux, continue envers et contre tout à être à la mode ?

J’en ai marre de répéter et de re-répéter depuis des années qu’il serait grand temps de prendre conscience de ce que cela représente : la mort, chaque année, de plus de 40 millions d’animaux, élevés dans des incarcérations indignes et tués de manière affolante, soit par électrocution entre la bouche et l’anus afin que le pelage ne subisse aucun dommage, soit dans des containers remplis de gaz asphyxiant qui les fait se monter les uns sur les autres afin d’essayer d’échapper à cette mort atroce qui rappelle certaines horreurs faites aux humains durant la dernière guerre mondiale.

L’être humain, qui n’a rien d’humain et surtout n’a pas réellement évolué depuis l’âge des cavernes, continue d’avoir en lui cette cruelle barbarie qui le pousse à user de son pouvoir pour asservir les plus faibles afin de se parer de leurs dépouilles.

Si les femmes sont inconscientes et stupides, c’est un triste bilan qui les pousse encore vers la fourrure mais maintenant les ados s’y mettent aussi et je trouve ça scandaleux de les voir se pavaner avec leurs cols de fourrure sur leurs anoraks ou leurs blousons. Savent-ils, ces petits ignares, qui savent à peine lire et écrire correctement, ce que représentent ces dépouilles d’animaux qu’ils arborent fièrement ?

Y’en a marre !

On n’arrête pas de tuer pour satisfaire des inutilités sur cette Terre, que ce soit pour la bouffe, pour la médecine, pour la mode, pour le plaisir…

Bon, j’arrête car je vais piquer une rage ! »

 

Cela fait, en effet, des années que Brigitte a pris conscience de toute la souffrance animale endurée (et longtemps ignorée) pour que le commerce de la fourrure existe encore. Ses détracteurs lui rappellent régulièrement que des années 50 au milieu des années 70, elle a porté elle-même de la fourrure. C’est vrai, et elle ne s’en cache pas. Elle leur répond simplement :

« J’étais une conne…. À l’époque, je le dis et je le redis, je ne savais pas. J’ignorais qu’une étole de fourrure symbolisait la souffrance et la mort. Je l’ai appris. »

 (Paris  Match, 15 mai 1997)

 

Je me souviens qu’au milieu des années 90, Brigitte espérait vraiment que ce combat-là serait assez simple à gagner. Il suffirait d’informer, de montrer des images d’élevages, de dénoncer des pratiques inhumaines et, alors, la jeune génération comprendrait et ne porterait plus ces « cimetières d’animaux » sur le dos. Mais le lobby des fourreurs est puissant, le commerce de la fourrure rapporte beaucoup d’argent et certains créateurs de mode utilisent toujours de la fourrure dans leurs collections.  Des stars internationales (comme Lady Gaga ou Catherine Deneuve) en portent et les magazines féminins font encore de la publicité.

* * * * * * * *


Brigitte Bardot a participé, à Paris, à deux grandes manifestations contre la fourrure. J’étais évidemment à ses côtés, totalement convaincu que la fourrure, non seulement engendre de la souffrance animale, mais est complètement démodée…

 

Manifestation du 19 novembre 1994

 

Si on excepte une participation dans sa voiture (Brigitte était malade)  à la grande manifestation contre la chasse à courre organisée par la SPA, le 5 novembre 1983, c’était la première fois que Brigitte défilait dans les rues de Paris, ce 19 novembre 1994… Inutile de vous dire que plus d’un millier de personnes étaient présentes ce jour-là, ainsi que la presse du monde entier ! Une bousculade incroyable, nous devions aider les gardes du corps à contenir la foule qui voulait s’approcher de Brigitte…

En effet, Brigitte avait décidé de prendre la tête de cette manifestation contre la fourrure. Une longue marche, de la Gare Saint-Lazare jusqu’à l’Opéra, au cours de laquelle, les gens applaudissaient Brigitte et lui criaient « Bravo ».

 

Brigitte-Bardot--avec-Francois-Bagnaud-----19-novembre-199.jpg

Brigitte Bardot défile dans les rues de Paris pour protester contre le commerce de la fourrure.

On reconnaît sur la photo : Bernard Montiel (à droite), Frank Guillou (secrétaire de Brigitte - caché derrière elle)

et moi (à gauche).

 

La Fondation avait lancé un appel afin que les militants apportent des fourrures. La Princesse Catherine Aga Khan avait offert un manteau de zibeline de très grande valeur. Et c’est sur la Place de l’Opéra qu’un gigantesque feu de vêtements en fourrure fut allumé par Laetitia Scherrer, ex-mannequin devenue protectrice des animaux, fille du couturier Jean-Louis Scherrer.

 

Nova Gente 952 - Manifestation Bardot (Blog Bagnaud)

La presse du monde entier a relaté cet évènement grâce à la présence de B.B. !

(Magazine Nova Gente n° 952 du 14 décembre 1994)

 

Ensuite, Brigitte fut autorisée à entrer dans l’Opéra (on en a profité pour visiter les lieux au pas de course…) et à venir saluer la foule depuis le balcon du premier étage de ce magnifique palais.

 

Brigitte Bardot (avec François Bagnaud) - Opéra (19 novem

Depuis le balcon de l’Opéra, Brigitte Bardot salue les manifestants qui l’acclament.

De gauche à droite : Ghyslaine Calmels-Bock (qui venait d’arriver à la Fondation comme Directrice Générale), Anne-Marie M. (une amie de Bazoches), Greg (garde du corps), Brigitte, un autre garde du corps, Bernard Montiel et moi ! 

 

* * * * * * * *

 

Manifestation du 20 décembre 1997

 

Devant le retour de la fourrure dans les magazines de mode et surtout chez les créateurs qui en mettaient de nouveau dans leurs collections, Brigitte avait accepté de participer à une nouvelle  grande manifestation organisée par Laetitia Scherrer. Cette dernière avait eu l’idée de défiler dans le quartier chic des grandes maisons de couture, près des Champs-Élysées, avenue Montaigne, un samedi après-midi, à quelques jours de Noël… Il y avait évidemment beaucoup de personnes qui ont entendu nos protestations.

Brigitte portait un superbe manteau en fausse fourrure prêté par Paco Rabanne. 

Théodore Monod, célèbre naturaliste, explorateur et humaniste français, était aux côtés de B.B. ; il était alors âgé de 95 ans ! Christian Zuber, producteur de films animaliers et écrivain, était là également. (Ils sont tous les deux décédés depuis). 

Mais seulement 400 personnes ont manifesté avec nous ce jour-là, et Brigitte fut un peu déçue… par rapport à 1994. Mais sa présence généra beaucoup d’articles dans la presse, ce qui a peut-être réveillé quelques consciences…


1997/12/20 - Avec Brigitte BARDOT et Théodore MONOD

Brigitte Bardot exhibe la dépouille d’un animal piégé pour sa fourrure.
Elle est entourée (de gauche à droite) par : Laetitia Scherrer, Frank Guillou, le Professeur Théodore Monod, Greg (garde du corps), moi, Ghyslaine Calmels-Bock (directrice de la Fondation B.B.) et Christian Zuber.
(Petit clin d'oeil à Sandrine Rizzotto – militante et admiratrice de Brigitte – qui porte la pancarte rouge à droite).

 

(Lors de ces deux grandes manifestations, Brigitte était toujours accompagnée de Bernard d'Ormale, son mari qui la soutient dans tous ses combats, de Frank Guillou, son secrétaire personnel depuis 1989, et de moi...! Et s'ajoutaient aussi quelques amis proches et tout le personnel de la Fondation. Et, bien sûr, les indispensables gardes du corps !) 

 

Malgré d’importantes campagnes publicitaires (financées par la Fondation Bardot) expliquant la cruauté du commerce de la fourrure, celui-ci (même s’il est en perte de vitesse) trouve encore de nouveaux débouchés (comme l’indique B.B. dans son édito) et surtout de nouveaux (jeunes) clients.

Pour tout connaître sur ce sujet (les chiffres officiels, les demandes de la Fondation, les campagnes publicitaires, obtenir des tracts, les manifestations à venir, etc…), rendez-vous sur le site de la Fondation Brigitte Bardot (lien ci-dessous) :

http://www.fondationbrigittebardot.fr/s-informer/fourrure

 

* * * * * * * * 

 

(Actualisation du 9 novembre 2013)

 

Le 2 novembre 2013, Brigitte Bardot a adressé la lettre ci-dessous pour soutenir Gaïa, la plus importante association belge de protection animale. En effet, des éleveurs de visons néerlandais s’implantent de plus en plus en Belgique pour fuir l’interdiction d’exercer votée par le Parlement de leur pays. Des centaines de milliers de producteurs ont fait le voyage pour obtenir un permis et Gaïa craint un effet de contagion en Flandres (Nord de la Belgique), si le Gouvernement belge ne fait rien. Pour Brigitte Bardot, il faut donc stopper cette extension tant qu'il est encore temps.

 

2013/11/02 - Lettre contre le commerce de la fourrure

 

* * * * * * * *

(Actualisation du 25 janvier 2015)

 

La Fondation Brigitte Bardot lance une campagne d’information et de sensibilisation contre la fourrure dans les rues de Paris. Toutes les informations avec le lien ci-dessous. 

Partager cet article

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article

commentaires

microneedle roller skin care 01/04/2014 14:08

I've been previously searching for stories such as this for the way a lot of time.Abuse of pets and animals have been prolonging and it is high time that we must put na end to it.Put the cruelty in check. Merely exactly thankful that we established your personal.

François BAGNAUD 01/04/2014 19:01

Thank you for your message.
Brigitte works each day to make change the laws, but it's very difficult. And it's necessary to continue to support B.B. in her combat for the animals.
I hope you will come another time on my Blog.
Best regards.
François

Cédric R. 28/10/2012 20:32


Je n'arrive vraiment pas à comprendre comment on peut encore de nos jours porter de la fourrure, que des "connasses" (ou même des "connards", je pense à certains rappeurs...) puissent se
pavaner en portant des peaux de pauvres animaux martyrisés sur le dos, ça me dégoûte profondément! C'est vraiment monstrueux, dégueulasse! Je me souviens qu'au milieu des années 90 et grâce à ses
émissions S.O.S et les différentes manifs et campagnes de pub, Brigitte avait réussi à ringardiser la vraie fourrure, les vendeurs de "cimetières sur le dos" faisaient un peu la gueule à cette
époque car leur chiffre d'affaire en avait prit un coup. Hélas, le répit fut de courte durée, la fourrure est revenue en force et est plus que jamais "à la mode" en ce moment... Je comprends
que Brigitte puisse avoir des moments de désespoir, les combats ne sont hélas jamais gagnés d'avance, et lorsqu'on les croit gagnés, ça n'est jamais pour longtemps, à cause des lobbies ou de la
connerie humaine. Quelle tristesse.

François BAGNAUD 29/10/2012 02:08



Cher Cédric, 


Tu as bien résumé le problème... Il faut sans cesse informer, dénoncer, se battre et pour Brigitte c'est épuisant. Je me souviens, lorsque je travaillais à la Fondation en 1991 et que j'étais
"programmé" pour en prendre la drirection après le départ à la retraite de Liliane Sujansky, Brigitte me disait : "On va prendre les combats un par un, ne pas se disperser et se battre jusqu'à la
victoire. Et après on passera à un autre combat...". Malheureusement, c'était impossible et il fallait que la Fondation soit sur tous les fronts en même temps, ce qui ne facilite pas les
choses. 
OUI, actuellement Brigitte est désespérée car elle ne voit aucune grande victoire à l'horizon...
Je comprends sa détresse pour l'avoir souvent partagée avec elle...
Bien à toi.
François 



Manuel LEFEBVRE 19/10/2012 09:45


la fourrure... un combat, le même depuis des années, Brigitte se bat contre mais aussi des miliers de défenseurs de la cause animale, et je crois qu'avec le bénéfice qu'en tire les fourreurs, ce
combat n'est pas gagné! mais c'est aussi de la faute du consommateur, qui ferme les yeux quand cela l'arrange!! cet hiver de nouveau, la fourrure sera partout et il ne faut pas lacher prise!!
Brigitte continuera son combat contre mais nous aussi! ;)

François BAGNAUD 19/10/2012 11:48



Quand je pense qu'au début des années 90, avec Brigitte, nous pensions que ce serait un combat "facile à gagner", car si sa Fondation arrivait à convaincre les consommateurs (et notamment les
jeunes générations), le marché s'écroulerait... Mais, tant que les fourreurs auront le soutien de créateurs qui utilisent des fourrures dans leurs collections et que les magazines de mode en
parleront, les gens achèteront, se décomplexant en disant que "c'est à la mode"...
Je crois que B.B. a bien raison de penser que rien ne sera jamais gagné... Malheureusement...
Merci pour ton commentaire et ta visite sur mon Blog, mon fidèle ami.
Bien à toi.
François  



Dany Mégard 11/10/2012 14:11


Cet article relatif à la fourrure m'a fait penser à une anecdote de 1985. En effet, je faisais des courses dans une grande surface avec ma fille alors âgée de 15 ans quand tout à coup je l'ai vue
se précipiter vers une dame arborant fièrement un manteau de fourrure. Quelle n'a pas été ma surprise lorsque j'ai entenu ma fille lui dire, très poliment "Pardon Madame, vous avez vu, votre
manteau saigne !". La dame est restée muette, a tourné les talons et a rejoint la caisse rapidement. Je ne sais si cette personne a continué de porter sa "dépouille", en tous cas j'étais très
fière de ma fille. Personnellement je n'aurais pas osé. La relève est assurée concernant la protection animale, car je transmets tous les "journal info junior" à sa fille de 12 ans. 


Nos efforts à tous"défendeurs de la cause animale" semblent parfois dérisoires mais si personne ne se manifeste où en serons nous dans quelques années ?


Admiration pour tout ce que fait Brigitte. Bises à vous.


Dany

François BAGNAUD 16/10/2012 23:40



Belle anecdote. Oui, je pense que la majorité des jeunes trouvent la fourrure démodée (d'une part) et ont conscience de la souffrance des animaux (d'autre part) car ils sont mieux informés via le
Net et les réseaux sociaux notamment. 
Je continue de penser que bientôt la fourrure sera si décriée qu'elle ne se vendra plus. Il faut conitnuer toutes ces petites actions quotidiennes...
Merci pour votre fidélité, chère Dany.
On garde le contact.
Gros bisous.

François 



pascale 09/10/2012 14:01





 Bonjour François,je viens de recevoir l'Info-Journal et ce que je vois en couverture me donne la chair de poule, quand on voit,c'est vrai, dans quelle condition ces pauvres bêtes
croupissent, on en a de quoi  en avoir le coeur tout retourné...Ce que je lis en premier quand mon Journal arrive,  c'est le mot de B.B. que je viens de relire sur votre blog et
ces animaux qui s'en sont allés  cet été, sa petite chèvre et son petit chat Lolo...quand on voit tous ces massacres de toutes ces pauvres bêtes qui souffrent  dans une douleur atroce
,pour que la peau ne soit pas abimée,ces pratiques barbare comme le dit si bien B.B.  sont à en vomir de dégoût,d'impuissance pour ces petites bêtes qui ne demandent rien et qui ne savent
pas encore la mort douloureuse qui les attend...Oui,comme toutes les personnes qui sont sensibles comme moi,de voir toutes ces atrocités me fait mal au ventre et me bouffe le coeur et me
donne l'envie de gerber....De la fourrure,moi je n'en porte pas,j'aime mes bottes en plastique quand je vais l'hiver sur la plage avec petite Minnie,ça ne fait pas beau mais je me fiche de la
pensée des gens...Merci François pour ce partage  qui fait peine à lire ,mais je sais qu'il faut montrer les horreurs pour que le monde soit au courant...Mais,quand on a un coeur
trop sensible, tout n'est pas évident à regarder....Je vous souhaite malgrè toutes ces atrocités que l'ont voit, une tendre journée avec votre maman,gros bisous....Pascale  ♥ ♥ ♥ 

François BAGNAUD 10/10/2012 12:10



Le choix de Brigitte, dès les débuts de sa Fondation (et je la soutenais pour cela), c'était de montrer des images chocs car c'est la vérité de la souffrance animale. D'autres associations ont
choisi de montrer de jolis petits chats et chiens, c'est bien aussi, mais la FBB veut être très militante et faire évoluer les lois. 
Merci pour votre soutien indéfectible, chère Pascale.
Je vous embrasse.
François 



Tosca Puccini 09/10/2012 12:35


Alors ça c'est un sujet qui me met hors de moi ! L'année dernière, à Angers, je suis rentrée dans une boutique remplie de ces fourrures pour les jeunes clients : il y avait là des gilets, des
cols, des blousons, des manches, des bonnets, des chaussures ( je suis fière de mes bottes avec de la  fausse fourrure et très jolies pour autant : la fausse fourrure est un bel hommage à
ces animaux que l'on aime et admire pour leur robe).  La propriétaire était là, au milieu des clientes; j'ai dit très fort  : "ça pue la mort votre magasin ! Vous devriez avoir honte de
cautionner ces massacres, on est plus à l'âge des cavernes !"Evidemment je me suis fait jeter, mais quelle éclate !


Surtout c'est une éducation minable pour nos jeunes: on leur donne un feu vert pour cette violence et pourquoi pas les autres aussi : à mon sens, tuer c'est TUER. De même que " qui vole un
oeuf..." Même s'ils ne tuent pas directement.  Hier je discutais avec une collègue qui venait de manger un agneau de lait. Je lui ai fait imaginer un monde dans lequel on se nourrirait des
nouveaux-nés humains. S'il fallait tuer soi-même les animaux que l'on consomme peut-être qu'il y aurait davantage de végétariens.


Nous vivons dans une société complétement barjot : c'est tous les jours que nous en avons la preuve.


Enfin... Sur ce, je vais déjeuner avec mes épinards et les oeufs de mes poules.


Bisous


Annie

François BAGNAUD 10/10/2012 12:24



Vous avez tout dit et je pense exactement comme vous. 
Notre société actuelle est devenue affligeante et dangereuse...
Mais que faire ? Nous ne sommes RIEN, une minorité décide pour nous et c'est le règne de la violence, du fric, de la corruption, des lobbys et des magouilles !
Triste bilan pour une humanité qui pourrait vivre heureuse...
Mille bisous.
François  



Ricard Bruno 09/10/2012 10:16


François Oui Brigitte est de tous les combats pour dénoncer l'horreur de la fourrure...je me rappelle très bien de ces manifestions auxquelles j'ai participé, j'étais juste derrière mon ami
Christian Zuber avec Bernard...souvenirs de combats pour dénoncer cette horreur absolue...Bonne journée Bruno

François BAGNAUD 10/10/2012 12:20



OUI, cher Bruno, je sais bien que tu es de toutes les manifestations en faveur des animaux car tu es un vrai militant. 
Je me souviens de Christian et de sa charmante épouse... Quelle tristesse de voir s'en aller tant de gens de valeur.
Bien à toi.
François  



Dollé Monique 09/10/2012 05:36


Continuer, l'aider, la suivre, de loin ou de prés, dans sa lutte pour la défense animale, qui devient de plus en plus difficile dans ce monde d'égoïstes et de sans coeur.


C'est merveilleux François de vous voir toujours à ses côtés ! Les âmes pures finissent toujours par se rencontrer, d'une façon ou d'une autre, comme si nos tendres amis les animaux, ces anges,
nous réunissaient !!!!


Tendre et Chère Brigitte, comme je vous aime!!!!!


France

François BAGNAUD 10/10/2012 12:18



Merci, chère France, pour ce joli message d'amour pour notre chère Brigitte. 
Oui, nous devons la soutenir, adhérer à sa Fondation afin qu'elle ait les moyens de continuer sa lutte et d'essayer de faire changer les lois... Car ce n'est pas simple !
Belle journée à vous.
Bisous.
François 



Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je viens de terminer 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka ("Dans les pas de Brigitte Bardot" - éd. Favre, 28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant ("Brigitte Bardot, moi je joue" - éd. Flammarion, 25 octobre 2017).
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je viens de terminer 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka ("Dans les pas de Brigitte Bardot" - éd. Favre, 28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant ("Brigitte Bardot, moi je joue" - éd. Flammarion, 25 octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !