Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 16:51

En mémoire de mon Père (1908 - 1981)

 

Après la Fête des mères, vient naturellement celle des pères. Un peu moins « médiatisée », elle est souvent restée en retrait par rapport à celle des mères. Et pourtant, quelle jolie fête aussi… et quel bonheur de redire à notre papa, même s’il n’est plus de ce monde, qu’on l’aime…

Mon père est décédé à l’âge de 73 ans, le 24 juillet 1981 (j’avais 26 ans et demi).

Il avait fait un premier infarctus, une semaine avant, à la maison. Emmené à l’hôpital, il semblait s’être bien remis, malheureusement il a refait un second accident cardiaque aux soins intensifs mais à la « mauvaise heure »... Il était 13 heures, et l’infirmière responsable des quatre malades dont elle avait la charge, s’était absentée pour aller déjeuner… C’est le Chef de service lui-même qui nous l’a dit (sinon nous ne l’aurions jamais su…) en nous demandant si nous souhaitions porter plainte pour fauteMaman (si désespérée) et moi (encore un peu immature) n’avons pas su comment faire, nous étions totalement désemparés… Et Maman disait qu’un procès ne lui ramènerait pas l’homme qu’elle aimait depuis 33 ans. 

 

 Fernand-Bagnaud-a-Antony--Annees-1970-.jpg

Mon papa, à la fin des années 70.

 

Je suis né alors que mon papa avait déjà 46 ans. Mais jamais je n’ai eu le sentiment d’avoir un père âgé. J'étais un « enfant de l'amour », espéré et attendu. J'ai été gâté et aimé par mes parents. C’est banal de dire cela, mais mon père m’a donné une bonne éducation, un peu sévère mais c’est grâce à lui que je suis devenu un adulte épanoui et responsable. Et puis, je savais qu’il m’aimait. Il me fait penser au papa du jeune héros du très beau film anglais Billy Elliot… Sous un air sombre et grave, se cachent beaucoup de tendresse et de sensibilité.

Je pense très souvent à lui…

Mais à l’occasion de la Fête des pères, c’est encore plus fort que les autres jours. Il est présent quotidiennement par la pensée et par les nombreuses photos qui sont dans toute ma maison. Je vis en permanence avec les gens que j’ai aimés et qui me manqueront toujours.

 

* * * * * * * *

 

Papa était né en 1908 dans un petit village du Périgord. Ses parents étaient agriculteurs. Son père est mort en héros à la guerre de 1914-1918 et sa mère s’est ensuite remariée.

Aussi, dès l’âge de 14 ans, il fut placé comme garçon de café à Paris. C’est là qu’il apprendra le métier de chef-cuisinier et qu’il rencontrera sa première femme avec qui il aura deux enfants. Puis il divorcera et épousera ma Maman en 1948.

Tous les deux, ils tiendront des hôtels et des restaurants gastronomiques, en province d’abord puis à Paris où je naîtrai en 1954.

Papa a été plusieurs fois médaillé de la Ville de Paris pour ses talents de cuisinier. Le Tout-Paris venait déguster ses spécialités aux Champs-Élysées puis dans son restaurant près de la Gare de l’Est.

Arrivé à l’âge de la retraite, comme j’étais encore étudiant, mon père a continué à travailler jusqu’à son décès… Il s’était reconverti comme agent immobilier.

J’ai le souvenir de parents unis et amoureux. J’ai été très heureux auprès d’eux et je ne les ai quittés qu’après avoir terminé mes études. J’avais 24 ans.

 

 Avec mes parents (années 60)

Le temps du bonheur et de l’insouciance…

 Avec mes parents adorés

dans leur restaurant de la Gare de l’Est (début des années 60).

 

* * * * * * * *

 

La Fête des pères a été célébrée dans tous les pays catholiques, dès le Moyen Âge, le 19 mars, jour de la Saint-Joseph, le « père » de Jésus.

En France,  c'est le fabricant de briquets Flaminaire qui eut l'idée de créer la Fête des pères, en proposant d'offrir à cette occasion un briquet à chaque papa. La fête fut fixée par un décret de 1952 au troisième dimanche de juin, ceci pour faire écho à la Fête de mères officialisée par une loi de 1950.

La date du 19 mars a cependant été conservée dans certains pays (Andorre, Belgique, Bolivie, Espagne, Italie, Portugal etc.)

 

* * * * * * *

 

C---Marcel-Imsand.jpgÉvidemment, parmi les nombreuses chansons en hommage à nos chers pères, ma préférée est Nantes composée par Barbara en 1963.

C’est dans cette ville que Barbara retrouvera son père sur son lit de mort, le 21 décembre 1959. À une adresse qu’elle avait inventée… : 25, rue de La Grange au Loup. Dans ce texte d’amour, elle avait trouvé le courage de dire à son père – qui avait abusé d’elle – que, malgré cela, elle l’aimait encore…

Je me souviens lors des obsèques de mon papa, j’avais cette chanson dans la tête.

Je n’arrêtais pas de la fredonner doucement ; cela m’a aidé à tenir le coup et à affronter cette terrible épreuve. La mort de mon père a été le premier choc de ma vie.

Je vous propose d’écouter cette chanson de Barbara (à la fin de cet article).

 

* * * * * * * * *

 

Ensuite, la seconde chanson que j’aime, est extraite du film de Barbra Streisand, Yentl (1983). Son titre est Papa, can you hear me. L’héroïne s’adresse à son père disparu et qui est au Ciel… C’est très émouvant, j’ai les larmes aux yeux à chaque fois que j’écoute les paroles… Vous pourrez la découvrir à la fin de l'article.

 

Parmi les autres chansons que j’apprécie, toutes consacrées aux pères, je citerai Mon Vieux de Daniel Guichard, Mon père de Sylvie Vartan, Un père de Chimène Badi ou encore Le plus fort, c’est mon père de Linda Lemay.

 

J’espère que ceux qui ont la chance d’avoir leur papa auprès d’eux l’auront gâté en ce jour de fête. Quant à ceux, qui comme moi, n’ont plus leur père, c’est l’occasion de penser à lui et de lui murmurer (comme s'il était encore là…) qu’on l’aime infiniment.

 

* * * * * * * *

      Peu m’importe qui mon père a été,

ce qui est important, c’est le souvenir que je garde de lui.

 Anne Sexton (poètesse américaine, 1928 - 1974)

* * * * * * * * 

Partager cet article

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans BARBARA Mes COUPS de COEUR
commenter cet article

commentaires

pascale 21/03/2013 13:28


 Bonjour mon grand frère de coeur,houa,quel claque vous venez de me mettre, une claque qui m'en donne les
larmes aux yeux de vous lire....( Décidément,vous n'arrêtez pas de me faire pleurer...)Quel amour vous avez pour ce papa disparu,aussi fort que celui de votre maman...Je sais ce que vous
ressentez François,je ne le sais que fort bien !!...Mon premier choc fût pour moi le décès de mon grand Père qui a été comme un papa pour moi et ma soeur,j'ai hurlé en le voyant sur son lit
,c'était la première personne que je voyais morte,je n'avais pas 15 ans....Toutes les chansons que vous avez citées sont belles est remplies de nostalgie aussi pour moi et j'en rajouterai une
autre,"parler à mon Père " de Céline Dion...Je m'associe à votre hommage mon grand frère que j'aime de tout mon coeur et je vais vous écouter,je vais murmurer à mon Père comme ci il
était encore là,que je pense fort à lui et que je l'aime à l'infini et pour la vie, jusqu'à ma mort....Et,dans l'au-delà,  quand je le retrouverai,je lui dirai de vive voix qu'il m'a
manqué et que je l'aime encore....Merci pour ce partage qui m'a fait comme toujours quand je vous sens dans la tristesse,mal au coeur...Je partage votre émotion,je partage ce bel
hommage si beau pour votre papa disparu bien trop tôt,vous aviez 26 ans et demi moi j'avais 30 ans et demi quand le mien est parti,on a fait de la musique ensemble,c'était beau,c'était bien,j'ai
des souvenirs qui me reviennent  et que je n'oublierai jamais.....Je vous redis toute ma compassion François, toute ma sincère émotion aujourd'hui de vous avoir lu...Votre hommage pour votre
papa est beau tout comme celui que vous avez fait pour votre maman,vous êtes une belle personne et mon coeur ne s'est pas trompé d'avoir eu pour vous, une réelle et tendre amitié....Je
vous embrasse tendrement,je pense bien à vous,encore plus aujourd'hui pour ce moment qui doit être si fort en émotion pour vous et que vous nous avez fait partager.....Merci François,merci pour
tout ce que vous nous apportez en émotion,en belles choses......Affectueusement,Pascale   ♥ ♥ 

François BAGNAUD 28/03/2013 11:10



Chère Pascale,


Ne dit-on pas : "Qui se ressemble, s'assemble"... ? 
Nous ressentons les choses de la vie avec la même émotion...
Nos chers disparus sont en nous jusqu'à notre mort, je ne peux (et vous non plus, je crois) vivre sans eux...

J'ai eu (vraiment) des parents formidables et exceptionnels, c'est pourquoi, ils me manquent tant... Ils sont à jamais dans mon coeur, ce sont mes plus grands amours !

Gros bisous d'amitié à ma petite soeur de coeur.

Marie 21/06/2011 23:05



Le 19 juin et une date très difficile pour nous, cela fait un an que notre fils et décédé a 27 ans, un enfant c'est très dur. Mais les parents aussi, mon papa et décédé en 1972 a l'âge de 45 ans
j'avais 15 ans et ma maman en 1998. Alors je te comprends François et je souhaite que ta maman vive encore beaucoup d'années !!! Bisous bonne semaine François



François BAGNAUD 22/06/2011 11:02



Chère Marie, 


Merci pour ton commentaire si touchant...


Je sais combien c'est dur de perdre un proche ou quelqu'un qu'on aime. Alors voir mourir son enfant, c'est un drame, l'horreur absolue. Ma soeur avait perdu aussi sa fille unique d'un cancer et
elle ne s'en était jamais remise. Donc, j'ai vu sa détresse et sa lutte pour continuer à vivre...


Mes pensées chaleureuses vont vers toi et je t'embrasse bien fort.


A bientôt pour une promenade sur ton Blog.


François


 



Tosca Puccini 21/06/2011 19:11



Cher François, c'est très émouvant tout cela. Comme vous, je n'ai plus mon père...Il me semble que mes parents disparus de la surface ont rejoint un lieu où leur présence est concentrée,
rassemblée et en permanence pour moi. Il n'empêche que parfois j'ai très envie de leur téléphoner...Durant un court laps de temps j'oublie que c'est impossible.


Allo, le ciel? Pourrais-je parler à Papa?


Maman... Nos premiers mots ! Nos premiers contacts sur cette planète...


Voilà, je ne trouve pas d'autres mots pour commenter votre article, juste une bouffée d'émotion qui progresse et m'envahit et coupe la ligne...



François BAGNAUD 22/06/2011 11:06



Chère Annie,


La mort de mon père a été mon premier grand choc. J'ai mis des mois à m'en remettre...


Il est présent en permanence avec moi par la pensée et par les photos de lui un peu partout dans la maison. Et Maman n'a jamais cessé d'en parler et maintenant qu'elle est "diminuée", il lui
 arrive souvent de l'appeler ou de demander "quand est-ce qu'il rentre à la maison ?"...


Vous l'avez compris, j'ai eu des parents merveilleux, amoureux et qui m'aimaient comme un petit prince. Je ne peux qu'avoir un bon souvenir d'eux et les aimer plus que tout. 


Ils me manqueront toujours.


Merci pour votre commentaire et votre fidélité.


Je vous embrasse bien fort.


François



M-Claire Chéron 20/06/2011 18:41



Je reste émue de ce bel article de la fête des Pères et et sur le récit de votre vie d 'enfant entouré de l' amour de vos parents, ce beau parcours complice, tendre et sincère, très touchant,
restez encore heureux le plus longtemps possible auprès de votre Maman, c' est ce que je vous souhaite avec toute mon amitié, M-Claire


 



François BAGNAUD 20/06/2011 19:44



Chère Marie-Claire,


Merci du fond du coeur pour votre commentaire sympa que j'apprécie vraiment.


Oui, j'ai reçu beaucoup d'amour de la part de mes parents qui s'aimaient et m'ont désiré malgré leur âge (Papa avait 46 ans et Maman avait 34 ans). Comme je l'écris dans mon article, je n'ai
jamais eu l'impression d'avoir des "vieux" parents. Je les aime plus que tout et je suis heureux que Maman vive près de nous. Malgré les difficultés quotidiennes, je le referais sans aucune
hésitation. C'est l'Amour de ma vie. 


Mille amicales pensées et à bientôt, j'espère.


François



Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).
  • Collaborateur littéraire depuis 1996, j'ai participé à 58 livres à ce jour. Je travaille actuellement sur un livre inédit sur B.B. avec Dominique Choulant (parution en octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un livre bouleversant à découvrir !

Un témoignage 

émouvant

 

2013/09 - Et le cancer brisa mes rêves (Solange N.)

224 pages

(37 photos intérieures en noir & blanc)

 

16,95 Euros

(frais d'envoi en plus)

 

Ce témoignage bouleversant

est un cri de désespoir :

celui d’une femme courageuse qui aura lutté 25 ans contre plusieurs cancers

et affronté des drames

durant toute sa vie. 

 

* * * * * * * *  

 

Tous les détails avec le lien ci-dessous : 

http://livres.rencontres.bardot.barbara.star.over-blog.com/article-et-le-cancer-brisa-mes-reves-de-solange-n-avec-fran-ois-bagnaud-119707111.html

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !