Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 23:00

26 juillet 2017

Six ans déjà...

mais toujours présent dans mon cœur !

 

* * * * * * * * 

L’infinie tristesse

quand un ami s’en va…

 

Ce 26 avril 2011, j’étais vraiment très heureux…

Francis, Jean-Luc et moi, nous nous étions connus sur les bancs du lycée d’Antony (92) et ensemble nous avions passé notre Bac en 1973. Puis chacun avait continué ses études et tracé son chemin…

Jean-Luc s’est orienté vers la musique, puis s’est marié avec Sylvie. Ils ont trois enfants : Perrine, Baptiste et Flore (dont Francis est le parrain). Jean-Luc est actuellement directeur d’un centre musical et environnemental, « La Fontaine de l’Ours » à Auzet (04). Son épouse travaille auprès de lui.

Francis est devenu vétérinaire et s’est installé à Châteauneuf-la-Forêt près de Limoges (87) car il a épousé Catherine, qui vivait dans cette région. Ils ont deux fils : Simon et Matthieu. Ne ménageant ni sa peine ni ses heures de loisirs, il a restauré et embelli une grande propriété dont il était très fier.

Depuis le lycée, nous sommes toujours restés en contact par téléphone, par courrier et nous nous voyions de temps en temps. Nous étions souvent ensemble après notre Bac, et je suis allé en voyage avec Francis en Allemagne et en Yougoslavie. Mais jamais nous n’avions été réunis tous les trois depuis que nos études nous avaient fait prendre des directions différentes. Cela faisait longtemps que nous voulions nous revoir tous les trois. Et c’est ainsi que nous nous sommes retrouvés à Aiffres (près de Niort), chez les parents de Francis.

 

Francis - Jean-Luc et moi (Aiffres - 26 avril 2011) - 81    

Jean-Luc, Francis et moi (Aiffres – 26 avril 2011).

Une journée inoubliable...

 

Francis---Jean-Luc-et-moi--Aiffres---26-avril-2011----9.JPG 

Si complices et si heureux de nous retrouver. Vive l’amitié !

 

La journée fut très sympa et nous étions heureux de ces retrouvailles. Nous sommes allés déjeuner dans un bon restaurant de Niort, et nous avons évoqué nos années de lycée, nos rigolades, nos voyages et enfin nos vies actuelles, nos amours, nos espoirs, nos chagrins. Et bien que nous ayons des vies, des opinions et des croyances un peu différentes, nous étions, malgré cela, en harmonie totale, une belle amitié nous unissait. Nous étions redevenus les mêmes complices qu’il y a 40 ans. On aurait dit trois joyeux adolescents… Francis attendait la retraite paisiblement, se réjouissant d’avoir enfin du temps pour s’occuper de ses futurs petits-enfants. Nous nous sommes quittés en nous promettant de ne pas laisser passer autant d’années pour nous revoir tous les trois ensemble.

Mais, malheureusement, le destin, cruel et impitoyable, en a décidé autrement…

 

Après le feu d’artifice du 14 juillet 2011, Francis rentrait chez lui avec l'un de ses voisins. Il le raccompagnait jusqu’à sa maison, et tous deux marchaient, l’un derrière l’autre, sur le bord d’une petite route de campagne. Quand soudain, le drame est arrivé. Une estafette a heurté Francis à pleine vitesse, le rétroviseur lui percutant violemment l’arrière du crâne. Il s'est effrondré, inconscient, sous les yeux de son voisin. Les secours, immédiatement alertés, l’ont transporté au CHU de Limoges où il a été très vite pris en charge. Il a été plongé dans un coma artificiel. Des dizaines d’hématomes étaient présents dans sa tête, totalement inopérables. Le diagnostic fut rapidement assez pessimiste…

Les parents et l’épouse de Francis nous ont prévenus (Jean-Luc et moi) dès le lendemain. Nous étions sous le choc, nous n’arrivions pas à croire ce qui arrivait à notre ami. 

Cela semblait tellement bête comme accident, si injuste… L’horreur !

Nous avions des nouvelles chaque jour, mais son état ne s'améliorait pas.

J’espérais, je priais, je n’arrêtais pas de pleurer, j’étais complètement déprimé. Je n'avais plus que Francis dans mes pensées, des tas d'images de notre jeunesse (enfouies dans la nuit du passé) ressurgissaient... 

Et puis le verdict des médecins est tombé : Francis était perdu…

Sa famille a dû prendre la terrible décision de le laisser partir.

Mon ami Francis s’est éteint, en douceur, entouré de ses proches, le mardi 26 juillet 2011 vers 18 heures. Trois mois (jour pour jour) après notre dernière rencontre. Il avait seulement 56 ans…

 

* * * * * * * * 

 

Collegiale-d-Eymoutiers.jpgSes obsèques ont eu lieu, le vendredi 29 juillet, dans la magnifique Collégiale d’Eymoutiers (87). Il y avait plus de 500 personnes. Tout le monde était ému et beaucoup pleuraient. Ses amis vétérinaires, mais aussi des agriculteurs et des éleveurs sont venus témoigner leur affection. Tous ont rappelé combien Francis était un homme simple, souriant, sympathique, qui faisait son métier avec passion et respect des animaux, toujours à l’écoute des problèmes personnels de chacun. Il était unanimement aimé et apprécié.

Malgré leur chagrin, sa soeur Lyliane et son mari Jean-Michel ont voulu lui redire publiquement leur amour. Jean-Luc a joué à la clarinette un air d’origine juive et son épouse a chanté une prière à La Vierge Marie. Une amie anglaise est venue réciter le célèbre poème ci-dessous :

 

La mort n'est rien

 

La mort n'est rien.

Je suis seulement passé dans la pièce à côté.

 Je suis moi. Vous êtes vous.

Ce que j'étais pour vous, je le suis toujours.

 

 Donnez-moi le nom que vous m'avez toujours donné,

Parlez-moi comme vous l'avez toujours fait.

N'employez pas un ton différent,

Ne prenez pas un air solennel ou triste.

Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble.

 

Priez, souriez,

Pensez à moi,

Priez pour moi.

 

Que  mon nom soit prononcé à la maison

Comme il l'a toujours été,

Sans emphase d'aucune sorte,

Sans une trace d'ombre.

 

 La vie signifie tout ce qu'elle a toujours été.

Le fil n'est pas coupé.

Pourquoi serais-je hors de vos pensées,

Simplement parce que je suis hors de votre vue ?

Je ne suis pas loin, juste de l'autre côté du chemin.

 

* * * * * *  

Canon Henry Scott-Holland (1847-1918).

 Traduction d'un extrait de "The King of Terrors", sermon sur la mort en 1910.

Quelquefois attribué à Charles Péguy, d'après un texte de Saint Augustin.

 

Son épouse Catherine avait organisé une belle cérémonie, solennelle mais avec beaucoup d'amour, pour son Francis. Elle avait le soutien de ses fils, très dignes et très couragueux.

Selon ses souhaits, Francis a été incinéré et ses cendres seront déposées, à l’automne, par ses parents (Jacqueline et Michel) dans le petit cimetière de Nesdes (86) dans le Poitou où reposent déjà ses grands-parents maternels… Un petit village où nous étions tous allés en week-end. Un souvenir gravé à jamais dans ma mémoire.

 

Je suis extrêmement triste et je souhaitais, avec cet article écrit dans l’émotion (au retour des obsèques), rendre hommage à mon copain de toujours, un ami formidable et si gentil. Je l’aimais comme un frère. Je ne n’oublierai jamais. Notre photo des jours heureux est déjà sur le mur en face de mon bureau.

Au revoir, mon Francis, tu vas tellement nous manquer…

 

 Francis-Gouband-et-moi--chez-Vero---fin-annees-70-.JPG

À la fin des années 70, chez notre amie Véronique.

Au temps de l’insouciance et de la jeunesse…

 

* * * * * * * *

 

Tombe de Francis Gouband (Toussaint 2013) Blog Bagnaud

Francis repose désormais dans le petit cimetière de Nesdes (dans le Poitou), auprès de ses grands-parents. Sa tombe est très bien entretenue par sa famille et ses parents qui n'habitent pas très loin et viennent souvent la fleurir (ici à la Toussaint 2013).


Repose en paix, mon cher Francis, dans ce village que tu aimais tant.
Tu resteras toujours dans mon coeur. 

 

* * * * * * * *  

Partager cet article

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Mes COUPS de COEUR
commenter cet article

commentaires

Pascale 26/07/2015 12:02

Bonjour mon grand frère adoré,je relis ce que j'ai écris en dessous et que redire de plus sauf que la peine que tu as encore restera toujours dans ton coeur et même si les années passent, comme avec mon amie Colette et son titi,le souvenir de nos bons moments restera à tout jamais enfoui dans notre mémoire....J'ai une tendre pensée pour ton papa aussi parti un 24 juillet et pour ta nièce Muriel qui est partie si jeune elle aussi le jour de la Ste Brigitte....Tu le sais que quand tu as le coeur chagrin et bien ton petit nain la aussi.....Ton ami Françis si il te voit de la haut doit se dire que tu as été vraiment un ami pour lui car jamais tu ne l'a oublié et cet hommage que tu lui fais encore aujourd'hui,le prouve.Je t'embrasse tendrement et tu le sais que toutes tes peines me touchent au plus profond de mon coeur....Je pense à toi.....Mille doux bisous pour toi d'amitié sincère.....Pascale

François BAGNAUD 27/07/2015 09:02

Merci, ma petite sœur de cœur.
Tu as tout compris de moi et tu sais que je ne peux pas vivre sans penser chaque jour aux personnes que j'ai aimées et qui ne sont plus là physiquement. Elles sont dans mon cœur et présentes au quotidien. L'amour ne meurt jamais.
Et tu sais aussi combien nous sommes dans la peine en ce moment, et toutes ces personnes aimées nous aident sûrement, c'est ce que je crois et que je ressens au plus profond de moi...
Merci encore, pour tant d'amitié si sincère.
Je te fais de gros bisous.
François

Pascale 26/07/2012 10:58


 Bonjour François, je ne sais que trop bien votre peine pour l'avoir vécue....Je ne sais pas si vous vous rappeler
de mon amie Colette et de son fils Yohan,tous les deux morts écrasés par la remorque d'un camion qui avait loupé le virage et s'était encastré dans le mur de la maison de mon amie qui est morte
sur le coup et son petit aussi....Le titi avait son petit pied d'arracher et son papa le cherchait partout....Je sais trop votre tristesse pour l'avoir vécue.....Mon amie était contente car son
mari que je surnommais tendrement merguez car il adorait ça,lui avait trouvé cette maison et il venait de déménager,il avait 20 ans de plus que mon amie mais ils s'entendaient si bien et ils
avaient tout pour être heureux....Mon amie que j'appelais "maman " malgré qu'elle avait 2 ans de plus que moi,me lavait mon linge car dans mon petit meublé je n'avais pas de machine à
laver,c'était ma copine de travail à l'usine  et puis voilà tout ça part d'un coup à cause d'un putain de camion comme chantait Renaud pour son pote Coluche....Colette avait 22 ans et son
titi 2 ans....Alors votre peine je la connais fort bien car même encore maintenant j'y pense toujours à ce jour du 24 avril 1977 et je les revois tous les deux  morts sur ce
lit,ho,quelle affreuse image qui repasse dans ma tête chaque fois que j'y repense !!...Et je suis encore triste aujourd'hui quand je repense à elle et son petit doudoux et je lui
ai rendu un petit hommage  que j'ai mis dans mon album photo de facebook....C'est dur de ne plus rire,faire les imbéciles, chanter et trinquer à notre bonne santé.....Je comprends votre
peine François décidément ce mois de juillet !!....J'ai une grande pensée pour votre ami  et pour sa famille François,car pour ceux qui reste la vie  doit être si dure
et, c'est si triste !!....Je vous embrasse de tout mon coeur qui partage cette peine et faites à votre maman pour moi et pour tous ceux et celles qui vous aiment un et même plusieurs tendres
baisers d'amour pour vous et d'amitié pour nous....Votre maman....Embrassez la,la,la,la.......Je pense à vous courageux Prince Vaillant et à tout ce que vous endurez en ce moment....Mille tendres
bisous pour vous et douceur pour votre maman....Pascale qui sera la pour vous dans la peine comme dans la joie...Kiss

François BAGNAUD 28/07/2012 16:06



Chère Pascale,


Je me souviens très bien que vous m'aviez raconté l'atroce fin de vie de votre amie Colette et de son fils. C'est une injustice sans nom. Comme pour mon ami Francis. Tout cela à cause
d'irresponsables qui, eux, continuent de vivre librement. La conductrice qui a heurté mon Francis était avec une bande jeunes et tout le monde rigolait... Je ne me remets toujours pas vraiment de
cette disparition et surtout des circonstances...

Merci pour vos longs messages, ils me font toujours un immense plaisir, un réconfort ou un amusement, c'est selon.

Gros bisous.

François  



Joëlle DELOT 06/12/2011 10:58


Bonjour François


Je viens d'apprendre le décès de Francis à l'instant en lisant "La revue de l'Ordre des Vétérinaires". J'en ai les larmes aux yeux. Nous nous sommes connus à Lakanal puis nous avons passé les 4
années à Maisons-Alfort. C'était un bon copain, très discret. C'est lui qui m'avait sous-loué sa chambre à la cité de 1977 à 1979. Il avait de biens meilleurs résultats que moi ! Souvent, nous
allions avec un autre copain manger au RU au Créteil car le RU de Maisons Alfort n'était pas top !


Après Alfort, je n'ai plus eu de nouvelles de Francis, nous n'avons pas gardé de contact. Lui est parti travailler en rurale dans sa région et  moi  dans l'Aveyron.


Je garde un très bon souvenir de Francis.


J'adresse toutes mes condoléances à sa famille, à ses amis.


Cordialement


Joëlle


PS :  Je ne peux plus travailler depuis plusieurs années suite à une polyarthrite rhumatoïde et je me suis coupée un peu  de la profession. Et c'est le hasard qui a fait que j'ai lu
l'avis de son décès...

François BAGNAUD 07/12/2011 02:48



Bonjour Joëlle, 


Je lis à l'instant votre témoignage si touchant et cela me réchauffe le coeur de "parler" un peu de mon ami Francis. Sa photo est dans mon bureau et je n'arrive toujours pas à croire à cet
accident brutal, horrible, qui nous l'a emporté à jamais. Cela a été un grand choc surtout pour ses parents avec qui je suis en contact. Ils vont certainement lire votre commentaire car ils sont
abonnés à mon Blog. 
La vie est si fragile... Elle peut nous être enlevée en quelques secondes alors qu'on est en bonne santé, cela rend humble... 


Quelle tristesse, Francis avait plein de projets. Il voulait être un bon grand-père... Il était heureux. C'était un ami. C'est dur de perdre un ami ! 


Merci d'avoir pris le temps de laisser ce commentaire, une sorte d'hommage à notre cher Francis.

Bien à vous.

François 



Nadine CORREDDU 22/08/2011 16:02



J'ai appris le décés du Docteur GOUBAND le 12 août dernier par une voisine. Cette nouvelle m'a profondément touchée car je connaissais le Dr GOUBAND depuis 2006 date de mon arrivée en
Limousin. Il a toujours été très accueillant lors de mes visites au cabinet pour le suivi de mes quatre chats et donnait des explications complètes et claires sur les soins prodigués. Si j'avais
eu connaissance de son décés plus tôt, j'aurais participé à la cérémonie d'adieu à Eymoutiers. Sincèrement attristé par son départ soudain.



François BAGNAUD 25/08/2011 01:54



Bonjour Nadine, 


Tous les messages d'amitié concernant mon cher Francis me touchent énormément. Tous, ils confirment l'immense générosité et la gentillesse de mon ami, et cela me fait du bien de voir combien il
était aimé et combien il est regretté... Je l'ai toujours connu simple et adorable, sans aucune prétention malgré sa "réussite" professionnelle et familiale. Il était toujours resté humble et
attentif au monde qu'il l'entourait.


Et la mort, la "Cruelle" (comme le chante Barbara) l'a trouvée un soir de fête sur une route qu'il connaissait bien. J'ai toujours autant de mal à l'admettre et à y croire... Mais la vie est
injuste, nous le savons tous.


Bien à vous et encore merci...


François



breux 19/08/2011 18:15



cher francois


vous le connaissiez beaucoup cela est très très touchant, je l'ai eu en tant que vétérinaire pour mon animal domestique pas plus tard que le 9 juillet celui me rappelai le 12 juillet pour prendre
des nouvelles. fidèle a lui même toujours inquiet pour les autres et toujours prêt a tous pour l'amour de son métier. j'ai découvert un homme touchant et entier chose rare de nos jours ! il
parlait vélo avec mon mari car celui-ci en faisait. Il a couru chez lui pour couper un morceau de bois pour faire une atèle, est allé a la pharmacie chercher des compresses et tant d'autres
choses, combien l'aurait fait très peu ! celui ci nous disait combien il aimait travailler le week end cela ne le dérangeait pas, lorsque l'on m'a prévenu de son accident j'ai d'abord cru a
la maladie puis là on ma dit qu'il s'agissait d'un accident stupide (mon souffle a été coupé, je ne voulait pas y croire) Un grand merci a votre beau témoignage pour lui et sa famille



François BAGNAUD 21/08/2011 09:59



MERCI infiniment pour ce beau témoignage d'amitié pour Francis qui nous manque tant.


Les jours passent et la douleur est toujours là. Personne dans sa famille n'arrive encore à croire que nous ne le reverrons plus jamais...


Les mots d'amitié continuent d'arriver et tous disent combien il était attentif aux autres, comme il aimait son métier. Il laisse unanimement l'image d'un homme sympa, disponible et
apprécié.



Belle journée à vous et merci encore d'avoir pris le temps d'écrire pour rendre hommage à mon ami Francis.

Cordialement.

François 



Cédric R 15/08/2011 19:22



Cher François, je suis tout retourné en lisant cet article... Quelle mort injuste, cruelle, "conne"... Il est toujours douloureux de perdre des êtres chers quand ceux-ci souffrent par
exemple, d'une longue maladie, on se prépare petit à petit (encore que...) à l'inéluctable échéance dont on sait qu'elle va hélas intervenir à un moment ou à un autre. Mais là, se
dire qu'une personne jeune, en bonne santé, aimée de tous, puisse disparaître comme ça, d'un seul coup, si bêtement, c'est vraiment trop horrible, brutal, cruel. Alors
reviennent à l'esprit tous les bons moments partagés ensemble, les fous rires, les souvenirs enfouis dans notre inconscient ressurgissent; et à la tristesse provoquée
par disparition se mêle le sentiment d'injustice, se dire que du jour au lendemain il n'y a plus rien, que plus jamais on ne verra ni n'entendra la personne aimée, à qui on a
pas eu le temps de dire au revoir ou lui dire combien on l'aimait justement, et se dire à présent qu'il ne reste plus que des souvenirs... Même si la personne vit toujours en nous au
travers de ces souvenirs, je me doute bien que ça ne doit pas être facile à accepter...


Je t'embrasse très fort François, bon courage à toi dans cette épreuve injuste et difficile.


Bisous



François BAGNAUD 25/08/2011 02:06



Cher Cédric, 


Tu as tout dit, tout compris... Tu ressens les choses comme moi...


La vie est injuste et l'absence de l'être aimé (amour, ami ou famille) est insupportable.
Je sais (pour l'avoir déjà vécu) que le temps cicatrise nos plus grandes douleurs, mais l'accumulation de disparitions commence à devenir plus difficile à accepter... 


Je vis en permanence avec le souvenir de ceux qui ont comptés dans ma vie. Cela ne m'empêche pas d'être joyeux, d'apprécier l'instant présent mais j'aime "vivre" avec eux. Ils sont en moi, avec
moi et je continue de les aimer, de penser à eux...


Mille amicales pensées et merci pour tes commentaires et tes visites. 


A bientôt.

François 



catherine 02/08/2011 12:35



Cher François,


Je suis abasourdie par cette horrible nouvelle. Je me souviens de ton ami Francis pour l'avoir croisé à Antony au temps de notre jeunesse. La vie est vraiment injuste parfois.


Bises. Catherine



François BAGNAUD 03/08/2011 00:01



Chère Catherine, 


Je n'étais pas certain que tu avais connu Francis, mais c'est vrai qu'il venait souvent chez mes parents avec notre ami Jean-Luc, notamment au moment du Bac.


Tu t'en doutes, cette mort brutale et si injuste m'a traumatisé... mais malheureusement, c'est le Destin qui a voulu cela. Son épouse, qui est très croyante, a accepté la volonté de Dieu ; ses
parents sont d'un courage et d'une dignité exemplaires.


Mais toi aussi tu as connu de grands chagrins et tu sais que seul le Temps va apaiser les douleurs et refermer doucement la cicatrice...


(Petite anecdote, le fils aîné de Francis travaille dans la même entreprise que toi mais à Paris...).


A bientôt à Antony, embrasse ta Maman pour moi.


Mille bisous.


François 



Annie Batalla 02/08/2011 10:37


Cher François, Ayant pris connaissance tardivement de votre post sur votre blog, j'avoue que j'ai été perturbée. Un homme aussi jovial sur la photo, décimé aussi stupidement ...s'il avait marché du
côté gauche de la route, tout cela ne serait pas arrivé. Mais ce devait être son heure. Comme dit Montaigne : "nul ne sait où la mort nous attend, attendons la partout !" Je vous embrasse. Annie


François BAGNAUD 03/08/2011 00:13



Cette phrase de Montaigne est terrible et si vraie...


Tout peut s'arrêter en quelques minutes, et j'en suis conscient depuis l'enfance... C'est pour cela que je ne supporte pas les conflits, les disputes, les futilités. Mais l'être humain ne peut
toujours penser à son fatal destin, alors parfois on se croit "immortel"...


Depuis quelques années, je me suis éloigné de plein de gens et de choses pour me recentrer sur l'Essentiel : l'Amour et l'Amitié. Et les gens simples et vrais comme vous...


Mille bisous et encore merci pour vos mots si doux, si apaisants...


François



Annie Batalla 02/08/2011 01:44


Comme vous êtes triste et avec raison, cher François. Mes pensées les plus sincères vous accompagnent. Votre hommage à Francis est si émouvant... Il me laisse sans voix car je ressens votre chagrin
profond. Francis a changé de dimension, mais soyez sûr qu'il est toujours près de vous d'une autre façon... Courage, cher François ! Recevez plein de force positive et toute mon amitié. Annie


François BAGNAUD 03/08/2011 00:10



Très chère Annie, 


Merci infiniment pour vos pensées chaleureuses et positives.


Chaque "départ" d'un très proche me touche de plus en plus. Mais là, je ressens une tristesse profonde car cette mort est si brutale, si injuste. Je suis bouleversé... Dès le lendemain de
l'accident, sa famille avait compris que c'était très très grave et que les chances de survie étaient infimes...


Ses parents et son épouse notamment sont si couragueux et si dignes dans la douleur, que je sais que le temps va apaiser doucement notre chagrin. Nous savons aussi que Francis fait partie des
personnes qu'on oubliera pas...


Mille bisous.


François



michel 01/08/2011 19:47



merci pour ce bel hommage rendu au docteur Gouband...il va beaucoup nous manquer ...à Chateauneuf il était apprecié de tous..encore merci. 



François BAGNAUD 03/08/2011 00:04



Bonjour Michel,


C'est moi qui vous remercie de vous associer à notre chagrin.


Oui, Francis était très apprécié et aimé. C'était vraiment un homme sympa et sans problèmes. Toujours disponible et à l'écoute du monde dans lequel il vivait. 


Il est parti si brutalement et encore jeune, en pleine santé...


Je suis triste et seul le baume du Temps qui passe apaisera mon chagrin.


Merci encore à vous.


François



priscilla 01/08/2011 17:44



Bonjour,


Votre hommage est très beau et très touchant.


La disparition du docteur Gouband m'a fait beaucoup de peine. Depuis près de 20 ans, je lui ai confié la santé de mes nombreux animaux et bien m'en a pris, je n'ai jamais rencontré un vétérinaire
aussi à l'écoute des ses clients à quatre pattes et de leurs maîtres. Un homme fort agréable et disponible comme on en rencontre peu.


Toutes mes condoléances à vous et une énorme pensée pour toute sa famille, je suis certaine qu'il a été bien accueilli là-haut car il le mérite.


Cordialement 



François BAGNAUD 01/08/2011 18:49



Bonjour Priscilla, 


Merci pour votre témoignage qui ne fait que confirmer que notre Francis va nous manquer...


Oui, c'était un homme agréable et disponible qui aimait les gens, les animaux, sa famille, ses amis et la Vie. Et il s'en est allé à cause d'un accident horrible alors qu'il était en pleine santé
et très heureux... C'est cela qui est injuste et difficile à accepter.


Je vais transmettre tous ces commentaires (et aussi ceux reçus sur Facebook) à ses parents, à son épouse et à ses deux fils.


Bien à vous.


François



SAMUEL 01/08/2011 14:16



Cher François,


Comme d'autres je sais la douleur de l'absence ayant perdu ma Maman et ma petite soeur à neuf mois d'interval. Pour vous et votre ami Francis; je vous envoie
en partage ces Ondes de Lumineux soutien qui résonnent bien au delà de l'espace temps:


Les yeux que l'on ferme voient encore...L'Amour est plus fort que la mort...


Avec tout mon sincère soutien.


Martial SAMUEL 



François BAGNAUD 01/08/2011 18:44



Cher Martial,


Mille mercis pour votre message si beau et si touchant.


Oui, je sais que lorsqu'on a perdu soi-même des êtres chers, on reste toujours sensible au départ d'un être humain. J'ai aussi accompagné et vu partir d'autres personnes très proches et à chaque
fois, j'ai du mal à m'en remettre même si je sais que la vie est ainsi faite et que nous devons tous affronter notre condition de "mortel". 


Mais cette "douleur de l'absence" dont vous parlez est longue à cicatriser et il reste toujours un "manque" de la présence de l'Absent, sa voix, son rire, ses expressions. Pouvoir l'embrasser, le
toucher...


Merci pour votre soutien et votre fidélité.


En espérant que tout va bien pour vous, je vous adresse mes amicales pensées.


François 



jaulin 31/07/2011 23:08



Bonsoir François,


Maman m'a transféré tt ce bel hommage que tu fais à "mon petit frère", je t'en remercie. C'est vraiment dur et ne peut y croire encore, il est avec nous. Il va  nous falloir du
temps.............. je t'embrasse. Lyliane



François BAGNAUD 01/08/2011 12:24



Chère Lyliane, 


Je suis toujours dans l'incompréhension avec un terrible sentiment d'injustice. Je n'arrive pas à y croire non plus... Même après avoir été à ses obsèques, je pense encore à lui comme s'il vivait
toujours dans sa belle propriété qu'il aimait tant. 


Tu as raison, il va falloir du temps pour "admettre", s'habituer à son absence et s'apercevoir qu'il ne sera plus jamais là, en vrai.


Même si on ne se voyait pas souvent, juste une fois par an, le manque est total... On a été tellement complices dans notre jeunesse. C'est mon ami de toujours, pour toujours.


Je te souhaite beaucoup de courage et aussi à tes chers parents (quel drame inconcevable de perdre un enfant).


Mille bisous et à bientôt, je l'espère, pour parler encore et encore de notre Francis qui va tant nous manquer.


François



serge berrier 31/07/2011 23:00



j'ai juste enormement de peine de sa disparition,quel perte pour le monde agricole,ainsi que tous ces gens a qui il a sauvé un animal.les habitants de la region de chateauneuf n'oubliront pas cet
homme admirable qu'il fut toutes ces années passés  parmis nous.adieu francis!


 



François BAGNAUD 01/08/2011 12:29



Bonjour Serge, 


Merci pour ce témoignage de sympathie envers notre cher Francis.


Cela me touche beaucoup...


Je le savais déjà, mais j'en ai eu une preuve incroyable lors de ses obsèques : c'était un "homme bien", apprécié de tous et dont le métier était sa grande passion. Il avait choisi cette vie à la
campagne et il l'aimait... Il était respectueux des animaux et des gens qu'il côtoyait... Vous avez raison, c'était un homme admirable.


Il va nous manquer...


Bien cordialement.


François



Manuel Lefebvre 31/07/2011 16:42


François, tu m'avais déjà raconter cela au téléphone, mais de lire ton article et cet hommage me touche beaucoup. C'est vraiment un accident des plus bêtes, tu étais triste et l'ais de nouveau.. La
vie est trop injuste mais c'est ainsi.. Il faut malheureusement faire avec.. Bon courage a toi et gros bisous


François BAGNAUD 01/08/2011 12:31



Mon cher Manuel,


Tu es (malheureusement...) bien placé pour savoir que la disparition d'un être cher est très dure à admettre, mais comme tu le dis, on est bien obligé de "faire avec". Notre condition de "mortel"
ne nous laisse pas d'autre choix.


Merci pour ton amitié et ton soutien depuis quelques temps...


Mille bisous.


François



auzanneau 31/07/2011 07:48



bonjour


francis était un cousin par alliance du coté de sa femme et j'ai passé plusieurs weeks ends avec ma femme et mes enfants dans leur propriété de chateauneuf la foret ;on se voyait depuis 25
ans:moi j'ai une entreprise de second oeuvre dans le batiment en région parisienne et il était tjs très intéressé et curieux de savoir comment cela fonctionnait: les histoires de salariés,les
clients,les affaires etc...


ma femme est enseignante et pendant les soirées,il parlait  de tous les sujets avec passions:les élèves comment sont-ils?peut-on etre optimiste en l'avenir....


Son métier, il le vivait avec passion:quand nous étions chez lui, il m'emmenait faire ses tournées chez les agriculteurs et m'expliquait et me montrait son métier:la nuit aux phares de voitures
il était capable de faire une césarienne sur une vache pour sauver le veau:très impressionné, j'ai appris plein de choses à son contact.


francis était de la famille mais vraiment que de bons  moments quand on se voyait :plein d'humilité quand je revenais dans mon entreprise les jours qui suivaient mon séjour chez lui 


joel auzanneau 



François BAGNAUD 31/07/2011 10:51



Bonjour Joël,


Merci ce long témoignage qui nous montre, une fois de plus, la vraie personnalité de notre cher Francis. Il était exactement comme vous le décrivez. 
Je me rends compte (mais j'en étais sûr) qu'il ne laisse que des impressions positives et qu'il va beaucoup manquer à tous ceux qui l'aiment et qui l'apprécaient.


Le grand nombre de personnes présentes à ses obsèques en est une autre preuve et cela m'a beaucoup impressioné et touché. Les gens étaient vraiment tristes et choqués.


Je viens d'envoyer votre message à ses parents et à son épouse, Catherine.


Je vous souhaite une belle journée ainsi qu'à votre famille.


Bien à vous.


François 



M-Claire Cheron 30/07/2011 19:20



Bonsoir François, c' est avec une grande émotion que je viens de lire votre article, j' en suis toute retournée, je partage votre chagrin, la vie est si injuste parfois, et partir si
soudainement, c'est très dur à accepter, mais comme le dit si bien le beau poème, votre ami est juste de l' autre côté, il vous voit et vous soutiendra. Je vous apporte tout mon réconfort
François soyez en sûr, je comprends votre peine..Courage et à bientôt, M-Claire



François BAGNAUD 31/07/2011 02:42



Chère Marie-Claire,


Mille mercis pour votre commentaire qui vraiment me réconforte et me touche, d'autant qu'on ne se connait pas vraiment...


Oui, je sais que nos "chers disparus" nous aident à continuer à vivre et "veillent" sur nous, alors il faut laisser le temps agir pour apaiser un peu la douleur de cette absence.


Je vous souhaite une belle journée à venir.


Pensées amicales.


François 


 



Jacques ELKINE 30/07/2011 19:20



Mes condoléance, François.


Merci de nous faire partager cette amitié sincère et tout l'amour qui entourait votre ami. Nous ne sommes pas simplement ou égoïstement vivants. Nous sommes tous survivants des deuils qui nous
ont arraché un peu de nous-mêmes... jusqu'à ce que notre tour arrive.


Amitiés.


Jacques


 



François BAGNAUD 31/07/2011 10:56



Bonjour Jacques, 


Merci pour votre message de sympathie qui me touche et auquel j'adhère totalement...


Vous avez raison, nous sommes juste des "survivants"... Francis a pris un peu d'avance et nous ouvre le chemin. 


La chanteuse Barbara employait de terme de "passants" pour nous désigner, nous les "mortels"... Comme elle avait raison !


Si on avait conscience quotidiennement de la fragilité et de l'éphémère de nos vies, nous agirions souvent différemment car des tas de choses paraissent alors futiles et sans grand intérêt.
L'être humain serait "meilleur". Je suis, personnellement, dans cette prise de conscience depuis l'âge de 6 ans...


Mille pensées amicales et encore merci d'être revenu sur mon Blog.


François


 



Ricard Bruno 30/07/2011 18:34



François


Je suis comme tout ceux qui t'apprécie sous le choc de ce qui est arrivé, je sais combien l'amitié est plus qu'importante dans la vie et quand un tel drame arrive c'est toujours injuste.


Amitiés sincère


Bruno


 



François BAGNAUD 31/07/2011 02:35



Cher Bruno,


Merci pour ton commentaire qui me touche beaucoup, car je sais que pour toi aussi l'amitié représente une belle valeur. 


Il s'agit d'un accident tellement "bête" et si imprévu... Mon ami Francis rentrait joyeusement du feu d'artifice et il a trouvé la mort sur son chemin parce qu'une bande de jeunes chahutaient
dans une estafette... Incroyable ! 


Je suis toujours sous le choc, je n'arrive pas à y croire...


Mille pensées amicales et un gros bisou.


François



France Aimée 30/07/2011 17:03



Cher François,


C'est le coeur en lambeaux, tremblotant d'émotion que je viens de lire la triste disparition de votre ami Françis. Je vous adresse ma profonde compassion, et partage votre peine. Ce ne sont
que des mots je le sais mais ils viennent tout droit de mon coeur. Je vous avoue que je me doutais de quelque chose, car tous les matins en ouvrant ma boite mail ma pensée allait vers vous,
et je ressentais comme une légère angoisse. Votre ami ne vous a pas quitté... Je vous embrasse de tout mon coeur


France  



François BAGNAUD 31/07/2011 02:39



Chère France,


Merci infiniment pour votre message si chaleureux qui me va droit au coeur.


C'est toujours très dur (et de plus en plus...) pour moi de voir partir les gens que j'aime.


En plus, il s'agit d'un accident incroyable qui n'aurait pas dû se produire...


Je suis toujours aussi choqué de penser que la mort peut nous surprendre, comme cela, sans qu'on s'y attende. Quelle tristesse de ne plus voir Francis qui était vraiment un homme gentil et
formidable...


(Je vais bientôt me remettre à travailler sur votre manuscrit, cela va me changer les idées...)


Mille bisous et à bientôt.


François



Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 60 livres à ce jour. En 2017, j'ai collaboré à 3 nouveaux livres sur Brigitte Bardot (voir ci-dessous).
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 60 livres à ce jour. En 2017, j'ai collaboré à 3 nouveaux livres sur Brigitte Bardot (voir ci-dessous).

Un premier livre sur Brigitte Bardot (parution le 28 septembre 2017)

Suivez Brigitte Bardot

dans quelques lieux

incontournables...

 

 

par Alain Wodrascka

 

avec la collaboration de

François Bagnaud

 

préface de 

Brigitte Bardot

 

Éditions Favre (Suisse)

 

160 pages illustrées

 

Format : 15 x 22 cm

 

17 Euros 

 

* * * * * * * * 

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un deuxième livre sur Brigitte Bardot (parution le 25 octobre 2017)

Découvrez la carrière

de chanteuse

de Brigitte Bardot

 

 

par Dominique Choulant 

et

François Bagnaud

 

en collaboration avec 

Brigitte Bardot

 

Éditions Flammarion

 

264 pages illustrées

 

Format : 19 x 24 cm

 

24,90 Euros 

 

* * * * * * * * 

Total des visites

Toujours disponible : mon dernier livre sur Brigitte Bardot (paru le 15 février 2017)

Les meilleures répliques

et citations

de Brigitte Bardot

 

 

par François Bagnaud

 

avec la collaboration de

Brigitte Bardot

 

Éditions L'Archipel

 

1200 citations référencées

 

255 pages

 

17 Euros 

 

* * * * * * * *