Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 23:41

 Une chanson de Colette Renard

pour son amie Dalida

 

Dalida-par-Harcourt.jpgAu début des années 50, alors que Dalida vivait encore en Égypte, Colette Renard (aussi inconnue qu’elle, à l’époque…) faisait une tournée dans ce pays et chantait dans des petits cabarets. Et c’est là que leurs chemins se croisèrent…

« J’ai connu Dalida en Égypte. Elle était mannequin et présentait des modèles de couture pour une de mes amies. » (Platine – décembre 1998). 

Colette me raconta qu’une fois Dalida installée à Paris, elles se retrouvaient souvent chez les éditeurs de musique à la recherche de partitions pour de nouvelles chansons. Elles sont toujours restées en relation et en bons termes. Elles se croisaient dans des tournées, des galas ou des soirées parisiennes. Elles se téléphonaient et prenaient des nouvelles de temps en temps. Comme deux « bonnes copines » qui font le même métier !

Lorsque Dalida a choisi de s’exiler au Paradis, Colette Renard a beaucoup culpabilisé de ne pas avoir pu « être là au bon moment ». Sous le coup de l’émotion, elle a écrit les paroles d’une chanson qu’elle interprètera souvent sur scène et à la télévision, en hommage à sa chère amie.

 

* * * * * * * *  

Sous le soleil d’Égypte

 (Paroles : Colette Renard / Musique : François Rauber)

1987

-----------------------------------------------------------------------------------

 

Pourquoi tout d’un coup

Sans nous dire adieu

As-tu eu envie

De quitter la vie

Pour prendre rendez-vous

Avec le Bon Dieu

 

Sans doute avais-tu

Beaucoup trop de chagrin

Un chagrin tout noir

À cogner dessus

À grands coups de poing

Seule un soir de cafard

Et tu ne pouvais plus

Faire semblant de rien

 

Qu’est-ce qu’on peut dire

Mon Dieu

Qu’est-ce qu’on peut dire

 

(Refrain)

Je pense aux oiseaux blancs d’Égypte

Ils volent toujours par deux

Toujours par deux

Sous le soleil d’Égypte

Comme la mer est bleue (bis)

 196x - Sur scène

Ils avaient besoin

De te voir chanter

Et rire, et danser

Les Claude, les René

Les Louise, les Roger

Ils se sentent perdus

 

Je les vois pleurer

Comme des enfants

Le cœur plein de gris

Ils ne comprennent pas

Que tu ne sois plus là

Tu leur manques tellement

Qu’ils murmurent quelquefois

Ton nom à mi-voix

 

Qu’est-ce qu’on peut faire (bis)

Mon Dieu

Qu’est-ce qu’on peut faire

 

(Refrain)

 

* * * * * * * *

 

Pour terminer mon hommage respectueux à une chanteuse que j’aime profondément, je vous conseille la lecture de deux livres écrits par des auteurs que je connais bien. Il existe beaucoup d’autres ouvrages que je vous laisse découvrir sur les sites spécialisés.

 

Livre-d-Isaline-sur-Dalida.jpgDalida entre violon et amour

par Isaline

Éditions Publibook – 2002

160 pages – 15 Euros

 

Chanteuse adulée, comédienne talentueuse, beauté sculpturale, la grande Dalida, dotée d’une énergie vitale peu commune, n’avait pas préparé son public à sa disparition tragique en mai 1987. Derrière le strass et les paillettes d’une vie riche en succès, on découvre avec cette biographie une femme solitaire et tourmentée, pour qui la quête spirituelle ne visait qu’à une chose :

« J'ai surtout besoin d'aimer. C’est très important l'amour. D’être aimée ce n'est pas grave, j'ai besoin de comprendre et d'aimer : ça c’est très important. Je pense qu'il doit exister (…) un amour avec la lettre majuscule... Je crois que si vraiment on aime, on a réalisé en soi l'amour (…) divin ! »

 

 

 

 

Livre-d-Emmanuel-Bonini.jpgLa véritable Dalida

par Emmanuel Bonini

Éditions Pygmalion – 2004

350 pages – 18,50 Euros

 

Yolanda Gigliotti, devenue Dalida, ne connut jamais le bonheur, même parvenue au sommet de la notoriété. (…) Elle choisit un jour de s'évader par le suicide. (…) Pourquoi cet acte définitif ? Quelle femme meurtrie se cache derrière une artiste admirée dont tout le monde salua le haut degré d'exigence dans le travail ?

Pour comprendre le destin tragique et déconcertant de l'une des stars les plus adulées de la variété française, l’auteur de cette biographie (non « acceptée » par Orlando, le frère de l’artiste) a mené une enquête rigoureuse. Il a interrogé des célébrités qui l'ont beaucoup côtoyée (Rika Zaraï, Annie Cordy, Hervé Vilard, Charles Dumont, Michèle Torr, etc.) et rencontré de nombreux et précieux témoins-clés dans les différentes étapes de la vie de Dalida et qui ont accepté de sortir de l'ombre.

Les révélations de son livre ne manqueront pas d'étonner tous ceux qui croyaient connaître une femme pourtant largement racontée dans les colonnes de la presse à sensation.

 

* * * * * * * *

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LUCIEN 19/03/2014 17:17

merci d'avoir publié cela sur dalida et colette renard. j'avais été étonné en 67, lors d'un gala que dalida n'avait pu assumer (avant son premier suicide) que colette renard la remplace au pied levé, en vedette, après nino ferrer. Elles n'étaient tellement pas dans le même registre variétés ! grâce à vous, je comprends ... Merci pour la lecture passionnante du livre sur brigitte pour qui j'ai une grande tendresse bien que l'esprit très à gauche, elle me touche beaucoup. Enfin merci tout court ....

François BAGNAUD 19/03/2014 19:10

Mais, cher Lucien, c'est MOI qui vous remercie d'avoir pris le temps de m'écrire ce commentaire et de me raconter cette anecdote sur Colette Renard. Je n'ai (malheureusement) pas assez de temps disponible pour mettre à jour correctement mon Blog (notamment sur Colette et Barbara) car les "Actualités B.B." sont nombreuses chaque semaine.
Oui, Colette me parlait souvent de Dalida, qu'elle aimait et admirait beaucoup. Elle avait été très attristée par son suicide, et parfois elle me disait qu'elle n'avait peut-être pas pu (pas su) être présente alors que Dalida était si mal...
Belle soirée et (j'espère) à bientôt sur mon Blog.
François

Ricard Bruno 18/01/2013 07:29


François, souvenirs, souvenirs, j'ai
eu l'occasion non pas hélas de parler avec Dalida ni même de la rencontrer mais avec Orlando son frère, lors de sa venue à l' exposition..Brigitte Bardot...

François BAGNAUD 18/01/2013 13:45



OUI, je me souviens, tu m'en avais déjà parlé. Moi, j'avoue que je ne sais pas quoi penser d'Orlando. Certains (dans des biographies sur Dalida) l'accusent d'exploiter à fond l'image de sa soeur
et de s'enrichir... Personnellement, je le trouve quand même un peu prétentieux. Mais bon, à part ça, je n'ai aucune antipathie envers lui et puis il adore Brigitte...


 



Joyeux des sept nains.. 03/05/2012 13:53


 Bonjour François,très bel hommage que vous rendez  à Dalida et collette Renard...Ils viennent de parler de Dalida sur la une....Oui, elle était si seule comme beaucoup de personnes,
hélas !!...  elle a préféré la mort à la vie,mourir seule sans être entourée,quelle tristesse !!..Il venait d'avoir 18 ans,ho, magnifique chanson de Pascale Sevran !!...Moi je veux
mourir sur scène devant les projecteurs....Y'avait personne à côté d'elle,quand elle a décidé d'en finir avec cette vie de solitude....Encore merci pour tous vos partages François gros bisous à
vous et votre maman...C'est beau ce que vous nous faites partager...Kiss Pascale..

François BAGNAUD 05/05/2012 11:50



Encore une fois, c'est moi qui vous remercie pour votre fidélité, vos commentaires si pertinents et votre HUMOUR qui m'apporte quelques minutes de sourires quand je vous lis ici ou sur Facebook.
Et certains de vos jeux de mots me font "hurler" de rire...
Mille bisous et belle journée.
François 



Tosca Puccini 05/05/2011 23:55



Elle a raison Dalida : l'important n'est pas d'être aimé mais d'exprimer l'amour que l'on ressent. Certains expriment autre chose, à la demande. C'est pourquoi il y a tant de divorces, les gens
dictent la façon dont ils veulent être aimés ! Il y a tant d'amour  inexprimé, partout... De plus si on ne laisse pas les gens aimer à leur façon, ils finissent par ne plus aimer du tout !


Bref... L'important c'est ...  d'être compris !!


Me suis-je fait comprendre?


Il est tard... Bises de bonne nuit, François !



François BAGNAUD 06/05/2011 01:55



Chère Annie,


Non seulement, je comprends mais je suis tout à fait d'accord.


Pour moi, l'important est d'aimer plutôt que d'être aimé. On doit aimer sans attendre rien en retour, mais si c'est réciproque c'est génial !


Ensuite, j'ai compris qu'il fallait aimer l'autre tel qu'il est et non pas tel que nous voudrions qu'il soit. Il ne faut surtout pas demander à l'autre de nous aimer de telle ou telle façon.
Chacun aime comme il peut. L'important c'est l'amour et les preuves d'amour...


Je pourrai écrire une thèse sur le sujet... Expériences obligent...


Mille bisous à 2 heures de matin !


François



Marie 04/05/2011 21:25



C'était une très belle femme et j'aimais bien ces chansons, que j'écoute encore avec beaucoup de plaisir. Merci pour tes commentaires, ça me fait plaisir. Bisous bonne semaine François




François BAGNAUD 05/05/2011 11:14



Une très belle femme (en brune comme en blonde) et surtout une grande artiste et un être humain possédant de belles qualités. Moi aussi, j'écoute toujours ses chansons avec plaisir. 


Merci pour ta fidélité et tes gentils commentaires.


Bisous.


François



Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je viens de terminer 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka ("Dans les pas de Brigitte Bardot" - éd. Favre, 28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant ("Brigitte Bardot, moi je joue" - éd. Flammarion, 25 octobre 2017).
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je viens de terminer 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka ("Dans les pas de Brigitte Bardot" - éd. Favre, 28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant ("Brigitte Bardot, moi je joue" - éd. Flammarion, 25 octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !