Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 10:37

Mai 67

de Colombe Schneck

 

 

Voilà un livre dont je ne voulais pas faire la publicité mais comme il bénéficie (auteur et éditeur connus) d’une grande couverture médiatique, je ne peux pas le passer sous silence…

En effet, ni l’auteur ni l’éditeur n’ont informé Brigitte Bardot de l’écriture de cet ouvrage, aucune autorisation n’a été demandée et il a fallu (au nom de la principale intéressée) que je téléphone à l’éditeur pour qu’on lui envoie un exemplaire à La Madrague. Ce qui a été fait immédiatement.

 

Certes, ce roman est joliment écrit et d’une écriture agréable à lire. Et puis l’héroïne n’est autre que notre chère Brigitte. Enfin, l’auteure est talentueuse et sympathique. Des points positifs en somme, mais ce que je reproche un peu à cet ouvrage, c’est de laisser subsister un doute dans les médias : ce récit « pourrait être » une histoire amoureuse inédite entre la star et un jeune technicien du cinéma, une aventure qui serait restée cachée…

Bref ! Un scoop, une exclusivité…

Or, en page 6 du livre, il est précisé par l’éditeur :

« Ce livre est une œuvre de fiction. F. est un personnage inventé. L’histoire décrite entre lui et Brigitte Bardot est imaginaire. Au-delà des faits notoires, aucun rapprochement ne saurait être esquissé entre la célèbre actrice et les personnages du roman, leurs opinions, leurs conversations et leurs actes. »

 

Ouf, on est rassurés…

Mais c’est assez différent de la présentation officielle du livre envoyé à toute la presse et que je vous livre ci-dessous :

Rome, mai 1967. Brigitte Bardot, « la plus belle fille du monde », tourne avec Louis Malle [Histoires extraordinaires]. Elle a pour partenaire Alain Delon. Ce n’est pas de lui dont Brigitte va tomber amoureuse, mais de l’assistant-costumier, F. Pendant trois mois, à Rome puis à Paris chez B.B., avenue Paul-Doumer, ils vont vivre un amour fou à la barbe de Gunter Sachs, le mari milliardaire de la star. Des nuits de plaisir, des fous rires de gamins, mais aussi la peur irraisonnée de se perdre. Ce qui ne manque pas d'arriver. F. a gardé les dizaines de mots d'amour auxquels il n'avait jamais répondu. Jusqu'à ce que, trente ans plus tard, il tombe sur l'autobiographie de Brigitte, qui évoque d'une phrase leur passion : « F., qui m'a consolée de mon mariage de pacotille. » Il va alors lui écrire une longue lettre, qui compose ce livre...

 

« Mai 67 » de Colombe Schneck. Paru en mars 2014 chez Robert Laffont. 260 pages. La photo de B.B. est sur un bandeau amovible.

« Mai 67 » de Colombe Schneck. Paru en mars 2014 chez Robert Laffont. 260 pages. La photo de B.B. est sur un bandeau amovible.

 

* * * * * * * * *

 

À l’occasion de la sortie de ce livre, l’auteur, Colombe Scheck, a accordé une longue interview pour le site Internet du magazine de mode Vanity Fair. La voici en intégralité.

 

Quel était le premier désir à l’origine de ce livre ?

Il y avait deux choses. D’abord elle, la plus belle femme du monde. Imaginer cette chose qui fait que le monde entier vous désire. Quand vous la regardez, il y a quelque chose d’inouï dans son physique. Et en même temps, sa vie amoureuse a été un peu ratée. C’est assez triste. Comment peut-on être aussi belle, aussi séduisante et tout saboter ? Ensuite, il y avait l’époque, la fin des années 60. Une parenthèse enchantée dans tous les domaines. Dans la mode, c’est le T-shirt, la minijupe. Et Brigitte Bardot va être une des premières à les porter. Mai 1967, c’est aussi le début de la révolution sexuelle, la pilule. C’est une époque où il n’y a que 190 000 chômeurs en France. C’est le « summer of love », le début de la modernité. Et Brigitte Bardot va incarner cela, sans même s’en rendre compte. Elle va révolutionner les relations entre les femmes et les hommes, le sexe, l’image du corps de la femme. Il y aussi le fait qu’elle ne veut pas être une mère. C’est une idée extrêmement choquante, qui ne colle pas avec l’époque.

 

Vous aviez écrit une biographie de Denise Glaser [Une femme célèbre, Stock, 2010], la célèbre présentatrice de télévision française. Brigitte Bardot et elle ont des points communs ?

Elles ont été à la lumière et quelque chose s’est brisée. Brigitte Bardot, c’est une nouvelle forme de femme. Très libre. Peut-être même plus que Simone de Beauvoir, à la même époque. Elle fait ce qu’elle veut, se moque de ce qu’on pense d’elle. Et elle est courageuse : en pleine guerre d’Algérie, elle va répondre aux menaces de l’OAS en déposer la première plainte en justice contre cette organisation. Elle va cacher le dramaturge Antoine Bourseiller, qui était proche du FLN, et elle ne va jamais s’en vanter.

 

Elle suscite beaucoup de violence aussi chez les autres.

Oui, à cause de cette liberté. Elle fait un peu peur aux autres, à ceux qui n’ont pas son courage.

 

Il y a une saturation d’histoires, de biographies, d’images sur Brigitte Bardot. Comment avez-vous trouvé un espace pour écrire sur elle ?

Ce que je voulais, c’est relever l’humanité d’une jeune femme, la retrouver. Et pour ça, je devais passer par le roman. Si je faisais encore un récit ou un essai sur elle, j’aurais été poussée à revenir aux mêmes choses déjà écrites avant.

 

Comment avez-vous retrouvé cette jeune femme ?

J’ai rencontré des personnes qui l’ont connue. Et ce qui m’a le plus touchée dans ce qu’ils me disaient d’elle, c’est sa générosité, sa manière de se soucier des autres sur un tournage par exemple ou de sincèrement s’inquiéter pour les chômeurs. J’ai aussi écouté des heures d’interview à la radio pour retrouver sa voix. Elle était plus naturelle à la radio qu’à la télévision. Et puis, j’ai rencontré trois hommes qui ont été ses amants. Ils m’ont parlé de ce que c’est que de l’avoir aimée. Je me suis servie de leurs souvenirs pour écrire l’histoire d’amour entre Bri et F.

 

Qui sont ces amants ?

Ils m’ont demandé de rester anonymes.

 

Dans votre roman, on entend beaucoup la voix de Brigitte Bardot. Mais c’est un homme, un costumier juif marocain, F., que Bri rencontre sur un tournage qui raconte l’histoire. Pourquoi ?

J’ai pensé à un moment faire de Brigitte Bardot la narratrice, mais je ne savais pas faire. Alors que cet homme qui ne sait pas aimer, qui tombe amoureux de la plus belle femme du monde... Ca m’a beaucoup amusée. J’ai écouté les hommes plus âgés que moi. J’ai essayé d’imaginer ce que c’était que d’être un homme né dans les années 30. Vassilis Alexakis m’a raconté que coucher avec une fille dans les années 60, c’était vraiment décrocher le gros lot. Il fallait des mois et des mois pour convaincre une fille. On imagine à quel point F. est dérouté quand Brigitte Bardot lui demande de venir dans sa chambre pour « lui raconter une histoire. »

 

Ce personnage vous permet aussi de parler du Maroc des années 60 et plus précisément d’Oujda où est né le narrateur.

J’avais beaucoup envie d’écrire sur un Juif sépharade. Je cherchais la lumière, la gaieté, les beaux paysages marocains qui font souvent défaut à la culture ashkénaze, beaucoup plus triste.

 

Vous écrivez beaucoup sur le corps de Brigitte Bardot. « Le cul de Bardot » qui devient chez vous les fesses.

J’avais aussi ce désir d’écrire sur le corps d’une femme. Ses fesses, son cou, ses épaules, une oreille. J’ai eu un grand plaisir à décrire son corps longuement. J’aime beaucoup m’asseoir à une terrasse de café et regarder les jeunes femmes passer.

Cette histoire entre Bri et F. va être très forte, mais elle va tourner court. Bri se lasse vite. Pour lui, c’est Cendrillon qui s’arrêterait en plein milieu.

C’est un conte de fées pour lui, oui, peut-être. Il dit « elle a été ma professeure d’amour », qu’il a appris avec elle ce que c’était qu’aimer une femme. Elle, je sais qu’elle y croit aussi. C’est elle qui prend l’initiative. Quand elle vit l’histoire d’amour, quand elle lui écrit ces petits mots, ces lettres, elle y croit. Est-elle sincère ? Ça, je ne sais pas.

 

Votre roman refait vivre Brigitte Bardot, mais aussi toute une époque et le milieu du cinéma.

J’ai beaucoup relu la presse de l’époque : L’Express, Le Bloc-notes de François Mauriac. On y apprend beaucoup sur la mode, les films qu’on va voir, comme La Religieuse de Rivette, les livres qu’on lit comme Élise ou la vraie vie de Claire Etcherelli. Pour le milieu du cinéma, dans la première version de mon roman, Alain Delon avait une bien plus grande place. Mais on m’a dit qu’il poursuivait beaucoup en justice. Alors, j’ai donné plus de place à Renée Lichtig, une monteuse française, longtemps assistante d’Henri Langlois. C’est elle qui ouvre les portes de la Cinémathèque française à F. J’avais découvert cette femme en lisant Anne-Marie Garat, son roman sur le cinéma des années 50. Et puis, j’ai réalisé que l’appartement dans lequel je vivais avait appartenu à Renée Lichtig.

 

Vous êtes nostalgique de cette époque ?

Non, je ne suis pas quelqu’un de nostalgique. Je ne suis pas dans le regret. Et puis, en 1967, il y avait les bidonvilles de Nanterre. Paris était sale. J’aime beaucoup être dans mon époque. Je suis toujours émerveillée par Paris. Hier soir encore, j’ai traversé la ville en voiture en fin de journée, c’était très beau.

 

Avez-vous eu un retour de la part de Brigitte Bardot ?

Je lui ai envoyé le livre. J’espère qu’elle le lira mais je n’ai pas de retour pour l’instant. Je dois dire que la Brigitte Bardot d’aujourd’hui… J’ai de la peine pour elle. Pour la vieille dame qu’elle est. Je crois qu’elle n’est pas en bonne santé, que son mari s’occupe bien d’elle. Cette bonté qu’elle avait à l’époque… J’écris sur une période, sur une femme qui n’existe plus.

 

1967. Brigitte Bardot avec Alain Delon sur le tournage du film « Histoires extraordinaires ».

1967. Brigitte Bardot avec Alain Delon sur le tournage du film « Histoires extraordinaires ».

Brigitte Bardot et son mari Gunter Sachs à l'époque de leur mariage.

Brigitte Bardot et son mari Gunter Sachs à l'époque de leur mariage.

Partager cet article

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Actualités de Brigitte BARDOT
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 60 livres à ce jour. En 2017, j'ai collaboré à 3 nouveaux livres sur Brigitte Bardot (voir ci-dessous).
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 60 livres à ce jour. En 2017, j'ai collaboré à 3 nouveaux livres sur Brigitte Bardot (voir ci-dessous).

Un premier livre sur Brigitte Bardot (parution le 28 septembre 2017)

Suivez Brigitte Bardot

dans quelques lieux

incontournables...

 

 

par Alain Wodrascka

 

avec la collaboration de

François Bagnaud

 

préface de 

Brigitte Bardot

 

Éditions Favre (Suisse)

 

160 pages illustrées

 

Format : 15 x 22 cm

 

17 Euros 

 

* * * * * * * * 

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Un deuxième livre sur Brigitte Bardot (parution le 25 octobre 2017)

Découvrez la carrière

de chanteuse

de Brigitte Bardot

 

 

par Dominique Choulant 

et

François Bagnaud

 

en collaboration avec 

Brigitte Bardot

 

Éditions Flammarion

 

264 pages illustrées

 

Format : 19 x 24 cm

 

24,90 Euros 

 

* * * * * * * * 

Toujours disponible : mon dernier livre sur Brigitte Bardot (paru le 15 février 2017)

Les meilleures répliques

et citations

de Brigitte Bardot

 

 

par François Bagnaud

 

avec la collaboration de

Brigitte Bardot

 

Éditions L'Archipel

 

1200 citations référencées

 

255 pages

 

17 Euros 

 

* * * * * * * *