Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 23:28

Le Mépris (1963)

50 ans… déjà !

 

Nouvelle affiche du film « Le Mépris » pour les 50 ans en 2013.

Nouvelle affiche du film « Le Mépris » pour les 50 ans en 2013.

 

Le (désormais) mythique film de Jean-Luc Godard, Le Mépris, a été tourné en 1963. Soit déjà 50 ans…

Pour célébrer cet anniversaire, et depuis plusieurs mois, le film ressort en version remasterisée (voir l’affiche ci-dessus), dans beaucoup de salles en France et même à l’étranger.

Ainsi à Rouen récemment, et à cette occasion, le journal Paris-Normandie a publié un bel article (daté du 3 mars 2014) dont voici l’intégralité.  

 

* * * * * * * *

 

Il arrive parfois de qualifier les chefs-d’œuvre de petits, rares, absolus…

Si une chose est toutefois certaine, c’est que les chefs-d’œuvre ne vieillissent pas. Le Mépris permet de le constater, lui qui cinquante ans après sa sortie initiale continue d’être un exemple de ce que le cinéma peut donner de meilleur.


À l’époque, Godard promet à ses producteurs de leur fournir un film plus commercial que ses premiers films. Pour convaincre tout le monde, le cinéaste suisse décide d’engager la plus grande star française du moment : Brigitte Bardot. Plus habitué aux rôles dans des comédies légères, le sex-symbol Bardot hésite à accepter de jouer le personnage de Camille. Elle y trouvera là le plus grand rôle de sa carrière et celui qui marquera l’esprit des cinéphiles.


Pour le reste, Godard reste Godard et le film commercial attendu est en fait une continuité parfaite de son œuvre depuis À bout de souffle.


Le réalisateur adapte le livre à succès d’Alberto Moravia, Le Mépris, et profite du sujet pour rendre un vibrant hommage au cinéma qu’il aime tant. Le film est truffé de références aux films hollywoodiens de l’âge d’or et la présence de l’acteur Jack Palance, l’un des méchants de westerns et de polars les plus prisés du moment, est presque une déclaration d’amour au cinéma américain. Godard s’est également attaché à employer Fritz Lang, l’immense cinéaste allemand qu’il vénère au-delà de tout.


Ainsi, avec le budget confortable d’un film commercial tout public, Godard parvient à réaliser son fantasme : un film sur le cinéma. Un pari payant. Si Le Mépris n’est pas un immense succès au moment de sa sortie, il hante désormais toutes les conversations autour du cinéma. Certaines répliques cultes de Bardot ont même fini par gagner le langage populaire…

Alors, « tu l’aimes mon Mépris ? »

Affiche originale du film « Le Mépris » en 1963.

Affiche originale du film « Le Mépris » en 1963.

* * * * * * * *

 

Ce film devenu un grand classique au fil des années, considéré comme le meilleur de B.B. n’a pourtant pas été simple à monter… Pour Jean-Luc Godard, la présence d’une star comme Bardot était l’assurance d’une arrivée d’argent non négligeable. Il pouvait tourner en cinémascope. Sur le tournage, les relations entre le cinéaste alors âgé de 33 ans et Brigitte (29 ans) furent courtoises, sans plus.

 

Rappelons-nous brièvement ce que Brigitte Bardot écrit dans ses mémoires (Initiales B.B. parus en 1996 chez Grasset) :

 

« J’avais adoré le livre de Moravia et savais qu’il serait déformé par une mise en scène et des dialogues discordants avec le ton de l’original. Pourtant j’acceptai.

(…)

Godard, son chapeau, ses lunettes de soleil et sa poignée de main molle, me bredouilla quelques mots de bienvenue.

(…)

Je partis tourner comme si j’allais à l’abattoir.

(…)

Entre deux séances de rigolade, il y avait quand même le film. C’était beaucoup moins drôle. Godard et son chapeau travaillaient dans le génie ou bien Godard et son génie travaillaient du chapeau. C’était au choix.

(…)

C’était ça “la Nouvelle Vague”. Quant à ce pauvre Jack Palance, c’était une catastrophe. Godard et son chapeau marmonnaient dans sa barbe des mots inaudibles.

(…)
Je n’ai rien donné de mon moi profond me contentant d’interpréter comme un objet les directives de Godard.

Jacques Rozier filmait les “à-côtés” du film : les paparazzis, les italiens souvent odieux qui m’insultaient ou me faisaient des gestes obscènes, les angoisses de Godard, ses contradictions, ses hésitations. Tout ce mélange a fait un immense succès que je n’ai toujours pas compris ! »

 

Après ces déclarations, il est évident qu’on regarde le chef d’œuvre avec un autre œil…

 

Mais découvrons maintenant une interview de Godard qui se souvient que Brigitte s’embêtait un peu entre deux prises :

 

« Elle devait être surprise que personne ne lui fasse la cour. C’était une gentille gosse.

(…)

J’avais deux problèmes avec elle : lui faire baisser le niveau de sa jupe en dessous du genou – je l’ai donc mise le plus souvent possible en peignoir – et faire baisser la choucroute qu’elle avait sur la tête et ça c’était difficile.

Je lui ai dit : “Écoutez Bri-Bri, il faut baisser votre truc sur la tête, il fait 15 centimètres de hauteur”.

Elle m’a répondu : “Non, pas question, je fais comme je veux avec mes cheveux…

Je lui ai alors proposé: “Si je marche sur les mains pour vous, est-ce que vous baisserez la hauteur de vos cheveux de un centimètre pour chaque mètre que je ferais ?”

Elle m’a dit : “Oui, bien sûr, vous ne savez pas marcher sur les mains !

Alors, j’ai marché sur les mains…» 

1963 - Jean-Luc Godard dirige Brigitte Bardot dans le film « Le Mépris ».

1963 - Jean-Luc Godard dirige Brigitte Bardot dans le film « Le Mépris ».

 

Le Mépris, sorti le 22 décembre 1963 dans cinq salles parisiennes, fera presque 400 000 entrées en France.

Un triomphe pour Godard. Un « échec » pour Brigitte Bardot, à l’époque…

 

 

Publicité pour « Le Mépris » parue dans un grand quotidien de l'époque.

Publicité pour « Le Mépris » parue dans un grand quotidien de l'époque.

Partager cet article

Repost 0
Publié par François BAGNAUD - dans Brigitte BARDOT
commenter cet article

commentaires

Guylaine 08/04/2014 10:44

Bonjour cher François,
J'ai bien revu ce film hier soir " Le Mépris "
la beauté de B.B. est toujours en 1ère position, car ce film est très triste, je n'aime pas la fin.
Belle journée cher François, à bientôt de vous lire.
Amitiés
Guylaine

François BAGNAUD 08/04/2014 12:41

OUI, je trouve aussi que Brigitte irradie de beauté, elle illumine l'écran. Et ses moues sont superbes... (lol).
Bonne journée.
Mille amicales pensées.
François

Grunfelder Marie Laure 07/04/2014 22:52

Bonsoir François

Le film m'a plu,c'est une vraie tragédie,bonne théorie de M.P.qui décrit parfaitement la raison de l'Odyssée d'Ulysse,l'histoire du couple Paul et Camille en est le pur reflet

MLG

François BAGNAUD 08/04/2014 12:40

Ah, je pourrais analyser ce film plan par plan, il est superbe et il y a tant à en dire.
Je me souviens lorsque je gérais le ciné-club de l'entreprise où je bossais dans les années 80, je l'avais présenté et j'avais "travaillé" ma présentation pendant des heures. J'étais "incollable". Après, il y avait eu un débat avec les spectateurs, c'était hyper intéressant...
C'est vraiment un "grand" film.
Belle journée à vous.
François

Grunfelder Marie Laure 08/04/2014 09:02

C'est vrai le début du film est sans doute difficile a cerné mais,le producteur ne parlant pas un mot français,le repère est immédiatement reconnu sur le cinémascope présenté à Paul,déjà il y a recherche à faire,au début je trouvai que la musique était forte,puis sur l'histoire parfois les coupures étaient nettes,ex.la scène des photographes mêlée aux dialogues des acteurs pendant le spectacle auquel étaient conviés Paul et Camille
J'ai adoré B.B.dans son rôle toujours parfaite,dans son drapé rouge,superbe jeu,M.P. lui aussi dans son drapé blanc,tous deux évoquant déjà la tragédie de l'Odyssée,au "mépris" de Camille,Paul laisse alors le prétendant courtiser sa femme;mais hélas(comme Camille le lisait dans la scène du bain il n'est pas nécessaire de tuer pour garder un amour ) Camille s'en va dans la voiture rouge
Bien à vous
MLG

François BAGNAUD 08/04/2014 00:11

Oui, je l'ai regardé pour la énième fois, et je découvre toujours des plans, des répliques, des regards, des détails dans le décor... Magnifique film, un peu difficile à cerner lors de sa première vision, je crois. Il faut le voir plusieurs fois.
Et puis Brigitte est sublime, il n'y a pas d'autre mot...
Belle fin de soirée et à bientôt.
François

KevinB 06/04/2014 12:10

Bonjour, l'affiche de ce film est sûrement la plus connue de la filmographie de BB avec Et Dieu créa la femme aussi .... Je n'en ai qu'une grande reproduction que j'ai mis en cadre dans la chambre et ne lasse jamais de l'admirer comme tout sur ce qui la concerne !!! bon week end cher François

KevinB 06/04/2014 18:57

Oui, je suis bien d'accord avec vous, vous savez à quel point j'adore Brigitte Bardot, mais je ne vis pas non plus dans le culte hormis quelques photos encadrer ici ou là je ne pourrai pas en mettre partout ...ou alors ce que j'aimerai c'est avoir une grande pièce spécial où là oui je pourrai y faire un mini "musée" .... mais je n'en suis pas encore là, loin de là !! bonne soirée ...

François BAGNAUD 06/04/2014 12:29

Bonjour cher Kevin,
J'avoue que j'ai très peu d'affiches dans ma collection, car les originales sont tellement grandes qu'on ne sait pas où les mettre. J'ai surtout des affichettes belges dont le format réduit permet de les encadrer. Mais on ne peut pas tapisser les murs uniquement avec des affiches B.B. ou alors on transforme sa maison en musée (!), ce qui devient vite invivable surtout pour nos proches (lol).
Bon dimanche et à bientôt.
François

Présentation

  • : Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • Livres et coups de cœur (Barbara, Brigitte Bardot, Colette Renard, etc.)
  • : Nombreux articles sur Brigitte Bardot, Barbara et Colette Renard. Évocation de mes belles rencontres et de mes « coups de cœur » littéraires et artistiques. Présentation de tous les livres auxquels j’ai collaboré.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • François Bagnaud
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je viens de terminer 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka ("Dans les pas de Brigitte Bardot" - éd. Favre, 28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant ("Brigitte Bardot, moi je joue" - éd. Flammarion, 25 octobre 2017).
  • Conseiller littéraire depuis 1996, j'ai participé à 59 livres à ce jour. Je viens de terminer 2 livres inédits sur B.B. : avec Alain Wodrascka ("Dans les pas de Brigitte Bardot" - éd. Favre, 28 septembre 2017) et avec Dominique Choulant ("Brigitte Bardot, moi je joue" - éd. Flammarion, 25 octobre 2017).

Recherche D'un Mot Sur Mon Blog

Total des visites

Lien Vers Des Sites Sympas !